Intervention Review

Medicinal and injection therapies for mechanical neck disorders

  1. Paul Michael J Peloso1,*,
  2. Anita Gross2,
  3. Ted Haines3,
  4. Kien Trinh4,
  5. Charles H Goldsmith5,
  6. Stephen J Burnie6,
  7. Cervical Overview Group7

Editorial Group: Cochrane Back Group

Published Online: 18 JUL 2007

Assessed as up-to-date: 14 MAR 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD000319.pub4


How to Cite

Peloso PMJ, Gross A, Haines T, Trinh K, Goldsmith CH, Burnie SJ, Cervical Overview Group. Medicinal and injection therapies for mechanical neck disorders. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD000319. DOI: 10.1002/14651858.CD000319.pub4.

Author Information

  1. 1

    Merck Research Laboratories, Department of Clinical Development, Rahway, NJ, USA

  2. 2

    McMaster University, School of Rehabilitation Science & Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  3. 3

    McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  4. 4

    McMaster University, DeGroote School of Medicine, Office of MD Admissions, Hamilton, Ontario, Canada

  5. 5

    Simon Fraser University, Faculty of Health Sciences, Burnaby, BC, Canada

  6. 6

    Canadian Memorial Chiropractic College, Department of Clinical Education, Toronto, ON, Canada

  7. 7

    Hamilton, Ontario, Canada

*Paul Michael J Peloso, Department of Clinical Development, Merck Research Laboratories, RY34-B272, 126 E. Lincoln Ave, Rahway, NJ, 07065, USA. paul_peloso@merck.com. pmpeloso@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JUL 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Controversy persists regarding medicinal therapies and injections.

Objectives

To determine the effects of medication and injections on primary outcomes (e.g. pain) for adults with mechanical neck disorders and whiplash.

Search methods

We searched CENTRAL, MANTIS, CINAHL from their start to May 2006; MEDLINE and EMBASE to December 2006. We scrutinised reference lists for other trials.

Selection criteria

We included randomised controlled trials with adults with neck disorders, with or without associated headache or radicular findings. We considered medicinal and injection therapies, regardless of route of administration.

Data collection and analysis

Two authors independently selected articles, abstracted data and assessed methodological quality. When clinical heterogeneity was absent, we combined studies using random-effects models.

Main results

We found 36 trials that examined the effects of oral NSAIDs, psychotropic agents, steroid injections, and anaesthetic agents. Trials had a mean of 3.1 on the Jadad Scale for methodological quality; 70% were high quality.

For acute whiplash, administering intravenous methylprednisolone within eight hours of injury reduced pain at one week (SMD -0.90, 95% CI -1.57 to -0.24), and sick leave but not pain at six months compared to placebo in one trial. For chronic neck disorders at short-term follow-up, intramuscular injection of lidocaine was superior to placebo (SMD -1.36, 95% CI -1.93 to -0.80); NNT 3, treatment advantage 45% and dry needling, but similar to ultrasound in one trial each. In chronic neck disorders with radicular findings, epidural methylprednisolone and lidocaine reduced neck pain and improved function more than when given by intramuscular route at one-year follow-up, in one trial.

In subacute and chronic neck disorders, muscle relaxants, analgesics and NSAIDs had limited evidence and unclear benefits.

In participants with chronic neck disorders with or without radicular findings or headache, there was moderate evidence from five high quality trials that Botulinum toxin A intramuscular injections had similar effects to saline in improving pain (pooled SMD: -0.39, 95%CI -1.25 to 0.47), disability or global perceived effect.

Authors' conclusions

The major limitations are the lack of replication of the findings and sufficiently large trials. There is moderate evidence for the benefit of intravenous methylprednisolone given within eight hours of acute whiplash, from a single trial. Lidocaine injection into myofascial trigger points appears effective in two trials. There is moderate evidence that Botulinum toxin A is not superior to saline injection for chronic MND. Muscle relaxants, analgesics and NSAIDs had limited evidence and unclear benefits.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Medicinal and Injection Therapies for mechanical neck disorders

Neck disorders are common, disabling and costly. Over 25% of the population will experience neck pain at some time in their lives. The disorders examined in this review are mechanical neck disorders that are not related to an underlying systemic problem. They may be a result of whiplash, degenerative changes, headaches developing because of neck problems, and symptoms such as pain, numbness and weakness that radiate down the arm, stemming from the neck.

Medication (drugs), given by mouth or injections are commonly used to treat neck pain. In this review, we included 36 trials that studied the effects of drugs on neck pain. Most of the trials used strong research methods, which reduced the potential for bias in the results. However, there were not many drugs that were studied in multiple trials, which made it difficult to pool results from different trials. For this reason, we were only able to draw conclusions on a few medications.

The main drugs studied were:

- oral (non-steroidal) anti-inflammatories (NSAIDs) and analgesics;
- psychotropics (drugs that act by their effects on the brain and spinal cord);
- corticosteroid injections (anti-inflammatory drugs);
- local anaesthetics (local freezing); and
- Botulinum toxin A injection (Botox A, a drug that acts on muscle spasm).

Corticosteroid injections given within eight hours of the injury appear to reduce the pain of acute whiplash. Local anaesthetics appear to reduce chronic neck pain. An epidural injection of a corticosteroid plus local anaesthetic seems to reduce pain and improve function for patients with chronic neck pain with associated arm symptoms. However, there are not enough studies on any one drug to allow a high degree of confidence in these results. Muscle relaxants, analgesics and NSAIDs have unclear benefits. There is moderate evidence showing that, on average, Botulinum toxin A is no better than saline injections at lessening pain and disability.

There was no information given in the trials about possible side effects of the different drugs, but some individuals may experience stomach problems from NSAIDs and drowsiness, dizziness and other side effects from some of the others. Therefore, individuals with neck pain should discuss the pros and cons with their physicians before using them.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements médicamenteux et par injection pour les troubles mécaniques du cou

Contexte

La controverse soulevée par les traitements médicamenteux et les injections persiste.

Objectifs

Déterminer les effets des médicaments et des injections sur les principaux critères de jugement (par ex. la douleur) chez les adultes atteints de troubles mécaniques du cou et d'un coup de fouet cervical.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL, MANTIS, CINAHL de leur origine respective jusqu'à mai 2006 ; MEDLINE et EMBASE jusqu'à décembre 2006. Nous avons examiné minutieusement les listes bibliographiques pour d'autres essais.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur des adultes atteints de troubles du cou, avec ou sans association de céphalées ou de résultats radiculaires. Nous avons considéré les traitements médicamenteux et par injection, indépendamment de la voie d'administration.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné des articles, extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. En l'absence d'hétérogénéité clinique, nous avons combiné les études à l'aide des modèles à effets aléatoires.

Résultats Principaux

Nous avons trouvé 36 essais ayant examiné les effets des AINS oraux, des agents psychotropes, des injections de stéroïdes et des agents anesthésiques. Les essais avaient une moyenne de 3,1 sur l'échelle de Jadad pour la qualité méthodologique ; 70 % étaient de grande qualité.

Pour le coup de fouet aigu, l'administration de méthylprednisolone par voie intraveineuse dans les huit heures suivant le traumatisme a réduit la douleur en une semaine (DMS -0,90, IC à 95 % -1,57 à -0,24), et les congés de maladie mais pas la douleur à six mois comparée au placebo dans un essai. Pour les troubles du cou chroniques lors du suivi à court terme, l'injection intramusculaire de lidocaïne était supérieure au placebo (DMS -1,36, IC à 95 % -1,93 à -0,80) ; nombre de sujets nécessaires à traiter (NST) 3, avantage du traitement 45 % et autres techniques de stimulation à l’aiguille, mais similaire aux ultrasons dans un essai chacun. Dans les troubles du cou chroniques avec des résultats radiculaires, la méthylprednisolone péridurale et la lidocaïne ont réduit les cervicalgies et davantage amélioré la fonction que lorsque l'administration avait été effectuée par voie intramusculaire au bout d'un an de suivi, dans un essai.

Dans les troubles du cou subaigus et chroniques, les myorelaxants, les analgésiques et les AINS produisaient des preuves limitées et des bénéfices incertains.

Chez les participants atteints de troubles du cou chroniques avec ou sans résultats radiculaires ou céphalées, des preuves modérées issues de cinq essais de grande qualité indiquaient que des injections intramusculaires de toxine botulique A avaient des effets semblables à des injections de sérum physiologique pour diminuer la douleur (DMS combinée : -0,39 ; IC à 95 % -1,25 à 0,47), l'invalidité ou l'effet global perçu.

Conclusions des auteurs

Les limitations majeures sont le manque de reproduction des résultats et des essais à échelle suffisamment grande. Il existe des preuves modérées concernant le bénéfice de la méthylprednisolone administrée par voie intraveineuse dans les huit heures suivant le coup de fouet cervical, provenant d'un seul essai. L'injection de lidocaïne dans les zones gâchettes myofasciales semble efficace dans deux essais. Il existe des preuves modérées indiquant que la toxine botulique A n'est pas supérieure à une injection de sérum physiologique pour les MMN chroniques. Les myorelaxants, les analgésiques et les AINS produisaient des preuves limitées et des bénéfices incertains.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements médicamenteux et par injection pour les troubles mécaniques du cou

Traitements médicamenteux et par injection pour les troubles mécaniques du cou

Les troubles du cou sont courants, invalidants et coûteux. Plus de 25 % de la population subiront des cervicalgies à un moment au cours de leur vie. Les troubles examinés dans cette revue sont les troubles mécaniques du cou qui ne sont pas liés à un problème systémique sous-jacent. Ils peuvent être le résultat d'un coup de fouet cervival, de modifications dégénératives, de céphalées se développant en raison de problèmes du cou, et de symptômes tels qu'une douleur, un engourdissement et un affaiblissement qui se répandent le long du bras, en partant du cou.

Des traitements (médicaments), administrés par voie orale ou par des injections sont couramment utilisés pour traiter les cervicalgies. Dans cette revue, nous avons inclus 36 essais qui ont étudié les effets de médicaments sur les cervicalgies. La plupart des essais avaient utilisé des méthodes de recherche fiables, qui réduisaient le potentiel de biais dans les résultats. Toutefois, il n'y avait pas beaucoup de médicaments qui avaient été étudiés dans plusieurs essais, ce qui a rendu difficile la combinaison des résultats de différents essais. Pour cette raison, nous n'avons été en mesure de tirer des conclusions que sur très peu de médicaments.

Les principaux médicaments étudiés étaient les suivants :

- anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux (AINS) et analgésiques ;
- psychotropes (médicaments qui agissent par leurs effets sur le cerveau et la moelle épinière) ;
- injections de corticostéroïdes (médicaments anti-inflammatoires) ;
- anesthésiques locaux (anesthésie locale) ; et
- injection de toxine botulique A (Botox A, un médicament qui agit sur les spasmes musculaires).

Les injections de corticostéroïdes administrées dans les huit heures suivant le traumatisme semblent réduire la douleur aiguë liée au coup de fouet cervical. Les anesthésiques locaux semblent réduire les cervicalgies chroniques. Une injection péridurale d'un corticostéroïde plus un anesthésique local semble réduire la douleur et améliorer la fonction des patients présentant des cervicalgies chroniques avec des symptômes associés du bras. Toutefois, les études sont insuffisantes sur n'importe lequel des médicaments pour autoriser un degré élevé de confiance dans ces résultats. Les myorelaxants, les analgésiques et les AINS ont des bénéfices incertains. Des preuves modérées indiquent que, en moyenne, la toxine botulique A n'est pas meilleure que les injections de sérum physiologique pour diminuer la douleur et l'invalidité.

Aucune information n'était donnée dans les essais concernant les effets secondaires potentiels des différents médicaments, mais certains individus peuvent éprouver des problèmes gastriques liés aux AINS et une somnolence, des étourdissements et d'autres effets secondaires liés à certains des autres médicaments. Par conséquent, les individus présentant des cervicalgies devraient discuter des avantages et des inconvénients avec leurs médecins avant de les utiliser.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français