This is not the most recent version of the article. View current version (30 JAN 2014)

Intervention Review

Length of hospitalisation for people with severe mental illness

  1. Nisreen Alwan1,*,
  2. Paul Johnstone2,
  3. Gabriella Zolese3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 23 JAN 2008

Assessed as up-to-date: 8 NOV 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD000384.pub2


How to Cite

Alwan N, Johnstone P, Zolese G. Length of hospitalisation for people with severe mental illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 1. Art. No.: CD000384. DOI: 10.1002/14651858.CD000384.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Leeds, Nutritional Epidemiology Group, Centre for Epidemiology and Biostatistics, Leeds, West Yorkshire, UK

  2. 2

    Blenheim House, NHS Yorkshire and the Humber, Leeds, UK

  3. 3

    Central Wandsworth Community Mental Heal, London SW18 4DF, UK

*Nisreen Alwan, Nutritional Epidemiology Group, Centre for Epidemiology and Biostatistics, University of Leeds, Worsley Building, Level 8, Room 9.01, Clarendon Way, Leeds, West Yorkshire, LS2 9JT, UK. N.Alwan@leeds.ac.uk. nisreen.alwan@nhs.net.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 JAN 2008

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (30 JAN 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

In high income countries, over the last three decades, the length of hospital stays for people with serious mental illness has reduced drastically. Some argue that this reduction has led to revolving door admissions and worsening mental health outcomes despite apparent cost savings, whilst others suggest longer stays may be more harmful by institutionalising people to hospital care.

Objectives

To determine the clinical and service outcomes of planned short stay admission policies versus a long or standard stay for people with serious mental illnesses.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's register of trials (July 2007).

Selection criteria

We included all randomised trials comparing planned short with long/standard hospital stays for people with serious mental illnesses.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data we calculated relative risks (RR) and their 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat basis based on a fixed effects model. We calculated numbers needed to treat/harm (NNT/NNH) where appropriate. For continuous data, we calculated fixed effects weighted mean differences (WMD).

Main results

We included six relevant trials. We found no significant difference in hospital readmissions between planned short stays and standard care at one year (n=651, 4 RCTs, RR 1.26 CI 1.0 to 1.6). Short hospital stay did not confer any benefit in terms of 'loss to follow up compared with standard care (n=453, 3 RCTs, RR 0.87 CI 0.7 to 1.1). There were no significant differences for the outcome of 'leaving hospital prematurely' (n=229, 2 RCTs, RR 0.77 CI 0.3 to 1.8). More post-discharge day care was given to participants in the short stay group (n=247, 1 RCT, RR 4.52 CI 2.7 to 7.5, NNH 3 CI 2 to 6) and people from the short stay groups were more likely to be employed at two years (n=330, 2 RCTs, RR 0.61 CI 0.5 to 0.8, NNT 5 CI 4 to 8). Economic data were few but, once discharged, costs may be more for those allocated to an initial short stay.

Authors' conclusions

The effects of hospital care and the length of stay is important for mental health policy. We found limited data, although outcomes do suggest that a planned short stay policy does not encourage a 'revolving door' pattern of admission and disjointed care for people with serious mental illness. More large, well-designed and reported trials are justified.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Length of hospitalisation for people with severe mental illness

Over the last hundred years medical opinion as to whether people with a severe mental illness should stay in hospital for months and years versus a few weeks has changed. This has been helped by the advent of medication for some of these illnesses. Consequently, in the developed world hospital stays are now relatively short. However even in these countries there is still some doubt as to whether really short admissions are helpful because the person does not get institutionalised, or harmful because the symptoms and possible causes of the illness are not completely addressed. There are a group of patients who have short but frequent admissions (‘revolving door patients’) and others who despite a variety of treatments stay in hospital for a long time (‘new long stay patients’).

To identify what length of stay in hospital is most helpful, this review looks at trials comparing hospital stays of over 28 days to those that are under 28 days. Six studies were found containing a total of 2030 people, four in the USA and two in the UK. However, differences in the design of the trials made them difficult to compare to each other. In addition all of the trials were done before 1980 when there was less choice of medication and greater differences in the diagnoses between the US and the UK. One study showed a statistically significant drop in the number of people readmitted to hospital in the short stay group, but these people had almost daily input from a clinician. The remaining studies showed no significant difference between the two groups. In two trials, the short-stay group were more likely to be employed after two years. In three trials the long-stay group were more likely to stay in hospital after the date they were supposed to be discharged. Although the data from these trials is not extensive there is a suggestion that short stays in hospital in themselves do not cause people to become ‘revolving door patients’. A new trial that is large, simple and clearly recorded, would help to confirm these results.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Durée d'hospitalisation des patients atteints de troubles mentaux sévères

Contexte

Au cours de ces trente dernières années, la durée de séjour à l'hôpital des patients atteints de troubles mentaux sévères a connu une réduction drastique dans les pays à revenus élevés. Certains considèrent que cela a donné lieu à des admissions récurrentes et une aggravation de la santé mentale malgré des économies apparentes, tandis que d'autres suggèrent que les longs séjours pourraient être plus néfastes en entraînant une institutionnalisation des soins hospitaliers chez ces patients.

Objectifs

Déterminer les résultats cliniques et les résultats sur les services des politiques d'admission de courte durée par rapport à un séjour long ou standard chez les patients atteints de troubles mentaux sévères.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (juillet 2007).

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés comparant des séjours hospitaliers courts planifiés à des séjours longs/standard chez des patients atteints de troubles mentaux graves.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'intention de traiter à partir d'un modèle à effets fixes. Le cas échéant, le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice/effet nuisible du traitement (NST/NNN) a également été calculé. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP) à effets fixes.

Résultats Principaux

Six essais pertinents ont été inclus. Nous n'avons observé aucune différence significative en termes de réadmissions à l'hôpital entre les séjours courts planifiés et les soins standard à un an (n = 651, 4 ECR, RR de 1,26, IC entre 1,0 et 1,6). Le séjour court à l'hôpital ne conférait aucun bénéfice en termes de perte de suivi par rapport aux soins standard (n = 453, 3 ECR, RR de 0,87, IC entre 0,7 et 1,1). Aucune différence significative n'était observée concernant le critère de jugement de sortie prématurée de l'hôpital (n = 229, 2 ECR, RR de 0,77, IC entre 0,3 et 1,8). Les participants du groupe du séjour court recevaient davantage de soins de jour après leur sortie (n = 247, 1 ECR, RR de 4,52, IC entre 2,7 et 7,5, NNN de 3, IC entre 2 et 6) et étaient plus susceptibles d'avoir trouvé un emploi à deux ans (n = 330, 2 ECR, RR de 0,61, IC entre 0,5 et 0,8, NST de 5, IC entre 4 et 8). Les données économiques étaient limitées mais, après la sortie d'hôpital, les coûts pourraient être supérieurs pour les patients ayant effectué un séjour initialement court.

Conclusions des auteurs

Les effets des soins hospitaliers et de la durée de séjour sont importants pour le développement des politiques de santé mentale. Les données identifiées sont limitées mais les résultats suggèrent qu'une politique de séjour court planifié n'encourage pas un schéma d'admissions récurrentes ni de soins décousus chez les patients atteints de troubles mentaux graves. D'autres essais à grande échelle, bien planifiés et bien documentés sont justifiés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Durée d'hospitalisation des patients atteints de troubles mentaux sévères

Durée d'hospitalisation des patients atteints de troubles mentaux sévères

Au cours de ces derniers siècles, l'opinion médicale concernant la durée de séjour à l'hôpital des personnes atteintes de troubles mentaux sévères (plusieurs mois ou plusieurs années versus quelques semaines) a évolué. Cela a été rendu possible par le développement de médicaments permettant de traiter certaines de ces maladies. Par conséquent, les séjours à l'hôpital sont désormais relativement courts dans les pays développés. Cependant, même dans ces pays, le doute persiste concernant l'utilité des admissions très courtes (les patients ne sont pas pris en charge dans une institution), ou leurs éventuels effets délétères (les symptômes et les causes potentielles de la maladie ne sont pas complètement traités). Certains patients font l'objet d'admissions courtes mais fréquentes (patients récidivants) et d'autres, malgré l'administration de divers traitements, restent hospitalisés au cours d'une longue période (nouveaux patients longue durée).

Afin d'identifier la durée de séjour à l'hôpital la plus efficace, cette revue examine les essais comparant des séjours à l'hôpital de plus de 28 jours à des séjours de moins de 28 jours. Six études portant sur un total de 2 030 patients, quatre aux États-Unis et deux au Royaume-Uni, ont été identifiées. Les différences en termes de plans d'étude rendent cependant toute comparaison difficile. De plus, tous les essais avaient été réalisés avant 1980, à une époque où le choix de médicaments était moins varié et où les différences de diagnostic étaient plus importantes entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Une étude montrait une diminution statistiquement significative du nombre de patients réhospitalisés dans le groupe du séjour court, mais ces patients étaient en contact presque quotidien avec un clinicien. Les études restantes n'indiquaient aucune différence significative entre les deux groupes. Dans deux essais, les patients du groupe du séjour court étaient plus susceptibles d'avoir trouvé un emploi au bout de deux ans.Dans trois essais, les patients du groupe du long séjour étaient plus susceptibles de rester à l'hôpital au-delà de la date de sortie prévue. Bien que les données de ces essais soient limitées, elles suggèrent que les séjours courts à l'hôpital, en eux-mêmes, ne poussent pas les individus à devenir des patients récidivants. Un nouvel essai à grande échelle, simple et clairement enregistré serait utile pour confirmer ces résultats.

(Résumé simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, UK www.rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

嚴重精神疾病病人的住院長度

過去三十年,高所得國家的嚴重精神病患者,其住院天數已經大幅地減少。有些人認為這樣的減少雖然會明顯地節省支出,但會造成旋轉門式住院並且會讓精神健康的結果惡化,而其他人卻認為較長的住院會讓病人對醫院的照護機構化而形成更大的傷害

目標

去測定嚴重精神疾病病人在計畫性短期住院政策與長期或是標準住院兩方面在臨床上或是服務的結果

搜尋策略

我們搜索了Cochrane Schizophrenia Group's register of trials (July 2007).

選擇標準

我們納入了所有比較嚴重精神病人計畫性短期住院與長期/標準住院的隨機試驗

資料收集與分析

我們獨立地擷取資料數據。對於二分法數據,我們以固定效應模組(fixed effects model)為基礎的治療意向基礎法(intentiontotreat basis)來計算相對風險(relative risks, RR)及其95%信賴區間(confidence intervals, CI)。如可以計算的話,我們計算益一需治數/害一需治數. 對於連續性的數據,我們計算固定效應加權平均差(weighted mean differences, WMD)

主要結論

我們納入了六個相關的試驗。我們發現一年再住院率於計畫性短期住院與標準照護間並無明顯差異(n = 651, 4 RCTs, RR 1.26 CI 1.0 to 1.6)。從“失去追蹤”的觀點,短期住院並未比標準照護提供更多的好處(n = 453, 3 RCTs, RR 0.87 CI 0.7 to 1.1)。在“提早地離開醫院”的結果,兩者也無明顯差異(n = 229, 2 RCTs, RR 0.77 CI 0.3 to 1.8)。參與短期住院組的病患,接受的日間照護較多(n = 247, 1 RCT, RR 4.52 CI 2.7 to 7.5, NNH 3 CI 2 to 6),且短期住院組的病患在兩年內更容易受雇(n = 330, 2 RCTs, RR 0.61 CI 0.5 to 0.8, NNT 5 CI 4 to 8)。經濟相關的資料數據很少,但是一但出院,分配到一開始短期住院組的支出可能會較多

作者結論

在精神衛生政策中,醫院照護的效果和住院天數的長度是重要的. 我們找到有限的資料,雖然結果顯示計畫性的短期住院政策並未促進嚴重精神疾病病人的旋轉門式住院方式和脫離照護. 以上的論點,需要更多大型、設計良好並報告出來的研究,以做佐證

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院王智仁翻譯

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

在過去三十年高所得國家因醫療照護政策的改變使得嚴重精神疾病病患住院時間下降;而現今更注重社區照護. 我們回顧了嚴重精神病患在計畫性短期住院與長期住院效能的比較. 我們發現並無證據顯示嚴重精神病病患的計畫性短期住院會促進旋轉門式住院或是提供病患較不適當的照護。更多的設計良好的隨機對照研究對以上論點是非常有幫助的