Get access

Vitamin E for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Antipsychotic (neuroleptic) medication is used extensively to treat people with chronic mental illnesses. Its use, however, is associated with adverse effects, including movement disorders such as tardive dyskinesia (TD) – a problem often seen as repetitive involuntary movements around the mouth and face. Vitamin E has been proposed as a treatment to prevent or decrease TD.

Objectives

To determine the effects of vitamin E for people with schizophrenia or other chronic mental illnesses who also developed neuroleptic-induced TD.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (March 2010), inspected references of all identified studies for further trials and contacted authors of trials for additional information.

Selection criteria

We included reports if they were controlled trials dealing with people with neuroleptic-induced TD and schizophrenia who had been randomly allocated to either vitamin E or to a placebo or no intervention.

Data collection and analysis

We independently extracted data from these trials and we estimated risk ratios (RR) or mean differences (MD), with 95% confidence intervals (CI). We assumed that people who dropped out had no improvement.

Main results

The review now includes 11 poorly reported randomised trials (total 427 people). There was no clear difference between vitamin E and placebo for the outcome of 'clinically relevant improvement in TD' (6 trials, 256 people, RR 0.95 CI 0.89 to 1.02). For the outcome of 'any improvement in TD symptoms', again, we found no clear difference between groups (7 trials, 311 people, RR 0.86 CI 0.75 to 1.00). However, people allocated to placebo showed more deterioration of their symptoms compared with those given vitamin E (5 trials, 98 people, RR 0.38 CI 0.16 to 0.9). There was no difference in the incidence of adverse effects (9 trials, 203 people, RR 1.29 CI 0.51 to 3.24) or leaving the study early (medium term 6 trials, 173 people, RR 1.29 CI 0.72 to 2.3). There is no trial-based information regarding the effect of vitamin E for those with early onset of TD.

Authors' conclusions

Small trials of limited quality suggest that vitamin E may protect against deterioration of TD. There is no evidence that vitamin E improves symptoms of this problematic and disfiguring condition once established. New and better trials are indicated in this under-researched area, and, of the many adjunctive treatments that have been given for TD, vitamin E would be a good choice for further evaluation.

Résumé scientifique

Vitamine E dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

Contexte

Le traitement antipsychotique (neuroleptique) est largement utilisé chez les patients atteints de troubles mentaux chroniques. Son utilisation est cependant associée à des effets indésirables, notamment des troubles du mouvement tels que la dyskinésie tardive (DT), un problème fréquent qui se caractérise par des mouvements involontaires répétitifs autour de la bouche et du visage. La vitamine E a été proposée comme traitement pour prévenir ou réduire la DT.

Objectifs

Déterminer les effets de la vitamine E chez les patients atteints de schizophrénie ou d'autres troubles mentaux chroniques ayant également développé une DT induite par les neuroleptiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (mars 2010), examiné les références bibliographiques de toutes les études pertinentes afin d'identifier d'autres essais et contacté les auteurs des essais afin d'obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus les rapports lorsqu'il s'agissait d'essais contrôlés portant sur des patients atteints de DT induite par les neuroleptiques et de schizophrénie ayant été randomisés pour de la vitamine E, un placebo ou une absence d'intervention.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données de ces essais de manière indépendante et estimé les risques relatifs (RR) ou les différences moyennes (DM), avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons considéré que les patients qui abandonnaient les études ne présentaient pas d'amélioration.

Résultats principaux

Cette revue inclut désormais 11 essais randomisés mal documentés (427 patients au total). Aucune différence notable n'était observée entre la vitamine E et le placebo concernant le critère de jugement d'amélioration cliniquement importante de la DT (6 essais, 256 patients, RR de 0,95, IC entre 0,89 et 1,02). Pour le critère de jugement de n'importe quelle amélioration des symptômes de la DT, nous n'avons identifié aucune différence notable entre les groupes (7 essais, 311 patients, RR de 0,86, IC entre 0,75 et 1,00). Néanmoins, les patients du groupe du placebo présentaient une aggravation supérieure des symptômes par rapport à ceux recevant de la vitamine E (5 essais, 98 patients, RR de 0,38, IC entre 0,16 et 0,9). Aucune différence n'était observée en termes d'incidence des effets indésirables (9 essais, 203 patients, RR de 1,29, IC entre 0,51 et 3,24) ou d'arrêt prématuré (moyen terme, 6 essais, 173 patients, RR de 1,29, IC entre 0,72 et 2,3). Aucun essai ne rapportait d'informations concernant l'effet de la vitamine E chez les patients présentant une apparition précoce de la DT.

Conclusions des auteurs

Des essais à petite échelle de qualité limitée suggèrent que la vitamine E pourrait prévenir l'aggravation de la DT. Aucune preuve n'indique que la vitamine E améliore les symptômes de cette maladie problématique et défigurante une fois établie. D'autres essais de meilleure qualité sont indiqués dans ce domaine insuffisamment étudié. Parmi les nombreux traitements complémentaires administrés dans la DT, la vitamine E pourrait justifier des recherches plus approfondies.

Plain language summary

Vitamin E for neuroleptic-induced tardive dyskinesia

Having to take antipsychotic drugs for long periods of time can cause repetitive movements - often of the face and mouth. These are disfiguring and do not necessarily cease once medication is reduced or changed. Vitamin E has been evaluated for treating these movement disorders, but, so far, the benefit of this medication seems small and restricted to avoidance of deterioration.

Résumé simplifié

Vitamine E dans la dyskinésie tardive induite par les neuroleptiques

La prise de médicaments antipsychotiques au cours de longues périodes peut entraîner l'apparition de mouvements répétitifs qui affectent souvent le visage et la bouche. Ces mouvements sont défigurants et ne cessent pas forcément lorsque l'on réduit le traitement ou que l'on change de médicament. La vitamine E a été évaluée dans le traitement de ces troubles du mouvement mais, à ce jour, les effets bénéfiques du traitement semblent réduits et limités à la prévention de l'aggravation.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Laički sažetak

Vitamin E za tardivnu diskineziju izazvanu lijekovima neurolepticima

Dugotrajna terapija lijekovima antipsihoticima može uzrokovati nuspojave u obliku ponavljanih pokrete, često lica i usta (tardivna diskinezija). Ti pokreti nagrđuju izgled i ne prestaju nužno prekidom terapije. U ovom Cochrane sustavnom pregledu analizirana je djelotvornost vitamina E kao terapije tih poremećaja pokreta, ali, za sada se njegov učinak na izbjegavanje pogoršanja stanja čini ograničen.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Preveo: Adam Galkovski
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr

Get access to the full text of this article