Cognitive rehabilitation for people with schizophrenia and related conditions

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Researchers have consistently found that people with schizophrenia score more poorly than others on a wide array of cognitive tasks and that these deficits persist even when the illness is in remission. The perceived impact of cognitive impairment on day-to-day functioning has led to the development of cognitive rehabilitation techniques intended to remedy these impairments, and thus improve the functioning of people with schizophrenia.

Objectives

To determine whether the use of cognitive rehabilitation techniques is associated with improvement in people with schizophrenia and related conditions.

Search methods

Electronic searches of Biological Abstracts (1982-1997), the Cochrane Schizophrenia Group's Register of trials (2000), EMBASE (1980-1997), LILACS (1982-1997), MEDLINE (1966-1997), PsycLIT (1974-1997) and SCISEARCH (1997) were undertaken. References of all identified studies were handsearched and the first author of each included trial was contacted.

Selection criteria

The reviewers included randomised trials investigating the impact of cognitive rehabilitation on people with schizophrenia, or related conditions, compared to a placebo intervention, another intervention or standard treatment. This version of the review does not include comparisons of different types of cognitive rehabilitation.

Data collection and analysis

Relevant studies were identified and data extracted reliably by two reviewers working independently. In studies which did not specify the reasons for participants dropping out, we assumed that those who had dropped out had experienced no change in the outcome measures. Where possible, Peto odds ratios (OR) and mean differences (MD) were calculated with their 95% confidence intervals (CI).

Main results

Three small studies met the inclusion criteria. Two compared cognitive rehabilitation to a placebo intervention (total n=84), and the other to occupational therapy (n=33). Although cognitive rehabilitation was as acceptable as placebo and occupational therapy, with low attrition in both groups, no effects were demonstrated on measures of mental state, social behaviour, or cognitive functioning. An effect, in favour of cognitive rehabilitation, on a measure of self-esteem (Rosenberg Self-Esteem Scale, MD 6.3 CI 1.07-11.53 ) is worthy of replication in any future trials.

Authors' conclusions

Data are inconclusive and provide no evidence for or against cognitive rehabilitation as a treatment for schizophrenia.

摘要

背景

精神分裂症或其他相關疾病患者的認知復健

不同的研究一再的呈現出患有精神分裂症的患者在不同的認知作業上表現較差,即使疾病緩解,這樣的缺陷也持續存在。所確認到認知缺損對於每天的日常運作的影響,導致了認知復健技術的發展,目的在於補救這些缺陷,從而改善精神分裂症患者的功能。

目標

確認是否使用認知復健技術能改善精神分裂症或其他相關疾病的患者。

搜尋策略

電子搜尋Biological Abstracts (1982 – 1997), the Cochrane Schizophrenia Group's Register of trials (2000), EMBASE (1980 – 1997), LILACS (1982 – 1997), MEDLINE (1966 – 1997), PsycLIT (1974 – 1997) and SCISEARCH (1997)。所有確認文章的參考目錄都以人工方式搜尋,而且與每一篇納入研究的第一作者聯繫。

選擇標準

作者納入隨機試驗的研究,這些研究是調查認知復健對精神分裂症患者或其他狀況患者的影響,和其他安慰劑組,另一種處置或者標準治療的比較。這一篇並沒有比較不同型態的認知復健的差異。

資料收集與分析

由兩名作者分別獨立的確認相關研究和摘錄資料。如果研究中並沒有特別說明受試者退出研究的理由,我們就假設這些受試在結果測量上並無差異。如果可以,我們計算Peto odds ratios (OR)和mean differences (MD)的95%的confidence intervals (CI)。

主要結論

3篇小研究符合納入標準,兩篇是比較認知復健和安慰組的效果(total n = 84),另一篇是和職能治療相比(n = 33)。雖然認知復健和安慰劑,和職能治療都被接受,兩組並無干擾,但在精神狀態、社會行為或認知功能上的測量並沒有效果。只有在認知復健上,自尊測量的效果(Rosenberg SelfEsteem Scale, MD 6.3 CI 1.07 – 11.53)是值得在未來的研究中值得重複測量。

作者結論

資料並沒有結論,無法提供證據支持或反對認知復健來治療精神分裂症。

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院胡淑惠翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

無內容

Résumé scientifique

Réadaptation cognitive chez les patients atteints de schizophrénie et de troubles de même nature

Contexte

Les chercheurs observent régulièrement que les patients atteints de schizophrénie obtiennent de moins bons résultats que les autres dans une large gamme d'exercices cognitifs, et que ces déficiences persistent même dans les périodes de rémission de la maladie. L'impact perçu du trouble cognitif sur le fonctionnement quotidien a entraîné le développement de techniques de réadaptation cognitive conçues pour remédier à ces déficiences et améliorer le fonctionnement des patients schizophrènes.

Objectifs

Déterminer si l'utilisation de techniques de réadaptation cognitive est associée à une amélioration de l'état des patients atteints de schizophrénie et de troubles de même nature.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches électroniques ont été effectuées dans Biological Abstracts (1982-1997), le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (2000), EMBASE (1980-1997), LILACS (1982-1997), MEDLINE (1966-1997), PsycLIT (1974-1997) et SCISEARCH (1997). Les références de toutes les études identifiées ont fait l'objet d'une recherche manuelle et l'auteur principal de chaque essai inclus a été contacté.

Critères de sélection

Les évaluateurs ont inclus les essais randomisés étudiant l'impact de la réadaptation cognitive sur les patients schizophrènes ou atteints de troubles de même nature par rapport à une intervention placebo, une autre intervention ou un traitement standard. Cette version de la revue n'inclut pas de comparaisons entre différents types de réadaptations cognitives.

Recueil et analyse des données

Les études pertinentes ont été identifiées et les données extraites de manière fiable par deux évaluateurs travaillant séparément. Dans les études qui ne spécifiaient pas les raisons des sorties d'étude, nous avons considéré qu'aucun changement des mesures de résultats ne s'était produit chez les participants ayant abandonné les études de manière prématurée. Dans la mesure du possible, les rapports des cotes de Peto et les différences moyennes (DM) ont été calculés avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Trois petites études remplissaient les critères d'inclusion. Deux comparaient une réadaptation cognitive à une intervention simulée (n total = 84) et la troisième à une ergothérapie (n = 33). Bien que la réadaptation cognitive soit aussi acceptable que le traitement placebo et l'ergothérapie, avec un faible taux d'attrition dans les deux groupes, aucun effet n'était démontré sur les mesures de l'état mental, du comportement social ou du fonctionnement cognitif. Un effet favorable à la réadaptation cognitive et relatif à une mesure de l'estime de soi (Échelle de mesure de l'estime de soi de Rosenberg, DM de 6,3, IC entre 1,07 et 11,53) mériterait d'être reproduit dans de futurs essais.

Conclusions des auteurs

Les données ne sont pas concluantes et n'apportent aucune preuve de nature à étayer ou réfuter l'efficacité de la réadaptation cognitive en tant que traitement de la schizophrénie.

Plain language summary

Cognitive rehabilitation for people with schizophrenia and related conditions

Synopsis pending.

Résumé simplifié

Réadaptation cognitive chez les patients atteints de schizophrénie et de troubles de même nature

Résumé en attente.

Notes de traduction

Évaluation interne par les pairs du groupe Cochrane sur la schizophrénie finalisée (voir Module).
Évaluation externe par les pairs programmée.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary