Intervention Review

Doxapram versus methylxanthine for apnea in preterm infants

  1. David J Henderson-Smart1,
  2. Peter A Steer2

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 23 OCT 2000

Assessed as up-to-date: 8 FEB 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD000075


How to Cite

Henderson-Smart DJ, Steer PA. Doxapram versus methylxanthine for apnea in preterm infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2000, Issue 4. Art. No.: CD000075. DOI: 10.1002/14651858.CD000075.

Author Information

  1. 1

    Faculty of Medicine, University of Sydney, (Deceased) Central Clinical School, Sydney, Australia

  2. 2

    Children's Health Services District, Queensland Health, School of Medicine, Faculty of Health Sciences, University of Queensland, Brisbane, Queensland, Australia

*Diane Haughton, Department of Pediatrics and Clinical Epidemiology and Biostatistics, McMaster University, 1280 Main Street West, CRL, Room B102, Hamilton, Ontario, L8S 4K1, Canada. haughton@mcmaster.ca.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 OCT 2000

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Recurrent apnea is common in preterm infants, particularly at very early gestational ages. These episodes of loss of effective breathing can lead to hypoxemia and bradycardia which may be severe enough to require resuscitation including use of positive pressure ventilation. Doxapram and methylxanthine drugs have been used to stimulate breathing and thereby prevent apnea and its consequences.

Objectives

To assess the effects of doxapram compared with methylxanthine in preterm infants with recurrent apnea.

Search methods

The Cochrane Collaboration Clinical Trials Register, MEDLINE, EMBASE and CINAHL, reference lists of relevant articles and conference proceedings. Search updated in February 2010.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials of doxapram compared with methylxanthine (e.g. theophylline, aminophylline or caffeine) for the treatment of apnea in preterm infants.

Data collection and analysis

The methodological quality of each trial was reviewed by the two reviewer trial authors. Additional information was requested from authors. Each reviewer extracted the data separately, then they were compared and differences resolved. Meta-analysis was carried out with use of relative risk and risk difference.

Main results

Four trials involving 91 infants were included. No difference was detected between intravenous doxapram or methylxanthine in the incidence of failed treatment within 48 hours [typical relative risk 0.91, 95% confidence interval (95% CI) 0.45, 1.85] . Only one trial reported results at 7 days and there was no difference in results. No infants were reported to have been given mechanical ventilation on either treatment. No adverse effects were reported.

Authors' conclusions

Intravenous doxapram and intravenous methylxanthine appear to be similar in their short term effects for treating apnea in preterm infants, although these trials are too small to exclude an important difference between the two treatments or to exclude the possibility of less common adverse effects. Long term outcome of infants treated in these trials has not been reported. Further studies would require a large number of infants to clarify whether there might be differences in responses or adverse effects with these two drugs at different ages.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Doxapram versus methylxanthine for apnea in preterm infants

Doxapram and methylxanthine stimulate breathing in infants with apnea. Infant apnea is a pause in breathing of greater than 20 seconds. This can be harmful to the developing brain and cause dysfunction of the gastrointestinal tract or other organs. Drugs such as doxapram and methylxanthine are thought to stimulate breathing and are given to reduce apnea. The review of four small trials found that there was no large difference between the drugs in the short term. There is not enough evidence to exclude a small difference in benefit, long term effects or a difference in less common adverse effects. More research is needed into the long term and adverse effects of these drugs.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Doxapram versus méthylxanthine pour le traitement de l'apnée chez les nouveau-nés prématurés

Contexte

L'apnée récurrente est courante chez les nouveau-nés prématurés, en particulier à un très jeune âge gestationnel. Ces épisodes de perte d'efficacité respiratoire peuvent entraîner une hypoxémie et une bradycardie, qui peuvent être suffisamment sévères pour exiger une réanimation et le recours à une ventilation en pression positive. Le doxapram et les méthylxanthines sont utilisés pour stimuler la respiration et prévenir ainsi l'apnée et ses conséquences.

Objectifs

Évaluer les effets du doxapram par rapport aux méthylxanthines chez les nouveau-nés prématurés souffrant d'apnée récurrente.

Stratégie de recherche documentaire

Le registre des essais cliniques de la Collaboration Cochrane, MEDLINE, EMBASE et CINAHL, ainsi que les références bibliographiques des articles et actes de congrès pertinents. Les recherches ont été mises à jour en février 2010.

Critères de sélection

Les essais randomisés et quasi-randomisés comparant du doxapram à des méthylxanthines (ex. : théophylline, aminophylline ou caféine) dans le traitement de l'apnée chez des nouveau-nés prématurés.

Recueil et analyse des données

La qualité méthodologique de chaque essai a été examinée par les deux auteurs-évaluateurs. Des informations supplémentaires ont été sollicitées aux auteurs. Chaque évaluateur a extrait les données séparément avant de comparer les résultats avec ses collègues et de résoudre les divergences. Une méta-analyse a été effectuée en utilisant le risque relatif et la différence de risques.

Résultats Principaux

Quatre essais portant sur 91 nourrissons ont été inclus. Aucune différence n'était observée entre le doxapram et les méthylxanthines par voie intraveineuse en termes d'incidence de l'échec du traitement dans les 48 heures [risque relatif typique de 0,91, intervalle de confiance à 95 % (IC à 95 %) entre 0,45 et 1,85]. Un seul essai rapportait des résultats à 7 jours et n'observait aucune différence dans les résultats. Aucun nourrisson n'avait reçu de ventilation mécanique dans aucun des groupes de traitement. Aucun effet indésirable n’a été rapporté.

Conclusions des auteurs

Le doxapram et les méthylxanthines par voie intraveineuse semblent présenter des effets similaires à court terme dans le traitement de l'apnée chez les nouveau-nés prématurés, mais ces essais sont trop petits pour pouvoir exclure la possibilité de différences importantes entre les deux traitements ou d'effets indésirables moins courants. Les résultats à long terme des nourrissons traités n'étaient pas documentés dans ces essais. Les futures études devront examiner un effectif de nourrissons plus important afin de clarifier les éventuelles différences en termes de réponses ou d'effets indésirables entre ces deux médicaments à différents âges.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Doxapram versus méthylxanthine pour le traitement de l'apnée chez les nouveau-nés prématurés

Doxapram versus méthylxanthine pour le traitement de l'apnée chez les nouveau-nés prématurés

Le doxapram et les méthylxanthines stimulent la respiration chez les nourrissons souffrant d'apnée. L'apnée du nouveau-né est une interruption de la respiration de plus de 20 secondes. Cela peut être dangereux pour le cerveau en plein développement des nourrissons et entraîner un dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal ou d'autres organes. Des médicaments tels que le doxapram et les méthylxanthines, dont on pense qu'ils stimulent la respiration, sont administrés pour réduire l'apnée. La revue de quatre petits essais observait qu'il n'existait pas de différence significative entre ces médicaments à court terme. Les preuves sont insuffisantes pour exclure une petite différence en termes d'effets bénéfiques, d'effets à long terme ou d'effets indésirables moins fréquents. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer les effets à long terme et les effets indésirables de ces médicaments.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux