Intervention Review

Magnesium sulphate versus diazepam for eclampsia

  1. Lelia Duley1,*,
  2. David J Henderson-Smart2,
  3. Godfrey JA Walker3,
  4. Doris Chou4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 8 DEC 2010

Assessed as up-to-date: 31 OCT 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD000127.pub2


How to Cite

Duley L, Henderson-Smart DJ, Walker GJA, Chou D. Magnesium sulphate versus diazepam for eclampsia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 12. Art. No.: CD000127. DOI: 10.1002/14651858.CD000127.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Leeds, Centre for Epidemiology and Biostatistics, Bradford, West Yorkshire, UK

  2. 2

    Queen Elizabeth II Research Institute, NSW Centre for Perinatal Health Services Research, Sydney, NSW, Australia

  3. 3

    The University of Liverpool, C/o Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

  4. 4

    World Health Organization, UNDP/UNFPA/WHO/World Bank Special Programme of Research, Development and Research Training in Human Reproduction, Department of Reproductive Health and Research, Geneva, Switzerland

*Lelia Duley, Centre for Epidemiology and Biostatistics, University of Leeds, Bradford Institute for Health Research, Bradford Royal Infirmary, Duckworth Lane, Bradford, West Yorkshire, BD9 6RJ, UK. l.duley@leeds.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 DEC 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Eclampsia, the occurrence of a seizure in association with pre-eclampsia, remains a rare but serious complication of pregnancy. A number of different anticonvulsants are used to control eclamptic fits and to prevent further fits.

Objectives

The objective of this review was to assess the effects of magnesium sulphate compared with diazepam when used for the care of women with eclampsia. Magnesium sulphate is compared with phenytoin and with lytic cocktail in other Cochrane reviews.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 September 2010) and CENTRAL (2010, Issue 3).

Selection criteria

Randomised trials comparing magnesium sulphate (intravenous or intramuscular administration) with diazepam for women with a clinical diagnosis of eclampsia.

Data collection and analysis

Two authors assessed and extracted data independently.

Main results

We have included seven trials, involving 1396 women. Three trials (1030 women) were good quality. Magnesium sulphate was associated with a reduction in maternal death (seven trials;1396 women; risk ratio (RR) 0.59, 95% confidence interval (CI) 0.38 to 0.92) and recurrence of seizures (seven trials;1390 women; RR 0.43, 95% CI 0.33 to 0.55) compared to diazepam. There were no clear differences in other measures of maternal morbidity.

There was no clear difference in perinatal mortality (four trials; 788 infants; RR 1.04, 95% CI 0.81 to 1.34) or neonatal mortality (four trials; 759 infants; RR 1.18, 95% CI 0.75 to 1.84). In the magnesium sulphate group, fewer liveborn babies had an Apgar score less than seven at one minute (two trials; 597 babies; RR 0.75, 95% CI 0.65 to 0.87) or at five minutes (RR 0.70, 95% CI 0.54 to 0.90), and fewer appeared to need intubation at the place of birth (two trials; 591 infants; RR 0.67, 95% CI 0.45 to 1.00). There was no difference in admission to a special care nursery (four trials; 834 infants; RR 0.91, 95% CI 0.79 to 1.05), but fewer babies in the magnesium sulphate group had a length of stay more than seven days (three trials 631 babies; RR 0.66, 95% CI 0.46 to 0.96).

Authors' conclusions

Magnesium sulphate for women with eclampsia reduces the risk ratio of maternal death and of recurrence of seizures, compared with diazepam.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Magnesium sulphate versus diazepam for eclampsia

Magnesium sulphate leads to fewer maternal deaths and fewer further seizures than diazepam (Valium) when given for eclamptic seizures (fits).

Between two and eight in every 100 pregnant women develop pre-eclampsia (toxaemia), which usually means they have high blood pressure and protein in the urine. A small number of women with pre-eclampsia will also have a seizure (fit); this is called eclampsia. Eclampsia can occur in the second half of pregnancy, during labour, or after the birth. Women with eclampsia are given an anticonvulsant drug to control the eclamptic fit, and to prevent further fits. Eclampsia is an important condition because once women have an eclamptic fit they have a high risk of being seriously ill and dying. Worldwide, an estimated 358,000 women died in 2008 due to complications of pregnancy and childbirth, and 99% of these deaths are women in low- and middle-income countries. Overall, 15% of maternal deaths are associated with eclampsia. Eclampsia is more common in low- and middle-income countries than in high-income countries.

Our review of seven randomised trials, involving 1396 women, found that intravenous or intramuscular magnesium sulphate was substantially better than intravenous diazepam in reducing the risk of maternal death and of having further seizures. Treatment was for 24 hours unless there was an indication to continue for longer. Diazepam infusion was titrated against the level of sedation, with the aim of keeping the woman drowsy but rousable.  Use of magnesium sulphate requires monitoring of respiration rate, tendon reflexes and urine output to avoid adverse effects.

Fewer babies had low Apgar scores at birth with magnesium sulphate than with diazepam and, although admissions to a special care nursery were similar, fewer babies in the magnesium sulphate group had a length of stay of more than seven days.

In other Cochrane reviews, magnesium sulphate was also substantially better than other drugs (phenytoin and lytic cocktail).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sulfate de magnésium versus diazépam contre l'éclampsie

Contexte

L'éclampsie, l'apparition d'une crise convulsive associée à une pré-éclampsie, reste une complication rare, mais grave de la grossesse. Un certain nombre d'anticonvulsivants différents sont utilisés pour contrôler les crises d'éclampsie et prévenir les crises ultérieures.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets du sulfate de magnésium comparé au diazépam dans le cadre d'une utilisation pour traiter les femmes atteintes d'éclampsie. Le sulfate de magnésium est comparé à la phénytoïne et à un cocktail lytique dans d'autres revues Cochrane.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (le 30 septembre 2010) et dans CENTRAL (2010, numéro 3).

Critères de sélection

Les essais randomisés comparant le sulfate de magnésium (administration intraveineuse ou intramusculaire) au diazépam pour les femmes ayant reçu un diagnostic clinique d'éclampsie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus sept essais impliquant un total de 1 396 femmes. Trois essais (1 030 femmes) étaient de bonne qualité. Le sulfate de magnésium a été associé à une réduction de la mortalité maternelle (sept essais ;1 396 femmes ; risque relatif (RR) 0,59, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,38 à 0,92) et de la récurrence des crises (sept essais ; 1 390 femmes ; RR 0,43, IC à 95 % 0,33 à 0,55) comparé au diazépam. Il n'a été observé aucune différence claire concernant les autres mesures de la morbidité maternelle.

Aucune différence claire n'a été constatée en termes de mortalité périnatale (quatre essais ; 788 nourrissons ; RR 1,04 , IC à 95 % 0,81 à 1,34) ou de mortalité néonatale (quatre essais ; 759 nourrissons ; RR 1,18, IC à 95 % 0,75 à 1,84). Dans le groupe sulfate de magnésium, moins de bébés nés vivants avaient un score d'Apgar inférieur à 7 à une minute de vie (deux essais ; 597 bébés ; RR 0,75, IC à 95 % 0,65 à 0,87) ou à cinq minutes de vie (RR 0,70, IC à 95 % 0,54 à 0,90), et un moins grand nombre d'enfants semblaient nécessiter une intubation sur le lieu de leur naissance (deux essais ; 591 nourrissons ; RR 0,67, IC à 95 % 0,45 à 1,00). Il n'a été constaté aucune différence en termes d'admission dans un service de soins intensifs pédiatriques (quatre essais ; 834 nourrissons ; RR 0,91, IC à 95 % 0,79 à 1,05), mais dans le groupe sulfate de magnésium, moins de bébés sont restés hospitalisés dans ces services pendant une durée supérieure à 7j (trois essais ; 631 bébés ; RR 0,66, IC à 95 % 0,46 à 0,96).

Conclusions des auteurs

L'administration de sulfate de magnésium chez les femmes atteintes d'éclampsie réduit le risque relatif de décès maternel et de récurrence des crises convulsives comparativement au diazépam.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sulfate de magnésium versus diazépam contre l'éclampsie

Sulfate de magnésium versus diazépam contre l'éclampsie

Le sulfate de magnésium entraîne une baisse de la mortalité maternelle et une diminution de la répétition des crises par rapport au diazépam (Valium) lorsqu'il est administré pour traiter les crises d'éclampsie (convulsions).

Entre deux et huit femmes enceintes sur 100 développent une pré-éclampsie (toxémie), ce qui signifie généralement qu'elles ont une tension artérielle élevée et des protéines dans les urines. Un petit nombre de femmes atteintes de pré-éclampsie aura également des convulsions ; cela caractérise l'éclampsie. L'éclampsie peut survenir au cours de la deuxième moitié de la grossesse, pendant le travail ou après la naissance. Les femmes atteintes d'éclampsie reçoivent un médicament anticonvulsivant afin de contrôler la crise d'éclampsie et de prévenir les crises ultérieures. L'éclampsie est une affection importante, car lorsque les femmes ont une crise d'éclampsie, elles présentent un risque élevé d'être gravement malade et de mourir. On estime que 358 000 femmes dans le monde sont décédées en 2008 en raison de complications lors de la grossesse et de l'accouchement et 99 % de ces décès concernent des femmes vivant dans des pays à faibles et moyens revenus. À l'échelle mondiale, 15 % des décès maternels sont associés à l'éclampsie. L'éclampsie est plus courante dans les pays à faibles et moyens revenus que dans les pays à revenus élevés.

Notre revue portant sur sept essais randomisés, impliquant 1 396 femmes, a montré que le sulfate de magnésium administré par voie intraveineuse ou intramusculaire était sensiblement plus efficace que le diazépam en intraveineuse pour réduire le risque de décès maternel et de crises convulsives ultérieures. Le traitement durait 24 heures, sauf en cas d'indication de poursuite sur une plus longue durée. La perfusion de diazépam était adaptée en fonction du niveau de sédation afin de maintenir les femmes dans un état de somnolence, mais de les garder conscientes.  L'utilisation du sulfate de magnésium nécessite une surveillance de la fréquence respiratoire, des réflexes tendineux et de la diurèse afin d'éviter les effets indésirables.

Un moins grand nombre de bébés présentaient un faible score d'Apgar à la naissance avec le sulfate de magnésium par rapport au diazépam et, bien que le nombre d'admissions dans les services de soins intensifs pédiatriques ait été semblable, dans le groupe sulfate de magnésium, moins de bébés restaient hospitalisés dans ces unités pendant une durée supérieure à 7j.

Dans d'autres revues Cochrane, le sulfate de magnésium était également sensiblement plus efficace que d'autres médicaments (phénytoïne et cocktail lytique).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français