Intervention Review

You have free access to this content

Vaccines for preventing cholera: killed whole cell or other subunit vaccines (injected)

  1. Patricia M Graves1,*,
  2. Jonathan J Deeks2,
  3. Vittorio Demicheli3,
  4. Tom Jefferson4

Editorial Group: Cochrane Infectious Diseases Group

Published Online: 7 AUG 2010

Assessed as up-to-date: 22 FEB 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD000974.pub2


How to Cite

Graves PM, Deeks JJ, Demicheli V, Jefferson T. Vaccines for preventing cholera: killed whole cell or other subunit vaccines (injected). Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 8. Art. No.: CD000974. DOI: 10.1002/14651858.CD000974.pub2.

Author Information

  1. 1

    The Carter Center, Atlanta, Georgia, USA

  2. 2

    University of Birmingham, Public Health, Epidemiology and Biostatistics, Birmingham, UK

  3. 3

    Regione Piemonte - Azienda Sanitaria Locale ASL AL, Health Councillorship - Servizio Regionale di Riferimento per l'Epidemiologia, SSEpi-SeREMI - Cochrane Vaccines Field, Torino, Piemonte, Italy

  4. 4

    The Cochrane Collaboration, Vaccines Field, Roma, Italy

*Patricia M Graves, The Carter Center, 453 Freedom Parkway, Atlanta, Georgia, GA 30307, USA. patricia.graves@emory.edu. pgraves.work@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 7 AUG 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Injected cholera vaccines are rarely used today, although they may have some benefit. It is valuable to summarize the evidence for effectiveness of injected cholera vaccines for comparison with newer oral vaccines (subject of a separate Cochrane Review).

Objectives

To evaluate killed whole cell (KWC) cholera vaccines and other inactive subunit vaccines (administered by injection) for preventing cholera and death, and to evaluate the adverse effects.

Search methods

In September 2008, we searched the Cochrane Infectious Diseases Group Specialized Register, CENTRAL (The Cochrane Library 2008, Issue 3), EMBASE, and LILACS. We also searched reference lists and handsearched the journal Vaccine up to 1997.

Selection criteria

Randomized and quasi-randomized controlled trials comparing injected cholera vaccines (KWC or other inactive subunit) with placebo, control vaccines, or no intervention in adults and children irrespective of immune status or special risk category.

Data collection and analysis

Two authors extracted data and assessed trial methodological quality independently. Dichotomous data were reported using the risk ratio (RR) with 95% confidence intervals (CI). Vaccine efficacies were also calculated (% vaccine efficacy = (1-RR) x 100%).

Main results

Sixteen trials, involving over one million adults, children and infants, fulfilled the inclusion criteria. Twenty-four comparisons reported on vaccine efficacy (cholera cases and/or deaths) and 11 comparisons considered adverse effects (nine reported on both). Compared to placebo, vaccinees had a reduced risk of death from cholera (RR 0.49, 95% CI 0.25 to 0.93; 837,442 participants) and a reduced risk of contracting cholera at 12 months (RR 0.52, 95% CI 0.42 to 0.65, random-effects model; 1,512,573 participants). This translates to an efficacy of 48%, 95% confidence interval 35% to 58%. Significant protection lasted for two years, even after only a single dose, and for three years with an annual booster. Children over five years and adults were protected for up to three years, while children under five years were protected for up to a year. Injected cholera vaccines were associated with more systemic and local adverse effects compared to placebo, but these were not severe or life-threatening.

Authors' conclusions

Injected cholera vaccines appear to be safe and relatively more effective than usually realized. Protection against cholera persists for up to two years following a single dose of vaccine, and for three years with an annual booster. However, they have been superseded by oral vaccines.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Killed whole cell or other inactive subunit vaccines (injected) for preventing cholera

Cholera is an acute gastroenteritis caused by Vibrio cholerae. Infection causes profuse watery diarrhoea, and up to 40% of patients die if untreated. Cholera was a major cause of death in many countries in the past; epidemics are now less common, but cholera remains an important cause of death in developing countries, especially in Africa.

Vaccination against cholera was first tested in the nineteenth century and may play a role in controlling epidemics. Injected (parenteral) whole cell vaccines were used in the 1960s and 1970s, but they went out of favour as their efficacy was thought to be low and short-lived, and associated with a high rate of adverse effects. This review summarizes the evidence for effectiveness of injected cholera vaccines. A separate Cochrane Review describes trials with oral cholera vaccines, which were introduced more recently and are used currently.

Sixteen trials, involving over one million adults, children, and infants, were included. Injected cholera vaccines reduced the risk of death from cholera and the risk of contracting cholera at 12 months. Significant protection lasted for two years. Injected cholera vaccines had more systemic and local adverse effects than placebo, but these adverse effects were relatively well tolerated and were not severe or life-threatening.

The authors conclude that injected cholera vaccines appear to be relatively safe and more effective than usually realized. However, they are not currently available and therefore cannot be recommended for use. This review provides a solid background of evidence for the effects of cholera injected vaccines, against which to compare the effects of oral vaccines.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vaccins pour prévenir le choléra : vaccins à germes entiers inactivés ou autres vaccins sous-unitaires (injectés)

Contexte

Les vaccins anticholériques injectés sont rarement utilisés de nos jours, mais ils pourraient conférer certains bénéfices. Il est utile de résumer les preuves d'efficacité des vaccins anticholériques injectés afin de pouvoir les comparer aux vaccins oraux plus récents (qui font l'objet d'une revue Cochrane séparée).

Objectifs

Évaluer les vaccins anticholériques à germes entiers inactivés (GEI) et d'autres vaccins sous-unitaires inactivés (administrés par injection) dans la prévention du choléra et des décès, et examiner leurs effets indésirables.

Stratégie de recherche documentaire

En septembre 2008, nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2008, numéro 3), EMBASE et LILACS. Nous avons également examiné les références bibliographiques et effectué une recherche manuelle dans la revue Vaccine jusqu'en 1997.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant des vaccins anticholériques injectés (GEI ou autre sous-unité inactivée) à un placebo, des vaccins de contrôle ou une absence d'intervention chez des adultes et des enfants, indépendamment de l'état immunitaire ou de la catégorie de risque spécifique.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont extrait les données et évalué la qualité méthodologique des essais de manière indépendante. Les données dichotomiques ont été rapportées sous forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. L'efficacité des vaccins a également été calculée (% d'efficacité du vaccin = (1 - RR) x 100 %).

Résultats Principaux

Seize essais portant sur plus d'un million d'adultes, enfants et nourrissons remplissaient les critères d'inclusion. Vingt-quatre comparaisons documentaient l'efficacité des vaccins (cas de choléra et/ou décès) et 11 comparaisons examinaient les effets indésirables (neuf comparaisons documentaient ces deux critères de jugement). Par rapport au placebo, le risque de décès dû au choléra diminuait chez les personnes vaccinées (RR de 0,49, IC à 95 %, entre 0,25 et 0,93 ; 837 442 participants), de même que le risque de contracter le choléra à 12 mois (RR de 0,52, IC à 95 %, entre 0,42 et 0,65, modèle à effets aléatoires ; 1 512 573 participants). Cela se traduit par une efficacité de 48 %, intervalle de confiance à 95 %, entre 35 et 58 %. Une protection significative était conférée pendant deux ans, même après une dose unique, et pendant trois ans avec un rappel annuel. Les enfants âgés de plus de cinq ans et les adultes étaient protégés au cours d'une période allant jusqu'à trois ans, tandis que les enfants de moins de cinq ans étaient protégés au cours d'une période allant jusqu'à un an. Les vaccins anticholériques injectés étaient associés à davantage d'effets indésirables systémiques et locaux par rapport au placebo, mais ces effets n'étaient pas graves et n'engageaient pas le pronostic vital.

Conclusions des auteurs

Les vaccins anticholériques injectés semblent sûrs et sont relativement plus efficaces que ce que l'on pense généralement. La protection anticholérique dure jusqu'à deux ans après l'administration d'une dose unique de vaccin, et jusqu'à trois ans avec un rappel annuel. Néanmoins, ils ont été supplantés par les vaccins oraux.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Vaccins pour prévenir le choléra : vaccins à germes entiers inactivés ou autres vaccins sous-unitaires (injectés)

Vaccins à germes entiers inactivés ou autres vaccins sous-unitaires inactivés (injectés) pour prévenir le choléra

Le choléra est une gastroentérite aiguë causée par Vibrio cholerae. L'infection entraîne une abondante diarrhée aqueuse et jusqu'à 40 % des patients meurent en l'absence de traitement. Par le passé, le choléra était une cause majeure de mortalité dans de nombreux pays ; les épidémies sont aujourd'hui moins courantes, mais le choléra demeure une cause importante de mortalité dans les pays en voie de développement, en particulier en Afrique.

La vaccination contre le choléra a été testée pour la première fois au dix-neuvième siècle, et pourrait avoir un rôle à jouer dans le contrôle des épidémies. Les vaccins à germes entiers injectés (voie parentérale) étaient utilisés dans les années 1960 et 1970, mais ils ont été abandonnés en raison de leur efficacité considérée insuffisante et de courte durée, et des taux élevés d'effets indésirables. Cette revue résume les preuves d'efficacité des vaccins anticholériques injectés. Une revue Cochrane séparée décrit les essais portant sur des vaccins anticholériques oraux, qui ont été introduits plus récemment et sont actuellement utilisés.

Seize essais portant sur plus d'un million d'adultes, enfants et nourrissons ont été inclus. Les vaccins anticholériques injectés réduisaient le risque de décès dû au choléra et le risque de contracter le choléra à 12 mois. Une protection significative était conférée pendant deux ans. Les vaccins anticholériques injectés présentaient davantage d'effets indésirables systémiques et locaux que le placebo, mais ces effets indésirables étaient relativement bien tolérés, n'étaient pas sévères et n'engageaient pas le pronostic vital.

Les auteurs en concluent que les vaccins anticholériques injectés semblent relativement sûrs, et plus efficaces que ce que l'on pense généralement. Néanmoins, ils ne sont pas disponibles à l'heure actuelle et leur usage ne peut donc pas être recommandé. Cette revue fournit une base factuelle solide permettant de comparer les effets des vaccins anticholériques injectés par rapport aux vaccins oraux.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.