Intervention Review

Antiplatelet agents for preventing thrombosis after peripheral arterial bypass surgery

  1. Julie Brown1,*,
  2. Anne Lethaby2,
  3. Heather Maxwell3,
  4. Andrew J Wawrzyniak4,
  5. Martin H Prins5

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 8 OCT 2008

Assessed as up-to-date: 24 FEB 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD000535.pub2

How to Cite

Brown J, Lethaby A, Maxwell H, Wawrzyniak AJ, Prins MH. Antiplatelet agents for preventing thrombosis after peripheral arterial bypass surgery. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 4. Art. No.: CD000535. DOI: 10.1002/14651858.CD000535.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Auckland, Obstetrics and Gynaecology, Auckland, New Zealand

  2. 2

    School of Population Health,University of Auckland, Section of Epidemiology & Biostatistics, Auckland, New Zealand

  3. 3

    Edinburgh, UK

  4. 4

    The University of Edinburgh, Psychology, Edinburgh, UK

  5. 5

    University of Maastricht, Department of Epidemiology, Maastricht, Netherlands

*Julie Brown, Obstetrics and Gynaecology, University of Auckland, FMHS, Auckland, New Zealand. j.brown@auckland.ac.nz.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 OCT 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Peripheral arterial disease (PAD) may cause occlusions (blockages) in the main arteries of lower limbs. One treatment option is bypass surgery using autologous (the patient's own tissue) vein graft or artificial graft. A number of factors influence occlusion rates, including the material used. To prevent graft occlusion patients are usually treated with antiplatelet, antithrombotic drugs, or a combination of both.

Objectives

To evaluate whether antiplatelet treatment in patients with symptomatic PAD undergoing infrainguinal bypass surgery improves graft patency, limb salvage and survival.

Search methods

The authors searched the Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group Specialised Register (January 2008) and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2007, Issue 4). Additional trials were sought through reference lists of papers and proceedings from the vascular surgical society meetings.

Selection criteria

For this update the methodological quality of each original trial was assessed independently by review authors (JB, HM, AW) with emphasis on concealment of allocation.

Data collection and analysis

Details of the selected studies were extracted independently by JB and HM for the update. The treatment and control groups were compared for important prognostic factors and differences described. If any data were unavailable, further information was sought from authors. Data were synthesised by comparing group results. Unit of analysis issues were addressed by subgroup analysis.

Main results

The administration of a variety of platelet inhibitors resulted in improved venous and artificial graft patency when compared to no treatment. However, analysing patients for graft-type indicated that those patients receiving a prosthetic graft were more likely to benefit from administration of platelet inhibitors than patients treated with venous grafts.

Authors' conclusions

Antiplatelet therapy with aspirin had a slight beneficial effect on the patency of peripheral bypass grafts but seemed to have an inferior effect on venous graft patency compared with artificial grafts. The effect of aspirin on cardiovascular outcomes and survival was small and not statistically significant. This might be due to the fact that the majority of patients receiving a peripheral graft have an advanced stage of PAD with critical ischaemia. They are usually seriously ill as a result of cardiovascular disease and have high mortality rates, of 20% per year. Additionally, the number of patients included in this analysis might be too small to reach a statistically significant effect for mortality and cardiovascular morbidity.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antiplatelet agents for preventing failure of peripheral arterial grafts

Symptomatic peripheral arterial disease in people with atherosclerosis can present as intermittent claudication, disabling pain on walking, or as critical limb ischaemia with pain at rest, ulceration, gangrene and the risk of losing a leg. One treatment option is to implant a graft or makeshift blood vessel to bypass a blockage in the main artery of the thigh. Using a section of the vein from the patient's calf is often better than artificial materials such as Dacron or polytetrafluoroethylene, which take up platelets. Other factors affecting the patency of the graft, how long the bypass remains open, include length of the bypass, site where the graft connects to the existing artery and blood flow out of the graft. Narrowing (stenosis) of the graft most frequently occurs at the surgical connections because of smooth muscle cells often followed by the formation of a thrombosis (clot) at the stenotic site. Fifteen randomised controlled studies were included in the review.
The long-term (6 weeks to 2 years) administration of antiplatelet agents, started prior to surgery, resulted in improved graft patency. People who received aspirin alone or with dipyridamol showed reduced occlusion of grafts at one year (odds ratio 0.6, range 0.45 to 0.8) compared with no treatment (6 trials, 966 participants). People receiving an artificial graft were more likely to benefit than those treated with a venous graft. There was no clear beneficial effect of aspirin on cardiovascular outcomes or survival (4 trials, 811 participants). Gastrointestinal side effects and major bleeding tended to be more frequent with aspirin. Aspirin alone or in combination with dipyridamol was no different than anticoagulant vitamin K antagonist coumarin drugs on overall graft patency (2 trials, 2741 participants). For venous graft patency (1637 participants) coumarins had a more favourable effect but not for artificial grafts (1 trial, 1104 participants) where the findings favoured low dose aspirin over coumarin (OR 1.33, range 1.02 to 1.74 at 12 months). Haemorrhage necessitating hospitalisation was more evident with coumarin (9% of people) than with aspirin (4.5% of people) in one of the trials.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Agents antiplaquettaires pour la prévention de la thrombose après un pontage artériel périphérique

Contexte

Les maladies artérielles périphériques (MAP) peuvent provoquer des occlusions (blocages) des artères principales des membres inférieurs. Une option de traitement est une opération de pontage au moyen d'un greffon veineux autologue (le propre tissu du patient) ou d'un greffon artificiel. Un certain nombre de facteurs influencent les taux d'occlusion, notamment le matériau utilisé. Pour prévenir l'occlusion des greffons, les patients sont généralement traités avec des médicaments antiplaquettaires, des médicaments antithrombotiques ou une combinaison des deux.

Objectifs

Déterminer si le traitement antiplaquettaire chez les patients présentant une MAP symptomatique et subissant une opération de pontage infra-inguinal améliore la perméabilité du greffon, le taux de sauvetage de jambe et la survie.

Stratégie de recherche documentaire

Les auteurs ont effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques (janvier 2008) et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2007, numéro 4). Des essais supplémentaires ont été recherchés dans les bibliographies d'articles et les actes des conférences de la vascular surgical society (société de chirurgie vasculaire).

Critères de sélection

Pour cette mise à jour, la qualité méthodologique de chaque essai d'origine a été évaluée de façon indépendante par les auteurs de la revue (JB, HM, AW) en mettant l'accent sur l'assignation secrète.

Recueil et analyse des données

Les détails des études sélectionnées ont été extraits de façon indépendante par JB et HM pour la mise à jour. Les groupes de traitement et les groupes témoins ont été comparés concernant d'importants facteurs de pronostic et les différences ont été décrites. Si des données n'étaient pas disponibles, des informations supplémentaires étaient recherchées auprès des auteurs. Les données ont été synthétisées en comparant les résultats des groupes. Les problèmes d'unité d'analyse ont été traités par une analyse en sous-groupe.

Résultats Principaux

L'administration de divers inhibiteurs plaquettaires a entraîné l'amélioration de la perméabilité des greffons veineux et artificiels comparé à l'absence de traitement. Cependant, l'analyse du type de greffon chez les patients a indiqué que ceux recevant un greffon prothétique étaient plus susceptibles de bénéficier de l'administration d'inhibiteurs plaquettaires que les patients traités avec des greffons veineux.

Conclusions des auteurs

Le traitement antiplaquettaire à l'aspirine a eu un léger effet bénéfique sur la perméabilité des greffons de pontage périphérique, mais a semblé avoir un effet inférieur sur la perméabilité des greffons veineux comparé aux greffons artificiels. L'effet de l'aspirine sur les critères de jugement cardiovasculaires et sur la survie a été faible et non significatif au plan statistique. Cela pourrait être dû au fait que la majorité des patients recevant un greffon périphérique ont un stade avancé de MAP avec une ischémie critique. Ils sont généralement gravement malades en raison d'une maladie cardiovasculaire et ont un taux de mortalité élevé de 20 % par an. De plus, le nombre de patients inclus dans cette analyse pourrait être trop faible pour atteindre un effet statistiquement significatif pour la mortalité et la morbidité cardiovasculaire.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Agents antiplaquettaires pour la prévention de la thrombose après un pontage artériel périphérique

Agents antiplaquettaires pour la prévention du rejet des greffes artérielles périphériques

Les maladies artérielles périphériques symptomatiques chez les personnes atteintes d'athérosclérose peuvent se manifester sous la forme d'une claudication intermittente, de douleurs invalidantes lors de la marche ou d'une ischémie critique des membres avec une douleur au repos, une ulcération, une gangrène et le risque de perte d'une jambe. Une option de traitement consiste à implanter un greffon ou un vaisseau sanguin de remplacement pour contourner un blocage dans l'artère principale de la cuisse. L'utilisation d'une portion de la veine du mollet du patient fonctionne souvent mieux que les matériaux artificiels, tels que le Dacron ou le polytétrafluoréthylène, qui retiennent les plaquettes. Les autres facteurs affectant la perméabilité du greffon, la durée d'ouverture du pontage, comprennent la longueur du pontage, le site où le greffon se connecte à l'artère existante et le débit sanguin à la sortie du greffon. Un rétrécissement (sténose) du greffon survient très fréquemment au niveau des connexions chirurgicales en raison des cellules des muscles lisses et est souvent suivi par la formation d'une thrombose (caillot) au site sténosé. Quinze études contrôlées randomisées ont été incluses dans la revue.
L'administration à long terme (de 6 semaines à 2 ans) d'agents antiplaquettaires, démarrée avant l'opération, a entraîné une amélioration de la perméabilité du greffon. Les personnes qui recevaient de l'aspirine seule ou avec du dipyridamol ont montré une réduction de l'occlusion des greffons à un an (rapport des cotes 0,6, allant de 0,45 à 0,8) comparé à l'absence de traitement (6 essais, 966 participants). Les personnes recevant un greffon artificiel étaient plus susceptibles d'obtenir un bénéfice que celles traitées avec un greffon veineux. Aucun effet bénéfique clair de l'aspirine sur les critères d'évaluation cardiovasculaires ou la survie n'a été observé (4 essais, 811 participants). Les effets secondaires gastro-intestinaux et les saignements majeurs ont eu tendance à être plus fréquents avec l'aspirine. L'aspirine seule ou associée au dipyridamol n'a pas eu d'effet différent des médicaments anticoagulants à base de coumarine antagonistes de la vitamine K sur la perméabilité globale des greffons (2 essais, 2 741 participants). Pour la perméabilité des greffons veineux (1 637 participants), les coumarines ont eu un effet plus favorable, mais pas pour les greffons artificiels (1 essai, 1 104 participants) pour lesquels les résultats ont été en faveur de l'aspirine à faible dose par rapport à la coumarine (RC 1,33, allant de 1,02 à 1,74 à 12 mois). Les hémorragies nécessitant une hospitalisation ont été plus évidentes avec la coumarine (9 % des personnes) qu'avec l'aspirine (4,5 % des personnes) dans l'un des essais.

Notes de traduction

Donald Adam a rédigé le protocole, mais n'a pas participé à la production de la revue complète, par conséquent son nom ne figure pas dans la liste des auteurs.

Traduit par: French Cochrane Centre 6th December, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�