Intervention Review

Steroid sex hormones for lower limb atherosclerosis

  1. Jackie Price1,*,
  2. Gillian C Leng2

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 17 OCT 2012

Assessed as up-to-date: 7 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD000188.pub2

How to Cite

Price J, Leng GC. Steroid sex hormones for lower limb atherosclerosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 10. Art. No.: CD000188. DOI: 10.1002/14651858.CD000188.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Edinburgh, Centre for Population Health Sciences, Edinburgh, Scotland, UK

  2. 2

    London School of Hygiene and Tropical Medicine, London, UK

*Jackie Price, Centre for Population Health Sciences, University of Edinburgh, Teviot Place, Edinburgh, Scotland, EH8 9AG, UK. Jackie.Price@ed.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 17 OCT 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

There is accumulating evidence that steroid sex hormones have a beneficial effect on a number of risk factors for peripheral arterial disease.

Objectives

The objective of this review was to determine whether exogenous steroid sex hormones are an effective treatment for patients with lower limb atherosclerosis.

Search methods

For this update the Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group Trials Search Co-ordinator searched the Specialised Register (last searched August 2012) and CENTRAL 2012, Issue 7. There were no language restrictions.

Selection criteria

We selected randomised or quasi-randomised controlled trials of steroid sex hormones in patients with lower limb atherosclerosis.

Data collection and analysis

Both authors extracted data and assessed trial quality independently. Whenever possible investigators were contacted to obtain information needed for the review that could not be found in published reports.

Main results

Four trials appeared to meet the inclusion criteria, but one was excluded because of poor methodology. The three remaining trials compared testosterone treatment with placebo in a total of 109 subjects with intermittent claudication or critical leg ischaemia. The most recent trial to meet the inclusion criteria dated from 1971. No trials were available which investigated the potentially beneficial effects of oestrogenic hormones in women with lower limb atherosclerosis.

Testosterone therapy produced no significant improvement in tests of walking distance or in a variety of other objective tests for peripheral arterial disease, including venous filling time, muscle blood flow and plethysmography. The relative risk for subjective improvement in symptoms using the combined trial results was also non-significant (relative risk (RR) 1.10, 95% confidence interval (CI) 0.81 to 1.48).

Authors' conclusions

There is no evidence to date that short-term testosterone treatment is beneficial in subjects with lower limb atherosclerosis. However, this might reflect limited data rather than the lack of a real effect.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Testosterone and oestrogen steroid sex hormones for lower limb atherosclerosis

Atherosclerosis of the arteries of the legs can become symptomatic as people age. People affected may experience discomfort and cramping pain in the legs that is triggered by exercise and relieved with rest, termed intermittent claudication. Some people with claudication go on to require reconstructive surgery and even amputation of a leg. Risk factors for peripheral arterial disease include cigarette smoking, high blood pressure, high cholesterol, low levels of high density lipoprotein (HDL) cholesterol and blood flow problems. The steroid sex hormones oestrogens and testosterone affect a number of these risk factors, particularly cholesterol and blood clotting, and may be helpful in peripheral vascular disease.

Although four randomised controlled trials met the inclusion criteria, one was excluded because of poor methodology. The three remaining trials compared testosterone treatment with placebo in a total of 109 middle-aged to elderly people, predominantly men. The participants had symptoms of lower limb atherosclerosis, predominantly intermittent claudication. The trials were published from 1967 to 1971 and all took place in Denmark. Testosterone did not provide any clear improvement in the symptoms reported by the participants, walking distance or other objective tests for peripheral arterial disease including leg muscle blood flow. The dose of testosterone in the trials varied between 300 mg taken by mouth every two weeks for three months to a lower (100 mg) oral dose taken more often and 200 mg given by intramuscular injection, first weekly then every two weeks for six months. Side effects were poorly reported except for subjective sexual functioning, which did seem to improve with testosterone treatment. No trials investigated oestrogens in women with lower limb atherosclerosis.

Trials by the Women's Health Initiative (published in 2004) have shown that oestrogen and progestin does not confer any protection against peripheral arterial disease in healthy postmenopausal women or reduce the risk of coronary events in postmenopausal women with coronary heart disease.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hormones sexuelles stéroïdes pour le traitement de l'athérosclérose des membres inférieurs

Contexte

Il existe de plus en plus de preuves indiquant que les hormones sexuelles stéroïdes ont un effet bénéfique sur un certain nombre de facteurs de risque des maladies artérielles périphériques.

Objectifs

L'objectif de cette revue était de déterminer si des hormones sexuelles stéroïdes exogènes représentaient un traitement efficace pour les patients atteints d'athérosclérose des membres inférieurs.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour, le coordinateur de recherche bibliographique d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans le registre spécialisé (dernière recherche effectuée en août 2012) et dans CENTRAL 2012, numéro 7. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur les hormones sexuelles stéroïdes chez des patients atteints d'une athérosclérose des membres inférieurs.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité des essais de manière indépendante. Lorsque cela était possible, les chercheurs ont été contactés afin d'obtenir les informations nécessaires pour la revue qui ne pouvaient pas être trouvées dans les rapports publiés.

Résultats Principaux

Quatre essais contrôlés randomisés ont répondu aux critères d'inclusion, mais un essai a été exclu en raison d'une mauvaise méthodologie. Les trois essais restants comparaient le traitement à la testostérone à un placebo chez un total de 109 sujets présentant une claudication intermittente ou une ischémie critique des jambes. L'essai le plus récent répondant aux critères d'inclusion datait de 1971. Aucun essai étudiant les effets bénéfiques potentiels des hormones œstrogènes chez les femmes atteintes d'athérosclérose des membres inférieurs n'était disponible.

Le traitement à la testostérone n'a produit aucune amélioration significative des tests de la distance de marche ou de divers autres tests objectifs de dépistage de la maladie artérielle périphérique, notamment le temps de remplissage veineux, le débit sanguin musculaire et la pléthysmographie. Le risque relatif concernant l'amélioration subjective des symptômes avec les résultats des essais combinés s'est également révélé non-significatif (risque relatif (RR) 1,10, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,81 à 1,48).

Conclusions des auteurs

Il n'existe à ce jour aucune preuve indiquant que le traitement à la testostérone à court terme est bénéfique chez les sujets atteints d'athérosclérose des membres inférieurs. Cependant, cela pourrait traduire un manque de données plutôt qu'une absence d'effet réel.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hormones sexuelles stéroïdes pour le traitement de l'athérosclérose des membres inférieurs

Des hormones sexuelles stéroïdes (testostérone et œstrogènes) pour le traitement de l'athérosclérose des membres inférieurs

L'athérosclérose des artères des jambes peut devenir symptomatique avec le vieillissement. Les personnes affectées peuvent ressentir une gêne et des crampes douloureuses dans les jambes, déclenchées par l'exercice et soulagées par le repos, appelées claudication intermittente. Certaines personnes présentant une claudication vont jusqu'à nécessiter une chirurgie reconstructrice, voire une amputation de la jambe. Les facteurs de risque pour la maladie artérielle périphérique comprennent le tabagisme, l'hypertension artérielle, les taux de cholestérol élevés, de faibles taux de cholestérol à lipoprotéine de haute densité (HDL) et les problèmes de circulation sanguine. Les œstrogènes et la testostérone, des hormones sexuelles stéroïdes, affectent un certain nombre de ces facteurs de risque, en particulier le cholestérol et la coagulation, et peuvent être utiles dans les maladies vasculaires périphériques.

Bien que quatre essais contrôlés randomisés aient répondu aux critères d'inclusion, un essai a été exclu en raison d'une mauvaise méthodologie. Les trois essais restants comparaient le traitement à la testostérone à un placebo chez un total de 109 personnes d'âge moyen à avancé, majoritairement des hommes. Les participants présentaient des symptômes d'athérosclérose des membres inférieurs, principalement une claudication intermittente. Les essais ont été publiés de 1967 à 1971 et tous se sont déroulés au Danemark. La testostérone n'a pas apporté d'amélioration nette des symptômes rapportés par les participants, de la distance de marche ou des autres tests objectifs de dépistage de maladie artérielle périphérique, notamment le débit sanguin dans les muscles des jambes. La dose de testostérone dans les essais variait entre 300 mg en prise orale toutes les deux semaines pendant trois mois à une dose orale plus faible (100 mg) prise plus souvent et 200 mg administrés par injection intramusculaire, au départ une fois par semaine, puis toutes les deux semaines, pendant six mois. Les effets secondaires ont été mal rapportés, sauf pour la fonction sexuelle subjective qui a effectivement semblé s'améliorer avec le traitement à la testostérone. Aucun essai n'a étudié les œstrogènes chez les femmes atteintes d'athérosclérose des membres inférieurs.

Les essais réalisés par la Women's Health Initiative (initiative de santé féminine) (publiés en 2004) ont montré que les œstrogènes et les progestatifs ne conféraient aucune protection contre la maladie artérielle périphérique chez les femmes ménopausées en bonne santé et ne réduisaient pas le risque d'événements coronariens chez les femmes ménopausées atteintes d'une maladie coronarienne.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th December, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�