Get access

Corticosteroids for the resolution of malignant bowel obstruction in advanced gynaecological and gastrointestinal cancer

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

This is an update of the review published in Issue 3, 1999. Gastrointestinal and ovarian cancers are common cancers. The incidence of associated malignant bowel obstruction in patients with advanced cancers of these types is not known, and the best management of these patients is controversial. Inappropriate management may result in uncontrolled (faeculant) vomiting, pain and distress. Management of the symptoms can include palliative surgery, nasogastric tube suction together with intravenous fluids, or pharmacological means, such as corticosteroids. There is uncertainty regarding both the efficacy and possible harmful effects of corticosteroids, and also the most effective type, dose/dosing regime, route and period of administration.

Objectives

To locate, appraise and summarise evidence from scientific studies on intestinal obstruction due to advanced gynaecological and gastrointestinal cancer, in order to assess efficacy of corticosteroids.

Search methods

A comprehensive list of all studies was provided by an extensive search of the electronic databases, relevant journals, reference lists, the grey literature, contact with investigators and other search strategies outlined in the methods. Date of last search conducted in February 2006.

Selection criteria

As the review concentrates on the 'best evidence' available of the role of corticosteroids in malignant bowel obstruction due to advanced gynaecological and gastrointestinal cancer the inclusion criteria were kept fairly broad so as to include all studies relevant to the question.

Data collection and analysis

Data extraction forms were used to collect data from the studies included in the review. The data was checked by a secondary searcher to reduce error.

A qualitative analysis was performed of the dichotomous data of resolution of obstruction and death at one month, obtained from the randomised controlled trials of corticosteroids versus placebo. Both fixed and random effect models were used. Number-needed-to-treat-to-benefit (NNT) was derived from the odds ratio. Kaplan-Meier survival curves from individual patient data were also analysed. Studies of lower methodological quality were assessed in a qualitative manner.

Main results

No new included or excluded trials were found for this update beyond the three unpublished, randomised, placebo, double blind controlled trials and seven published (prospective and retrospective) trials which were previously considered eligible.

Using only the randomised trials (89 patients), there is a trend, which is not statistically significant, for the resolution of bowel obstruction using corticosteroids. There is no statistically significant difference in mortality at one month, nor in the Kaplan-Meier curves, which describe the survival of patients on corticosteroids or placebo. Number needed to treat is six (three, infinity) i.e. six patients need to be treated with corticosteroids to resolve one episode of bowel obstruction. The results are robust to fixed and random effects models and to 'best' and 'worst case' scenarios on the missing data from patients. The morbidity associated with corticosteroids appears to be very low, though the quality of the data limits this conclusion. No other outcomes were available from the published data or from the authors.

Authors' conclusions

There is a trend for evidence that corticosteroids of dose range six to 16 mg dexamethasone given intravenously may bring about the resolution of bowel obstruction. Equally, the incidence of side effects in all the included studies is extremely low. Corticosteroids do not seem to affect the length of survival of these patients. Since the last version of this review, no new studies have been conducted. No new studies have been identified for this update and the conclusions are not altered.

Résumé scientifique

Corticostéroïdes pour la résolution de l'occlusion intestinale maligne en cas de cancer  gynécologique et gastro-intestinal avancé

Contexte

Ce travail est une mise à jour de la revue publiée dans le numéro 3, 1999. Le cancer gastro-intestinal et le cancer de l'ovaire sont fréquents. L'incidence d'occlusion intestinale maligne associée chez les patients atteints de ce type de cancers à un stade avancé n'est pas connue. De plus, la prise en charge optimale de ces patients reste controversée. Une prise en charge inappropriée peut donner lieu à des vomissements incontrôlés (fécaloïdes), de la douleur et un état de détresse. La prise en charge des symptômes peut inclure la chirurgie palliative, l’aspiration par sonde naso-gastrique  et administration intraveineuse de liquide ou des solutions pharmacologiques, comme les corticostéroïdes. On ignore actuellement l'efficacité et les éventuels effets délétères des corticostéroïdes, mais aussi quels sont le type, la dose/le régime de dose, la voie et la période d'administration les plus efficaces.

Objectifs

Identifier, évaluer et résumer les preuves issues d'études scientifiques sur l'occlusion intestinale due au cancer gynécologique et gastro-intestinal avancé, afin d'évaluer l'efficacité des corticostéroïdes.

Stratégie de recherche documentaire

Une liste exhaustive de toutes les études a été obtenue grâce à une recherche extensive dans les bases de données électroniques, des journaux pertinents, des références bibliographiques, la littérature grise, des prises de contact avec les investigateurs et d'autres stratégies de recherche indiquées dans les méthodes. La dernière recherche a été réalisée en février 2006.

Critères de sélection

Attendu que la revue est axée sur les « meilleures preuves » disponibles du rôle des corticostéroïdes contre l'occlusion intestinale maligne due au cancer gynécologique et gastro-intestinal avancé, les critères d'inclusion ont été maintenus assez larges afin d'inclure toutes les études se rapportant au sujet.

Recueil et analyse des données

Des formulaires d'extraction des données ont été utilisés pour recueillir les données des études incluses dans la revue. Les données ont été vérifiées par un deuxième réviseur pour limiter le risque d'erreur.

Une analyse qualitative a été effectuée à partir des données dichotomiques relatives à la résolution de l'occlusion et le décès à un mois, obtenues grâce aux essais contrôlés randomisés sur les corticostéroïdes versus placebo. Des modèles à effets fixes et aléatoires ont été utilisés. Le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice du traitement (NST) a été calculé à partir du rapport des cotes. Les courbes de survie de Kaplan-Meier issues des données individuelles ont également été analysées. Les études présentant une qualité méthodologique plus faible ont également été évaluées qualitativement.

Résultats principaux

Pour cette mise à jour, nous n'avons pas trouvé de nouvel essai inclus ou exclus autre que les trois essais contrôlés en double aveugle, contre placebo, randomisés, non publiés et sept essais publiés (prospectifs et rétrospectifs) qui avaient déjà été considérés admissibles précédemment.

En ne considérant que les essais randomisés (89 patients), une tendance qui n'est pas significative du point de vue statistique a été observée en faveur de la résolution de l'occlusion intestinale grâce aux corticostéroïdes. Il n'existe pas de différence statistiquement significative en termes de mortalité à un mois, pas plus qu'au niveau des courbes de Kaplan-Meier qui décrivent la survie des patients prenant des corticostéroïdes ou un placebo. Le nombre de sujets à traiter est de six (trois, infini), ce qui signifie que six patients doivent suivre un traitement par corticostéroïdes pour résoudre un cas d'occlusion intestinale. Les résultats sont robustes selon les modèles à effets fixes et aléatoires et en appliquant des scénarios du pire et du meilleur pour la gestion des données manquantes ». La morbidité associée aux corticostéroïdes semble être très faible, bien que la qualité des données limite cette conclusion. Nous n'avons pas pu obtenir d'autres résultats à partir des données publiées ou des auteurs.

Conclusions des auteurs

Une tendance a été observée selon laquelle les corticostéroïdes à une dose comprise entre 6 et 16 mg de dexaméthasone par voie intraveineuse pourraient entraîner la résolution de l'occlusion intestinale. De plus, l'incidence des effets secondaires dans toutes les études incluses est extrêmement faible. Les corticostéroïdes ne semblent pas modifier la durée de survie de ces patients. Depuis la dernière version de cette revue aucune étude n'a été menée. Aucune nouvelle étude n'a été identifiée dans le cadre de cette mise à jour et les conclusions restent les mêmes.

Plain language summary

Corticosteroids for the resolution of malignant bowel obstruction in advanced gynaecological and gastrointestinal cancer

Corticosteroids may reduce bowel obstruction for people with advanced gastrointestinal or ovarian cancer. Malignant bowel obstruction is fairly common in people with gastrointestinal (gut) cancer or ovarian cancer. It can lead to pain, vomiting, nausea, or complete constipation. Corticosteroids may lower inflammation and so help to reduce the obstruction especially if surgery is not considered to be suitable. The review found that corticosteroids may reduce bowel obstruction for people with these cancers, with a low rate of adverse effects. The treatment does not appear to affect survival rates compared to the placebo.

Résumé simplifié

Corticostéroïdes pour la résolution de l'occlusion intestinale maligne en cas de cancer  gynécologique et gastro-intestinal avancé

Les corticostéroïdes pourraient réduire l'occlusion intestinale chez les personnes atteintes de cancer gastro-intestinal ou ovarien avancé. L'occlusion intestinale maligne est relativement courante chez les personnes atteintes de cancer gastro-intestinal (de l'intestin) ou de cancer de l'ovaire. Cela peut entraîner de la douleur, des vomissements, des nausées ou une constipation totale. Les corticostéroïdes pourraient diminuer l'inflammation et ainsi réduire l'occlusion, en particulier si le patient ne peut pas être opéré. La revue a mis en évidence que les corticostéroïdes pourraient réduire l'occlusion intestinale chez les personnes atteintes de ce type de cancers, avec peu d'effets indésirables. Le traitement ne semble pas compromettre les taux de survie par rapport au placebo.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Резюме на простом языке

Кортикостероиды для разрешения обструкции [закупорки просвета] кишечника злокачественным новообразованием при распространенном гинекологическом и желудочно-кишечном раке

Кортикостероиды могут уменьшить обструкцию кишечника (восстановить кишечную проходимость) у людей с распространенным раком желудочно-кишечного тракта или яичника. Обструкция кишечника злокачественным новообразованием является довольно распространенным состоянием у людей с раком желудочно-кишечного (пищеварительного) тракта или раком яичника. Это может привести к боли, рвоте, тошноте или закончиться запором. Кортикостероиды могут уменьшить воспаление и таким образом помочь уменьшить обструкцию, особенно, если операция (хирургическое вмешательство) не считается подходящей мерой. Этот обзор обнаружил, что кортикостероиды могут уменьшить обструкцию кишечника у людей с такими видами рака, с низкой частотой неблагоприятных эффектов. Лечение не показало влияния на частоту выживаемости по сравнению с плацебо.

Заметки по переводу

Перевод: Севикян Анаит Левоновна. Редактирование: Юдина Екатерина Викторовна. Координация проекта по переводу на русский язык: Cochrane Russia - Кокрейн Россия (филиал Северного Кокрейновского Центра на базе Казанского федерального университета). По вопросам, связанным с этим переводом, пожалуйста, обращайтесь к нам по адресу: lezign@gmail.com

Get access to the full text of this article

Ancillary