Intervention Review

Anthelmintics for people with neurocysticercosis

  1. Katharine Abba1,*,
  2. Sridharan Ramaratnam2,
  3. Lakshmi Narasimhan Ranganathan3

Editorial Group: Cochrane Infectious Diseases Group

Published Online: 17 MAR 2010

Assessed as up-to-date: 18 OCT 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD000215.pub4


How to Cite

Abba K, Ramaratnam S, Ranganathan LN. Anthelmintics for people with neurocysticercosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 3. Art. No.: CD000215. DOI: 10.1002/14651858.CD000215.pub4.

Author Information

  1. 1

    Liverpool School of Tropical Medicine, International Health Group, Liverpool, Merseyside, UK

  2. 2

    Apollo Hospitals, Department of Neurology, Chennai, Tamil Nadu, India

  3. 3

    Kilpauk Medical College, Department of Neurology, Chennai, Tamil Nadu, India

*Katharine Abba, International Health Group, Liverpool School of Tropical Medicine, Pembroke Place, Liverpool, Merseyside, L3 5QA, UK. K.abba@liverpool.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (conclusions changed)
  2. Published Online: 17 MAR 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Neurocysticercosis is an infection of the brain by the larval stage of the pork tapeworm. In endemic areas it is a common cause of epilepsy. Anthelmintics (albendazole or praziquantel) may be given to kill the parasites. However, there are potential adverse effects, and the parasites may eventually die without treatment.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of anthelmintics for people with neurocysticercosis.

Search methods

In May 2009 we searched the Cochrane Infectious Diseases Group Specialized Register, CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Issue 2), MEDLINE, EMBASE, LILACS, and the mRCT.

Selection criteria

Randomized controlled trials comparing anthelmintics with placebo, no anthelmintic, or other anthelmintic regimen for people with neurocysticercosis.

Data collection and analysis

Two authors independently selected trials, extracted data, and assessed each trial's risk of bias. We calculated risk ratios (RR) for dichotomous variables, with 95% confidence intervals (CI). We pooled data from trials with similar interventions and outcomes.

Main results

For viable lesions in children, there were no trials. For viable lesions in adults, no difference was detected for albendazole compared with no treatment for recurrence of seizures (116 participants, one trial); but fewer participants with albendazole had lesions at follow up (RR 0.56, 95% CI 0.45 to 0.70; 192 participants, two trials).

For non-viable lesions in children, seizures recurrence was less common with albendazole compared with no treatment (RR 0.49, 95% CI 0.32 to 0.75; 329 participants, four trials). There was no difference detected in the persistence of lesions at follow up (570 participants, six trials). For non-viable lesions in adults, there were no trials.

In trials including viable, non-viable or mixed lesions (in both children and adults), headaches were more common with albendazole alone (RR 9.49, 95% CI 1.40 to 64.45; 106 participants, two trials), but no difference was detected in one trial giving albendazole with corticosteroids (116 participants, one trial).

Authors' conclusions

In patients with viable lesions, evidence from trials of adults suggests albendazole may reduce the number of lesions. In trials of non-viable lesions, seizure recurrence was substantially lower with albendazole, which is counter-intuitive. It may be that steroids influence headache during treatment, but further research is needed to test this.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Treatment for illness caused by tapeworm larvae in the brain

If people eat eggs from the pork tapeworm (Taenia solium), these eggs can move from the gut and then lodge in different tissues of the body forming cysts. When these cysts form in the brain, this is called neurocysticercosis. Some people may have no symptoms if this happens, but others may suffer from seizures, headaches, or more rarely from confusion, loss of balance or brain swelling. More rarely still, someone may die.

The condition is mainly found where people live in close contact with pigs and where the sanitation is poor. It affects around 50 million people worldwide, and in some areas is the leading cause of adult-onset epilepsy.

The number, size and location of the cysts help to guide treatment of neurocysticercosis, as do the patient’s symptoms; for example, giving anticonvulsants to someone with seizures. Two drugs, praziquantel and albendazole, can be used specifically in neurocysticercosis to help kill the parasite; these drugs are known as anthelmintics. Some cysts, called non-viable lesions are generally in the process of degenerating and resolving spontaneously; many experts recommend not treating this type of cyst. However, treating viable lesions (ie those lesions that may or may not resolve spontaneously) with these drugs may help kill the parasite, although treatment remains controversial due to the potential side effects and the fact the parasite may die without treatment.

In this review of 21 relevant randomized controlled trials, most studies examined the effects of albendazole. In patients with viable lesions, there is only evidence available for adult patients; this suggests that albendazole may reduce the number of lesions. In patients with non-viable lesions, there is only evidence available for children; this suggests that seizure recurrence was lower with albendazole, which goes against the opinions of some experts. There is insufficient evidence available to assess praziquantel.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Anthelminthiques chez les patients atteints de neurocysticercose

Contexte

La neurocysticercose est une infection du cerveau par le ver plat parasite du porc au stade larvaire. Il s'agit d'une cause courante d'épilepsie dans les zones endémiques. Des anthelminthiques (albendazole ou praziquantel) peuvent être administrés pour tuer les parasites. Néanmoins, ces médicaments sont associés à des effets indésirables potentiels et les parasites pourraient mourir sans traitement.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des anthelminthiques chez les patients atteints de neurocysticercose.

Stratégie de recherche documentaire

En mai 2009, nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2009, numéro 2), MEDLINE, EMBASE, LILACS et mRCT.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant des anthelminthiques à un placebo, une absence d'anthelminthiques ou d'autres schémas d'anthelminthiques chez des patients atteints de neurocysticercose.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les essais, extrait les données et évalué le risque de biais de chaque essai de manière indépendante. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) pour les variables dichotomiques, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons combiné les données des essais examinant des interventions et des critères de jugement similaires.

Résultats principaux

Aucun essai n'examinait les lésions viables chez l'enfant. Concernant les lésions viables chez l'adulte, aucune différence n'était détectée entre l'albendazole et l'absence de traitement en termes de récurrence des crises épileptiques (116 participants, un essai) ; cependant, moins de participants sous albendazole présentaient des lésions lors du suivi (RR de 0,56, IC à 95 %, entre 0,45 et 0,70) ; 192 participants, deux essais).

Concernant les lésions non viables chez l'enfant, la récurrence des crises épileptiques était moins fréquente sous albendazole par rapport à l'absence de traitement (RR de 0,49, IC à 95 %, entre 0,32 et 0,75 ; 329 participants, quatre essais). Aucune différence n'était détectée en termes de persistance des lésions lors du suivi (570 participants, six essais). Aucun essai n'examinait les lésions non viables chez l'adulte.

Dans les essais examinant des lésions viables, non viables ou mixtes (chez des enfants et des adultes), les céphalées étaient plus courantes sous albendazole seul (RR de 9,49, IC à 95 %, entre 1,40 et 64,45 ; 106 participants, deux essais), mais aucune différence n'était détectée dans un essai portant sur l'administration d'albendazole combiné à des corticostéroïdes (116 participants, un essai).

Conclusions des auteurs

Chez les patients présentant des lésions viables, les preuves issues des essais portant sur des adultes suggèrent que l'albendazole pourrait réduire le nombre de lésions. Dans les essais portant sur des lésions non viables, la récurrence des crises épileptiques était substantiellement inférieure sous albendazole, ce qui semble contre-intuitif. Il se pourrait que les stéroïdes aient une influence sur les céphalées pendant le traitement, mais d'autres recherches sont nécessaires pour évaluer cette hypothèse.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Traitement de la maladie causée par les larves d'un ver plat dans le cerveau

Lorsqu'un individu ingère les larves d'un ver plat parasite du porc (Taenia solium), ces larves peuvent sortir de l'intestin et se loger dans différents tissus de l'organisme pour former des kystes. Lorsque ces kystes se forment dans le cerveau, on parle de neurocysticercose. Certains patients peuvent être asymptomatiques, mais d'autres présentent des convulsions, des céphalées ou, plus rarement, une confusion mentale, une perte d'équilibre ou un œdème cérébral. Dans de très rares cas, la maladie peut entraîner le décès du patient.

Cette maladie affecte principalement les individus qui vivent en contact avec des porcs dans de mauvaises conditions d'hygiène. Elle touche environ 50 millions de personnes dans le monde et, dans certaines régions, constitue la première cause d'épilepsie se déclarant à l'âge adulte.

Le nombre, la taille et l'emplacement des kystes permet d'orienter le traitement de la neurocysticercose, de même que les symptômes des patients ; ex. : administration d'anticonvulsivants à un patient atteint de crises épileptiques. Deux médicaments, le praziquantel et l'albendazole, peuvent être spécifiquement utilisés dans la neurocysticercose pour tuer le parasite ; ces médicaments sont connus sous le nom d'anthelminthiques. Certains kystes, que l'on appelle des lésions non viables, sont généralement en cours de dégénération et disparaissent spontanément ; de nombreux experts recommandent de ne pas les traiter. Néanmoins, le traitement des lésions viables (c.-à-d. les lésions qui peuvent ou non disparaître spontanément) au moyen de ces médicaments pourrait permettre de tuer le parasite, mais le traitement demeure controversé en raison des effets secondaires potentiels et du fait que le parasite pourrait mourir spontanément.

Dans cette revue portant sur 21 essais contrôlés randomisés pertinents, la plupart des études examinaient les effets de l'albendazole. Chez les patients présentant des lésions viables, les seules preuves disponibles concernent des patients adultes ; ces preuves suggèrent que l'albendazole pourrait réduire le nombre de lésions. Chez les patients présentant des lésions non viables, les seules preuves disponibles concernent des enfants ; ces preuves suggèrent que la récurrence des crises épileptiques était inférieure sous albendazole, ce qui contredit l'opinion de certains experts. Les preuves disponibles sont insuffisantes pour évaluer les effets du praziquantel.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

驅蟲藥使用於神經性囊尾幼蟲症 (neurocysticercosis) 患者

神經性囊尾幼蟲症是由豬肉絛蟲的幼蟲感染腦部所造成的疾病。在神經性囊尾幼蟲症流行的區域,此病為導致癲癇發作的一大主因。一般都會使用軀蟲藥 (albendazole or praziquantel) 來殺死寄生蟲,然而這些藥物有著潛在的副作用;此外,若不使用藥物治療,最終寄生蟲仍會死亡。

目標

評估罹患神經性囊尾幼蟲症病人使用驅蟲藥的有效性及安全性。

搜尋策略

在2009年5月,我們搜尋了Cochrane Infectious Diseases Group Specialized Register, CENTRAL (The Cochrane Library 2008, Issue 3), MEDLINE, EMBASE, LILACS,和mRCT.

選擇標準

隨機對照試驗,比較驅蟲藥與安慰劑、無使用驅蟲藥、或其他治療神經性囊尾幼蟲症的驅蟲藥物療法。

資料收集與分析

二位作者各自選擇試驗及摘錄數據,評估每一個試驗的偏差風險。我們利用二分法所得到的資料,計算出在95% 信賴區間 (CI) 內的相對風險 (RR) ,並整合類似介入治療及結果的試驗數據。

主要結論

目前尚無試驗研究有活體寄生的孩童案例。而關於有活體寄生的成人試驗,使用albendazole與無藥物治療比較,二者的癲癇復發率則無差異 (一個試驗,含有116位受試者) ;但有些使用albendazole的受試者,用藥後續追蹤發現,蟲體寄生處仍存在 (RR 0.56, 95% CI 0.45 至 0.70,二個試驗,含有192位受試者) 。至於研究無活體寄生的孩童試驗指出,與無使用藥物治療相比,使用albendazole的孩童其癲癇復發率則較低 (RR 0.49, 95% CI 0.32至0.75; 四個試驗,含有329位受試者) 。而有使用藥物與無使用藥物相比,後續追蹤寄生處的存在,則無發現有差異 (六個試驗,含有570位受試者) 。無試驗研究無活體寄生的成人案例。試驗包括有活體寄生、無活體寄生、混合寄生 (發生於孩童和成人) 。此外,頭痛較常發生在單獨使用albendazole的情況 (RR 9.49, 95% CI 1.40至64.45; 二個試驗,含有106位受試者) ,但是在另一個給予albendazole及 corticosteroids的試驗,則無發現有差異 (一個試驗,含有116位受試者) 。

作者結論

在病患有活體寄生的情況下,成人的試驗證據顯示:使用albendazole會減少寄生處的數目。而在無活體寄生的試驗發現,使用albendazole的癲癇復發率則會大大的降低,這與一般的觀念相反。這也許是在治療期間steroids影響頭痛,但需要更進一步的研究。

翻譯人

本摘要由門諾醫院孫于婷翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

治療絛蟲幼蟲在腦部造成的疾病:假如人類吃入豬肉絛蟲 (Taenia solium) 的蟲卵,這些蟲卵會從腸道移動至人體其他組織,並且寄生形成囊體,當這些囊體在大腦形成則稱為神經性囊尾幼蟲症。有些人罹患此病時無症狀產生,但其他人可能出現癲癇、頭痛或有少數會出現意識混亂、失去平衡、腦部腫脹,更有少數的人會死亡。這情況常發生在與豬隻接觸較密切或衛生條件較差的民眾。此疾病影響全世界5000萬的人類,在某些地區,這更是導致成人癲癇發作的主因。治療神經性囊尾幼蟲症需要判斷囊體的數目、大小、位置以及病患症狀,例如:給予癲癇病患抗癲癇藥物。Praziquantel與albendazole此二種藥物被稱為驅蟲藥,專門用在神經性囊尾幼蟲症,幫助殺死寄生蟲。有些囊體會逐漸衰退及自行溶解,稱為非活體寄生。許多專家建議,若寄生此種囊體則不需要接受治療。雖然藥物的潛在副作用、寄生蟲在無接受治療下也會自行死亡,此二原因導致使用藥物與否產生爭議性。然而,治療活體寄生時 (例如寄生處可能不會自行溶解) ,使用這些藥物仍可以幫忙殺死寄生蟲,此篇回顧性文章,包含21篇相關的隨機對照試驗,大部分的研究皆有評估albendazole的使用效果。對於病患有活體寄生的試驗,在成人病患上只有一個證據證實albendazole可以減少寄生處的數目,對於病患無活體寄生的試驗,在孩童病患上只有一個證據證實albendazole可以降低癲癇復發率,這與有些專家的意見背道而馳。而目前尚未有足夠證據可用來評估praziquantel。