Intervention Review

Calcium channel blockers for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

  1. Adib Essali1,*,
  2. Hany Deirawan2,
  3. Karla Soares-Weiser3,
  4. Clive E Adams4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 9 NOV 2011

Assessed as up-to-date: 1 JUN 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD000206.pub3


How to Cite

Essali A, Deirawan H, Soares-Weiser K, Adams CE. Calcium channel blockers for neuroleptic-induced tardive dyskinesia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD000206. DOI: 10.1002/14651858.CD000206.pub3.

Author Information

  1. 1

    Modern Psychiatry Hospital, Psychiatry Centre, Damascus, Syrian Arab Republic

  2. 2

    Kalamoun University, Faculty of Medicine, Deir Atia, Syrian Arab Republic

  3. 3

    Enhance Reviews Ltd, Wantage, UK

  4. 4

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

*Adib Essali, Psychiatry Centre, Modern Psychiatry Hospital, 27 Al Zahrawi Street, Rawda, Damascus, Syrian Arab Republic. adib-essali@hotmail.com. adib-essali@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 9 NOV 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Schizophrenia and related disorders affect a sizable proportion of any population. Neuroleptic (antipsychotic) medications are the primary treatment for these disorders. Neuroleptic medications are associated with a variety of side effects including tardive dyskinesia. Dyskinesia is a disfiguring movement disorder of the orofacial region that can be tardive (having a slow or belated onset). Tardive dyskinesia is difficult to treat, despite experimentation with several treatments. Calcium channel blockers (diltiazem, nifedipine, nimodipine, verapamil) have been among these experimental treatments.

Objectives

To determine the effects of calcium-channel blocker drugs (diltiazem, nifedipine, nimodipine, verapamil) for treatment of neuroleptic-induced tardive dyskinesia in people with schizophrenia, schizoaffective disorder or other chronic mental illnesses.

Search methods

We updated previous searches in May 2010 by searching the Cochrane Schizophrenia Group Register using the Cochrane Schizophrenia Group search strategy.

Selection criteria

Randomised clinical trials comparing calcium-channel blockers with placebo, no intervention or any other intervention for people with both tardive dyskinesia and schizophrenia or serious mental illness.

Data collection and analysis

We planned to extract and analyse data on an intention-to-treat (ITT) basis. We intended to calculate the relative risk (RR) and 95% confidence intervals (CI) of homogeneous dichotomous data using a random-effects model, and, where possible, calculate the number needed to treat. We planned to calculate mean differences (MD) for continuous data.

Main results

We did not include any trials in this review. We excluded 15 studies; eight were not randomised, one did not use calcium channel blockers, five small, randomised, studies reported no usable data and one did not include people with both tardive dyskinesia and schizophrenia.

Authors' conclusions

The effects of calcium-channel blockers for antipsychotic induced tardive dyskinesia are unknown. Their use is experimental and should only be given in the context of well designed randomised clinical trials.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Calcium channel blockers for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

Antipsychotic medication is associated with adverse effects, including tardive dyskinesia which is characterised by abnormal, repetitive, involuntary facial movements. Calcium channel blockers, originally developed for use in cardiovascular disorders, have been experimentally used as a treatment for tardive dyskinesia. There is currently no good quality evidence to support their use.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Calcium channel blockers for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

Contexte

La schizophrénie et les troubles connexes touchent une proportion assez importante de toute population. Les médicaments neuroleptiques (antipsychotiques) constituent le traitement primaire de ces troubles. Les médicaments neuroleptiques sont associés à une variété d'effets secondaires, dont la dyskinésie tardive. La dyskinésie est un trouble défigurant du mouvement de la région orofaciale qui peut être tardif (ayant un démarrage lent ou tardif). La dyskinésie tardive est difficile à traiter, malgré l'expérimentation de plusieurs traitements. Les inhibiteurs calciques (diltiazem, nifédipine, nimodipine, vérapamil) ont été au nombre de ces traitements expérimentaux.

Objectifs

Déterminer les effets de médicaments inhibiteurs calciques (diltiazem, nifédipine, nimodipine, vérapamil) dans le traitement de la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques chez les personnes atteintes de schizophrénie, de troubles schizo-affectifs ou d'autres maladies mentales chroniques

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons actualisé les recherches précédentes en mai 2010 en effectuant une recherche dans le registre du Groupe Cochrane sur la schizophrénie, au moyen de la stratégie de recherche du Groupe Cochrane sur la schizophrénie.

Critères de sélection

Des essais cliniques randomisés comparant les inhibiteurs calciques avec un placebo, l'absence d'intervention ou toute autre intervention chez des personnes souffrant à la fois de dyskinésie tardive et de schizophrénie ou autre maladie mentale grave.

Recueil et analyse des données

Nous avons planifié d'extraire les données et d'effectuer leur analyse en intention de traiter (ITT). Nous avons projeté de calculer le risque relatif (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % des données dichotomiques homogènes au moyen d'un modèle à effets aléatoires et, si possible, de calculer le nombre de sujets à traiter. Nous avons prévu de calculer les différences moyennes (DM) pour les données continues.

Résultats Principaux

Nous n'avons inclus aucun essai dans cette revue. Nous avons exclu 15 études : huit n'étaient pas randomisées, une ne concernait pas les inhibiteurs calciques, cinq petites études randomisées n'avaient rendu compte d'aucune donnée utilisable et une ne portait pas sur des personnes souffrant simultanément de dyskinésie tardive et de schizophrénie.

Conclusions des auteurs

Les effets des inhibiteurs calciques dans la dyskinésie tardive induite par les antipsychotiques sont inconnus. Leur utilisation est expérimentale et doit être limitée au cadre d'essais cliniques randomisés bien conçus.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Calcium channel blockers for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

Inhibiteurs calciques dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

Les médicaments antipsychotiques sont associés à des effets indésirables, dont la dyskinésie tardive qui se caractérise par des mouvements anormaux, répétitifs et involontaires du visage. Les inhibiteurs calciques, initialement développés pour une utilisation dans les troubles cardiovasculaires, ont été expérimentés comme traitement de la dyskinésie tardive. Il n'existe actuellement aucune preuve de bonne qualité pour soutenir leur utilisation.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd May, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français