Intervention Review

Zuclopenthixol acetate for acute schizophrenia and similar serious mental illnesses

  1. Kaushadh Jayakody1,*,
  2. Roger Carl Gibson2,
  3. Ajit Kumar3,
  4. Shalmini Gunadasa4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 APR 2012

Assessed as up-to-date: 8 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD000525.pub3


How to Cite

Jayakody K, Gibson RC, Kumar A, Gunadasa S. Zuclopenthixol acetate for acute schizophrenia and similar serious mental illnesses. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 4. Art. No.: CD000525. DOI: 10.1002/14651858.CD000525.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Aberdeen, Applied Health Sciences (Mental Health), Aberdeen, UK

  2. 2

    University of the West Indies, Department of Community Health & Psychiatry, Mona, Kingston 7, Jamaica

  3. 3

    Leeds and York Partnership NHS Foundation Trust, Psychiatry, Leeds, UK

  4. 4

    Department of Health Sciences, Clinicial Trial Unit, York, UK

*Kaushadh Jayakody, Applied Health Sciences (Mental Health), University of Aberdeen, Clinical Research Centre, Royal Cornhill Hospital, Aberdeen, AB25 2ZH, UK. jark_jayakody@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 APR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Medication used for acute aggression in psychiatry must have rapid onset of effect, low frequency of administration and low levels of adverse effects. Zuclopenthixol acetate is said to have these properties.

Objectives

To estimate the clinical effects of zuclopenthixol acetate for the management of acute aggression or violence thought to be due to serious mental illnesses, in comparison to other drugs used to treat similar conditions.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia's Group Trials Register (July 2011). We supplemented this by citation searching and personal contact with authors and relevant pharmaceutical companies.

Selection criteria

All randomised clinical trials involving people thought to have serious mental illnesses comparing zuclopenthixol acetate with other drugs.

Data collection and analysis

Two review authors extracted and cross-checked data independently. We calculated fixed-effect relative risks (RR) and 95% confidence intervals (CI) for dichotomous data. We analysed by intention-to-treat. We used mean differences (MD) for continuous variables.

Main results

We found no data for the primary outcome, tranquillisation. Compared with haloperidol, zuclopenthixol acetate was no more sedating at two hours (n = 40, 1 RCT, RR 0.60, 95% CI 0.27 to 1.34). People given zuclopenthixol acetate were not at reduced risk of being given supplementary antipsychotics (n = 134, 3 RCTs, RR 1.49, 95% CI 0.97 to 2.30) although additional use of benzodiazepines was less (n = 50, 1 RCT, RR 0.03, 95% CI 0.00 to 0.47). People given zuclopenthixol acetate had fewer injections over seven days compared with those allocated to haloperidol IM (n = 70, 1 RCT, RR 0.39, 95% CI 0.18 to 0.84, NNT 4, CI 3 to 14). We found no data on more episodes of aggression or harm to self or others. One trial (n = 148) reported no significant difference in adverse effects for people receiving zuclopenthixol acetate compared with those allocated haloperidol at one, three and six days (RR 0.74, 95% CI 0.43 to 1.27). Compared with haloperidol or clotiapine, people allocated zuclopenthixol did not seem to be at more risk of a range of movement disorders (< 20%). Three studies found no difference in the proportion of people getting blurred vision/dry mouth (n = 192, 2 RCTs, RR at 24 hours 0.90, 95% CI 0.48 to 1.70). Similarly, dizziness was equally infrequent for those allocated zuclopenthixol acetate compared with haloperidol (n = 192, 2 RCTs, RR at 24 hours 1.15, 95% CI 0.46 to 2.88). There was no difference between treatments for leaving the study before completion (n = 522, RR 0.85, 95% CI 0.31 to 2.31). One study reported no difference in adverse effects and outcome scores, when high dose (50-100 mg/injection) zuclopenthixol acetate was compared with low dose (25-50 mg/injection) zuclopenthixol acetate.

Authors' conclusions

Recommendations on the use of zuclopenthixol acetate for the management of psychiatric emergencies in preference to 'standard' treatment have to be viewed with caution. Most of the small trials present important methodological flaws and findings are poorly reported. This review did not find any suggestion that zuclopenthixol acetate is more or less effective in controlling aggressive acute psychosis, or in preventing adverse effects than intramuscular haloperidol, and neither seemed to have a rapid onset of action. Use of zuclopenthixol acetate may result in less numerous coercive injections and low doses of the drug may be as effective as higher doses. Well-conducted pragmatic randomised controlled trials are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Zuclopenthixol acetate for acute schizophrenia and similar serious mental illnesses

People with schizophrenia or other mental health problems often hear disturbing voices or see distressing things (which are called delusions, hallucinations and psychosis). Such experiences can be frightening and may lead people to be aggressive or show violent behaviour toward themselves or other people. Tranquilising drugs are medications that help people to sleep or calm down, and help stop aggressive or disorganised behaviour. An antipsychotic effect is also desirable to help stop the delusions and hallucinations. Tranquillisers should not have to be used often and also have few unwanted side-effects, such as pain at the injection site or uncontrolled shaking of the head and hands. Zuclopenthixol acetate is said to possess all these properties.  

Zuclopenthixol acetate is given by an injection and has an effect that lasts for about two to three days. This review looks at zuclopenthixol acetate for managing aggression or violence. The review did not find any evidence that zuclopenthixol acetate is more or less effective in helping to control aggression or violence, or in preventing unwanted side-effects than other drugs (such as haloperidol, chlorpromazine, clothiapine). It did not seem to work quickly and/or be rapid in calming people down. 

Zuclopenthixol acetate may result in less forced injections (where restraint of the patient is needed to enable treatment). Low doses of the drug (as low as 25 mg) may be just as good and effective as higher doses (up to 100 mg). 

Overall the review found limited information for claims made to support the use of this drug (for example: that it rapidly calms or sedates people; or that it is better than other drugs in emergency situations). Recommendations on the use of zuclopenthixol acetate for aggressive or violent behaviour therefore have to be viewed with caution.  

Evidence is very far from good and convincing. Most of the research on the subject is small in size, with few participants, of short duration and data poorly reported in the individual studies. But it does point to zuclopenthixol acetate being helpful for managing very disturbed people. In comparison to other drugs it is not any worse than others. Moreover, the whole area on the management of very disturbed people is under-researched and more research is necessary.

This Plain Language Summary has been written by a consumer: Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness, Email: ben.gray@rethink.org .

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'acétate de zuclopenthixol pour la schizophrénie aiguë et les maladies mentales graves similaires

Contexte

Les médicaments utilisés en cas d'agressivité aiguë en psychiatrie doivent être à effet rapide, à faible fréquence d'administration et présenter de faibles niveaux d'effets indésirables. L'acétate de zuclopenthixol est supposé avoir ces propriétés.

Objectifs

Estimer les effets cliniques de l'acétate de zuclopenthixol pour la gestion de l'agressivité aiguë ou de la violence considérées comme étant dues à des maladies mentales graves, comparé à d'autres médicaments utilisés pour traiter des affections similaires.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (juillet 2011). Nous avons complété ces recherches par des recherches dans les références bibliographiques et avons établi un contact personnel avec des auteurs et les sociétés pharmaceutiques concernées.

Critères de sélection

Tous les essais cliniques randomisés, portant sur des personnes qui présenteraient des maladies mentales graves, comparant l'acétate de zuclopenthixol à d'autres médicaments.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait et recoupé des données de façon indépendante. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) à effets fixes et les intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques. Nous avons procédé aux analyses en intention de traiter. Nous avons utilisé des différences moyennes (DM) pour les variables continues.

Résultats Principaux

Nous n'avons trouvé aucune donnée pour le critère de jugement principal, la tranquillisation. Comparé à l'halopéridol, l'acétate de zuclopenthixol n'était pas plus sédatif à deux heures (n = 40, 1 ECR, RR 0,60, IC à 95 % 0,27 à 1,34). Les personnes ayant reçu de l'acétate de zuclopenthixol ne présentaient pas de réduction du risque d'administration d'antipsychotiques complémentaires (n = 134, 3 ECR, RR 1,49, IC à 95 % 0,97 à 2,30), même si l'usage supplémentaire de benzodiazépines était inférieur (n = 50, 1 ECR, RR 0,03, IC à 95 % 0,00 à 0,47). Les personnes ayant reçu de l'acétate de zuclopenthixol avaient moins d'injections sur sept jours comparé à celles assignées au groupe traité à l'halopéridol IM (n = 70, 1 ECR, RR 0,39, IC à 95 % 0,18 à 0,84, NST 4, IC 3 à 14). Nous n'avons trouvé aucune donnée relative à un plus grand nombre d'épisodes d'agressivité ou de préjudices infligés à soi-même ou à autrui. Un essai (n = 148) n'a signalé aucune différence significative en termes d'effets indésirables pour les personnes ayant reçu de l'acétate de zuclopenthixol comparé à celles assignées au groupe traité à l'halopéridol, à un, trois et six jours (RR 0,74, IC à 95 % 0,43 à 1,27). Comparé à l'halopéridol ou à la clothiapine, les personnes assignées au groupe du zuclopenthixol ne semblaient pas avoir plus de risques de présenter des mouvements anormaux (< 20 %). Trois études n'ont découvert aucune différence dans la proportion des personnes ayant une vision trouble/une bouche sèche (n = 192, 2 ECR, RR à 24 heures 0,90, IC à 95 % 0,48 à 1,70). De même, les étourdissements étaient également peu fréquents chez les personnes assignées au groupe de l'acétate de zuclopenthixol comparé à l'halopéridol (n = 192, 2 ECR, RR à 24 heures 1,15, IC à 95 % 0,46 à 2,88). Aucune différence n'a été observée entre les traitements concernant les sorties d'étude avant l'achèvement (n = 522, RR 0,85, IC à 95 % 0,31 à 2,31). Une étude n'a signalé aucune différence en termes d'effets indésirables et de scores des critères de jugement lorsqu'une dose importante (50-100 mg/injection) d'acétate de zuclopenthixol était comparée à une faible dose (25-50 mg/injection) d'acétate de zuclopenthixol.

Conclusions des auteurs

Les recommandations relatives à l'usage de l'acétate de zuclopenthixol pour la gestion des urgences psychiatriques de préférence à un traitement « standard » doivent être considérées avec prudence. La plupart des essais de petite taille présentent d'importants défauts méthodologiques et les comptes-rendus de résultats sont de qualité médiocre. Cette revue n'a pas trouvé de preuves suggérant que l'acétate de zuclopenthixol est plus efficace ou moins efficace pour contrôler la psychose aiguë agressive ou pour prévenir les effets indésirables que l'halopéridol en intramusculaire ou suggérant qu'il semblait avoir une action rapide. L'utilisation d'acétate de zuclopenthixol peut avoir pour conséquence un moins grand nombre d'injections forcées et de faibles doses du médicament peuvent être aussi efficaces que des doses plus importantes. Des essais contrôlés randomisés pragmatiques, bien menés, devront être réalisés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'acétate de zuclopenthixol pour la schizophrénie aiguë et les maladies mentales graves similaires

L'acétate de zuclopenthixol pour la schizophrénie aiguë et les maladies mentales graves similaires

Les personnes atteintes de schizophrénie ou d'autres problèmes de santé mentale entendent souvent des voix perturbantes ou voient des choses pénibles (qui sont appelées délires, hallucinations et psychose). Cela peut être effrayant et peut conduire ces personnes à être agressives ou à avoir un comportement violent envers elles-mêmes ou envers les autres. Les tranquillisants sont des médicaments qui aident les personnes à dormir ou à se calmer et permettent de stopper un comportement agressif ou désorganisé. Un effet antipsychotique est également souhaitable pour aider à stopper les délires et les hallucinations. Les tranquillisants ne devraient pas avoir à être utilisés fréquemment et présentent également peu d'effets secondaires indésirables, tels que la douleur au site d'injection ou des tremblements incontrôlés de la tête et des mains. L'acétate de zuclopenthixol est supposé posséder toutes ces propriétés.  

L'acétate de zuclopenthixol est administré par injection et a un effet qui dure environ deux à trois jours. Cette revue examine l'acétate de zuclopenthixol pour la gestion de l'agressivité ou de la violence. La revue n'a trouvé aucune preuve indiquant que l'acétate de zuclopenthixol était plus efficace ou moins efficace pour aider à contrôler l'agressivité ou la violence ou pour prévenir les effets secondaires indésirables que les autres médicaments (tels que l'halopéridol, la chlorpromazine, la clothiapine). Il n'a pas semblé fonctionner rapidement ni calmer rapidement les personnes. 

L'acétate de zuclopenthixol peut avoir pour conséquence un moins grand nombre d'injections forcées (où une contention du patient est nécessaire pour permettre le traitement). De faibles doses du médicament (jusqu'à 25 mg) peuvent être tout aussi efficaces que des doses plus importantes (jusqu'à 100 mg). 

Globalement, la revue n'a trouvé que peu d'informations concernant les revendications corroborant l'usage de ce médicament (par exemple : le fait qu'il calme ou tranquillise rapidement les personnes ou qu'il soit meilleur que d'autres médicaments dans les situations d'urgence). Les recommandations relatives à l'usage de l'acétate de zuclopenthixol dans les cas de comportement agressif ou violent doivent donc être considérées avec prudence.  

Les preuves sont très loin d'être convaincantes et de bonne qualité. La plupart des recherches sur le sujet sont de petite taille, de courte durée, portent sur peu de participants et les données sont mal rapportées dans les études individuelles. Toutefois, ces recherches indiquent que l'acétate de zuclopenthixol est utile pour gérer les personnes très perturbées. Il n'est pas du tout moins bon que d'autres médicaments. De plus, tout le domaine de la gestion des personnes très perturbées n'est pas assez étudié et davantage de recherches sont nécessaires.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur : Benjamin Gray, Bénéficiaire du service et Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness, E-mail : ben.gray@rethink.org .

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th February, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français