Intervention Review

You have free access to this content

Pre-operative traction for hip fractures in adults

  1. Helen HG Handoll1,*,
  2. Joseph M Queally2,
  3. Martyn J Parker3

Editorial Group: Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group

Published Online: 7 DEC 2011

Assessed as up-to-date: 1 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD000168.pub3


How to Cite

Handoll HHG, Queally JM, Parker MJ. Pre-operative traction for hip fractures in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 12. Art. No.: CD000168. DOI: 10.1002/14651858.CD000168.pub3.

Author Information

  1. 1

    Teesside University, Health and Social Care Institute, Middlesborough, Tees Valley, UK

  2. 2

    Royal College of Surgeons in Ireland, Higher Surgical Training Group, Dublin, Ireland

  3. 3

    Peterborough and Stamford Hospitals NHS Foundation Trust, Department of Orthopaedics, Peterborough, Cambridgeshire, UK

*Helen HG Handoll, Health and Social Care Institute, Teesside University, Middlesborough, Tees Valley, TS1 3BA, UK. h.handoll@tees.ac.uk. H.Handoll@ed.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 7 DEC 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Following a hip fracture, traction may be applied to the injured limb before surgery. This is an update of a Cochrane review first published in 1997, and previously updated in 2006.

Objectives

To evaluate the effects of traction applied to the injured limb prior to surgery for a fractured hip. Different methods of applying traction (skin or skeletal) were considered.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (April 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (in The Cochrane Library 2011, Issue 4), MEDLINE (1948 to April week 2 2011), EMBASE (1980 to 2011 week 16), and CINAHL (1982 to 1 April 2011), conference proceedings, trials registries and reference lists of articles.

Selection criteria

All randomised or quasi-randomised trials comparing either skin or skeletal traction with no traction, or skin with skeletal traction for patients with an acute hip fracture prior to surgery.

Data collection and analysis

At least two authors independently assessed trial quality and extracted data. Additional information was sought from all trialists. Wherever appropriate and possible, data were pooled.

Main results

One new trial was included in this update. In all, 11 trials (six were randomised and five were quasi-randomised), involving a total of 1654 predominantly elderly patients with hip fractures, are included in the review. Most trials were at risk of bias, particularly that resulting from inadequate allocation concealment, lack of assessor blinding and incomplete outcome assessment. Only very limited data pooling was possible.

Ten trials compared predominantly skin traction with no traction. The available data provided no evidence of benefit from traction either in the relief of pain (pain soon after immobilisation (visual analogue score 0: none to 10: worst pain): mean difference 0.11, 95% CI -0.27 to 0.50; 3 trials), ease of fracture reduction or quality of fracture reduction at time of surgery. There were inconclusive data for pressures sores and other complications, including fracture fixation failure. Three minor adverse effects (sensory disturbance and skin blisters) related to skin traction were reported.

One of the above trials included both skin and skeletal traction groups. This trial and one other compared skeletal traction with skin traction and found no important differences between these two methods, although the initial application of skeletal traction was noted as being more painful and more costly.

Authors' conclusions

From the evidence available, the routine use of traction (either skin or skeletal) prior to surgery for a hip fracture does not appear to have any benefit. However, the evidence is also insufficient to rule out the potential advantages for traction, in particular for specific fracture types, or to confirm additional complications due to traction use.

Given the increasing lack of evidence for the use of pre-operative traction, the onus should now be on clinicians who persist in using pre-operative traction to either stop using it or to use it only in the context of a well-designed randomised controlled trial.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

The routine use of traction before surgery in adults with hip fracture

For people with hip fractures, traction involves either using tapes (skin traction) or pins (skeletal traction) attached to the injured leg and connected to weights via a pulley. The application of traction before surgery is thought to relieve pain and make the subsequent surgery easier. Where traction is not used, the injured limb is usually placed on a pillow and the patient encouraged to adopt a position of greatest comfort.

This review summarising the evidence from randomised controlled trials included 11 trials with 1654 participants. Consistent with the general hip fracture population, most of the trial participants were older persons of around 80 years of age and the majority were female. Ten trials compared traction versus no traction and two trials, including one of the preceding 10 trials, compared skin and skeletal traction. As well as limitations in the trial methods, there were very limited data for pooling and a lack of information about the longer-term consequences of applying or not applying traction. Nonetheless, the evidence from the 10 trials consistently showed no evidence to support the supposed advantages of traction described above. There were inconclusive data for pressures sores (skin ulcers) and other complications. One trial reported three adverse effects (sensory disturbance and skin blisters) related to skin traction; all were minor.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Pre-operative traction for hip fractures in adults

Contexte

Suite à une fracture du col du fémur, une traction peut être appliquée sur le membre blessé avant une intervention chirurgicale. Cette revue est une mise à jour d’une revue Cochrane publiée pour la première fois en 1997 et précédemment mise à jour en 2006.

Objectifs

Évaluer les effets de la traction appliquée sur le membre blessé avant une intervention chirurgicale pour une fracture du col du fémur. Différentes méthodes d’applications de tractions (cutanées ou squelettiques) ont été prises en compte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes osseux, articulaires et musculaires (avril 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (in The Cochrane Library 2011, Numéro 4), MEDLINE (1948 à la semaine 2 du mois d’avril 2011), EMBASE (1980 à la semaine 16 de l’année 2011) et CINHAL (1982 au 1er avril 2011), les actes de conférence, les registres d’essais cliniques et les bibliographies d’articles.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés ou quasi-randomisés comparant une traction cutanée ou squelettique à l’absence de traction ou une traction cutanée à une traction squelettique chez des patients présentant une fracture du col du fémur accompagnée d’une douleur aiguë avant une intervention chirurgicale..

Recueil et analyse des données

Au moins deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait des données de façon indépendante. Des informations complémentaires ont été demandées à l’ensemble des personnes ayant réalisé les essais. Chaque fois que possible, les données ont été regroupées.

Résultats Principaux

Un nouvel essai a été inclus dans cette mise à jour. Au total, 11 essais (six étaient randomisés et cinq étaient quasi-randomisés), totalisant 1 654 patients principalement âgés et présentant une fracture du col du fémur, sont inclus dans la revue. La plupart des essais étaient exposés à un risque de biais, particulièrement ceux résultant d’une association secrète inadaptée, un manque de mise en aveugle des évaluateurs et une évaluation incomplète des critères de jugement. Seul un regroupement très limité de données était possible.

Dix essais comparaient, pour la plupart, la traction cutanée à l’absence de traction. Les données disponibles ne démontraient aucune preuve faisant état d’une amélioration liée à la traction en termes de soulagement de la douleur (douleur ressentie peu après l’immobilisation (score analogique visuel compris entre 0 : pas de douleur et 10 : douleur la plus aiguë) : différence moyenne 0,11, IC à 95 % - 0,27 à 0,50 ; 3 essais), soulagement de la réduction de la fracture ou qualité de la réduction de la fracture au moment de l’intervention chirurgicale. Aucune donnée probante n’a été relevée en termes d’escarres et de complications autres, y compris tout échec de fixation de la fracture. Trois effets indésirables mineurs (troubles sensoriels et ampoules) ont été identifiés suite à une traction cutanée

L’un des essais mentionnés ci-dessus était composé de groupes de traction cutanée et squelettique. Cet essai et un autre ont comparé une traction squelettique à une traction cutanée et n’ont révélé aucune différence notable entre ces deux méthodes, bien que l’application initiale d’une traction squelettique provoquait une douleur plus intense et se révélait plus coûteuse..

Conclusions des auteurs

Selon les preuves disponibles, le recours systématique à la traction (cutanée ou squelettique) avant toute intervention chirurgicale pour une fracture du col du fémur semble n’apporter aucune amélioration. Toutefois, ces preuves sont aussi insuffisantes pour exclure les avantages potentiels de la traction, plus particulièrement pour des types de fractures spécifiques, ou pour confirmer l’apparition de complications supplémentaires en raison d’une traction.

Étant donné le manque grandissant de preuves concernant la traction préopératoire, une pression doit maintenant être exercée sur les cliniciens qui continuent d’avoir recours à la traction préopératoire afin qu’ils cessent cette pratique ou qu’ils l’utilisent uniquement dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé bien conçu.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Pre-operative traction for hip fractures in adults

Recours systématique à la traction avant une intervention chirurgicale chez des adultes présentant une fracture du col du fémur

Chez les personnes présentant une fracture du col du fémur, la traction implique l’utilisation de bandes (traction cutanée) ou de broches (traction squelettique) fixées à la jambe blessée et reliées à des poids à l’aide d’une poulie. L’application d’une traction avant une intervention chirurgicale est censée soulager la douleur et faciliter le déroulement de l’intervention. En l’absence de traction, le membre blessé est généralement placé sur un coussin et le patient est invité à adopter une position de confort optimale.

Cette revue récapitulant les preuves obtenues suite à des essais contrôlés randomisés se composait de 11 essais et totalisait 1 654 participants. Par souci de cohérence avec la population générale présentant une fracture du col du fémur, la majorité des participants aux essais étaient des personnes âgées d’environ 80 ans et principalement des femmes. Dix essais ont comparé la traction à l’absence de traction et deux essais, y compris l’un des 10 essais précédents, ont comparé la traction cutanée et squelettique. Tout comme les limitations appliquées aux méthodes utilisées pour les essais, un volume très limité de données étaient disponibles pour le regroupement et un manque d’informations sur les conséquences à plus long terme liées à l’application ou pas d’une traction ont été signalées. Néanmoins, les preuves obtenues à l’issue des 10 essais sont clairement insuffisantes pour corroborer les avantages supposés de la traction décrits ci-dessus. Les données obtenues étaient insuffisantes en termes d’escarres (ulcères cutanés) et de complications autres. Un essai a identifié trois effets indésirables mineurs (troubles sensoriels et ampoules) résultant d’une traction cutanée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st January, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français