Intervention Review

Crisis intervention for people with severe mental illnesses

  1. Suzanne Murphy1,*,
  2. Claire B Irving2,
  3. Clive E Adams2,
  4. Ron Driver1

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 12 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001087.pub4


How to Cite

Murphy S, Irving CB, Adams CE, Driver R. Crisis intervention for people with severe mental illnesses. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD001087. DOI: 10.1002/14651858.CD001087.pub4.

Author Information

  1. 1

    University of Bedfordshire, NIHR East of England Research Design Services, Luton, Bedfordshire, UK

  2. 2

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

*Suzanne Murphy, NIHR East of England Research Design Services, University of Bedfordshire, Putteridge Bury, Hitchin Road,, Luton, Bedfordshire, LU2 8DL, UK. suzanne.murphy@beds.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

A particularly difficult challenge for community treatment of people with serious mental illnesses is the delivery of an acceptable level of care during the acute phases of severe mental illness. Crisis intervention models of care were developed as a possible solution.

Objectives

To review the effects of crisis intervention models for anyone with serious mental illness experiencing an acute episode, compared with 'standard care'.

Search methods

We updated the 1998, 2003 and 2006 searches with a search of the Cochrane Schizophrenia Group's Register of trials (2010) which is based on regular searches of CINAHL, EMBASE, MEDLINE, and PsycINFO.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials of crisis intervention models versus standard care for people with severe mental illnesses.

Data collection and analysis

We independently extracted data from these trials and we estimated risk ratios (RR) or mean differences (MD), with 95% confidence intervals (CI). We assumed that people who left early from a trial had no improvement.

Main results

Three new studies have been found since the last review in 2006 to add to the five studies already included in this review. None of the previously included studies investigated crisis intervention alone; all used a form of home care for acutely ill people, which included elements of crisis intervention. However, one of the new studies focuses purely on crisis intervention as provided by Crisis Resolution Home Teams within the UK; the two other new studies investigated crisis houses i.e. residential alternatives to hospitalisation providing home-like environments.

Crisis intervention appears to reduce repeat admissions to hospital after the initial 'index' crises investigated in the included studies, this was particularly so for mobile crisis teams supporting patients in their own homes.

Crisis intervention reduces the number of people leaving the study early, reduces family burden, is a more satisfactory form of care for both patients and families and at three months after crisis, mental state is superior to standard care. We found no differences in death outcomes. Some studies found crisis interventions to be more cost effective than hospital care but all numerical data were either skewed or unusable. No data on staff satisfaction, carer input, complications with medication or number of relapses were available.

Authors' conclusions

Care based on crisis intervention principles, with or without an ongoing home care package, appears to be a viable and acceptable way of treating people with serious mental illnesses. If this approach is to be widely implemented it would seem that more evaluative studies are still needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Crisis intervention for people with severe mental illnesses

The move from hospital to community-based care can be a frightening and difficult experience for people with severe mental illness (SMI).  People with mental health problems may not have networks of support such as family, friends and carers. They often have no one they know personally to help them when they go home. To complicate matters, people with SMI can have critical downturns in their mental health creating a revolving-door of care, where service users are discharged from hospital when considered stable and well, only to go back into hospital again when their mental health becomes worse during an acute episode or crisis. Crisis intervention and home-care packages have been developed as a possible solution to these problems.

Crisis care, where support is provided during a crisis for service users, either in their home or a community setting, was found by this review to provide a package of support that was worthwhile, acceptable and less expensive than standard care. Furthermore, crisis care avoided repeat admission to hospital (at three and six months after crisis, in some cases by 50%); improved the mental state of services users more than standard care (at three months after crisis); was more acceptable and satisfactory to service users, their families and carers; placed less burden on families and carers; and reduced the stigma of hospitalisation. Burden (such as disruption to daily routine, social life and susceptibility to physical illness) was also reduced for service users, their families and carers. There were no differences in death rates between crisis and standard care.

The review, however, looks at only six studies with a total of 984 people. The methods of these six studies were considered poor and there was no definitive description of crisis intervention or crisis care, meaning there was a lack of focus on crisis care in its pure form. Most studies excluded service users with alcohol or drug misuse, and those who were a danger of being harmful to themselves or others. The authors of the review suggest more studies are needed to create a stronger evidence base. Crisis care may be currently delivered without sound and good evidence. For example, no data or information were available on carer input, concordance or the willingness of service users to take medication and the number of relapses experienced by service users. Finally despite reports of staff 'burn-out', staff satisfaction with crisis care was not assessed.

This plain language summary has been prepared by Ben Gray of Rethink Mental Illness: Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness. Email: ben.gray@rethink.org.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Intervention en cas de crise destinée aux personnes présentant des troubles mentaux graves

Contexte

Un défi particulièrement difficile dans le cadre du traitement communautaire de personnes présentant des troubles mentaux graves est la mise à disposition d'un niveau de soins acceptables pendant les phases aiguës de troubles mentaux graves. Des modèles d'intervention en cas de crise ont été développés comme solution possible.

Objectifs

Examiner les effets des modèles d'intervention en cas de crise destinés à des personnes présentant des troubles mentaux graves avec des épisodes aigus par rapport à des soins standard.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis à jour les recherches effectuées en 1998, 2003 et 2006 par des recherches effectuées dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (2010) qui se basent sur des recherches régulières réalisées dans CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés concernant des modèles d'intervention en cas de crise par rapport à des soins standard et destinés à des personnes présentant des troubles mentaux graves.

Recueil et analyse des données

Nous avons indépendamment extrait des données de ces essais et estimés les risques relatifs (RR) ou les différences moyennes (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons supposé que les personnes ayant quitté prématurément un essai n'avaient constaté aucune amélioration.

Résultats Principaux

Trois nouvelles études ont été identifiées depuis la dernière revue réalisée en 2006 et ont été ajoutées aux cinq études déjà incluses dans la présente revue. Aucune des études précédemment incluses n'examinait uniquement une intervention en cas de crise ; toutes recouraient à des formes de soins à domicile destinés aux personnes présentant des troubles mentaux aigus qui incluaient des éléments d'intervention administrés en cas de crise. Toutefois, l'une des nouvelles études s'intéresse exclusivement à une intervention dispensée en cas de crise comme indiqué par les équipes CRHT "Crisis Resolution Home Teams" au Royaume-Uni ; les deux autres nouvelles études évaluaient les foyers de résolution de crise, c'est-à-dire des solutions alternatives résidentielles à l'hospitalisation fournissant des environnements semblables au domicile.

Une intervention en cas de crise semble réduire les hospitalisations à répétition après des crises « index » initiales examinées dans les études incluses, plus particulièrement pour les équipes mobiles de résolution de crise prenant en charge les patients à leur domicile.

Une intervention en cas de crise diminue le nombre de personnes quittant prématurément l'étude, allège le fardeau supporté par les familles, est une forme de soins plus satisfaisante pour les patients et leurs familles et, trois mois après une crise, la santé mentale est meilleure par rapport à l'administration de soins standard. Nous n'avons trouvé aucune différence au niveau de la mortalité. Certaines études ont observé que les interventions en cas de crise étaient moins coûteuses que les soins hospitaliers, mais toutes les données numériques étaient biaisées ou inexploitables. Aucune donnée sur la satisfaction du personnel, l'avis du soignant, les complications liées à la prise de médicaments ou le nombre de rechutes n'était disponible.

Conclusions des auteurs

Les soins basés sur les principes des interventions en cas de crise, avec ou sans un ensemble de soins à domicile permanents, semblent être une méthode fiable et acceptable pour traiter des personnes présentant des troubles mentaux graves. Si cette approche doit être implémentée à grande échelle, d'autres études plus approfondies devront être réalisées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Intervention en cas de crise destinée aux personnes présentant des troubles mentaux graves

Intervention en cas de crise destinée aux personnes présentant des troubles mentaux graves

Un transfert effectué depuis un hôpital jusqu'à un centre de soins communautaire peut être une expérience effrayante et difficile pour les personnes présentant des troubles mentaux graves. Il arrive que ces personnes n'aient pas de famille, d'amis ou de soignants comme réseau de soutien. En général, elles ne connaissent personne qui puisse les aider une fois à leur domicile. Pour compliquer davantage les choses, les personnes présentant des troubles mentaux graves peuvent être confrontées à des rechutes critiques de leur santé mentale créant alors un système de « portes tournantes » de soins dans lesquels les patients peuvent quitter l'hôpital lorsque leur état est jugé stable et satisfaisant pour y revenir uniquement en cas d'aggravation de leur santé mentale lors d'un épisode ou d'une crise aiguë. Une intervention en cas de crise et des ensembles de soins à domicile ont été développés comme solution possible à ces problèmes.

Dans cette revue, les soins administrés en cas de crise, au domicile du patient ou en ville, ont montré qu’ils représentaient un dispositif de prise en charge utile, acceptable et moins coûteux que les soins standard. De plus, ces soins permettaient d'éviter les hospitalisations à répétition (trois à six mois après la crise, de 50 % dans certains cas) ; amélioraient sensiblement la santé mentale des patients par rapport à des soins standard (trois mois après une crise) ; étaient plus acceptables et satisfaisants pour les patients, leurs familles et soignants ; allégeaient le fardeau supporté par les familles et les soignants et réduisaient la stigmatisation associée à l'hospitalisation. Les patients, leurs familles et soignants étaient également soulagés d'un fardeau (perturbation des activités quotidiennes, de la vie sociale et susceptibilité à des maladies physiques). Il n'y avait aucune différence au niveau des taux de mortalité entre les soins administrés en cas de crise et les soins standard.

Toutefois, la présente revue ne s'intéresse qu'à six études totalisant 984 personnes. Les méthodes de ces six études étaient considérées comme étant insuffisantes et il n'y avait aucune description définitive d'une intervention ou des soins administrés en cas de crise, ce qui signifie qu'il y avait un manque d'intérêt pour ces soins dans leur forme pure. La majorité des études excluaient les patients alcooliques ou toxicomanes et ceux pouvant représenter un danger pour eux-mêmes ou les autres. Les auteurs de la revue suggèrent que davantage d'études seront nécessaires pour créer une base de preuves plus probantes. À l'heure actuelle, les soins peuvent être administrés en cas de crise en l'absence de preuves solides et probantes. Par exemple, aucune donnée ou information n'était disponible concernant l'avis du soignant, la concordance ou la volonté des bénéficiaires du service à suivre un traitement et le nombre de rechutes des patients. Pour finir, malgré des rapports relatifs à l'épuisement du personnel, la satisfaction du personnel concernant les soins administrés en cas de crise n'était pas évaluée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

嚴重精神疾病患者的危機處理

嚴重精神疾病患者的社區治療中,特別艱難的挑戰在於如何在嚴重精神疾病的急性期時,能給予適度的照護,危機處理模式或許是一個可行的方式

目標

我們的目標在於回顧任何嚴重精神病患急性發作時,危機處理模式和標準照護的效果比較.

搜尋策略

我們在2006年1月更新1998和2003年the Cochrane Schizophrenia Group's Register of trials的搜尋

選擇標準

我們涵蓋所有對於嚴重精神疾病患者之危機處理模組及標準治療的隨機對照研究.

資料收集與分析

我們獨立進行研究報告的選取、嚴謹地進行評值、擷取其數據資料並且只要是隨機指派的病人都一律進行分析。可以的話會去計算相對危險性(RR), 95% 信賴區間(CI)和 需要被治療之病人數目(NNT). 對於連續性的資料也計算加權平均差Weighted Mean Differences (WMD).

主要結論

最近有許多居家治療的的相關研究被發表,但沒有一個符合這次的選擇標準. 在2006年的更新中我們再排除4個研究(共排除25個). 其他2個新研究仍待評估,我們發現除除原先已被包含在此文獻回顧的五個研究外,沒有其他新的研究. 這些選入的研究中,沒有一個是單純評估危機處理; 所有的研究對於急性病患的處置,都使用一種形式上包含危機處理的居家治療. 45% 危機處理/居家治療團體在治療過程中沒有辦法避免住院. 然而,居家治療可以避免反覆性住院.(n = 465, 3 RCTs, RR 0.72 CI 0.54 to 0.92, NNT 11 CI 6 to 97),但是這些數據的異質性高.(Isquared 86%). 危機處理/居家治療能降低早期退出研究的病人數(n = 594, 4 RCTs, 12個月內退出的RR = 0.74 CI 0.56 to 0.98, NNT 13 CI 7 to 130),也能減低家庭負擔(n = 120, 1 RCT, RR 0.34 CI 0.20 to 0.59, NNT 3 CI 2 to 4);另外,不管對於病患或家庭都是較較被家屬及個案滿意的照顧模式. 我們發現在死亡或精神狀態的結果並沒有特殊差異. 所有的研究發現居家治療比住院治療有較佳的成本效益,但所有的數據仍有偏差或無法使用. 另外,也沒有關於工作人員滿意度,照顧者意見,藥物順從度或復發次數的資料.

作者結論

在持續進行的居家治療下執行危機處理是一種在處置嚴重精神疾患可實行且可接受的方式. 這項方法被廣泛應用前似乎仍需進一步的研究評估.

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院張庭綱翻譯

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

過去30幾年來,對於急性發作病人的照護已經從醫院逐漸轉移到社區. 我們找到了一些特定居家模式具有療效的證據. 急性處理要找到隨機比較單獨急性處理與住院照顧的研究並不容易,原因在於急性處理大多都包含在更廣泛的居家照護之中. 整體而言,居家照護之下的急性處理,幾乎一半的比率最後都需要住院,不過卻可以避免重複入院的次數(雖然證據的強度不強而且明顯受到其中一個呈現極大正面效果的研究所影響). 居家照護下的急性處理也確實減少提早離開實驗的患者數目,同時也減少了家庭照顧的負擔. 對於患者及家人來說也是一個必較滿意的模式而且比起標準的照護來得便宜. 許多的報告顯示對於團隊來說,照護的壓力是相當的大,同時這種居家照護下的急性處理的模式並不會影響患者的精神狀態. 在家裡處理急性發作現在已經廣泛地被包含在各式的照護模式之中. 更多現存研究中的資料可以更進一步來釐清這樣的模式是不是夠精打細算.