Intervention Review

Supported housing for people with severe mental disorders

  1. Rupatharshini Chilvers1,*,
  2. Geraldine Macdonald2,
  3. Alex Hayes3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 OCT 2006

Assessed as up-to-date: 22 AUG 2006

DOI: 10.1002/14651858.CD000453.pub2


How to Cite

Chilvers R, Macdonald G, Hayes A. Supported housing for people with severe mental disorders. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 4. Art. No.: CD000453. DOI: 10.1002/14651858.CD000453.pub2.

Author Information

  1. 1

    Tangerine Bee Analysts, Exeter, Devon, UK

  2. 2

    School of Sociology, Social Policy and Social Work, Queen's University Belfast, Director, Institute of Child Care Research, Belfast, Northern Ireland, UK

  3. 3

    Hammersmith and Fulham Mind, Assertive Outreach Service, London, UK

*Rupatharshini Chilvers, Tangerine Bee Analysts, 343 Topsham Road, Exeter, Devon, EX2 6EY, UK. rupa@tangerinebee.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 OCT 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

There has been a significant reduction in the number of people with severe mental illness who spend extended periods in long-stay hospitals. District health authorities, local authorities, housing associations and voluntary organisations are jointly expected to provide support for people with severe mental disorder/s. This 'support' may well involve some kind of special housing.

Objectives

To determine the effects of supported housing schemes compared with outreach support schemes or 'standard care' for people with severe mental disorder/s living in the community.

Search methods

For the 2006 update we searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (April 2006) and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, 2006 Issue 2).

Selection criteria

We included all relevant randomised, or quasi-randomised, trials dealing with people with 'severe mental disorder/s' allocated to supported housing, compared with outreach support schemes or standard care. We focused on outcomes of service utilisation, mental state, satisfaction with care, social functioning, quality of life and economic data.

Data collection and analysis

We reliably selected studies, quality rated them and undertook data extraction. For dichotomous data, we would have estimated relative risks (RR), with the 95% confidence intervals (CI). Where possible, we would have calculated the number needed to treat statistic (NNT). We would have carried out analysis by intention-to-treat and would have summated normal continuous data using the weighted mean difference (WMD). We would have presented scale data for only those tools that had attained pre-specified levels of quality and undertaken tests for heterogeneity and publication bias.

Main results

Although 139 citations were acquired from the searches, no study met the inclusion criteria.

Authors' conclusions

Dedicated schemes whereby people with severe mental illness are located within one site or building with assistance from professional workers have potential for great benefit as they provide a 'safe haven' for people in need of stability and support. This, however, may be at the risk of increasing dependence on professionals and prolonging exclusion from the community. Whether or not the benefits outweigh the risks can only be a matter of opinion in the absence of reliable evidence. There is an urgent need to investigate the effects of supported housing on people with severe mental illness within a randomised trial.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Supported housing for people with severe mental disorders

Support for people with severe mental illness may be provided through supported housing schemes with the intention of increasing treatment success rates and reducing cycles of hospital readmissions. Many of these initiatives are based on informal reports of effectiveness and they are costly in terms of development, capital investment and on-going care provision. In this review we sought to compare supported housing schemes with outreach support schemes or 'standard care' for people with severe mental disorder/s living in the community. We did not identify any studies from randomised trials in this review. There are a number of supported housing options funded by local authorities as well as charities which may be beneficial but could equally increase levels of dependence on professionals and provide greater exclusion from the community. Whether or not the benefits outweigh the risks are currently only a matter of opinion, debate and informal reports. There is an urgent need to assess the effectiveness of these schemes using well conducted randomised trials.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Logement avec services de soutien pour les patients atteints de troubles mentaux sévères

Contexte

Le nombre de personnes atteintes de troubles mentaux sévères qui passent de longues périodes dans des hôpitaux de long séjour a considérablement diminué. On attend des autorités sanitaires régionales, des autorités locales, des associations de logement et des organisations bénévoles qu'elles apportent conjointement leur soutien aux personnes atteintes d'un ou plusieurs troubles mentaux sévères. Ce soutien pourrait bien impliquer la fourniture de logements spéciaux.

Objectifs

Déterminer les effets des programmes de logement avec services de soutien par rapport aux programmes de soutien externes ou soins standard chez des patients atteints d'un ou plusieurs troubles mentaux sévères vivant au sein de la communauté.

Stratégie de recherche documentaire

Pour la mise à jour de 2006, nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (avril 2006) et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2006, numéro 2).

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés ou quasi-randomisés pertinents portant sur des patients atteints d'un ou plusieurs troubles mentaux sévères assignés à un logement supervisé par rapport à des programmes de soutien externes ou à des soins standard. Nous avons examiné les critères de jugement de l'utilisation des services, de l'état mental, de la satisfaction vis-à-vis des soins, du fonctionnement social, de la qualité de vie et des données économiques.

Recueil et analyse des données

Nous avons sélectionné les études, évalué la qualité et extrait les données de manière fiable. Pour les données dichotomiques, notre intention était d'estimer les risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Dans la mesure du possible, notre intention était de calculer les statistiques du nombre de sujets à traiter (NST). Nous aurions effectué une analyse sur la base de l'intention de traiter et aurions produit la somme des données continues normales à l'aide de la différence moyenne pondérée (DMP). Nous n'aurions présenté de données issues d'échelles que pour les outils ayant atteint des niveaux de qualité prédéfinis et aurions effectué des tests d'hétérogénéité et de biais de publication.

Résultats Principaux

Bien que 139 références bibliographiques aient été identifiées lors des recherches, aucune étude ne remplissait les critères d'inclusion.

Conclusions des auteurs

Les programmes spécialisés consistant à réunir des patients atteints de troubles mentaux sévères sur un même site ou dans un même bâtiment sous la supervision de professionnels peuvent potentiellement offrir d'importants bénéfices en créant un havre de sécurité pour des patients qui ont besoin de stabilité et de soutien. Néanmoins, il existe le risque d'accroître la dépendance des patients vis-à-vis des professionnels et de prolonger leur exclusion de la communauté. En l'absence de preuves solides, la question de savoir si les effets bénéfiques compensent les risques est une affaire d'opinion. Il est urgent d'étudier les effets du logement avec services de soutien chez les personnes atteintes de troubles mentaux sévères dans le cadre d'un essai randomisé.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Logement avec services de soutien pour les patients atteints de troubles mentaux sévères

Logement avec services de soutien pour les patients atteints de troubles mentaux sévères

Un soutien peut être apporté aux personnes atteintes de troubles mentaux sévères au moyen de programmes de logement supervisé dans le but d'augmenter le taux de réussite du traitement et de réduire les cycles de réadmission à l'hôpital. Ces initiatives sont souvent entreprises sur la base de rapports d'efficacité informels et sont coûteuses en termes de développement, d'investissement en capital et de soins continus. L'objectif de cette revue était de comparer des programmes de logement avec services de soutien à des programmes de soutien externes ou soins standard chez des patients atteints d'un ou plusieurs troubles mentaux sévères vivant au sein de la communauté. Nous n'avons identifié aucun essai randomisé dans le cadre de cette revue. Plusieurs options de logement supervisé financées par les autorités locales et des associations caritatives pourraient être bénéfiques mais pourraient également accroître les niveaux de dépendance vis-à-vis des professionnels et exclure davantage les patients de la communauté. La question de savoir si les effets bénéfiques compensent ou non les risques n'est actuellement alimentée que par des opinions, débats et rapports informels. Il est urgent d'évaluer l'efficacité de ces programmes dans le cadre d'essais randomisés bien réalisés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

嚴重精神疾患的支持性住居照護

嚴重精神疾病患者長期待在慢性病房的數目已顯著地減少,人們期待地區主管健康照護的機關、地方政府、住房協會以及志願性團體機構能一起給予這些患者支持性的照護,這其中包含了某些特殊形式的住居模式

目標

對於居住在社區的嚴重精神疾患患者比較支持性住居和延伸性照護或‘標準照護’間效果的差異

搜尋策略

對於2006年的更新版,我們搜尋了考科藍精神分裂群組的登錄試驗Cochrane Schizophrenia Group Trials Register(2006年4月)以及考科藍對照試驗登錄中心Cochrane Central Register of Controlled Trials(CENTRAL, 2006 Issue 2)這兩個資料庫

選擇標準

我們納入了所有針對嚴重精神疾病患者比較支持性住居、延伸性支持照護或‘標準照護’間效果的隨機或半隨機設計的試驗,並且將焦點放在對於設施的使用率、精神狀態、對服務的滿意度、社會功能、生活品質以及經濟相關的數據上

資料收集與分析

我們嚴謹地選擇相關研究並對這些研究評定品質同時擷取資料。對於二元資料,會去計算相對危險(RR)值以及95%的信賴區間。情況允許時,會同時計算需要被治療的病人數(NNT)這個統計數值。分析是採用只要隨機指派的病人都必須分析的方式來進行,對於正常連續性變項,我們使用加權平均差(WMD)來總結資料。對於符合原先設定的品質標準的測量工具,我們會呈現尺度資料,同時去計算資料的異質性以及出版偏差

主要結論

雖然搜尋到139篇引用的文獻,但沒有一篇符合納入的標準

作者結論

對於讓患有嚴重精神疾病患者居住在專屬的地區或房子,同時輔以在地的專業人員協助的這種計畫,應該會有蠻大的好處,畢竟這樣的方式可以提供給這些需要穩定及支持的患者一個安全的處所。不過這樣的做法卻會有增加患者依賴專業以及自外於正常社區生活的缺點。不管是否利大於弊,這樣的一個做法在缺乏可靠證據的情形下,也只能流於一種意見而已。所以針對重大精神疾病患者提供支持性住居的效果仍然迫切需要隨機試驗來加以評估

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院許文郁翻譯

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

嚴重精神疾患的支持性住居照護。 支持性住居計畫是一種對於嚴重精神疾病患者提供支持的方式之一,其目的是希望增加治療成功的機會以及減少重複入院的循環。這種初步的做法是根據一些非正式的研究報告指出這樣的方式是有效的,不過就發展上、資金的投資上以及後續的健康照護上是相當花錢的。在這篇回顧的文獻中,我們想要比較支持性住居計畫、延伸性支持照護與一般所謂‘標準照護’對於居住在社區裡嚴重精神疾病患者的效果。可惜的是在所有的隨機試驗中找不到相關的研究。目前已有許多由地方政府以及慈善機構所資助的支持性住居模式,在可能為這些患者帶來好處的同時也會增加患者對專業的依賴以及更加自外於正常社區生活的情況。是否利大於弊,目前也只流於一種意見、討論和非正式報告而已,所以迫切需要好的隨機試驗來真正評估這種方式的好處