Extramedullary fixation implants and external fixators for extracapsular hip fractures in adults

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Martyn J Parker,

    Corresponding author
    1. Peterborough and Stamford Hospitals NHS Foundation Trust, Department of Orthopaedics, Peterborough, Cambridgeshire, UK
    • Martyn J Parker, Department of Orthopaedics, Peterborough and Stamford Hospitals NHS Foundation Trust, Peterborough City Hospital, CBU PO Box 211, Bretton Gate, Peterborough, Cambridgeshire, PE3 9GZ, UK. martyn.parker@pbh-tr.nhs.uk.

    Search for more papers by this author
  • Avishek Das

    1. Peterborough and Stamford Hospitals NHS Foundation Trust, Department of Orthopaedics, Peterborough, Cambridgeshire, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Extramedullary fixation of hip fractures involves the application of a plate and screws to the lateral side of the proximal femur. In external fixators, the stabilising component is held outside the thigh by pins or screws driven into the bone. This is an update of a Cochrane review first published in 1998, and last updated in 2005.

Objectives

To assess the relative effects of different types of extramedullary fixation implant, as well as external fixators, for treating extracapsular proximal femoral (hip) fractures in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (July 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2011, Issue 2), MEDLINE (1966 to June Week 4 2011), EMBASE (1988 to 2011 Week 25), various other databases, conference proceedings and reference lists.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials comparing extramedullary implants or external fixators for fixing extracapsular hip fracture in adults were included.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials, assessed risk of bias and extracted data. Data were pooled where appropriate.

Main results

The 18 included trials tested seven comparisons in a total of 2615 mainly female and older participants with a total of 2619 fractures. All trials had methodological flaws that may affect the validity of their results.

Three trials of 355 participants comparing a fixed nail plate (Jewett or McLaughlin) with the sliding hip screw (SHS) found an increased risk of fixation failure for fixed nail plates.

The two trials of 433 participants comparing the Resistance Augmented Bateaux (RAB) plate with the SHS had contrasting results, notably in terms of operative complications, fixation failure and anatomical restoration.

One trial of 100 participants comparing the Pugh nail and the SHS found no significant difference between implants.

Three trials of 458 participants compared the Medoff plate with the SHS. There was a trend to higher blood losses and longer operation times for the Medoff plate along with a trend to a lower risk of fixation failure with the Medoff plate for unstable trochanteric fractures.

Two trials of 676 participants compared the Medoff plate with three different screw-plate systems. There were no statistically significant differences in outcome for trochanteric fractures. For subtrochanteric fractures, there was a lower fixation failure rate for the Medoff plate but no evidence for differences in longer-term outcomes.

Four trials of 396 participants comparing the Gotfried percutaneous compression plate (PCCP) with a SHS found a trend to lower blood loss and transfusion requirements for the PCCP but no other confirmed differences in outcomes between implants. Three of the trials reported intra-operative problems with the PCCP, some of which precluded its use.

Three trials of 200 participants comparing external fixation with a SHS found less operative trauma for the external fixation. Final outcome appeared similar.

Authors' conclusions

The markedly increased fixation failure rate of fixed nail plates compared with the SHS is a major consideration and thus the SHS appears preferable.

There was insufficient evidence from other comparisons of extramedullary implants or on the use of external fixators to draw definite conclusions.

Résumé scientifique

Implants à fixation extramédullaire et fixateurs externes pour les fractures extracapsulaires de la hanche chez l'adulte

Contexte

La fixation extramédullaire des fractures de hanche implique l'application d'une plaque et de vis sur la face latérale du fémur proximal. Dans les fixateurs externes, le composant stabilisateur est maintenu à l'extérieur de la cuisse par des broches ou des vis insérées dans l'os. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 1998 et mise à jour pour la dernière fois en 2005.

Objectifs

Evaluer les effets relatifs de différents types d'implant à fixation extramédullaire, ainsi que de fixateurs externes, pour traiter les fractures fémorales (de hanche) proximales extracapsulaires chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (juillet 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2011 numéro 2), MEDLINE (de 1966 à la 4e semaine du mois de juin 2011), EMBASE (de 1988 à la 25e semaine de 2011), diverses autres bases de données, des actes de conférence et des bibliographies d'articles.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant des implants extramédullaires ou des fixateurs externes pour fixer un fracture extracapsulaire de hanche chez l'adulte ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les essais, évalué leurs risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Les données ont été combinées lorsque cela était approprié.

Résultats principaux

Les 18 essais inclus ont testé sept comparaisons chez 2 615 participants au total, principalement des femmes d'un âge avancé, avec un total de 2 619 fractures. Tous les essais étaient entachés de défauts méthodologiques qui pouvaient affecter la validité de leurs résultats.

Trois essais portant sur 355 participants et comparant une plaque à clous fixes (Jewett ou McLaughlin) à la vis coulissante de hanche (VCH) ont découvert un risque accru d'échec de la fixation pour les plaques à clous fixes.

Les deux essais portant sur 433 participants et comparant la plaque Resistance Augmented Bateaux (RAB) à la VCH ont donné des résultats contrastés, notamment en termes de complications postopératoires, d'échec de la fixation et de restauration anatomique.

Un essai portant sur 100 participants et comparant le clou Pugh et la VCH n'a trouvé aucune différence significative entre les implants.

Trois essais portant sur 458 participants ont comparé la plaque Medoff à la VCH. On a observé une tendance à l'augmentation des pertes de sang et à l'augmentation de la durée des interventions pour la plaque Medoff, ainsi qu'une tendance à la diminution du risque d'échec de la fixation avec la plaque Medoff pour les fractures trochantériennes instables.

Deux essais, portant sur 676 participants ont comparé la plaque Medoff à trois systèmes différents de plaque à vis. Il n'y a eu aucune différence statistiquement significative en termes de résultat pour les fractures trochantériennes. Pour les fractures sous-trochantériennes, on a constaté un taux d'échec de la fixation plus faible pour la plaque Medoff, mais il n'y a eu aucune preuve de différences concernant les résultats à plus long terme.

Quatre essais portant sur 396 participants et comparant la plaque de compression percutanée (PCPC) Gotfried à une VCH ont découvert une tendance à la diminution des pertes de sang et de la nécessité de transfusion pour la PCPC, mais n'ont révélé aucune différence confirmée entre les implants concernant les résultats. Trois des essais ont rapporté des problèmes peropératoires avec la PCPC, dont certains ont empêché son utilisation.

Trois essais portant sur 200 participants et comparant la fixation externe à une VCH ont découvert un moins grand nombre de traumatismes opératoires pour la fixation externe. Le résultat final a semblé être identique.

Conclusions des auteurs

Le taux d'échec de la fixation sensiblement accru pour les plaques à clous fixes comparé à la VCH est un élément important à prendre en compte et l'utilisation de la VCH semble donc préférable.

Les preuves tirées d'autres comparaisons d'implants extramédullaires ou de l'utilisation de fixateurs externes ont été insuffisantes pour établir des conclusions formelles.

Plain language summary

Fixation devices secured across the fracture that are placed either directly or externally for treating hip fractures located outside the hip joint

Hip fractures located outside the hip joint capsule (extracapsular hip fractures) may be surgically fixed using metal implants. Often these are extramedullary devices consisting of a screw or rod, inserted in the upper part of the thigh bone (femur) to bridge (fix) the fracture, connected to a plate secured to the femur. Sometimes external fixators are used. In these, the stabilising component is held outside the thigh by pins or screws driven into the bone on either side of the fracture.

The 18 randomised controlled trials included in this review tested seven comparisons in a total of 2615 mainly female and older participants. All trials had methodological flaws that may affect the validity of their results and there was a general lack of evidence on long-term effects and functional recovery. Some extramedullary implants appeared to be associated with an increased risk of fixation complications and reoperation. In particular, three trials comparing a fixed nail plate (Jewett or McLaughlin) with the sliding hip screw (the 'standard' extramedullary device for these fractures) found an increased risk of fixation failure for fixed nail plates. Less invasive implants, such as the external fixator, which require smaller incisions resulted in less blood loss and often quicker operations than the sliding hip screw.

We concluded that the sliding hip screw seems preferable to older types of fixed nail plates given their high rate of implant and fixation failure. However, there was not enough evidence to draw conclusions for other comparisons of extramedullary implants or on the use of external fixators.

Résumé simplifié

Dispositifs de fixation posés sur la fracture et placés directement ou par voie externe pour traiter les fractures de la hanche situées à l'extérieur de l'articulation de la hanche.

Les fractures de la hanche situées à l'extérieur de l'articulation de la hanche (fractures extracapsulaires de la hanche) peuvent être réparées par la chirurgie à l'aide d'implants métalliques. Il s'agit souvent de dispositifs extramédullaires, constitués d'une vis ou d'une tige, qui sont insérés dans la partie supérieure de l'os de la cuisse (fémur) pour englober (fixer) la fracture et sont reliés à une plaque fixée au fémur. Parfois, des fixateurs externes sont utilisés. Dans ces dispositifs, le composant stabilisateur est maintenu à l'extérieur de la cuisse par des broches ou des vis insérées dans l'os de chaque côté de la fracture.

Les 18 essais contrôlés randomisés inclus dans cette revue ont testé sept comparaisons chez 2 615 participants au total, principalement des femmes d'un âge avancé. Tous les essais étaient entachés de défauts méthodologiques qui pouvaient affecter la validité de leurs résultats et on a constaté un manque général de preuves concernant les effets à long terme et la récupération fonctionnelle. Certains implants extramédullaires ont semblé être associés à un risque accru de complications de fixation et de réintervention. En particulier, trois essais comparant une plaque à clous fixes (Jewett ou McLaughlin) à la vis coulissante de hanche (le dispositif extramédullaire « standard » pour ces fractures) ont découvert un risque accru d'échec de la fixation pour les plaques à clous fixes. Des implants moins invasifs, tels que le fixateur externe, qui nécessitent des incisions plus petites, ont entraîné de moindres pertes de sang et des opérations souvent plus rapides que la vis coulissante de hanche.

Nous avons conclu que la vis coulissante de hanche semblait préférable à des types de plaques à clous fixes plus anciens en raison de leur taux élevé de rejet des implants et d'échec de la fixation. Cependant, les preuves n'ont pas été suffisantes pour établir des conclusions pour d'autres comparaisons d'implants extramédullaires ou concernant l'utilisation de fixateurs externes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.