Intervention Review

Therapeutic ultrasound for postpartum perineal pain and dyspareunia

  1. Jean Hay-Smith*

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 27 JUL 1998

Assessed as up-to-date: 21 JAN 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD000495


How to Cite

Hay-Smith J. Therapeutic ultrasound for postpartum perineal pain and dyspareunia. Cochrane Database of Systematic Reviews 1998, Issue 3. Art. No.: CD000495. DOI: 10.1002/14651858.CD000495.

Author Information

  1. Wellington School of Medicine and Health Services, Rehabilitation Teaching and Research Unit, Department of Medicine, Wellington, New Zealand

*Jean Hay-Smith, Department of Women's and Children's Health, Dunedin School of Medicine, University of Otago, PO Box 913, Dunedin, New Zealand. jean.hay-smith@otago.ac.nz.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 27 JUL 1998

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Proponents of therapeutic ultrasound suggest it can decrease pain by resolution of inflammation processes and reducing the pressure on pain sensitive structures by haematoma and oedema.

Objectives

The objective of this review was to assess the effects of therapeutic ultrasound for treating acute perineal pain, persistent perineal pain or dyspareunia, or both, following childbirth.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (January 2008).

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials comparing active therapeutic ultrasound with no treatment, placebo ultrasound, or any other 'standard' or active treatment for women with acute or persistent perineal pain or dyspareunia, or both, following childbirth.

Data collection and analysis

One review author assessed trial quality and extracted data.

Main results

Four trials involving 659 women were included. The trials were of variable quality.

Based on two placebo controlled trials, women treated with active ultrasound for acute perineal pain were more likely to report improvement in pain with treatment (odds ratio (OR) 0.37, 95% confidence interval (CI) 0.19 to 0.69). No other outcome reached significance. In one trial comparing pulsed electromagnetic energy with ultrasound for acute perineal pain, women treated with ultrasound were more likely to have bruising post-treatment (OR 1.64, 95% CI 1.04 to 2.60). However, those treated with ultrasound were less likely to have experienced perineal pain within the last 24 hours at 10 days (OR 0.56, 95% CI 0.34 to 0.92) and pain within the last week at three months (OR 0.43, 95% CI 0.22 to 0.84). No other outcome reached significance. Based on one trial, women treated with ultrasound for persistent perineal pain or dyspareunia, or both, were less likely to report pain with sexual intercourse compared with the placebo group (OR 0.31, 95% CI 0.11 to 0.84). None of the other outcomes measured reached significance.

Authors' conclusions

There is not enough evidence to evaluate the use of ultrasound in treating perineal pain or dyspareunia, or both, following childbirth.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Therapeutic ultrasound for postpartum perineal pain and dyspareunia

Too little evidence from trials to show whether women have less pain if they have ultrasound treatment for perineal pain after childbirth.

A woman's perineum (area between the vagina and anus) may bruise, tear or be artificially cut (episiotomy) during childbirth. This may cause perineal pain or pain during sexual intercourse (dyspareunia), sometimes lasting more than a year. Ultrasound treatment involves using a probe to apply sound waves onto the woman's perineal area. The review of trials found too little evidence to show whether women have less perineal pain or dyspareunia if they have ultrasound treatment for pain. There is some evidence from studies that it may be beneficial, but further research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ultrasonothérapie pour la douleur périnéale et la dyspareunie post-partum

Contexte

Les partisans de l'ultrasonothérapie pensent qu'elle peut atténuer la douleur en résorbant les processus inflammatoires et en réduisant la pression qu'hématomes et œdèmes exercent sur les structures sensibles à la douleur.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de l'ultrasonothérapie dans le traitement de la douleur périnéale aiguë ou persistante et de la dyspareunie consécutives à un accouchement.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (janvier 2008).

Critères de sélection

Des essais randomisés et quasi-randomisés comparant l'ultrasonothérapie active à l'absence de traitement, aux ultrasons placebo ou à tout autre traitement 'standard' ou actif pour femmes souffrant de douleurs périnéales aiguës ou persistantes ou de dyspareunie, ou des deux, suite à un accouchement.

Recueil et analyse des données

Un auteur a évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats Principaux

Quatre essais impliquant au total 659 femmes ont été inclus. Les essais étaient de qualité variable.

D'après deux études contrôlées par placebo, les femmes traitées par ultrasons actifs pour des douleurs périnéales aiguës étaient plus susceptibles de faire état d'un allégement de la douleur avec le traitement (rapport des cotes (RC) 0,37 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,19 à 0,69). Aucun autre résultat n'avait atteint un niveau de signifiance statistique. Dans un essai comparant l'énergie électromagnétique pulsée aux ultrasons pour la douleur périnéale aiguë, les femmes traitées par ultrasons étaient plus susceptibles d'avoir des ecchymoses après le traitement (RC1,64 ; IC à 95 % 1,04 à 2,60). Toutefois, celles traitées avec des ultrasons étaient moins susceptibles d'avoir ressenti, après 10 jours, une douleur périnéale au cours des dernières 24 heures (RC 0,56 ; IC à 95 % 0,34 à 0,92) ainsi que, après trois mois, au cours de la semaine écoulée (RC 0,43 ; IC à 95 % 0,22 à 0,84). Aucun autre résultat n'avait atteint un niveau de signifiance statistique. Dans une étude, les femmes traitées par ultrasons pour douleur périnéale persistante ou dyspareunie, ou les deux, étaient moins susceptibles de faire état de douleur lors des rapports sexuels, en comparaison avec le groupe placebo (RC 0,31 ; IC à 95 % 0,11 à 0,84). Aucun des autres critères de jugement mesurés n'avait atteint un niveau de signifiance statistique.

Conclusions des auteurs

Il n'y a pas suffisamment de données pour permettre d'évaluer l'utilisation d'ultrasons dans le traitement de la douleur périnéale ou de la dyspareunie consécutives à un accouchement.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ultrasonothérapie pour la douleur périnéale et la dyspareunie post-partum

L'ultrasonothérapie pour la douleur périnéale et la dyspareunie post-partum

On dispose de trop peu de données issues d'essais cliniques pour établir si l'ultrasonothérapie réduit la douleur périnéale après l'accouchement.

Le périnée de la femme (la zone entre le vagin et l'anus) peut être contusionné, déchiré ou intentionnellement sectionné (épisiotomie) lors de l'accouchement. Cela peut causer une douleur périnéale ou des douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), pendant parfois plus d'un an. Dans le traitement par ultrasons, une sonde applique des ondes sonores sur la zone périnéale de la femme. La revue des essais n'a mis en évidence que trop peu de données pour établir si l'ultrasonothérapie réduit la douleur périnéale ou la dyspareunie. Certains résultats d'études semblent indiquer qu'elle serait bénéfique, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français