Intervention Review

Magnesium supplementation in pregnancy

  1. Maria Makrides1,2,*,
  2. Danielle D Crosby3,4,
  3. Emily Bain3,
  4. Caroline A Crowther3,5

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 3 APR 2014

Assessed as up-to-date: 31 MAR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD000937.pub2


How to Cite

Makrides M, Crosby DD, Bain E, Crowther CA. Magnesium supplementation in pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD000937. DOI: 10.1002/14651858.CD000937.pub2.

Author Information

  1. 1

    South Australian Health and Medical Research Institute, Healthy Mothers, Babies and Children, North Adelaide, SA, Australia

  2. 2

    The University of Adelaide, School of Paediatrics and Reproductive Health, Adelaide, South Australia, Australia

  3. 3

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, The Robinson Institute, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, Australia

  4. 4

    Lyell McEwin Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, Australia

  5. 5

    The University of Auckland, Liggins Institute, Auckland, New Zealand

*Maria Makrides, maria.makrides@health.sa.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 3 APR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Background

Magnesium is an essential mineral required for regulation of body temperature, nucleic acid and protein synthesis and in maintaining nerve and muscle cell electrical potentials. Many women, especially those from disadvantaged backgrounds, have low intakes of magnesium. Magnesium supplementation during pregnancy may be able to reduce fetal growth restriction and pre-eclampsia, and increase birthweight.

Objectives

To assess the effects of magnesium supplementation during pregnancy on maternal, neonatal/infant and paediatric outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 March 2013).

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials assessing the effects of dietary magnesium supplementation during pregnancy were included. The primary outcomes were perinatal mortality (including stillbirth and neonatal death prior to hospital discharge), small-for-gestational age, maternal mortality and pre-eclampsia.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed study eligibility, extracted data and assessed the risk of bias of included studies.

Main results

Ten trials involving 9090 women and their babies were included; one trial had a cluster design (with randomisation by study centre). All 10 trials randomly allocated women to either an oral magnesium supplement or a control group; in eight trials a placebo was used, and in two trials no treatment was given to the control group. In the 10 included trials, the compositions of the magnesium supplements, gestational ages at commencement, and doses administered varied, including: magnesium oxide, 1000 mg daily from ≤ four months post-conception (one trial); magnesium citrate, 365 mg daily from ≤ 18 weeks until hospitalisation after 38 weeks (one trial), and 340 mg daily from nine to 27 weeks' gestation (one trial); magnesium gluconate, 2 to 3 g from 28 weeks' gestation until birth (one trial), and 4 g daily from 23 weeks' gestation (one trial); magnesium aspartate, 15 mmol daily (three trials, commencing from either six to 21 weeks' gestation until birth, ≤ 16 weeks' gestation until birth, or < 12 weeks until birth), or 365 mg daily from 13 to 24 weeks until birth (one trial); and magnesium stearate, 128 mg elemental magnesium from 10 to 35 weeks until birth (one trial).

In the analysis of all trials, oral magnesium supplementation compared to no magnesium was associated with no significant difference in perinatal mortality (stillbirth and neonatal death prior to discharge) (risk ratio (RR) 1.10; 95% confidence interval (CI) 0.72 to 1.67; five trials, 5903 infants), small-for-gestational age (RR 0.76; 95% CI 0.54 to 1.07; three trials, 1291 infants), or pre-eclampsia (RR 0.87; 95% CI 0.58 to 1.32; three trials, 1042 women). None of the included trials reported on maternal mortality.

Considering secondary outcomes, while no increased risk of stillbirth was observed, a possible increased risk of neonatal death prior to hospital discharge was shown for infants born to mothers who had received magnesium (RR 2.21; 95% CI 1.02 to 4.75; four trials, 5373 infants). One trial contributed over 70% of the participants to the analysis for this outcome; the trial authors suggested that the large number of severe congenital anomalies in the supplemented group (unlikely attributable to magnesium) and the deaths of two sets of twins (with birthweights < 750 g) in the supplemented group likely accounted for the increased risk of death observed, and thus this result should be interpreted with caution. Furthermore, when the deaths due to severe congenital abnormalities in this trial were excluded from the meta-analysis, no increased risk of neonatal death was seen for the magnesium supplemented group. Magnesium supplementation was associated with significantly fewer babies with an Apgar score less than seven at five minutes (RR 0.34; 95% CI 0.15 to 0.80; four trials, 1083 infants), with meconium-stained liquor (RR 0.79; 95% CI 0.63 to 0.99; one trial, 4082 infants), late fetal heart decelerations (RR 0.68; 95% CI 0.53 to 0.88; one trial, 4082 infants), and mild hypoxic-ischaemic encephalopathy (RR 0.38; 95% CI 0.15 to 0.98; one trial, 4082 infants). Women receiving magnesium were significantly less likely to require hospitalisation during pregnancy (RR 0.65, 95% CI 0.48 to 0.86; three trials, 1158 women).

Of the 10 trials included in the review, only two were judged to be of high quality overall. When an analysis was restricted to these two trials none of the review's primary outcomes (perinatal mortality, small-for-gestational age, pre-eclampsia) were significantly different between the magnesium supplemented and control groups.

Authors' conclusions

There is not enough high-quality evidence to show that dietary magnesium supplementation during pregnancy is beneficial.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

There is not enough high quality evidence to show that dietary magnesium supplementation during pregnancy is beneficial

Many women, especially those from disadvantaged backgrounds, have intakes of magnesium below recommended levels. Magnesium supplementation during pregnancy may be able to reduce growth restriction of the fetus and pre-eclampsia (high blood pressure and protein in the urine during pregnancy), and increase birthweight. This review aimed to assess the effects of magnesium supplementation during pregnancy on maternal, neonatal and paediatric outcomes.

We included 10 randomised trials involving 9090 women and their babies in this review. These trials were of a low to moderate quality overall. No difference in the risk of perinatal mortality (stillbirth and death of babies prior to hospital discharge) was found when we compared the group of babies born to mothers who received magnesium during their pregnancy and the group of babies born to mothers who did not receive magnesium. Magnesium supplementation did not reduce the risk of babies being born small for their gestational age, and did not reduce the risk of pre-eclampsia for the mothers.

We found no convincing evidence that magnesium supplementation during pregnancy is beneficial.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

La supplémentation en magnésium pendant la grossesse

Contexte

Le magnésium est un minéral essentiel nécessaire pour la régulation de la température du corps, la synthèse de l’acide nucléique et des protéines et dans le maintien des potentiels électriques des nerfs et des cellules musculaires. Beaucoup de femmes, en particulier dans les milieux défavorisés, ont des apports faibles en magnésium. La supplémentation en magnésium pendant la grossesse pourrait être en mesure de réduire le retard de croissance fœtal et la pré-éclampsie et d'augmenter le poids de naissance.

Objectifs

Évaluer les effets de la supplémentation en magnésium pendant la grossesse sur les résultats maternels, néonataux et pédiatriques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mars 2013).

Critères de sélection

Les essais randomisés et quasi-randomisés évaluant les effets de la supplémentation alimentaire en magnésium pendant la grossesse ont été inclus. Les critères de jugement principaux étaient la mortalité périnatale (y compris la mortinaissance et le décès néonatal avant la sortie d'hôpital), la petite taille pour l'âge gestationnel, la mortalité maternelle et la pré-éclampsie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité des études, extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses.

Résultats Principaux

Dix essais portant sur 9090 femmes et leurs bébés ont été inclus ; un essai avait une conception en grappes (avec randomisation des centres d'étude). Tous les 10 essais avaient assigné les femmes soit à une supplémentation orale en magnésium soit à un groupe témoin; pour le groupe témoin un placebo a été utilisé dans huit essais et une absence de traitement dans deux essais. Dans les 10 essais inclus, la composition des suppléments de magnésium, l'âge gestationnel au démarrage et les doses administrées étaient variables, notamment: oxyde de magnésium, 1000 mg par jour débutant ≤ quatre mois après la conception (un essai) ; citrate de magnésium, 365 mg par jour débutant ≤ 18 semaines jusqu'à l'hospitalisation après 38 semaines (un essai), et 340 mg par jour de neuf à 27 semaines de gestation (un essai); le gluconate de magnésium, 2 à 3 g à partir de 28 semaines de gestation jusqu'à la naissance (un essai) et 4 g par jour à partir de 23 semaines de gestation (un essai); l’aspartate de magnésium, 15 mmol par jour (trois essais, début entre six et 21 semaines de gestation et jusqu'à la naissance, début ≤ 16 semaines de gestation et jusqu'à la naissance, ou début < 12 semaines et jusqu'à la naissance), ou 365 mg par jour de 13 à 24 semaines jusqu'à la naissance (un essai); et le stéarate de magnésium, 128 mg en magnésium élémentaire début entre 10 et 35 semaines et jusqu'à la naissance (un essai).

Dans l'analyse de tous les essais, une supplémentation orale en magnésium par rapport à l'absence de magnésium n’était associée à aucune différence significative dans la mortalité périnatale (mortinaissance et décès néonatal avant la sortie d'hôpital) (risque relatif (RR) 1,10 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,72 à 1,67; cinq essais, 5903 nourrissons), la petite taille pour l'âge gestationnel (RR 0,76 ; IC à 95 % 0,54 à 1,07; trois essais, 1291 nourrissons), ou la pré-éclampsie (RR 0,87 ; IC à 95 % 0,58 à 1,32; trois essais, 1042 femmes). Aucun des essais inclus n'avait rendu compte de la mortalité maternelle.

Considérant les critères de jugement secondaires, tandis qu'aucune augmentation du risque de mortinaissance n'a été observée, une augmentation possible du risque de mortalité néonatale avant la sortie d'hôpital a été notée pour les nourrissons nés de mères qui avaient reçu du magnésium (RR 2,21 ; IC à 95 % 1,02 à 4,75 ; quatre essais, 5373 nourrissons). Un essai a contribué avec plus de 70 % des participants à l'analyse pour ce critère de jugement; les auteurs de l'essai ont suggéré que le grand nombre de graves anomalies congénitales dans le groupe de supplémentation (peu probablement attribuable au magnésium) et le décès de deux paires de jumeaux (avec des poids de naissance < du risque accru de décès observé, et donc ce résultat doit être interprété avec prudence. De plus, lorsque les décès en raison de graves anomalies congénitales dans cet essai ont été exclus de la méta-analyse, aucune augmentation du risque de mortalité néonatale n'a été observée pour le groupe de supplémentation en magnésium. La supplémentation en magnésium était associée à significativement moins de bébés présentant un score Apgar inférieur à sept à cinq minutes (RR 0,34 ; IC à 95 % 0,15 à 0,80 ; quatre essais, 1083 nourrissons), un liquide amniotique teinté de méconium (RR 0,79 ; IC à 95 % 0,63 à 0,99 ; un essai, 4082 nourrissons), une décélération cardiaque fœtale tardive (RR 0,68 ; IC à 95 % 0,53 à 0,88 ; un essai, 4082 nourrissons), une encéphalopathie hypoxique ischémique légère (RR 0,38 ; IC à 95 % 0,15 à 0,98 ; un essai, 4082 nourrissons). Les femmes recevant du magnésium étaient significativement moins susceptibles de nécessiter une hospitalisation pendant la grossesse (RR 0,65, IC à 95 % 0,48 à 0,86 ; trois essais, 1158 femmes).

Parmi les 10 essais inclus dans la revue, seuls deux ont été jugés de bonne qualité globale. Lorsqu'une analyse était limitée à ces deux essais, aucun des principaux critères de jugement (mortalité périnatale, petite taille pour l'âge gestationnel, pré-éclampsie) n'a été significativement différent entre les groupes supplémentés en magnésium et les groupes témoins.

Conclusions des auteurs

Il n'y a pas suffisamment de données probantes de bonne qualité pour établir que la supplémentation alimentaire en magnésium pendant la grossesse soit bénéfique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

La supplémentation en magnésium pendant la grossesse

Il n'y a pas suffisamment de données probantes de bonne qualité pour établir que la supplémentation en magnésium alimentaire pendant la grossesse soit bénéfique

Beaucoup de femmes, en particulier dans les milieux défavorisés, ont des apports en magnésium inférieurs aux niveaux recommandés. La supplémentation en magnésium pendant la grossesse pourrait être en mesure de réduire le retard de croissance du fœtus et de la pré-éclampsie (pression artérielle élevée et des protéines dans les urines pendant la grossesse), et augmenter le poids de naissance. Cette revue avait pour objectif d'évaluer les effets de la supplémentation en magnésium pendant la grossesse sur les critères de résultat maternels, néonataux et pédiatriques.

Nous avons inclus 10 essais randomisés portant sur 9090 femmes et leurs bébés dans cette revue. Globalement, ces essais étaient de qualité faible à moyenne. Aucune différence concernant le risque de mortalité périnatale (mortinaissance et décès des bébés avant la sortie d'hôpital) n'a été observée lorsque nous avons comparé le groupe des bébés nés de mères ayant reçu le magnésium pendant leur grossesse et le groupe des bébés nés de mères qui n'ont pas reçu de magnésium. La supplémentation en magnésium n'a pas réduit le risque de bébés nés de petite taille pour leur âge gestationnel, et n'a pas réduit le risque de pré-éclampsie pour les mères.

Nous n'avons trouvé aucune preuve convaincante que la supplémentation en magnésium pendant la grossesse soit bénéfique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 31st July, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Nadomjestci magnezija u trudnoći

Ne postoji dovoljno kvalitetnih dokaza da su nadomjestci magnezija korisni u trudnoći.

Mnoge žene, osobito u siromašnijim područjima, hranom uzimaju količine magnezija koje su ispod preporučene razine. Nadomjestci magnezija tijekom trudnoće možda mogu ublažiti zastoj rasta fetusa i pre-eklampsiju (visoki krvni tlak i proteini u mokraći tijekom trudnoće) i povećati porođajnu težinu djeteta. Ovaj Cochrane sustavni pregled istražio je učinak nadomjestaka magnezija tijekom trudnoće na ishode majke i djeteta.

Pretraživanjem literature pronađeno je 10 randomiziranih istraživanja u kojima je bilo uključeno 9090 majki i djece. Istraživanja su bila loše ili umjerene kvalitete. Nije utvrđena razlika u smrtnosti oko porođaja (mrtvorođenost i smrt djeteta prije otpusta iz bolnice) kad se usporedila skupina djece koju su rodile majke koje su uzimale magnezij tijekom trudnoće i skupina djece čije majke nisu uzimale magnezij. Dodavanje magnezija nije smanjilo rizik od rađanja djece manje porođajne težine niti je smanjilo pojavu pre-eklampsije kod majke.

Autori Cochrane sustavnog pregleda nisu našli dokaze da je nadomještanje magnezija tijekom trudnoće korisno.

Bilješke prijevoda

Translated by: Croatian Branch of the Italian Cochrane Centre