Intervention Review

You have free access to this content

Prophylactic antibiotics for inhibiting preterm labour with intact membranes

  1. Vicki Flenady1,*,
  2. Glenda Hawley2,
  3. Owen M Stock3,
  4. Sara Kenyon4,
  5. Nadia Badawi5

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 5 DEC 2013

Assessed as up-to-date: 3 OCT 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD000246.pub2


How to Cite

Flenady V, Hawley G, Stock OM, Kenyon S, Badawi N. Prophylactic antibiotics for inhibiting preterm labour with intact membranes. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 12. Art. No.: CD000246. DOI: 10.1002/14651858.CD000246.pub2.

Author Information

  1. 1

    Mater Health Services, Translating Research Into Practice (TRIP) Centre - Mater Research, Woolloongabba, Queensland, Australia

  2. 2

    Mater Health Services, Mater Medical Research Institute, Wooloongabba, Queensland, Australia

  3. 3

    Mater Mothers' Hospital, Mater Health Services, Department of Obstetrics and Gynaecology, Brisbane, Queensland, Australia

  4. 4

    University of Birmingham, School of Health and Population Sciences, Edgbaston, UK

  5. 5

    The Children's Hospital at Westmead, Grace Centre for Newborn Care, Sydney, NSW, Australia

*Vicki Flenady, Translating Research Into Practice (TRIP) Centre - Mater Research, Mater Health Services, Level 2 Quarters Building, Annerley Road, Woolloongabba, Queensland, 4102, Australia. vflenady@mmri.mater.org.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 5 DEC 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

The aetiology of preterm birth is complex and there is evidence that subclinical genital tract infection influences preterm labour in some women but the role of prophylactic antibiotic treatment in the management of preterm labour is controversial. Since rupture of the membranes is an important factor in the progression of preterm labour, it is important to see if the routine administration of antibiotics confers any benefit or causes harm, prior to membrane rupture.

Objectives

To assess the effects of prophylactic antibiotics administered to women in preterm labour with intact membranes, on maternal and neonatal outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 August 2013).

Selection criteria

Randomised trials that compared antibiotic treatment with placebo or no treatment for women in preterm labour (between 20 and 36 weeks' gestation) with intact membranes.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial eligibility, and undertook quality assessment and data extraction. We contacted study authors for additional information. Results are presented using risk ratio (RR) for categorical data and mean difference (MD) for data measured on a continuous scale with their respective 95% confidence intervals (CI). The number needed to treat to benefit (NNTB) and the number needed to treat to harm (NNTH) was calculated where appropriate.

Main results

In this update (2013), with the addition of three trials (305 women), the large ORACLE II 2001 trial continues to dominate the results of this review. This review now includes a total of 14 studies randomising 7837 women. No significant difference was shown in perinatal or infant mortality for infants of women allocated to any prophylactic antibiotics compared with no antibiotics. However, an increase in neonatal deaths was shown for infants of women receiving any prophylactic antibiotics when compared with placebo (RR 1.57, 95% CI 1.03 to 2.40; NNTH 149, 95% CI 2500 to 61). No reduction in preterm birth or other clinically important short-term outcomes for the infant were shown.

Long-term child outcomes to seven years of age were available for infants in the UK enrolled in the ORACLE II trial. Comparing any antibiotics with placebo, a marginally non-statistically significant increase was shown in any functional impairment (RR 1.10, 95% CI 0.99 to 1.23) and cerebral palsy (CP) (RR 1.82, 95% CI 0.99 to 3.34). In subgroup analysis, CP was statistically significantly increased for infants of women allocated to macrolide and beta-lactam antibiotics combined compared with placebo (RR 2.83, 95% CI 1.02 to 7.88; NNTH 35, 95% CI 333 to 9).

Further, exposure to any macrolide antibiotics (including erythromycin alone or erythromycin plus co-amoxiclav) versus no macrolide antibiotics (including placebo and co-amoxiclav alone) was shown to increase neonatal death (RR 1.52, 95% CI 1.05 to 2.19; NNTH 139, 95% CI 1429 to 61), any functional impairment (RR 1.11, 95% CI 1.01 to 1.20; NNTH 24, 95% CI 263 to 13) and CP (RR 1.90, 95% CI 1.20 to 3.01; NNTH 64, 95% CI 286 to 29). Exposure to any beta-lactam (beta-lactam alone or in combination with macrolide antibiotics) versus no beta-lactam antibiotics resulted in more neonatal deaths (RR 1.51, 95% CI 1.06 to 2.15; NNTH 143, 95% CI 1250 to 63) and CP (RR 1.67, 95% CI 1.06 to 2.61; NNTH 79, 95% CI 909 to 33), however no difference was shown in functional impairment.

Maternal infection was reduced with the use of any prophylactic antibiotics compared with placebo (RR 0.74, 95% CI 0.63 to 0.86; NNTB 34, 95% CI 24 to 63) and any beta-lactam compared with no beta-lactam antibiotics (RR 0.80, 95% CI 0.69 to 0.92; NNTB 47, 95% CI 31 to 119). However, caution should be exercised with this finding due to the possibility of bias shown by funnel plot asymmetry. Any beta-lactam compared with no beta-lactam antibiotics was associated with an increase in maternal adverse drug reaction (RR 1.61, 95% CI 1.02 to 2.54; NNTH 17, 95% CI 526 to 7).

Authors' conclusions

This review did not demonstrate any benefit in important neonatal outcomes with the use of prophylactic antibiotics for women in preterm labour with intact membranes, although maternal infection may be reduced. Of concern, is the finding of short- and longer-term harm for children of mothers exposed to antibiotics. The evidence supports not giving antibiotics routinely to women in preterm labour with intact membranes in the absence of overt signs of infection.

Further research is required to develop sensitive markers of subclinical infection for women in preterm labour with intact membranes, as this is a group that might benefit from future novel interventions, including new modalities of antibiotic therapy. The results of this review demonstrate the need for future trials in the area of preterm birth to include assessment of long-term neurodevelopmental outcome.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Prophylactic antibiotics for inhibiting preterm labour in women whose membranes are still intact

We found no benefit for the use of antibiotics for women going into labour too early, with their membranes still intact.

Maternal infection in the cervix or uterus may trigger preterm labour even if the infection does not cause symptoms (low grade infection). Preterm babies can have a range of complications, which often require admission to a neonatal intensive care unit, for example, because of breathing problems. Complications of being born early may result in death or longer-term disability such as chronic lung disease or cerebral palsy. Our systematic review of randomised trials, which included a total of 14 studies randomising 7837 women in preterm labour at a mean gestational age of 30 to 32 weeks compared routine administration of antibiotics before membrane rupture with placebo or no treatment for women without signs of infection. While antibiotics reduced the number of women who developed infections, they did not improve outcomes for the infant in terms of birth before 36 to 37 weeks, perinatal deaths or admission to neonatal intensive care or special care with serious illness. The review also found that antibiotic therapy was associated with an increase in neonatal deaths, functional impairment and cerebral palsy at seven years of age. The results of this review supports not giving antibiotics to women in threatened preterm labour with intact membranes who did not have clear signs of infection.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antibioprophylaxie pour inhiber le travail prématuré à membranes intactes

Contexte

L'étiologie de l'accouchement prématuré est complexe et il existe des preuves indiquant que l'infection subclinique de l'appareil génital influence le travail prématuré chez certaines femmes, mais le rôle d'un traitement antibiotique prophylactique dans la prise en charge du travail prématuré est controversé. Du fait que la rupture des membranes est un facteur important dans la progression du travail prématuré, il est important de voir si l'administration systématique d'antibiotiques, avant la rupture des membranes, apporte un quelconque effet bénéfique ou néfaste.

Objectifs

Évaluer les effets de l'antibioprophylaxie chez les femmes en travail prématuré à membranes intactes sur des critères de jugement maternels et néonatals.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (le 31 août 2013).

Critères de sélection

Les essais randomisés qui comparaient le traitement antibiotique au placebo ou à l'absence de traitement pour les femmes en travail prématuré (entre 20 et 36 semaines de gestation) et à membranes intactes.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité des essais et ont entrepris l'évaluation de la qualité et l'extraction des données. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Les résultats sont présentés sous forme de risque relatif (RR) pour les données catégorielles et la différence moyenne (DM) pour les données mesurées sur une échelle continue avec leurs intervalles de confiance respectifs (IC) à 95 %. Le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NSTb) et le nombre de sujets à traiter pour nuire (NNN) ont été calculé lorsque cela était approprié.

Résultats Principaux

Dans cette mise à jour (2013), avec l'ajout de trois essais (305 femmes), le grand essai ORACLE II 2001 continue à dominer les résultats de cette revue. Cette revue inclut à présent un total de 14 études randomisant 7837 femmes. Aucune différence significative n'a été observée concernant la mortalité périnatale ou la mortalité du nourrisson pour les nourrissons nés de femmes assignées à des antibiotiques prophylactiques par rapport à une absence d'antibiotiques. Cependant, une augmentation des décès néonataux a été observée pour les nourrissons nés de femmes recevant des antibiotiques prophylactiques par rapport au placebo (RR = 1,57, IC à 95 % 1,03 à 2,40 ; NNN 149, IC à 95 % 2500 à 61). Aucune réduction de l'accouchement prématuré ou d'autres critères de jugement cliniquement importants à court terme pour le nourrisson n'a été démontrée.

Les critères de jugement à long terme concernant les enfants à l'âge de sept ans étaient disponibles pour les nourrissons au Royaume-Uni impliqués dans l'essai ORACLE II. Comparant un antibiotique, quel qu'il fut; à un placebo, une augmentation minime non statistiquement significative a été retrouvée pour les déficiences fonctionnelles (RR 1,10, IC à 95 % 0,99 à 1,23) et pour la paralysie cérébrale (PC) (RR 1,82, IC à 95 % 0,99 à 3,34). Dans l'analyse en sous-groupe, la paralysie cérébrale était statistiquement significativement plus fréquente pour les nourrissons nés de femmes assignées aux macrolides et aux bêta-lactamines combinés par rapport à un placebo (RR 2,83, IC à 95 % 1,02 à 7,88 ; NNN 35, IC à 95 % 333 à 9).

De plus, on a montré que l'exposition à un antibiotique macrolide (y compris l'érythromycine seule ou l'érythromycine plus l'association amoxicilline/acide clavulanique) versus aucun antibiotique macrolide (y compris un placebo et l'association amoxicilline/acide clavulanique seul) augmentait la mortalité néonatale (RR 1,52, IC à 95 % 1,05 à 2,19 ; NNN 139, IC à 95 % 1429 à 61), les déficiences fonctionnelles (RR 1,11, IC à 95 % 1,01 à 1,20 ; NNN 24, IC à 95 % 263 à 13) et la PC (RR 1,90, IC à 95 % 1,20 à 3,01 ; NNN 64, IC à 95 % 286 à 29). L'exposition à une bêta-lactamine (bêta-lactamine seule ou en combinaison avec des antibiotiques macrolides) versus l'absence de bêta-lactamine résultait en davantage de décès néonataux (RR 1,51, IC à 95 % 1,06 à 2,15 ; NNN 143, IC à 95 % 1250 à 63) et de PC (RR 1,67, IC à 95 % 1,06 à 2,61 ; NNN 79, IC à 95 % 909 à 33), mais aucune différence n'a été observée pour les déficiences fonctionnelles.

L'infection maternelle était réduite avec l'utilisation de tout antibiotique prophylactique par rapport à un placebo (RR 0,74, IC à 95 % 0,63 à 0,86 ; NST de 34, IC à 95 % 24 à 63) et de toute bêta-lactamine par rapport à un antibiotique non bêta-lactamine (RR 0,80, IC à 95 % 0,69 à 0,92 ; NST de 47, IC à 95 % 31 à 119). Cependant, ce résultat doit être interprété avec précaution en raison de la possibilité de biais montrée par l'asymétrie du graphique en entonnoir. Toute bêta-lactamine par rapport à l'absence de bêta-lactamine a été associée à une augmentation des réactions indésirables chez la mère (RR 1,61, IC à 95 % 1,02 à 2,54 ; NNN 17, IC à 95 % 526 à 7).

Conclusions des auteurs

Cette revue n'a pas démontré de bénéfice en termes de résultats néonataux importants avec l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques pour les femmes en travail prématuré à membranes intactes, bien que l'infection maternelle puisse être réduite. La constatation d'effets délétères à court et à plus long terme pour les enfants des mères exposées aux antibiotiques est préoccupante. Les preuves sont contre l'administration systématique d'antibiotiques aux femmes en travail prématuré à membranes intactes en l'absence de signes avérés d'infection.

D'autres recherches sont nécessaires afin de développer des marqueurs sensibles de l'infection subclinique chez les femmes en travail prématuré à membranes intactes, car c'est un groupe qui pourrait bénéficier de futures nouvelles interventions, notamment de nouvelles modalités de traitement antibiotique. Les résultats de cette revue soulignent la nécessité de futurs essais dans le domaine de l'accouchement prématuré pour inclure l'évaluation des résultats du développement neurologique à long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antibioprophylaxie pour inhiber le travail prématuré à membranes intactes

Antibioprophylaxie pour inhiber le travail prématuré chez les femmes dont les membranes sont encore intactes

Nous n'avons pas trouvé de bénéfice pour l'utilisation d'antibiotiques pour les femmes commençant le travail trop tôt, avec les membranes encore intactes.

L'infection maternelle du col de l'utérus ou de l'utérus peut déclencher le travail prématuré, même si l'infection n'entraîne pas de symptômes (infection de faible grade). Les bébés prématurés peuvent avoir un éventail de complications, qui nécessitent souvent l'admission en unité néonatale de soins intensifs, par exemple, en raison de problèmes respiratoires. Les complications d'être né trop tôt peuvent entraîner le décès ou une incapacité à plus long terme telle qu'une maladie pulmonaire chronique ou une paralysie cérébrale (PC). Notre revue systématique d'essais randomisés, qui incluait un total de 14 études randomisant 7837 femmes en travail prématuré à un âge gestationnel moyen de 30 à 32 semaines comparait l'administration systématique d'antibiotiques avant la rupture des membranes à un placebo ou à une absence de traitement pour des femmes sans signe d'infection. Tandis que les antibiotiques réduisaient le nombre de femmes ayant développé des infections, ils n'ont pas amélioré les résultats pour le nourrisson en termes d'accouchement avant 36 à 37 semaines, de décès périnataux ou d'admission en unités néonatales de soins intensifs ou de soins spéciaux pour maladies graves. La revue a également trouvé que le traitement antibiotique a été associé à une augmentation des décès néonataux, des déficiences fonctionnelles et des paralysies cérébrales à l'âge de sept ans. Les résultats de cette revue sont en faveur de ne pas donner d'antibiotiques aux femmes dans la menace de travail prématuré à membranes intactes sans signes clairs d'infection.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé