Intervention Review

Prophylactic caffeine to prevent postoperative apnoea following general anaesthesia in preterm infants

  1. David J Henderson-Smart1,
  2. Peter A Steer2

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 23 OCT 2001

Assessed as up-to-date: 19 JAN 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD000048

How to Cite

Henderson-Smart DJ, Steer PA. Prophylactic caffeine to prevent postoperative apnoea following general anaesthesia in preterm infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2001, Issue 4. Art. No.: CD000048. DOI: 10.1002/14651858.CD000048.

Author Information

  1. 1

    Faculty of Medicine, University of Sydney, (Deceased) Central Clinical School, Sydney, Australia

  2. 2

    Children's Health Services District, Queensland Health, School of Medicine, Faculty of Health Sciences, University of Queensland, Brisbane, Queensland, Australia

*Diane Haughton, Department of Pediatrics and Clinical Epidemiology and Biostatistics, McMaster University, 1280 Main Street West, CRL, Room B102, Hamilton, Ontario, L8S 4K1, Canada. haughton@mcmaster.ca.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 OCT 2001

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Growing ex-preterm infants who undergo general anaesthesia for surgery at about term-equivalent age may have episodes of apnoea, cyanosis and bradycardia during the early postoperative period. A breathing stimulant such as caffeine given at the time of operation might prevent these episodes.

Objectives

To determine the effect of the prophylactic use of caffeine to prevent episodes of apnoea, cyanosis and bradycardia during the postoperative period in ex-preterm infants who undergo general anaesthesia for surgery.

Search methods

The standard strategy of the Neonatal Review Group was used. This included searches of the The Cochrane Library, Oxford Database of Perinatal Trials, MEDLINE, EMBASE, CINAHL and abstracts of the Society for Pediatric Research. Seach updated in January 2011.

Selection criteria

All trials utilising random or quasi-random patient allocation, in which treatment was compared with placebo or no treatment were included.

Data collection and analysis

The standard methods of the Cochrane Collaboration and its Neonatal Review Group were used to select trials, evaluate trial quality and to extract data. Each review author extracted data separately, and then compared and resolved any differences. Meta-analysis used relative risk and risk difference.

Main results

Three eligible trials were found. In each trial apnoea/bradycardia occurred in fewer infants treated with caffeine. The typical estimate for relative risk is 0.09 (95% CI 0.02 to 0.34). The typical estimate for absolute risk difference is -0.58 (95% CI -0.74 to -0.43) indicating that fewer than two infants have to be treated with caffeine to expect to prevent one with postoperative apnoea. In two trials (Welborn 1989; LeBard 1989), continuous recordings of oxygen saturation detected hypoxaemic episodes (< 90%) in fewer treatment than control infants [typical RR 0.13 (95% CI 0.03 to 0.63)]. No infant in any trial required intubation and mechanical ventilation. No adverse effects were reported.

Authors' conclusions

Implications for practice. After general anaesthesia, caffeine can be used to prevent postoperative apnoea/bradycardia and episodes of oxygen desaturation in growing preterm infants if this is deemed clinically necessary. In view of the small numbers of infants studied in these trials and uncertainty concerning the clinical significance of the episodes, caution is warranted in applying these results to routine clinical practice.

Implications for research. There is a need to determine which infants might benefit most by this treatment. Studies confined to those most at risk of apnoea (prior history, younger postmenstrual age) and those that might require mechanical ventilation or chronic lung disease would be of value.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prophylactic caffeine to prevent postoperative apnoea following general anaesthesia in preterm infants

Caffeine may be able to prevent postoperative apnoea and bradycardia in preterm babies. Growing babies who were born too early (preterm) and who undergo general anaesthetic for surgery may have complications, including episodes of apnoea (pauses in breathing), cyanosis (from lack of oxygen in the blood), and bradycardia (slow heartbeat). Caffeine, a methylxanthine drug, is thought to stimulate breathing, and so possibly prevent apnoea and subsequent problems. The review found some evidence that caffeine given at the time of surgery reduces apnoea, bradycardia, and cyanosis after anaesthetic, but the importance of this is unclear.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Administration prophylactique de caféine pour prévenir l'apnée postopératoire suite à une anesthésie générale chez les nouveau-nés prématurés

Contexte

Les nourrissons en pleine croissance qui sont nés prématurément et qui subissent une anesthésie générale dans le cadre d'une chirurgie à un âge équivalent au terme de la grossesse peuvent présenter des épisodes d'apnée, de cyanose et de bradycardie au cours de la période postopératoire précoce. L'administration d'un stimulant respiratoire tel que la caféine au moment de l'opération pourrait permettre de prévenir ces épisodes.

Objectifs

Déterminer les effets de l'administration prophylactique de caféine dans la prévention des épisodes d'apnée, de cyanose et de bradycardie au cours de la période postopératoire chez les nourrissons prématurés qui subissent une anesthésie générale dans le cadre d'une chirurgie.

Stratégie de recherche documentaire

La stratégie standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie a été utilisée. Cela inclut notamment des recherches dans la Bibliothèque Cochrane, l'Oxford Database of Perinatal Trials, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, ainsi que les résumés de la Society for Pediatric Research. Les recherches ont été mises à jour en janvier 2011.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés ou quasi-randomisés comparant ce traitement à un placebo ou à une absence de traitement ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Les méthodes standard de la Collaboration Cochrane et de son groupe de revue sur la néonatologie ont été utilisées pour sélectionner les essais, évaluer leur qualité et extraire les données. Chaque auteur de revue a extrait les données séparément avant de comparer les résultats avec ses collègues et de résoudre toute divergence. Le risque relatif et la différence de risques ont été utilisés pour la méta-analyse.

Résultats Principaux

Trois essais éligibles ont été identifiés. Dans chaque essai, l'incidence de l'apnée/bradycardie était inférieure chez les nourrissons recevant de la caféine. L'estimation typique du risque relatif est de 0,09 (IC à 95 %, entre 0,02 et 0,34). L'estimation typique de la différence absolue de risque est de -0,58 (IC à 95 %, entre -0,74 et -0,43), ce qui indique que moins de deux nourrissons doivent être traités à la caféine pour prévenir une apnée postopératoire chez un nourrisson. Dans deux essais (Welborn 1989 ; LeBard 1989), les enregistrements continus de la saturation du sang en oxygène détectaient moins d'épisodes d'hypoxémie (< 90 %) chez les nourrissons sous traitement que chez les nourrissons du groupe témoin [RR typique de 0,13 (IC à 95 %, entre 0,03 et 0,63)]. Aucun nourrisson ne nécessitait d'intubation ni de ventilation mécanique dans aucun des essais. Aucun effet indésirable n’a été rapporté.

Conclusions des auteurs

Implications pour la pratique. Après l'anesthésie générale, de la caféine peut être utilisée pour prévenir l'apnée/bradycardie postopératoire et les épisodes de désaturation en oxygène chez les nourrissons en pleine croissance nés prématurément lorsque cela est considéré nécessaire d'un point de vue clinique. Compte tenu du nombre limité de nourrissons étudiés dans ces essais et de la signification clinique incertaine des épisodes, ces résultats doivent être interprétés avec précaution dans la pratique clinique courante.

Implications pour la recherche. Les nourrissons les plus susceptibles de bénéficier de ce traitement devraient être identifiés. Des études axées sur les patients présentant le risque d'apnée le plus élevé (antécédents, âge post-menstruel moins avancé), ceux qui pourraient nécessiter une ventilation mécanique et ceux atteints d'une maladie pulmonaire chronique pourraient être d'utilité.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Administration prophylactique de caféine pour prévenir l'apnée postopératoire suite à une anesthésie générale chez les nouveau-nés prématurés

Administration prophylactique de caféine pour prévenir l'apnée postopératoire suite à une anesthésie générale chez les nouveau-nés prématurés

La caféine pourrait permettre de prévenir l'apnée et la bradycardie postopératoires chez les bébés prématurés. Les bébés en pleine croissance qui sont nés trop tôt (prématurés) et qui subissent une anesthésie générale dans le cadre d'une chirurgie peuvent présenter des complications, notamment des épisodes d'apnée (interruption de la respiration), de cyanose (liée à un manque d'oxygène dans le sang) et de bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque). On pense que la caféine (une méthylxanthine) stimule la respiration et pourrait donc permettre de prévenir l'apnée et les problèmes subséquents. Cette revue a identifié des preuves indiquant que la caféine administrée au moment de la chirurgie réduisait l'apnée, la bradycardie et la cyanose après l'anesthésie, mais l'importance de ces effets n'est pas claire.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux