Get access

Antibiotics for gonorrhoea in pregnancy

  • Review
  • Intervention

Authors


Frances J Kellie, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, The University of Liverpool, First Floor, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. f.kellie@liverpool.ac.uk.

Abstract

Background

Neisseria gonorrhoeae can be transmitted from the mother's genital tract to the newborn during birth and can cause gonococcal ophthalmia neonatorum as well as systemic neonatal infection. It can also cause endometritis and pelvic sepsis in the mother.

Objectives

The objective of this review was to assess the effects of antibiotic regimens in the treatment of genital infection with gonorrhoea during pregnancy with respect to neonatal and maternal morbidity.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 June 2009) and added the results to the awaiting classification section of the review. We updated this search on 3 January 2012; no new trials identified.

Selection criteria

Randomized trials of one regimen of antibiotic versus another in pregnant women with culture confirmed genital gonococcal infection.

Data collection and analysis

Eligibility and trial quality were assessed by one review author.

Main results

Two trials involving 346 women were included. The only outcome included in these trials was the incidence of 'cure' assessed by bacterial culture. Failure to achieve 'microbiological cure' was similar for each antibiotic regimen: amoxicillin plus probenecid compared with spectinomycin (Peto odds ratio (Peto OR) 2.29, 95% confidence interval (CI) 0.74 to 7.08), amoxicillin plus probenecid compared with ceftriaxone (Peto OR 2.29, 95% CI 0.74 to 7.08) and ceftriaxone compared with cefixime (Peto OR 1.22, 95% CI 0.16 to 9.01). Side-effects were uncommon for all the tested regimens.

Authors' conclusions

The number of women included in each of the comparisons is small and therefore, although no differences were detected between the different antibiotic regimens, the trials were limited in their ability to detect important but modest differences. For women who are allergic to penicillin, this review provides some reassurance that treatment with ceftriaxone or spectinomycin appears to have similar effectiveness in producing microbiological cure.

[Note: the one citation in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

Résumé scientifique

Utilisation des antibiotiques dans le traitement de la gonorrhée pendant la grossesse

Contexte

La Neisseria gonorrhoeae peut être transmise de l'appareil génital de la mère au nouveau-né au cours de l'accouchement et peut provoquer une ophtalmie gonococcique du nouveau-né, ainsi qu'une infection néonatale systémique. Elle peut également provoquer une endométrite et une septicémie pelvienne chez la mère.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets des schémas d'antibiothérapie pour le traitement de l'infection génitale gonorrhéique pendant la grossesse concernant la morbidité néonatale et maternelle.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis à jour la recherche du registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (le 30 juin 2009) et avons ajouté les résultats à la section en attente de classification de la revue. Nous avons mis à jour ces recherches le 3 janvier 2012 ; aucun nouvel essai n'a été identifié.

Critères de sélection

Les essais randomisés portant sur un schéma thérapeutique par antibiotiques versus un autre chez les femmes enceintes atteintes d'infection génitale gonococcique confirmée par culture.

Recueil et analyse des données

L'éligibilité et la qualité des essais ont été évaluées par un auteur de la revue.

Résultats principaux

Deux essais impliquant 346 femmes ont été inclus. Le seul critère de jugement inclus dans ces essais était l'incidence de la « guérison » évaluée par une culture bactérienne. L'échec d'une « guérison microbiologique » a été similaire pour chaque schéma thérapeutique par antibiotiques : amoxicilline plus probénécid comparé à la spectinomycine (rapport des cotes de Peto (RC de Peto) 2,29, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,74 à 7,08), amoxicilline plus probénécid comparé à la ceftriaxone (RC de Peto 2,29, IC à 95 % 0,74 à 7,08) et ceftriaxone comparé à la céfixime (RC de Peto 1,22, IC à 95 % 0,16 à 9,01). Les effets secondaires ont été rares pour tous les schémas thérapeutiques testés.

Conclusions des auteurs

Le nombre de femmes incluses dans chacune des comparaisons est faible et, par conséquent, bien qu'aucune différence n'ait été détectée entre les différents schémas d'antibiothérapie, les essais ont été limités dans leur capacité à détecter des différences importantes, mais modestes. Pour les femmes qui sont allergiques à la pénicilline, cette revue laisse entendre que le traitement au ceftriaxone ou à la spectinomycine semble avoir une efficacité similaire pour entraîner une guérison microbiologique.

[Remarque : Les 18 références dans la section en attente de classification de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

Plain language summary

Antibiotics for gonorrhoea in pregnancy

Pregnant women with gonorrhoea who take penicillin, spectinomycin or ceftriaxone are much less likely to show signs of infection.

Neisseria gonorrhoeae is a bacteria transmitted (passed) during sex, causing an infection in the genital area. Pregnant women with gonorrhoea may pass the infection to babies during birth. This can affect the baby's eyesight, causing blindness. The review of two trials, involving 346 women, found evidence that pregnant women who take penicillin, spectinomycin, ceftriaxone or cefixime are much less likely to have signs of gonorrhoea a week to 10 days later. Further research is needed to find out which antibiotic treatment is the best for preventing infection of the baby.

Résumé simplifié

Utilisation des antibiotiques dans le traitement de la gonorrhée pendant la grossesse

Les femmes enceintes atteintes de gonorrhée qui prennent de la pénicilline, de la spectinomycine ou de la ceftriaxone sont bien moins susceptibles de présenter des signes d'infection.

La Neisseria gonorrhoeae est une bactérie transmise pendant les rapports sexuels et provoquant une infection dans la région génitale. Les femmes enceintes atteintes de gonorrhée peuvent transmettre l'infection aux bébés au cours de l'accouchement. Cela peut affecter la vue du bébé et provoquer une cécité. La revue de deux essais, portant sur 346 femmes, a découvert des preuves indiquant que les femmes enceintes qui prennent de la pénicilline, de la spectinomycine, de la ceftriaxone ou de la céfixime sont bien moins susceptibles de présenter des signes de gonorrhée une semaine à 10 jours plus tard. Des recherches supplémentaires doivent être menées pour découvrir quel traitement antibiotique est le plus efficace pour prévenir l'infection du bébé.

Notes de traduction

Cette revue a été abandonnée par l'équipe d'origine de la revue. Si vous souhaitez mettre à jour cette revue, veuillez faire part de votre intérêt en remplissant le formulaire d'enregistrement de titre, que vous trouverez sur notre site web http://pregnancy.cochrane.org/, et le faire parvenir par courrier électronique au rédacteur en chef.

Traduit par: French Cochrane Centre 6th February, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary