Intervention Review

Continuous and interrupted suturing techniques for repair of episiotomy or second-degree tears

  1. Christine Kettle1,*,
  2. Therese Dowswell2,
  3. Khaled MK Ismail3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 30 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD000947.pub3


How to Cite

Kettle C, Dowswell T, Ismail KMK. Continuous and interrupted suturing techniques for repair of episiotomy or second-degree tears. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD000947. DOI: 10.1002/14651858.CD000947.pub3.

Author Information

  1. 1

    Staffordshire University, Beaconside, Staffordshire, UK

  2. 2

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

  3. 3

    University of Birmingham, School of Clinical and Experimental Medicine, College of Medical and Dental Sciences, Birmingham, UK

*Christine Kettle, Staffordshire University, Faculty of Health, Blackheath Lane, Beaconside, Staffordshire, ST18 0AD, UK. c.kettle@staffs.ac.uk. chrisk16@tiscali.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Millions of women worldwide undergo perineal suturing after childbirth and the type of repair may have an impact on pain and healing. For more than 70 years, researchers have been suggesting that continuous non-locking suture techniques for repair of the vagina, perineal muscles and skin are associated with less perineal pain than traditional interrupted methods.

Objectives

To assess the effects of continuous versus interrupted absorbable sutures for repair of episiotomy and second-degree perineal tears following childbirth.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (20 January 2012).

Selection criteria

Randomised trials examining continuous and interrupted suturing techniques for repair of episiotomy and second-degree tears after vaginal delivery.

Data collection and analysis

Three review authors independently assessed trial quality. Two of the three authors independently extracted data and a third review author checked them. We contacted study authors for additional information.

Main results

Sixteen studies, involving 8184 women at point of entry, from eight countries, were included. The trials were heterogeneous in respect of operator skill and training. Meta-analysis showed that continuous suture techniques compared with interrupted sutures for perineal closure (all layers or perineal skin only) are associated with less pain for up to 10 days' postpartum (risk ratio (RR) 0.76; 95% confidence interval (CI) 0.66 to 0.88, nine trials). There was an overall reduction in analgesia use associated with the continuous subcutaneous technique versus interrupted stitches for repair of perineal skin (RR 0.70; 95% CI 0.59 to 0.84). There was also a reduction in suture removal in the continuous suturing groups versus interrupted (RR 0.56; 95% CI 0.32 to 0.98), but no significant differences were seen in the need for re-suturing of wounds or long-term pain.

Authors' conclusions

The continuous suturing techniques for perineal closure, compared with interrupted methods, are associated with less short-term pain, need for analgesia and suture removal. Furthermore, there is also some evidence that the continuous techniques used less suture material as compared with the interrupted methods (one packet compared to two or three packets, respectively).

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Continuous and individual interrupted sutures for repair of episiotomy or second-degree tears

Continuous stitching causes less pain than interrupted absorbable stitches when used for repairing the perineum after childbirth.

When women give birth, the perineum (the area between the vaginal opening and back passage) sometimes tears or it may be necessary for them to have an episiotomy (surgical cut) to increase the size of the vaginal outlet to facilitate the birth. Episiotomies and tears that involve the muscle layer (second degree) need to be stitched. Millions of women worldwide undergo perineal suturing after childbirth and the type of repair may have an impact on pain and discomfort, and healing. In the UK alone, approximately 1000 women per day will experience perineal stitches following vaginal birth and millions more worldwide. A midwife or doctor will stitch the episiotomy or second-degree tear in three layers (vagina, perineal muscle and skin). Traditionally the vagina is stitched using a continuous locking stitch and the perineal muscles and skin are repaired using approximately three or four individual stitches, each needing to be knotted separately to prevent them from dislodging. Researchers have been suggesting for more than 70 years that the 'continuous non-locking stitching method' is better than 'traditional interrupted methods'. This review looked at 'continuous stitching methods' compared with 'traditional interrupted stitching methods' and identified 16 randomised controlled trials involving 8184 women from eight different countries. Results from the trials showed that stitching just underneath the skin (subcutaneous) was associated with less pain with reduced need for analgesics after the birth, or for the sutures to be removed; however, when the 'continuous stitching method' was used for repair of all three layers, this may be associated with even less pain. The level of operator skill and training varied in the different trials. Other research is needed to assess perineal repair training programmes. In addition, research is needed to look at interventions that may reduce the incidence of perineal trauma during childbirth.

There is also some evidence that the continuous techniques use less suture material when compared with the interrupted methods (one packet compared to two or three packets, respectively).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Techniques de suture continue et discontinue pour la réparation de l'épisiotomie ou des déchirures du second degré

Contexte

Des millions de femmes à travers le monde ont besoin de se faire recoudre le périnée après un accouchement et le type de réparation peut avoir un impact sur la douleur et la cicatrisation. Depuis plus de 70 ans, les chercheurs présument que les techniques de suture continue sans nœud pour la réparation du vagin, des muscles du périnée et de la peau sont associées à moins de douleur périnéale que les méthodes discontinues traditionnelles.

Objectifs

Évaluer les effets des sutures résorbables continues par rapport aux sutures discontinues pour la réparation de l'épisiotomie et des déchirures périnéales du second degré après l'accouchement.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (20 janvier 2012).

Critères de sélection

Essais randomisés comparant les techniques de suture continue et discontinue pour la réparation de l'épisiotomie et des déchirures du second degré après accouchement par voie basse.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue ont évalué la qualité méthodologique des essais de façon indépendante. Deux des trois auteurs ont extrait indépendamment les données et le troisième les a vérifiées. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires.

Résultats Principaux

Seize études, impliquant au départ 8184 femmes issues de huit pays, ont été incluses. Les essais étaient hétérogènes pour ce qui concerne la compétence et la formation de l'opérateur. La méta-analyse a montré qu'en comparaison avec les sutures discontinues, les techniques de suture continue pour la fermeture du périnée (toutes les couches ou peau du périnée seulement) sont associées à moins de douleur jusqu'à 10 jours postpartum (risque relatif (RR) = 0,76 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % : 0,66 à 0,88, neuf essais). Il y avait une diminution globale de l'utilisation d'analgésie associée à la technique continue sous-cutanée pour la réparation de la peau périnéale, par rapport à la suture discontinue (RR = 0,70 ; IC à 95 % : 0,59 à 0,84). Il y avait aussi une réduction du retrait des sutures dans les groupes de suture continue versus discontinue (RR = 0,56 ; IC à 95 % : 0,32 à 0,98), mais aucune différence significative n'avait été observée quant au besoin de re-suturer les plaies ou à la douleur à long terme.

Conclusions des auteurs

Les techniques de suture continue pour la fermeture du périnée, par rapport aux méthodes discontinues, sont associées à une douleur, un besoin d'analgésie et un retrait des sutures moindres à court terme. De plus, il a été prouvé que les techniques de suture continue nécessitent moins de matériaux de suture que les méthodes de suture discontinue (respectivement un sachet contre deux ou trois).

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Techniques de suture continue et discontinue pour la réparation de l'épisiotomie ou des déchirures du second degré

Techniques de suture continue et discontinue pour la réparation de l'épisiotomie ou des déchirures du second degré

Dans la réparation du périnée après l'accouchement, la suture continue provoque moins de douleur que les points de suture séparés résorbables.

Lors de l'accouchement, le périnée (la zone entre l'orifice vaginal et l'anus) se déchire parfois ou il peut être nécessaire d'effectuer une épisiotomie (incision chirurgicale) pour élargir l'orifice vaginal afin de faciliter la naissance. Les épisiotomies et les déchirures qui impliquent la couche musculaire (second degré) doivent être recousues. Des millions de femmes à travers le monde ont besoin de se faire recoudre le périnée après un accouchement et le type de réparation peut avoir un impact sur la douleur, l'inconfort et la cicatrisation. Dans le seul Royaume-Uni, des points de suture après accouchement par voie basse doivent être réalisés chaque jour sur environ 1000 femmes, et sur des millions d'autres à travers le monde. Une sage-femme ou un médecin recoud l'épisiotomie ou la déchirure de second degré sur trois couches (vagin, muscle périnéal et peau). Traditionnellement, le vagin est suturé de manière continue et les muscles du périnée et la peau sont réparés avec environ trois ou quatre points de suture, chacun devant être noué séparément pour rester bien en place. Les chercheurs présument depuis plus de 70 ans que la 'méthode de suture continue sans nœud' est meilleure que les « méthodes discontinues traditionnelles ». Cette revue comparait les « méthodes de suture continue » et les « méthodes traditionnelles de suture discontinue » et a identifié 16 essais contrôlés randomisés, impliquant 8184 femmes issues de 8 pays. Les résultats des essais montraient que la suture juste sous la peau (sous-cutanée) était associée à une diminution du niveau de douleur, du besoin d'analgésiques après la naissance et du retrait des points de suture. Toutefois, lorsque la 'méthode de suture continue' était utilisée pour la réparation des trois couches, elle était associée à encore moins de douleur. Le niveau de compétence et de formation de l'opérateur variait selon les essais. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les programmes de formation à la réparation du périnée. En outre, des recherches devront être menées sur les interventions susceptibles de réduire l'incidence des traumatismes du périnée pendant l'accouchement.

Il a également été prouvé que les techniques de suture continue nécessitent moins de matériaux que les méthodes de suture discontinue (respectivement un sachet contre deux ou trois).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�