Intervention Review

You have free access to this content

Garlic for peripheral arterial occlusive disease

  1. Ruth G Jepson1,*,
  2. Jos Kleijnen2,
  3. Gillian C Leng3

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 16 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD000095.pub2


How to Cite

Jepson RG, Kleijnen J, Leng GC. Garlic for peripheral arterial occlusive disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD000095. DOI: 10.1002/14651858.CD000095.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Stirling, Department of Nursing and Midwifery, Stirling, Scotland, UK

  2. 2

    Kleijnen Systematic Reviews Ltd, York, UK

  3. 3

    London School of Hygiene and Tropical Medicine, London, UK

*Ruth G Jepson, Department of Nursing and Midwifery, University of Stirling, Stirling, Scotland, FK9 4LA, UK. ruth.jepson@stir.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Commercially available preparations of garlic have been reported to have beneficial effects on some of the risk factors associated with atherosclerosis.

Objectives

To assess the effects of garlic (both dried and non-powdered preparations) for the treatment of peripheral arterial occlusive disease.

Search methods

For this update the Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group Trials Search Co-ordinator searched the Specialised Register (last searched January 2013) and CENTRAL (2012, Issue 12).

Selection criteria

Randomised trials of garlic therapy in patients with lower limb atherosclerosis were included. The main outcomes were objective measures of progression of underlying atherosclerosis (e.g. ankle pressure measurements, treadmill testing) and subjective measures (e.g. symptom progression).

Data collection and analysis

Two review authors (RJ and JK) independently extracted data and assessed trial quality. One author (RJ) contacted investigators to obtain information needed for the review that could not be found in published reports.

Main results

One eligible trial with 78 participants was found. Both men and women (aged 40 to 75) were included. The follow-up period was short, 12 weeks only.

After twelve weeks of treatment, pain-free walking distance increased from 161 to 207 metres in the group receiving garlic and from 172 to 203 metres in the placebo group. This was not a statistically significant difference. There was no difference in change of systolic or diastolic blood pressure, heart rate, ankle and brachial pressures. No severe side effects were observed and nine patients taking garlic (28%) and four patients taking placebo (12%) complained of a noticeable garlic smell.

Three trials were excluded from the review because they did not include any clinical measurements.

Authors' conclusions

One small trial of short duration found no statistically significant effect of garlic on walking distance.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Garlic for peripheral arterial occlusive disease affecting the legs

The most common symptom of peripheral arterial occlusive disease is intermittent claudication, discomfort in the legs that is triggered by exercise and relieved with rest. The underlying cause is atherosclerosis. Risk factors associated with the development of peripheral arterial disease include cigarette smoking, raised blood cholesterol and other fats (lipids), high blood pressure and diabetes. Garlic has been used as a medicinal therapy since ancient times. The main active ingredient is an unstable odorous sulphurous compound called allicin so that active ingredients may be lost in processing, and with different types of preparation. Commercially available preparations of garlic are reported to have beneficial effects on some of the risk factors for vascular disease. With fresh garlic, at least seven cloves of garlic per day are needed. Apart from the odour, garlic has only minor gastrointestinal side effects.

The review authors made a thorough search of the medical literature and found one controlled trial in which 78 participants with peripheral arterial occlusive disease were randomised to receive garlic or a placebo medication. The dose of garlic was two coated tablets of 200 mg oral standardised garlic powder twice daily. Both men and women, aged 40 to 75 years, were included although sixteen did not keep to their treatment.

After twelve weeks of treatment, pain-free walking distance increased similarly whether receiving garlic or placebo. Similarly there was no difference in the changes in blood pressure, heart rate and pressure differences between the ankle and brachial pressures. No severe side effects were observed although more people taking garlic (28%) than placebo (12%) complained of a noticeable garlic smell. Peripheral arterial occlusive disease is a long-term (chronic) condition and any improvements in symptoms would require longer-term treatment and follow up than in this study.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ail pour lartériopathie oblitérante des membres inferieurs

Contexte

Les préparations d'ail commercialisées ont été rapportées pour avoir des effets bénéfiques sur certains des facteurs de risque associés à l'athérosclérose.

Objectifs

Évaluer les effets de l'ail (sous forme de préparations en poudre et solides) pour le traitement de lartériopathie oblitérante des membres inferieurs.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour, le registre du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans recherche dans le registre spécialisé (dernière recherche en janvier 2013) et CENTRAL (2012, numéro 12).

Critères de sélection

Les essais randomisés du traitement de l'ail chez les patients atteints d'athérosclérose des membres inférieurs ont été inclus. Les critères de jugement principaux étaient des mesures objectives de la progression de l'athérosclérose sous jacente (par ex. les mesures de la pression de la cheville, des tests réalisés sur tapis roulant) et des mesures subjectives (par ex. évolution des symptômes).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue (RJ et JK) ont indépendamment extrait les données et évalué la qualité des essais. Un auteur (RJ) a contacté les investigateurs afin d'obtenir des informations nécessaires pour la revue qui n'ont pas pu être trouvée dans les rapports publiés.

Résultats Principaux

Un essai éligible de 78 participants a été trouvée. Des hommes et femmes (âgés de 40 à 75 ans) ont été inclus. La période de suivi était de courte durée, 12 semaines uniquement.

Après douze semaines de traitement, la distance de marche sans douleur augmentait de 161 à 207 mètres dans le groupe recevant de l'ail et de 172 à 203 mètres dans le groupe sous placebo. Cette différence n'était pas statistiquement significative. Il n'y avait aucune différence en termes de changement de la pression artérielle systolique ou diastolique, le rythme cardiaque, et de la cheville pressions tibio-brachiales. Aucun effet secondaire grave n'a été observé et neuf patients prenant de l'ail (28 %) et quatre patients prenant un placebo (12 %) se sont plaints d'une forte odeur d'ail.

Trois essais ont été exclus de la revue car ils ne comportaient pas de mesures cliniques objectives.

Conclusions des auteurs

Un essai de petite taille de courte durée n'a trouvé aucun effet statistiquement significatif de l'ail sur la distance de marche.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ail pour lartériopathie oblitérante des membres inferieurs

L'ail pour lartériopathie oblitérante des membres inferieurs

Le symptôme le plus courant lartériopathie oblitérante des membres inferieurs est la claudication intermittente, une gêne dans les jambes qui est provoquée par l'exercice et soulagée par le repos. L'athérosclérose en est la cause sous-jacente. Les facteurs de risque liés au développement de la maladie artérielle périphérique comprennent le tabagisme, une cholestérolémie élevée ainsi quune hyperlipidémie, une pression artérielle élevée et le diabète. L'ail est utilisé comme traitement médicamenteux depuis l'antiquité. Le principal ingrédient actif est un composé sulfureux odorant instable appelé « allicine », qui peut être perdu lors des différentes étapes de préparation. Des préparations commerciales d'ail sont rapportées pour avoir des effets bénéfiques sur certains des facteurs de risque de maladie vasculaire. Sept gousses d'ail frais par jour sont nécessaires au minimum. Mise à part lodeur donnée à lhaleine, l'ail présente seulement des effets gastro-intestinaux secondaires mineurs.

Les auteurs de la revue ont effectué une revue de la littérature médicale et ont identifié un essai contrôlé dans lequel 78 participants atteints dartériopathie oblitérante des membres inferieurs ont été randomisés pour recevoir de l'ail ou un médicament placebo. La dose de l'ail était de deux comprimés oraux enrobés de 200 mg de poudre d'ail standardisé deux fois par jour. Des hommes et femmes, âgés de 40 à 75 ans, ont été inclus, bien que seize aient arrêté leur traitement.

Après douze semaines de traitement, la distance de marche sans douleur augmentait indifféremment dans les deux groupes. De même, il n'y avait aucune différence dans les changements de la pression artérielle, la fréquence cardiaque et de la différence entre les pressions brachiales et à la cheville. Aucun effet secondaire grave n'a été observé, bien que davantage de personnes prenant de l'ail (28 %) que le placebo (12 %) se sont plaints d'une forte odeur d'ail. Lartériopathie oblitérante des membres inferieurs est une affection à chronique et toute amélioration des symptômes nécessiteraient un traitement et un suivi plus long terme que dans cette étude.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.