Intervention Review

Print-based self-help interventions for smoking cessation

  1. Jamie Hartmann-Boyce,
  2. Tim Lancaster*,
  3. Lindsay F Stead

Editorial Group: Cochrane Tobacco Addiction Group

Published Online: 3 JUN 2014

Assessed as up-to-date: 10 APR 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD001118.pub3


How to Cite

Hartmann-Boyce J, Lancaster T, Stead LF. Print-based self-help interventions for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 6. Art. No.: CD001118. DOI: 10.1002/14651858.CD001118.pub3.

Author Information

  1. University of Oxford, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, UK

*Tim Lancaster, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences, University of Oxford, Radcliffe Observatory Quarter, Woodstock Road, Oxford, OX2 6GG, UK. tim.lancaster@phc.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 3 JUN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Many smokers give up smoking on their own, but materials giving advice and information may help them and increase the number who quit successfully.

Objectives

The aims of this review were to determine: the effectiveness of different forms of print-based self-help materials, compared with no treatment and with other minimal contact strategies; the effectiveness of adjuncts to print-based self help, such as computer-generated feedback, telephone hotlines and pharmacotherapy; and the effectiveness of approaches tailored to the individual compared with non-tailored materials.

Search methods

We searched the Cochrane Tobacco Addiction Group trials register. Date of the most recent search April 2014.

Selection criteria

We included randomized trials of smoking cessation with follow-up of at least six months, where at least one arm tested a print-based self-help intervention. We defined self help as structured programming for smokers trying to quit without intensive contact with a therapist.

Data collection and analysis

We extracted data in duplicate on the participants, the nature of the self-help materials, the amount of face-to-face contact given to intervention and to control conditions, outcome measures, method of randomization, and completeness of follow-up.

The main outcome measure was abstinence from smoking after at least six months follow-up in people smoking at baseline. We used the most rigorous definition of abstinence in each trial, and biochemically validated rates when available. Where appropriate, we performed meta-analysis using a fixed-effect model.

Main results

We identified 74 trials which met the inclusion criteria. Many study reports did not include sufficient detail to judge risk of bias for some domains. Twenty-eight studies (38%) were judged at high risk of bias for one or more domains but the overall risk of bias across all included studies was judged to be moderate, and unlikely to alter the conclusions.

Thirty-four trials evaluated the effect of standard, non-tailored self-help materials. Pooling 11 of these trials in which there was no face-to-face contact and provision of structured self-help materials was compared to no intervention gave an estimate of benefit that just reached statistical significance (n = 13,241, risk ratio [RR] 1.19, 95% confidence interval [CI] 1.04 to 1.37). This analysis excluded two trials with strongly positive outcomes that introduced significant heterogeneity. Six further trials without face-to-face contact in which the control group received alternative written materials did not show evidence for an effect of the smoking self-help materials (n = 7023, RR 0.88, 95% CI 0.74 to 1.04). When these two subgroups were pooled, there was no longer evidence for a benefit of standard structured materials (n = 20,264, RR 1.06, 95% CI 0.95 to 1.18). We failed to find evidence of benefit from providing standard self-help materials when there was brief contact with all participants (5 trials, n = 3866, RR 1.17, 95% CI 0.96 to 1.42), or face-to-face advice for all participants (11 trials, n = 5365, RR 0.97, 95% CI 0.80 to 1.18).

Thirty-one trials offered materials tailored for the characteristics of individual smokers, with controls receiving either no materials, or stage matched or non-tailored materials. Most of the trials used more than one mailing. Pooling these showed a benefit of tailored materials (n = 40,890, RR 1.28, 95% CI 1.18 to 1.37) with moderate heterogeneity (I² = 32%). The evidence is strongest for the subgroup of nine trials in which tailored materials were compared to no intervention (n = 13,437, RR 1.35, 95% CI 1.19 to 1.53), but also supports tailored materials as more helpful than standard materials. Part of this effect could be due to the additional contact or assessment required to obtain individual data, since the subgroup of 10 trials where the number of contacts was matched did not detect an effect (n = 11,024, RR 1.06, 95% CI 0.94 to 1.20). In two trials including a direct comparison between tailored materials and brief advice from a health care provider, there was no evidence of a difference, but confidence intervals were wide (n = 2992, RR 1.13, 95% CI 0.86 to 1.49).

Only four studies evaluated self-help materials as an adjunct to nicotine replacement therapy, with no evidence of additional benefit (n = 2291, RR 1.05, 95% CI 0.88 to 1.25). A small number of other trials failed to detect benefits from using additional materials or targeted materials, or to find differences between different self-help programmes.

Authors' conclusions

Standard, print-based self-help materials increase quit rates compared to no intervention, but the effect is likely to be small. We did not find evidence that they have an additional benefit when used alongside other interventions such as advice from a healthcare professional, or nicotine replacement therapy. There is evidence that materials that are tailored for individual smokers are more effective than non-tailored materials, although the absolute size of effect is still small. Available evidence tested self-help interventions in high income countries; further research is needed to investigate their effect in contexts where more intensive support is not available.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Do printed self-help materials containing information about how to give up smoking help people to quit

Background

We reviewed the evidence that printed materials giving structured advice about how to stop smoking help people to quit. We looked for trials of any type of printed self-help material which gave structured support and advice about quitting. We also included materials in audio or video format but we did not include internet programmes or other formats. Trials had to include people who smoked, but they did not need to be currently trying to give up. We were interested in the number of people who were not smoking at least 6 months from the time when materials were provided. Some trials mailed materials on more than one occasion. Some trials gathered information about smoking history and habits in order to provide materials which were individually tailored to the characteristics of the smoker (tailored materials). In some trials, there was no face-to-face contact, and the materials were the only support. Other trials gave everyone advice and were designed to test whether there was any additional benefit from providing written materials.

Study characteristics

This evidence is current to April 2014. We identified 74 studies. Most of them took place in North America or Europe and were conducted in adults. Most studies did not require that people wanted to quit smoking in order to join. Although some studies were judged to be at possible risk of bias, mainly because the papers did not report the methods in detail, this did not affect the overall conclusions from the review.

Key results

Based on 11 studies with over 21,000 participants, there was evidence of a small benefit of printed non-tailored structured self-help materials when provided without any other contact. The likelihood of quitting was increased by about 20%. If self help was compared to even a brief pamphlet about smoking (6 studies), there was no evidence of additional benefit from structured materials. When self-help materials were provided in addition to brief face-to-face contact (5 studies) or advice (11 studies), there was no longer any evidence of additional benefit compared to the effect of contact or advice alone.

We found 31 trials which provided written materials that were individually tailored. Some studies compared these to no materials and some to non-tailored materials. There was evidence based on 9 studies with over 13,000 participants that tailored materials were of more benefit than no materials. There was also weaker evidence from an additional 22 studies that tailored materials were of more benefit than non-tailored materials.

Conclusions

The size of benefit from self-help materials is small, with only about 1 additional successful quitter expected from 100 people receiving materials with no other support. Studies of this type often sent materials to people who were not trying to quit, and the number of successful quitters was low. Most studies also took place in countries where more intensive support was available for people wanting to quit (for example, counselling). People were more likely to make successful quit attempts when they had face-to-face support, but in these studies giving materials did not help increase success further. People who choose to use materials may find them helpful, especially if more intensive support is not available to them, but people who want to quit should be encouraged to seek more intensive support if it is available.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les méthodes utilisant des imprimés d’autosupport pour le sevrage tabagique

Contexte

De nombreux fumeurs arrêtent de fumer d'eux-mêmes, mais des documents donnant des conseils et des informations pourraient les aider et augmenter le nombre de ceux qui réussissent à arrêter.

Objectifs

Les objectifs de cette revue étaient de déterminer : l'efficacité de différentes formes d’outils imprimés d’autosupport, en comparaison à l'absence de traitement et à d'autres stratégies de contact minimal; l'efficacité d’ajouts aux outils imprimés d’autosupport, comme la rétroaction générée par ordinateur, les lignes d'assistance téléphonique et la pharmacothérapie ; et l'efficacité des approches adaptées à l'individu par rapport aux documents standardisés non adaptés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur le tabagisme. Date de la recherche la plus récente : avril 2014.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais randomisés sur le sevrage tabagique avec un suivi d’au moins six mois et où un groupe au moins avait expérimenté une intervention à base d’imprimés d’autosupport. Nous avons défini l'autosupport comme un programme structuré à destination de fumeurs essayant de se sevrer sans suivi intensif par un thérapeute.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait en double les données sur les participants, la nature des documents d'autosupport, la quantité de contact face-à-face pour le groupe d’intervention et pour le groupe de contrôle, les mesures de résultats, la méthode de randomisation et l'exhaustivité du suivi.

Le principal critère de jugement était l'arrêt du tabac après un suivi d'au moins six mois chez des personnes qui fumaient au départ. Nous avons utilisé la définition la plus rigoureuse de l'abstinence dans chaque essai et les taux validés biochimiquement lorsqu'ils étaient disponibles. Lorsque c'était approprié, nous avons effectué une méta-analyse au moyen d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux

Nous avons identifié 74 essais qui remplissaient les critères d'inclusion. De nombreux rapports d'études n'incluaient pas suffisamment de détails pour juger du risque de biais pour certains domaines. Vingt-huit études (38 %) ont été jugées à risque élevé de biais pour un ou plusieurs domaines mais le risque global de biais dans toutes les études incluses a été jugé modéré, et peu susceptible de modifier les conclusions.

Trente-quatre essais ont évalué l'effet de documents d'autosupport standardisés non personnalisés. Le regroupement de 11 de ces essais, dans lesquels il n'y avait pas de contact en face-à-face et où la fourniture de documents d'autosupport structurés était comparée à l'absence d'intervention, a donné une estimation de bénéfice qui atteint juste le seuil de significativité statistique (n = 13 241, risque relatif (RR) 1,19, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,04 à 1,37). Cette analyse a exclu deux essais aux résultats très positifs et qui introduisaient une hétérogénéité significative. Six essais supplémentaires sans contact en face-à-face et dans lesquels le groupe contrôle avait reçu d'autres documents écrits n’ont pas montré de preuves d'un effet des documents d'autosupport sur le tabagisme (n = 7 023, RR 0,88, IC à 95 % 0,74 à 1,04). Lorsque ces deux sous-groupes ont été combinés, il n'y a plus eu de preuves du bénéfice des documents standard structurés (n = 20 264, RR de 1,06, IC à 95 % 0,95 à 1,18). Nous n'avons pas trouvé de preuve d'un bénéfice de la fourniture de documents d'autosupport standard quand il y avait une brève entrevue avec tous les participants (5 essais, n = 3 866, RR 1,17, IC à 95 % 0,96 à 1,42), ou des conseils donnés en face à face pour tous les participants (11 essais, n = 5 365, RR 0,97, IC à 95 % 0,80 à 1,18).

Trente-et-un essais proposaient des documents adaptés aux caractéristiques de chaque fumeur, avec un groupe témoin qui soit ne recevait pas de documents, soit des documents adaptés à leur stade de changement ou standardisés. La plupart des essais ont envoyés des documents plus d’une fois. Le regroupement de ces études a montré un avantage en faveur des documents adaptés (n = 40 890, RR 1,28, IC à 95 % 1,18 à 1,37) avec une hétérogénéité modérée (I² = 32 %). Les preuves sont les plus solides pour le sous-groupe de neuf essais dans lesquels les documents adaptés ont été comparés à l'absence d'intervention (n = 13 437, RR de 1,35, IC à 95 % 1,19 à 1,53), mais elles montrent également une plus grande utilité des documents adaptés par rapport aux documents standard. Une partie de cet effet pourrait être due à l’entrevue ou à l'évaluation supplémentaire requise pour obtenir des données individuelles, étant donné que le sous-groupe de 10 essais où le nombre de contacts a été apparié n'a détecté aucun effet (n = 11 024, RR de 1,06, IC à 95 % 0,94 à 1,20). Dans deux essais portant sur une comparaison directe entre les documents adaptés et de brefs conseils donné par un professionnel de santé, il n'y avait aucune preuve d'une différence, mais les intervalles de confiance étaient larges (n = 2992, RR 1,13, IC à 95 % 0,86 à 1,49).

Seules quatre études évaluaient les documents d'autosupport en complément de la thérapie de substitution nicotinique, sans aucune preuve de bénéfice supplémentaire (n = 2 291, RR 1,05, IC à 95 % 0,88 à 1,25). Un petit nombre d'autres essais n'a pas réussi à détecter de bénéfices liés à l'utilisation de documents supplémentaires ou ciblés, ni à trouver de différence entre différents programmes d'autosupport.

Conclusions des auteurs

Les imprimés d'autosupport standardisés augmentent le taux de sevrage par rapport à l'absence d'intervention, mais cet effet est probablement faible. Nous n'avons pas trouvé de preuve qu'ils présentent un bénéfice supplémentaire lorsqu'ils sont utilisés en plus d'autres interventions telles que les conseils d'un professionnel de santé ou le traitement de substitution nicotinique. Il y a des preuves que les documents adaptés à chaque fumeur sont plus efficaces que ceux qui sont standardisés, bien que l’ampleur d'effet absolue reste limitée. Les preuves disponibles évaluaient les interventions d'autosupport dans des pays à revenus élevés ; des recherches supplémentaires sont nécessaires pour étudier leur effet dans des contextes où un soutien plus intensif n'est pas disponible.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les imprimés d'autosupport contenant des informations sur les moyens d'arrêter de fumer aident-t-ils les gens à arrêter ?

Contexte

Nous avons examiné les preuves concernant le fait que des brochures donnant des conseils structurés sur la façon d'arrêter de fumer aident les gens à le faire. Nous avons recherché des essais sur tout type d’imprimés d'autosupport donnant un soutien et des conseils structurés sur le sevrage. Nous avons également inclus des documents audio ou vidéo mais nous n'avons pas inclus les programmes Internet ou d'autres formats. Les essais devaient inclure des personnes qui fumaient, mais il n’était pas nécessaire qu’elles soient actuellement en train d’essayer d'arrêter. Nous nous sommes intéressés au nombre de personnes qui ne fumaient pas au moins 6 mois après la distribution des documents. Dans certains essais, des documents étaient envoyés à plusieurs reprises. Certains essais avaient recueilli des informations sur les antécédents de tabagisme et les habitudes afin de fournir des documents adaptés aux caractéristiques individuelles des fumeurs (documents personnalisés). Dans certains essais, il n'y avait pas de contact en face-à-face, et les imprimés étaient le seul soutien. Dans d'autres essais, des conseils étaient donnés à tout le monde et les essais étaient conçus de façon à évaluer s’il existait un quelconque bénéfice supplémentaire à fournir des documents écrits.

Les caractéristiques de l’étude

Ces preuves sont à jour en avril 2014. Nous avons identifié 74 études. La plupart d'entre elles ont été réalisées en Amérique du Nord ou en Europe, et chez l'adulte. L’entrée dans la plupart des études n’était pas conditionnée par le fait que les personnes désiraient arrêter de fumer. Bien que certaines études aient été considérées comme présentant un risque potentiel de biais, principalement parce que les articles ne rapportaient pas les méthodes en détail, cela n'a pas affecté les conclusions générales de la revue.

Résultats principaux

L’étude de 11 études totalisant plus de 21 000 participants montrait l’existence d’un petit bénéfice en faveur des imprimés d’autosupport structurés non personnalisés lorsque ceux-ci étaient fournis sans autre contact. La probabilité d'arrêt du tabac était augmentée d’environ 20 %. Si l'autosupport était comparé ne serait-ce qu’à une brève brochure sur le tabagisme (6 études), il n'y avait aucune preuve de bénéfice supplémentaire en faveur des documents structurés. Lorsque la documentation d'autosupport était fournie en sus d’une brève entrevue (5 études) ou de conseils oraux (11 études), il n'y avait alors plus aucune preuve de bénéfice supplémentaire par rapport à l'effet du contact ou des conseils seuls.

Nous avons trouvé 31 essais qui fournissaient des documents écrits personnalisés. Certaines études comparaient ces documents à l'absence de matériaux et certaines à la distribution de documents standardisés non adaptés. Il y avait des preuves fondées sur 9 études totalisant plus de 13 000 participants que les documents adaptés étaient plus bénéfiques que l'absence de matériaux. Il y avait également des preuves plus faibles d’après 22 autres études que les documents adaptés apportaient plus de bénéfices que des documents standardisés non adaptés.

Conclusions

L'ampleur du bénéfice des documents d'autosupport est de faible envergure, avec seulement environ 1 sevrage efficace supplémentaire attendu pour 100 personnes recevant des documents sans autre soutien. Les études de ce type envoyaient souvent les documents à des personnes qui n'essayaient pas, à ce moment-là, d'arrêter de fumer, et le nombre de ceux qui réussissaient était faible. La plupart des études ont aussi été menées dans des pays où un soutien plus intensif était disponible pour les personnes souhaitant arrêter de fumer (par exemple, le counselling). Les patients étaient plus susceptibles de faire des tentatives de sevrage réussies lorsqu'ils avaient une prise en charge en face à face, mais dans ces études la fourniture de matériaux n'a pas permis d’accroître davantage la réussite. Les personnes qui choisissent d'utiliser des documents peuvent les juger utiles, en particulier si aucun soutien plus intensif n'est disponible pour eux, mais les personnes qui veulent arrêter de fumer devraient être encouragées à rechercher un soutien plus intensif s'il est disponible.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th August, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français