Intervention Review

You have free access to this content

Chlorpromazine versus placebo for schizophrenia

  1. Clive E Adams1,*,
  2. George A Awad2,
  3. John Rathbone3,
  4. Ben Thornley4,
  5. Karla Soares-Weiser5

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 6 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 5 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD000284.pub3

How to Cite

Adams CE, Awad GA, Rathbone J, Thornley B, Soares-Weiser K. Chlorpromazine versus placebo for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD000284. DOI: 10.1002/14651858.CD000284.pub3.

Author Information

  1. 1

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

  2. 2

    University of Toronto, Department of Psychiatry, Toronto, ON, Canada

  3. 3

    Bond University, Faculty of Health Sciences and Medicine, Gold Coast, Queensland, Australia

  4. 4

    Marsh Gibbon, Bucks, UK

  5. 5

    Enhance Reviews Ltd, Wantage, UK

*Clive E Adams, Cochrane Schizophrenia Group, The University of Nottingham, Institute of Mental Health, Innovation Park, Triumph Road,, Nottingham, NG7 2TU, UK.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 6 JAN 2014




  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié


Chlorpromazine, formulated in the 1950s, remains a benchmark treatment for people with schizophrenia.


To review the effects of chlorpromazine compared with placebo, for the treatment of schizophrenia.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group’s Trials Register (15 May 2012). We also searched references of all identified studies for further trial citations. We contacted pharmaceutical companies and authors of trials for additional information.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) comparing chlorpromazine with placebo for people with schizophrenia and non-affective serious/chronic mental illness irrespective of mode of diagnosis. Primary outcomes of interest were death, violent behaviours, overall improvement, relapse and satisfaction with care.

Data collection and analysis

We independently inspected citations and abstracts, ordered papers, re-inspected and quality assessed these. We analysed dichotomous data using risk ratio (RR) and estimated the 95% confidence interval (CI) around this. We excluded continuous data if more than 50% of participants were lost to follow-up. Where continuous data were included, we analysed this data using mean difference (MD) with a 95% confidence interval. We used a fixed-effect model.

Main results

We inspected over 1100 electronic records. The review currently includes 315 excluded studies and 55 included studies. The quality of the evidence is very low. We found chlorpromazine reduced the number of participants experiencing a relapse compared with placebo during six months to two years follow-up (n = 512, 3 RCTs, RR 0.65 CI 0.47 to 0.90), but data were heterogeneous. No difference was found in relapse rates in the short, medium or long term over two years, although data were also heterogeneous. We found chlorpromazine provided a global improvement in a person's symptoms and functioning (n = 1164, 14 RCTs, RR 0.71 CI 0.58 to 0.86). Fewer people allocated to chlorpromazine left trials early ( n = 1831, 27 RCTs, RR 0.64 CI 0.53 to 0.78) compared with placebo. There are many adverse effects. Chlorpromazine is clearly sedating (n = 1627, 23 RCTs, RR 2.79 CI 2.25 to 3.45), it increases a person's chances of experiencing acute movement disorders (n = 942, 5 RCTs, RR 3.47 CI 1.50 to 8.03) and parkinsonism (n = 1468, 15 RCTs, RR 2.11 CI 1.59 to 2.80). Akathisia did not occur more often in the chlorpromazine group than placebo. Chlorpromazine clearly causes a lowering of blood pressure with accompanying dizziness (n = 1488, 18 RCTs, RR 2.38 CI 1.74 to 3.25) and considerable weight gain (n = 165, 5 RCTs, RR 4.92 CI 2.32 to 10.43).

Authors' conclusions

The results of this review confirm much that clinicians and recipients of care already know but aim to provide quantification to support clinical impression. Chlorpromazine's global position as a 'benchmark' treatment for psychoses is not threatened by the findings of this review. Chlorpromazine, in common use for half a century, is a well-established but imperfect treatment. Judicious use of this best available evidence should lead to improved evidence-based decision making by clinicians, carers and patients.


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Chlorpromazine versus placebo for schizophrenia

For previous plain language summary please see Appendix 3.

People with schizophrenia often hear voices or see things (hallucinations) and have strange beliefs (delusions). The main treatment for these symptoms of schizophrenia is antipsychotic drugs. Chlorpromazine was one of the first drugs discovered to be effective in the treatment of schizophrenia during the 1950s. It remains one of the most commonly used and inexpensive treatments even today. However, being an older drug (‘typical’ or first generation) it also has serious side effects, such as blurred vision, a dry mouth, tremors or uncontrollable shaking, depression, muscle stiffness and restlessness.

An update search was carried out in 2012 and the review now includes 55 studies that assess the effects of chlorpromazine in treating schizophrenia compared with no active treatment (‘dummy’ treatment or placebo). Evidence was, in the main, rated by the review authors as low quality. There is some evidence to suggest that chlorpromazine reduces relapse and improves people’s mental health, symptoms and functioning. However, the side effects of chlorpromazine are severe and debilitating. Chlorpromazine causes sleepiness and sedation. It also causes movement disorders (such as tremors and uncontrollable shaking), considerable weight gain and lowering of blood pressure with accompanying dizziness.

Chlorpromazine is low-cost and widely available. Despite its many side effects, chlorpromazine is likely to remain a benchmark drug and one of the most widely used treatments for schizophrenia worldwide.

It should be noted that the quality of evidence from the 55 included studies was low and in addition to this, 315 studies were excluded because of flaws in the reporting of information or data and in research design and methods. Larger, better conducted and reported trials should focus on important outcomes such as quality of life, levels of satisfaction, relapse, hospital discharge or admission and number of violent incidents.


Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Chlorpromazine versus placebo dans la schizophrénie


La chlorpromazine, disponible dans les années 1950, demeure un traitement de référence chez les patients atteints de schizophrénie.


Examiner les effets de la chlorpromazine par rapport à un placebo, pour le traitement de la schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (15 mai 2012).Les références bibliographiques de toutes les études identifiées ont été consultées afin d'identifier d'autres essais pertinents.Nous avons contacté des sociétés pharmaceutiques et les auteurs des essais afin d'obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant de la chlorpromazine à un placebo chez des patients atteints de schizophrénie et d'autres troubles mentaux non affectifs graves/chroniques, indépendamment du mode de diagnostic.Les critères de jugement principaux étaient le décès, les comportements violents, l'amélioration globale, la rechute et la satisfaction vis-à-vis des soins.

Recueil et analyse des données

De manière indépendante, nous avons examiné les références bibliographiques et les résumés, obtenu les articles, que nous avons réexaminés et dont nous avons évalué la qualité.Nous avons analysé les données dichotomiques à l'aide du risque relatif (RR) et estimé l'intervalle de confiance à 95 %.Nous avons exclu les données continues lorsque plus de 50 % des participants étaient perdus de vue.Lorsque des données continues ont été incluses, nous les avons analysées à l'aide de la différence moyenne (DM) avec un intervalle de confiance à 95 %.Nous avons utilisé un modèle à effets fixes.

Résultats principaux

Nous avons examiné plus de 1100 dossiers électroniques.La revue comprend actuellement 315 études exclues et 55 études incluses.La qualité des preuves est très faible.Nous avons observé que la chlorpromazine réduit le nombre de participants ressentant une rechute par rapport à un placebo pendant six mois à deux ans de suivi (n = 512, 3 ECR, RR de 0,65, IC entre 0,47 et 0,90), mais les données étaient hétérogènes.Aucune différence n'était observée dans les taux de rechute à court, moyen ou long terme de plus de deux ans, bien que les données aient également été hétérogènes.Nous avons observé que la chlorpromazine entraînait une amélioration globale des symptômes et du fonctionnement des personnes (n = 1164, 14 ECR, RR de 0,71, IC entre 0,58 et 0,86).Moins de patients sous chlorpromazine abandonnaient les essais de manière prématurée (n = 1831, 27 ECR, RR 0,64 IC entre 0,53 et 0,78) par rapport à un placebo.De nombreux effets indésirables étaient observés.La chlorpromazine a clairement un effet sédatif (n = 1627, 23 ECR, RR de 2,79, IC entre 2,25 et 3,45), elle augmente la probabilité pour une personne de présenter des troubles du mouvement (n = 942, 5 ECR, RR de 3,47, IC entre 1,50 et 8,03) ou un parkinsonisme (n = 1468, 15 ECR, RR de 2,11, IC entre 1,59 et 2,80).L'akathisie ne se produit pas plus souvent dans le groupe de la chlorpromazine que dans le groupe placebo.La chlorpromazine entraîne une baisse de la pression artérielle accompagnée d'étourdissements (n = 1488, 18 ECR, RR de 2,38, IC entre 1,74 et 3,25) et une prise de poids considérable (n = 165, 5 ECR, RR de 4,92, IC entre 2,32 et 10,43).

Conclusions des auteurs

Les résultats de cette revue confirment globalement ce que savent déjà les cliniciens et les patients, mais vise à fournir une quantification permettant d'étayer cette impression clinique.Le rôle global de la chlorpromazine en tant que traitement de référence des psychoses n'est pas remis en cause par les résultats de cette revue.La chlorpromazine, couramment utilisée depuis 50 ans, est un traitement bien établi mais imparfait.Un usage judicieux des meilleures preuves disponibles devrait permettre d'améliorer la prise de décision fondée sur des preuves pour les cliniciens, les patients et les soignants.


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Chlorpromazine versus placebo dans la schizophrénie

Pour les précédents résumés en langage simplifié veuillez vous reporter à Appendix 3.

Les patients souffrant de schizophrénie entendent souvent des voix ou voient des choses (hallucinations) et ont d'étranges convictions (idées délirantes).Les médicaments antipsychotiques sont le principal traitement de ces symptômes de la schizophrénie.La chlorpromazine fut l'un des premiers médicaments à se révéler efficace dans le traitement de la schizophrénie pendant les années 1950.Même de nos jours, elle reste l'un des traitements les plus couramment utilisés et l'un des moins chers. Toutefois, étant un médicament ancien (dit typique ou de première génération), elle comporte également des effets secondaires graves, tels que vision floue, sécheresse buccale, tremblements ou mouvements incontrôlables, dépression, rigidité musculaire et agitation.

Une mise à jour a été effectuée en 2012 et la revue inclut actuellement 55 études évaluant les effets de la chlorpromazine dans le traitement de la schizophrénie par rapport à l'absence de traitement actif (traitement factice ou placebo).Les preuves, dans leur ensemble, ont été évaluées par les auteurs de la revue comme de faible qualité.Il existe certaines preuves suggérant que la chlorpromazine réduit les rechutes et améliore la santé mentale, les symptômes et le fonctionnement des personnes.Toutefois, les effets secondaires de la chlorpromazine sont graves et invalidants.La chlorpromazine entraîne de la somnolence et de la sédation.Elle provoque aussi des troubles du mouvement (tels que des tremblements et des mouvements incontrôlables), une prise de poids considérable et une diminution de la pression artérielle accompagnée d'étourdissements.

La chlorpromazine est peu coûteuse et largement disponible.Malgré ses nombreux effets secondaires, il est probable que la chlorpromazine restera un médicament de référence et l'un des traitements les plus largement utilisés dans la schizophrénie dans le monde.

Il convient de noter que la qualité des preuves issues des 55 études incluses était faible et de plus, 315 études ont été exclues en raison de défauts dans le compte-rendu des informations ou des données et dans la conception et la méthodologie de la recherche.Des essais de plus grande taille, mieux réalisés et mieux consignés devraient se concentrer sur des critères de jugement importants tels que la qualité de vie, les niveaux de satisfaction, la rechute, la sortie d'hôpital ou l'admission et le nombre d'incidents violents.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th July, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé