Intervention Review

Cholinergic medication for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

  1. Irina Tammenmaa2,
  2. John McGrath1,*,
  3. Eila ES Sailas3,
  4. Karla Soares-Weiser4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 22 JUL 2002

Assessed as up-to-date: 17 MAY 2002

DOI: 10.1002/14651858.CD000207


How to Cite

Tammenmaa I, McGrath J, Sailas EES, Soares-Weiser K. Cholinergic medication for neuroleptic-induced tardive dyskinesia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2002, Issue 3. Art. No.: CD000207. DOI: 10.1002/14651858.CD000207.

Author Information

  1. 1

    Queensland Brain Institute, Queensland Centre for Mental Health Research, Brisbane, Queensland, Australia

  2. 2

    University of Helsinki, Department of Psychiatry, FIN-00029 Helsinki University Central Hospital, Finland

  3. 3

    National reseearch and development centre for welfare and health, Helsinki, Finland

  4. 4

    Enhance Reviews Ltd, Wantage, UK

*John McGrath, Queensland Brain Institute, Queensland Centre for Mental Health Research, University of Queensland, Brisbane, Queensland, QLD 4072, Australia. john_mcgrath@gcmhr.uq.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 22 JUL 2002

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

Background

Tardive dyskinesia remains a troublesome adverse effect of conventional antipsychotic (neuroleptic) medication. It has been proposed that tardive dyskinesia could have a component of central cholinergic deficiency. Cholinergic drugs have been used to treat tardive dyskinesia.

Objectives

To determine the effects of cholinergic drugs (arecoline, choline, deanol, lecithin, meclofenoxate, physostigmine, RS 86, tacrine, metoxytacrine, galantamine, ipidacrine, donepezil, rivastigmine, eptastigmine, metrifonate, xanomeline, cevimeline) for treating neuroleptic-induced tardive dyskinesia in people with schizophrenia or other chronic mental illness.

Search methods

An electronic search of the Cochrane Schizophrenia Group's register (October 2001) was undertaken. This register is assembled by extensive searches for randomised controlled trials in many electronic databases, registers of conference proceedings and dissertations. References of all identified studies were searched for further trial citations. Principal authors of trials were contacted.

Selection criteria

Reports identified by the search were included if they were of controlled trials dealing with people with neuroleptic-induced tardive dyskinesia and chronic mental illness, who had been randomly allocated to either a cholinergic agent or to a placebo or no intervention. Two reviewers independently assessed methodological quality of trials.

Data collection and analysis

Two researchers extracted data and, where possible, estimated relative risks (RR) or weighted mean differences (WMD), with 95% confidence intervals (CI). Data were analysed on an intention-to-treat basis, with the assumption that people who dropped out had no improvement.

Main results

We included eleven studies investigating the use of older cholinergic drugs compared with placebo. Most studies involved small numbers of participants (5-20 people). We found no completed trials of the new cholinergic Alzheimer drugs for the treatment of tardive dyskinesia.
Cholinergic drugs did not result in any substantial improvement in tardive dyskinesia symptoms when compared with placebo (8 RCTs, 170 people, RR no important improvement 0.84 CI 0.68 to 1.04). Neither did tardive dyskinesia symptoms increase (7 RCTs, 137 people, RR deterioration in tardive dyskinesia 1.17 CI 0.55 to 2.50). Pooled results for endpoint AIMS scores were equivocal (4 RCTs, 86 people, WMD -0.19 CI -0.53 to 0.14). Deanol may cause gastric adverse effects (5 RCTs, 61 people, RR 9.00 CI 0.55-148) and other adverse effects such as sedation and peripheral cholinergic effects (6 RCTs, 94 people, RR 6.83 CI 0.99-47). One study reported on global outcome. Meclofenoxate was neither clearly helpful nor harmful when compared with placebo (1 RCT, 60 people, RR not of global benefit 0.89 CI 0.59 to 1.32). We found no difference between people allocated cholinergics and those given placebo for the outcome of leaving the study before completion (10 RCTs, 240 people, RR 0.52 CI 0.21 to 1.33).

Authors' conclusions

Tardive dyskinesia remains a major public health problem. The clinical effects of older cholinergic drugs are unclear, as too few, too small studies leave many questions unanswered. Cholinergic drugs should remain of interest to researchers and currently have little place in routine clinical work. However, with the advent of new cholinergic agents now used for treating Alzheimer's disease, scope exists for more informative trials. If these new cholinergic agents are to be investigated for treating people with tardive dyskinesia, their effects should be demonstrated in well-designed, conducted and reported randomised trials.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

Cholinergic medication for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

Drug-induced tardive dyskinesia is a common adverse effect of some antipsychotics, especially when these are given for an extended period of time. Tardive dyskinesia consists of involuntary repetitive movements, mainly in the oral region, but sometimes also in the limbs. It may become persistent. Cholinergic drugs, such as deanol, lecithin and meclofenoxate, have been used to treat tardive dyskinesia. This review did not identify any evidence to suggest that they are effective and found some to suggest that these old drugs may be toxic. New cholinergic drugs have been developed for the treatment of Alzheimer's disease, and it will be of interest to know if these drugs have an effect on the movements of tardive dyskinesia. We found one ongoing randomised trial.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

Traitement cholinergique dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

Contexte

La dyskinésie tardive reste un effet indésirable gênant des traitements antipsychotiques (neuroleptiques) conventionnels. Il a été suggéré que la dyskinésie tardive pourrait être associée à une déficience cholinergique centrale. Des médicaments cholinergiques ont été utilisés pour traiter la dyskinésie tardive.

Objectifs

Déterminer les effets des médicaments cholinergiques (arécoline, choline, déanol, lécithine, méclofénoxate, physostigmine, RS 86, tacrine, metoxytacrine, galantamine, ipidacrine, donépézil, rivastigmine, eptastigmine, métrifonate, xanoméline, cévimeline) dans le traitement de la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques chez des patients atteints de schizophrénie ou d'autres troubles mentaux chroniques.

Stratégie de recherche documentaire

Une recherche électronique a été effectuée dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (octobre 2001). Ce registre est constitué de recherches exhaustives d'essais contrôlés randomisés dans de nombreuses bases de données électroniques et registres d'actes de conférence et de thèses. Les références bibliographiques de toutes les études identifiées ont été consultées afin d'identifier d'autres essais pertinents. Les principaux auteurs des essais ont été contactés.

Critères de sélection

Les rapports identifiés au cours de la recherche ont été inclus lorsqu'il s'agissait d'essais contrôlés portant sur des patients atteints de dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques et de troubles mentaux chroniques ayant été randomisés pour un agent cholinergique, un placebo, ou une absence d'intervention. Deux évaluateurs ont évalué la qualité méthodologique des essais de manière indépendante.

Recueil et analyse des données

Deux chercheurs ont extrait les données et, dans la mesure du possible, estimé les risques relatifs (RR) ou les différences moyennes pondérées (DMP), avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les données ont été analysées sur la base de l'intention de traiter, en partant du principe que les participants qui abandonnaient les études ne présentaient pas d'amélioration.

Résultats principaux

Nous avons inclus onze études examinant l'utilisation de médicaments cholinergiques plus anciens par rapport à un placebo. La plupart des études présentaient un effectif réduit (5-20 participants). Nous n'avons identifié aucun essai achevé portant sur l'utilisation de nouveaux médicaments cholinergiques pour la maladie d'Alzheimer dans le traitement de la dyskinésie tardive.
Les médicaments cholinergiques n'entraînaient pas d'amélioration substantielle des symptômes de la dyskinésie tardive par rapport au placebo (8 ECR, 170 patients, RR d'absence d'amélioration importante de 0,84, IC entre 0,68 et 1,04). Les symptômes de la dyskinésie tardive n'augmentaient cependant pas (7 ECR, 137 patients, RR d'aggravation de la dyskinésie tardive de 1,17, IC entre 0,55 et 2,50). Les résultats combinés pour les scores AIMS de fin d'étude étaient équivoques (4 ECR, 86 patients, DMP de -0,19, IC entre -0,53 et 0,14). Le déanol pourrait entraîner des effets gastriques indésirables (5 ECR, 61 patients, RR de 9,00, IC entre 0,55 et 148) et d'autres effets indésirables tels qu'une sédation et des effets cholinergiques périphériques (6 ECR, 94 patients, RR de 6,83, IC entre 0,99 et 47). Une étude rapportait un critère de jugement global. Le méclofénoxate n'était ni clairement utile ni dangereux par rapport au placebo (1 ECR, 60 patients, RR d'absence de bénéfice global de 0,89, IC entre 0,59 et 1,32). Nous n'avons identifié aucune différence entre les patients du groupe des cholinergiques et ceux du groupe du placebo concernant le critère de jugement de sortie prématurée de l'étude (10 ECR, 240 patients, RR de 0,52, IC entre 0,21 et 1,33).

Conclusions des auteurs

La dyskinésie tardive reste un problème majeur de santé publique. Les effets cliniques des anciens médicaments cholinergiques sont incertains car les études disponibles sont trop petites et trop peu nombreuses pour répondre à toutes les questions en suspens. Les médicaments cholinergiques devraient continuer à être étudiés mais n'ont actuellement pas leur place dans la pratique clinique de routine. Néanmoins, l'apparition de nouveaux agents cholinergiques aujourd'hui utilisés dans le traitement de la maladie d'Alzheimer justifie de nouveaux essais informatifs. Si ces nouveaux agents cholinergiques sont étudiés dans le traitement des patients atteints de dyskinésie tardive, leurs effets devraient être démontrés dans le cadre d'essais randomisés bien conçus, réalisés et documentés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

Traitement cholinergique dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

La dyskinésie tardive induite par les médicaments est un effet indésirable courant de certains antipsychotiques, en particulier lorsqu'ils sont administrés au cours d'une longue période. La dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements répétitifs involontaires qui affectent principalement la région buccale mais peuvent également toucher les membres. Ces mouvements peuvent devenir permanents. Les médicaments cholinergiques, tels que le déanol, la lécithine et le méclofénoxate, sont utilisés dans le traitement de la dyskinésie tardive. Cette revue n'a identifié aucune preuve suggérant qu'ils étaient efficaces et a identifié certaines preuves suggérant que ces anciens médicaments pourraient être toxiques. De nouveaux médicaments cholinergiques ont été développés afin de traiter la maladie d'Alzheimer et il serait intéressant de savoir s'ils ont un effet sur les mouvements de la dyskinésie tardive. Nous avons identifié un essai randomisé en cours.

Notes de traduction

Évaluation interne par les pairs du groupe Cochrane sur la schizophrénie finalisée (voir Module).
Évaluation externe par les pairs finalisée.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

背景

使用乙醯膽鹼藥物治療抗精神藥物引起的遲發性運動障礙

遲發性運動障礙仍是麻煩的傳統的抗精神病藥物副作用(抗精神病藥物).有人理議遲發性運動障礙應為中樞乙醯膽鹼不足的一部份. 乙醯膽鹼藥物用於治療遲發性運動障礙

目標

治療精神分裂症或其他的慢性精神疾病的病人由抗精神病藥物引起的遲發性運動障時,評估乙醯膽鹼藥物的療效,乙醯膽鹼藥物包含arecoline, choline, deanol, lecithin, meclofenoxate, physostigmine, RS 86, tacrine, metoxytacrine, galantamine, ipidacrine, donepezil, rivastigmine, eptastigmine, metrifonate, xanomeline, cevimeline).

搜尋策略

電子搜尋the Cochrane Schizophrenia Group's register (2001年十月). 本註冊資料庫包含許多的電子資料庫,登錄連結隨機的對照試驗的延伸研究,會議論文和相關文獻,搜尋所有疾病相關的研究. 也連絡試驗的主要作者.

選擇標準

辨識納入所有的對照研究,研究需將精神藥物引起的遲發性運動障礙和慢性精神疾病病人隨機分配至乙醯膽鹼藥物組,安慰劑組或沒有治療. 兩個審閱者獨立評估試驗方法學品質.

資料收集與分析

兩個審閱者獨立擷取資料. 若資料允許則估計相對危險(RR),加權平均差和95%信賴區間(CI).資料以意圖治療病人為計算基準,並假設退出試驗的病人沒有進步.

主要結論

我們納入11項比較老的乙醯膽鹼藥物和安慰劑試驗的研究,大多數的研究受試者不多(5–20位).我們發現沒有使用新型乙醯膽鹼阿茲海默症藥物治療遲發性運動障礙的試驗完成. 和安慰劑相比,乙醯膽鹼藥物並沒有任何持續改善遲發性運動障礙症狀 (8 個隨機對照試驗s, 170 位病人,沒有重要改變的相對危險(RR)為0.84 CI 0.68–1.04).也未增加 遲發性運動障礙的症狀 (7個個隨機對照試驗, 137 位受試者,遲發性運動障礙惡化的相對危險為1.17 CI 0.55–2.50). 綜合資料得到試驗結果為AIMS 評分差不多(4個個隨機對照試驗, 86 位受試者, 加權平均差為−0.19 CI為−0.53至0.14). Deanol 可能會引起胃副作用(5 個隨機對照試驗, 61 位受試者, RR 9.00 CI 0.55至148) 和其他的鎮靜和週邊乙醯膽鹼作用的副作用(6個隨機對照試驗, 94位受試者, RR為 6.83 CI 0.99至47). 1個研究有整體結果的評估. 和安慰劑相比, Meclofenoxate 沒有明顯的有益或有害療效(一個隨機對照試驗, 60 位受試者, RR為0.89 CI為 0.59–1.32). 我們發現使用乙醯膽鹼藥物或安慰劑的患者在完成前提早離開研究方面並沒有差異 (10 個隨機對照試驗, 240 位受試者, RR為 0.52 CI 0.21–1.33).

作者結論

遲發性運動障礙仍是一個主要公眾健康問題. 舊型乙醯膽鹼藥物的臨床療效不明確,因為太少太小的研究不能回答所有的疑問. 乙醯膽鹼藥物仍值得研究,目前臨床太少使用. 然而現在新型乙醯膽鹼藥物開始使用於阿茲海默氏症, 應有更多可提供資訊的試驗. 可研究新型乙醯膽鹼藥物於遲發性運動障礙病患的療效,應該要有設計良好,執行和報告撰寫嚴謹的隨機試驗證明其療效.

翻譯人

本摘要由成功大學附設醫院尹子真翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

藥物引起的遲發性運動障礙是使用抗精神病藥物常見的副作用,尤其對長期使用患者. 遲發性運動障礙的症狀包含不自主性的重複動作,通常是口部,但有時在四肢. 副作用可能變成持續性的. deanol, lecithin 和meclofenoxate等乙醯膽鹼藥物曾被用於治療遲發性運動障礙. 本回顧沒有找到任何乙醯膽鹼藥物有效的證據,有些證據甚至顯示老的乙醯膽鹼藥物可能有毒性. 新型乙醯膽鹼藥物被研發使用於阿茲海默氏症治療, 對遲發性運動障礙也有研究價值. 我們找到一個進行中的隨機試驗.

 

Laienverständliche Zusammenfassung

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. Laienverständliche Zusammenfassung

Cholinerge Medikamente für Neuroleptika (Antipsychotika)-ausgelöste Spätdyskinesien

Arzneimittel-ausgelöste Spätdyskinesien sind eine häufige Nebenwirkung von einigen Antipsychotika, insbesondere wenn diese über einen längeren Zeitraum gegeben werden. Spätdyskinesien (Bewegungsstörungen) bestehen aus unwillkürlichen repetitiven Bewegungen, vor allem im Mundbereich, manchmal aber auch in den Gliedmaßen. Diese können dauerhaft bestehen. Cholinergika (auf Acetylcholin, ein Neurotransmitter, reagierende oder dies enthaltende Medikamente), wie Deanol, Lecithin und Meclofenoxat, wurden eingesetzt, um Spätdyskinesien zu behandeln. Dieses Review erbrachte keine Hinweise darauf, dass diese Medikamente wirksam sind, fand jedoch einige Hinweise darauf, dass solche, inzwischen veraltete, Drogen schädlich sein können. In der Zwischenzeit wurden neue Cholinergika für die Behandlung von Alzheimer entwickelt; es ist von grossem Interesse herauszufinden, ob diese Medikamente einen Einfluss auf die unwillkürlichen Bewegungen von Spätdyskinesien haben. Wir haben eine laufende randomisierte Studie gefunden.

Anmerkungen zur Übersetzung

J. Meerpohl, Koordination durch Cochrane Schweiz