Intervention Review

Prostaglandins for preventing postpartum haemorrhage

  1. Özge Tunçalp1,*,
  2. G Justus Hofmeyr2,
  3. A Metin Gülmezoglu3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 1 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD000494.pub4

How to Cite

Tunçalp Ö, Hofmeyr GJ, Gülmezoglu AM. Prostaglandins for preventing postpartum haemorrhage. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD000494. DOI: 10.1002/14651858.CD000494.pub4.

Author Information

  1. 1

    Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Population, Family and Reproductive Health, Baltimore, MD, USA

  2. 2

    University of the Witwatersrand, University of Fort Hare, Eastern Cape Department of Health, Department of Obstetrics and Gynaecology, East London Hospital Complex, East London, Eastern Cape, South Africa

  3. 3

    World Health Organization, UNDP/UNFPA/WHO/World Bank Special Programme of Research, Development and Research Training in Human Reproduction, Department of Reproductive Health and Research, Geneva, Switzerland

*Özge Tunçalp, Population, Family and Reproductive Health, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 615 N Wolfe St, Baltimore, MD, 21205, USA. otuncalp@jhsph.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Prostaglandins have mainly been used for postpartum haemorrhage (PPH) when other measures fail. Misoprostol, a new and inexpensive prostaglandin E1 analogue, has been suggested as an alternative for routine management of the third stage of labour.

Objectives

To assess the effects of prophylactic prostaglandin use in the third stage of labour.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (7 January 2011). We updated this search on 25 May 2012 and added the results to the awaiting classification section.

Selection criteria

Randomised trials comparing a prostaglandin agent with another uterotonic or no prophylactic uterotonic (nothing or placebo) as part of management of the third stage of labour. The primary outcomes were blood loss 1000 mL or more and the use of additional uterotonics.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed eligibility and trial quality and extracted data.

Main results

We included 72 trials (52,678 women). Oral or sublingual misoprostol compared with placebo is effective in reducing severe PPH (oral: seven trials, 6225 women, not totalled due to significant heterogeneity; sublingual: risk ratio (RR) 0.66; 95% confidence interval (CI) 0.45 to 0.98; one trial, 661 women) and blood transfusion (oral: RR 0.31; 95% CI 0.10 to 0.94; four trials, 3519 women).

Compared with conventional injectable uterotonics, oral misoprostol was associated with higher risk of severe PPH (RR 1.33; 95% CI 1.16 to 1.52; 17 trials, 29,797 women) and use of additional uterotonics, but with a trend to fewer blood transfusions (RR 0.84; 95% CI 0.66 to 1.06; 15 trials; 28,213 women). Additional uterotonic data were not totalled due to heterogeneity. Misoprostol use is associated with significant increases in shivering and a temperature of 38º Celsius compared with both placebo and other uterotonics.

Authors' conclusions

Oral or sublingual misoprostol shows promising results when compared with placebo in reducing blood loss after delivery. The margin of benefit may be affected by whether other components of the management of the third stage of labour are used or not. As side-effects are dose-related, research should be directed towards establishing the lowest effective dose for routine use, and the optimal route of administration.

Neither intramuscular prostaglandins nor misoprostol are preferable to conventional injectable uterotonics as part of the management of the third stage of labour especially for low-risk women; however, evidence has been building for the use of oral misoprostol to be effective and safe in areas with low access to facilities and skilled healthcare providers and future research on misoprostol use in the community should focus on implementation issues.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandins for preventing postpartum haemorrhage

An injectable uterotonic is the drug of choice for routine third stage management when the placenta is delivered. Oral or sublingual misoprostol may be used where no injectable uterotonic is available.

After her baby is born, the woman's womb (uterus) contracts and bleeding decreases. If the womb does not contract, postpartum haemorrhage (heavy bleeding) can occur, which can be life threatening. A prostaglandin, oxytocin and ergometrine are all drugs that cause contractions of the womb (uterotonics). This review of 72 randomised controlled trials, involving 52,678 women, found that oral or sublingual prostaglandin (misoprostol) is effective in reducing severe haemorrhage after giving birth and the need for blood transfusions. Misoprostol is not as effective as oxytocin and has more side-effects. The main side-effects are shivering, high temperature and diarrhoea, occurring in a significant proportion of women. Twenty-six of the trials included centres in low- and middle-income countries only. Misoprostol may be useful in places where injectable uterotonics are not available, perhaps because of poor access to skilled healthcare providers. Injectable prostaglandin may be effective in reducing blood loss but has adverse effects of vomiting, abdominal pain and diarrhoea and costs more.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandines dans la prévention de l'hémorragie du post-partum

Contexte

Les prostaglandines sont principalement administrées dans des cas d'hémorragie post-partum (HPP) lorsque d'autres méthodes échouent. Le misoprostol, une nouvelle prostaglandine E1 analogue à faible coût, a été suggéré comme alternative dans la prise en charge systématique de la troisième phase du travail.

Objectifs

Évaluer les effets de l'administration prophylactique de la prostaglandine dans la troisième phase du travail.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (07 janvier 11). Nous avons mis à jour ces recherches le 25 mai 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection

Des essais randomisés comparant un agent de la prostaglandine à un autre utérotonique ou à aucun utérotonique prophylactique (rien ou placebo) dans le cadre de la prise en charge de la troisième étape du travail. Les critères de jugement principaux étaient des pertes de sang de 1 000 ml ou plus et l'administration d'utérotoniques supplémentaires.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des essais et ont extrait des données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 72 essais (52 678 femmes). Le misoprostol oral ou sublingual comparé à un placebo est efficace pour réduire une HPP sévère (oral : sept essais, 6 225 femmes, partiellement en raison d'une hétérogénéité significative ; sublingual : risque relatif (RR) 0,66 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,45 à 0,98 ; un essai ; 661 femmes) et les besoins en transfusions sanguines (oral : RR 0,31 ; IC à 95 % 0,10 à 0,94 ; quatre essais, 3 519 femmes).

Comparé aux utérotoniques injectables conventionnels, le misoprostol oral était lié à des risques accrus de HPP sévère (RR 1,33 ; IC à 95 % 1,16 à 1,52 ; 17 essais, 29 797 femmes) et à l'administration d'utérotoniques supplémentaires, mais avec une tendance à la baisse des besoins en transfusions sanguines (RR 0,84 ; IC à 95 % 0,66 à 1,06 ; 15 essais ; 28 213 femmes). Les données supplémentaires relatives aux utérotoniques n'étaient pas totalement dues à l'hétérogénéité. L'administration de misoprostol est liée à une augmentation significative du nombre de frissons et à une température de 38° C par rapport à un placebo et à d'autres utérotoniques.

Conclusions des auteurs

Le misoprostol oral ou sublingual montre des résultats prometteurs dans la diminution des pertes de sang après l'accouchement lorsqu'il est comparé à un placebo. Ces effets bénéfiques peuvent être affectés par le fait que d'autres composants soient administrés ou pas pour la prise en charge de la troisième étape du travail. Étant donné que les effets secondaires sont liés à la dose, les recherches doivent s'orienter vers la définition d'une dose efficace minimale dans le cadre d'une administration systématique et une voie d'administration optimale.

Les prostaglandines intramusculaires et le misoprostol ne sont nullement préférés aux utérotoniques injectables conventionnels dans le cadre de la prise en charge de la troisième étape du travail, surtout chez les femmes présentant de faibles risques. Toutefois, des preuves ont été regroupées en faveur de l'administration de misoprostol oral qui est considéré comme étant efficace et sans danger dans les zones où l'accès à des hôpitaux et à un personnel médical compétent est difficile. Des recherches futures concernant l'administration du misoprostol au sein de cette population devront privilégier les problèmes de mise en œuvre.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prostaglandines dans la prévention de l'hémorragie du post-partum

Prostaglandines dans la prévention de l'hémorragie du post-partum

Un utérotonique injectable est le médicament de choix pour la prise en charge systématique de la troisième phase du travail correspondant à l'expulsion du placenta. Le misoprostol oral ou sublingual peut être administré en l'absence d'un utérotonique injectable.

Après l'accouchement, l'utérus de la mère se contracte et l'hémorragie diminue. Si l'utérus ne se contracte pas, une hémorragie post-partum (saignements abondants) peut se produire et se révéler mortelle. La prostaglandine, l'ocytocine et l'ergométrine sont tous des médicaments provoquant des contractions de l'utérus (utérotoniques). La présente revue composée de 72 essais contrôlés randomisés, impliquant 52 678 femmes, a trouvé que la prostaglandine orale ou sublinguale (misoprostol) est efficace pour diminuer une hémorragie sévère après un accouchement, ainsi que les besoins en transfusions sanguines. Le misoprostol n'est pas aussi efficace que l'ocytocine et présente davantage d'effets secondaires. Les principaux effets secondaires se manifestent sous la forme de frissons, de fièvre et de diarrhées chez une majorité de femmes. Parmi les essais, vingt-six d'entre eux incluaient des maternités situées uniquement dans des pays à revenus faibles et moyens. Le misoprostol peut être administré en l'absence d'utérotoniques injectables, probablement en raison de la disponibilité limitée d'un personnel médical compétent. La prostaglandine injectable peut être efficace pour réduire les pertes de sang, mais présente des effets indésirables tels que des vomissements, des douleurs abdominales, des diarrhées et son prix est plus élevé.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français