This is not the most recent version of the article. View current version (2 MAY 2014)

Intervention Review

Carbamazepine for schizophrenia

  1. Stefan Leucht1,*,
  2. Werner Kissling1,
  3. John McGrath2,
  4. Paul White3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 JUL 2007

Assessed as up-to-date: 20 MAY 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD001258.pub2

How to Cite

Leucht S, Kissling W, McGrath J, White P. Carbamazepine for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD001258. DOI: 10.1002/14651858.CD001258.pub2.

Author Information

  1. 1

    Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, München, Germany

  2. 2

    Queensland Centre for Schizophrenia Research, The Park Centre for Mental Health, Wacol, Queensland, Australia

  3. 3

    Wolston Park Hospital, Queensland Centre for Schizophrenia Research, Wacol, Queensland 4076, Australia

*Stefan Leucht, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Möhlstr. 26, München, 81675, Germany.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JUL 2007


This is not the most recent version of the article. View current version (02 MAY 2014)



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要


Many people with schizophrenia do not achieve a satisfactory treatment response with just antipsychotic drug treatment and various adjunct medications are used to promote additional response. The antiepileptic carbamazepine is one such drug.


To evaluate the effects of carbamazepine and its derivatives for the treatment of schizophrenia and related psychoses.

Search methods

For the original version we searched Biological Abstracts (1980-2001), The Cochrane Library (Issue 3, 2001), The Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials (December 2001), EMBASE (1980-2001), MEDLINE (1966-2001), PsycLIT (1886-2001) and PSYNDEX (1974-2001). For the current update we searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials in March 2005 and in December 2006. We also inspected references of all identified studies for further trials and contacted relevant pharmaceutical companies and authors for additional data.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials comparing carbamazepine or compounds of the carbamazepine family to placebo or no intervention, whether as sole treatment or as an adjunct to antipsychotic medication for the treatment of schizophrenia and/or schizoaffective psychoses.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For homogenous dichotomous data we calculated random effects, relative risk (RR), 95% confidence intervals (CI) and, where appropriate, numbers needed to treat (NNT) on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD).

Main results

The update search did not reveal any further studies that met our inclusion criteria. The number of included studies therefore remains at ten with the number of participants randomised still 258. One study comparing carbamazepine with placebo as the sole treatment for schizophrenia was abandoned early due to high relapse rate with 26 out of 31 participants relapsing by three months. No effect of carbamazepine was evident with no difference in relapse between the two groups (1 RCT n=31, RR 4.1 CI 0.8 to 1.5).
Another study compared carbamazepine with antipsychotics as the sole treatment for schizophrenia. No differences in terms of mental state were found when comparing 50% reduction in BPRS scores (1 RCT n=38, RR 1.2 CI 0.8 to 1.9). A favourable effect for carbamazepine was found when more people who received the antipsychotic (perphenazine) had parkinsonism (1 RCT n=38, RR 0.03 CI 0.00 to 0.04, NNH 1 CI 0.9 to 1.4).
Eight studies compared adjunctive carbamazepine versus adjunctive placebo. Adding carbamazepine to antipsychotic treatment was as acceptable as adding placebo with no difference between the numbers leaving the study early from each group (8 RCTs n=182, RR 0.5 CI 0.2 to 1.4). Carbamazepine augmentation was superior compared with antipsychotics alone in terms of overall global improvement, but participant numbers were low (2RCTs n=38, RR 0.6 CI 0.4 to 0.9, NNT 2 CI 1 to 5). There were no differences for the mental state outcome of 50% reduction in BPRS scores (6 RCTs n=147, RR 0.9 CI 0.7 to 1.1). Less people in the carbamazepine augmentation group had movement disorders than those taking haloperidol alone (1 RCT n=20, RR 0.4 CI 0.1 to 1.0). No data were available for the effects of carbamazepine on subgroups of people with schizophrenia and aggressive behaviour, negative symptoms or EEG abnormalities or with schizoaffective disorder.

Authors' conclusions

Based on currently available randomised trial-derived evidence, carbamazepine cannot be recommended for routine clinical use for treatment or augmentation of antipsychotic treatment of schizophrenia. At present large, simple well-designed and reported trials are justified especially if focusing on those with violent episodes and people with schizoaffective disorders or those with both schizophrenia and EEG abnormalities.


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Carbamazepine for schizophrenia

Schizophrenia is a serious mental illness which can cause people to change the way they sense and understand the world.  It can be very serious and continue to affect some people throughout their life. Although most people with this illness can be helped by taking antipsychotic medication,  5-15% will continue to suffer from debilitating symptoms. For this group of people a variety of medical options are available to reduce these symptoms, including adjusting the dose of medication, changing to another antipsychotic, or using drugs other than antipsychotics. 

Carbamazepine is a drug which has been used to treat epilepsy since the 1950s. It is also used as a mood stabiliser when people alternate between very ‘high’ and depressed moods (bi-polar affective disorder). This review looks at the effectiveness of carbamazepine when compared to no active medication (placebo), an antipsychotic, or when it is used in addition to an antipsychotic in clinical trials on people who have schizophrenia both with additional mood problems (schizoaffective disorder), and without.

Ten trials were found which included a total of 258 people. All except one of these studies were carried out in a hospital setting. One small trial compared carbamazepine treatment with placebo (31 people) and found that there was no significant difference between these in respect to preventing relapse, mental state or development of adverse effects. Another single study of 38 people compared carbamazepine (as a single treatment) with the antipsychotic perphenazine (as a single treatment) and found no significant difference between the people in the two groups except that those on perphenazine were more likely to have movement side effects and be taking medication for them.

The remainder of the trials compared antipsychotic plus carbamazepine with antipsychotic plus placebo. Two of these trials (38 people) showed that when carbamazepine was taken with an antipsychotic, there was a general improvement in over half of these people. However, for the majority of the outcomes for which there was acceptable data, there was no significant difference between the two groups. Since all of these trials were small, there is not enough data to clarify whether carbamazepine reduces symptoms without giving too many adverse effects in people with schizophrenia and schizoaffective disorders who are resistant to treatment with antipsychotics alone. A larger well designed trial may provide more robust evidence to support the treatment options for these people.   

 (Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Carbamazépine dans la schizophrénie


De nombreux patients schizophrènes ne répondent pas suffisamment bien au traitement antipsychotique seul et divers médicaments complémentaires sont utilisés pour promouvoir une réponse supplémentaire. C'est notamment le cas de la carbamazépine (un anticonvulsivant).


Évaluer les effets de la carbamazépine et de ses dérivés dans le traitement de la schizophrénie et des psychoses de même nature.

Stratégie de recherche documentaire

Pour la version originale, nous avons consulté Biological Abstracts (1980-2001), la Bibliothèque Cochrane (numéro 3, 2001), le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2001), EMBASE (1980-2001), MEDLINE (1966-2001), PsycLIT (1886-2001) et PSYNDEX (1974-2001). Pour la présente mise à jour, nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie en mars 2005 et décembre 2006. Nous avons également examiné les références bibliographiques de toutes les études pertinentes afin d'identifier d'autres essais et contacté les sociétés pharmaceutiques concernées et les auteurs afin d'obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés comparant de la carbamazépine ou des composés de la famille de la carbamazépine à un placebo ou une absence d'intervention, en tant que traitement unique ou combiné à un médicament antipsychotique dans le traitement de la schizophrénie et/ou des psychoses schizo-affectives.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, les effets aléatoires, le risque relatif (RR), les intervalles de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes pondérées (DMP).

Résultats Principaux

La mise à jour n'a pas permis d'identifier d'autres études remplissant nos critères d'inclusion. Le nombre d'études incluses est donc toujours de dix, avec 258 participants randomisés. Une étude comparant la carbamazépine à un placebo en tant que traitement unique dans la schizophrénie a été rapidement abandonnée en raison d'un taux de rechute élevé, avec 26 participants sur 31 présentant une rechute dans les trois mois. La carbamazépine n'avait aucun effet notable, et aucune différence n'était observée entre les deux groupes en termes de rechutes (1 ECR, n = 31, RR de 4,1, IC entre 0,8 et 1,5).
Une autre étude comparait la carbamazépine à des antipsychotiques en tant que traitement unique dans la schizophrénie. Aucune différence n'était observée en termes d'état mental lors de la comparaison de la réduction de 50 % des scores BPRS (1 ECR, n = 38, RR de 1,2, IC entre 0,8 et 1,9). Un effet favorable de la carbamazépine était observé lorsque davantage de patients recevant l'antipsychotique (perphénazine) étaient atteints de syndrome parkinsonien (1 ECR, n = 38, RR de 0,03, IC entre 0,00 et 0,04, NNN de 1, IC entre 0,9 et 1,4).
Huit études comparaient de la carbamazépine complémentaire à un placebo complémentaire. L'ajout de carbamazépine au traitement antipsychotique était aussi acceptable que l'ajout d'un placebo, sans aucune différence en termes de nombre de patients arrêtant les études de manière prématurée dans chaque groupe (8 ECR, n = 182, RR de 0,5, IC entre 0,2 et 1,4). L'ajout de carbamazépine était supérieur aux antipsychotiques seuls en termes d'amélioration globale générale, mais les effectifs étaient limités (2 ECR, n = 38, RR de 0,6, IC entre 0,4 et 0,9, NST de 2, IC entre 1 et 5). Aucune différence n'était observée concernant le critère de jugement de l'état mental de réduction de 50 % des scores BPRS (6 ECR, n = 147, RR de 0,9, IC entre 0,7 et 1,1). Moins de patients du groupe de l'ajout de carbamazépine présentaient des troubles du mouvement par rapport à ceux recevant uniquement de l'halopéridol (1 ECR, n = 20, RR de 0,4, IC entre 0,1 et 1,0). Aucune donnée n'était disponible concernant les effets de la carbamazépine chez les sous-groupes de patients présentant une schizophrénie et un comportement agressif, des symptômes négatifs, des anomalies à l'EEG ou un trouble schizo-affectif.

Conclusions des auteurs

Sur la base des preuves issues d'essais randomisés actuellement disponibles, une utilisation clinique systématique de la carbamazépine ne peut pas être recommandée dans le traitement de la schizophrénie ou en complément du traitement antipsychotique de la schizophrénie. À l'heure actuelle, des essais à grande échelle, simples, bien planifiés et documentés sont justifiés, en particulier chez les patients présentant des épisodes de violence, ceux atteints de troubles schizo-affectifs ou ceux présentant à la fois une schizophrénie et des anomalies à l'EEG.


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Carbamazépine dans la schizophrénie

Carbamazépine dans la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble mental grave qui peut affecter la manière dont les patients ressentent et comprennent le monde.Cette maladie peut être très grave et affecter certaines personnes pendant toute leur vie. Bien que la plupart des patients puissent être pris en charge au moyen d'un traitement antipsychotique, 5 à 15 % continuent de présenter des symptômes débilitants.Pour ce groupe de patients, diverses options médicales sont disponibles pour réduire ces symptômes, notamment l'ajustement de la dose de médicament, le changement d'antipsychotique ou l'utilisation de médicaments autres que des antipsychotiques.

La carbamazépine est un médicament utilisé dans le traitement de l'épilepsie depuis les années 1950.Elle est également utilisée comme stabilisateur de l'humeur chez les patients qui alternent entre des états de grand enthousiasme et de profonde dépression (trouble affectif bipolaire). Cette revue examine l'efficacité de la carbamazépine par rapport à un médicament inactif (placebo), un antipsychotique, ou en complément d'un antipsychotique dans le cadre d'essais cliniques portant sur des patients schizophrènes avec ou sans troubles de l'humeur (troubles schizo-affectifs).

Dix essais portant sur un total de 258 patients ont été identifiés.Toutes les études sauf une étaient réalisées en milieu hospitalier.Un essai à petite échelle comparait un traitement à la carbamazépine à un placebo (31 patients) et ne rapportait aucune différence significative entre les deux options en termes de prévention des rechutes, d'état mental et d'incidence des effets indésirables. Une autre étude individuelle portant sur 38 patients comparait de la carbamazépine (en traitement unique) à l'antipsychotique perphénazine (en traitement unique) et ne rapportait aucune différence significative entre les patients des deux groupes, excepté le fait que les patients sous perphénazine étaient plus susceptibles de présenter des effets secondaires moteurs exigeant la prise de médicaments.

Les autres essais comparaient un antipsychotique + carbamazépine à un antipsychotique + placebo.Deux de ces essais (38 patients) rapportaient une amélioration générale chez plus de la moitié des patients prenant de la carbamazépine et un antipsychotique.Néanmoins, pour la plupart des critères de jugement documentés de manière acceptable, aucune différence significative n'était observée entre les deux groupes.Compte tenu des effectifs limités, les données de ces essais sont insuffisantes pour déterminer si la carbamazépine réduit les symptômes sans entraîner trop d'effets indésirables chez les patients atteints de schizophrénie et de troubles schizo-affectifs résistants au traitement antipsychotique seul. Un essai à plus grande échelle bien planifié pourrait apporter des preuves plus solides permettant d'identifier les options de traitement les plus efficaces chez ces patients.

(Résumé simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, UK

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux



  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要







原始版本我們搜尋了Biological Abstracts (1980 – 2001), The Cochrane Library (Issue 3, 2001), The Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials (December 2001), EMBASE (1980 – 2001), MEDLINE (1966 – 2001), PsycLIT (1886 – 2001) and PSYNDEX (1974 – 2001)。我們搜索the Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials 2005年3月 and 2006年12月來為目前的資料做更新。我們檢視所有確定研究的參考文獻來得到更多的研究和連絡相關的藥廠公司和作者來得到進一步的資料




我們各自獨立的擷取數據. 針對二分法數據,我們基於治療意向分析法以隨機效應的模式來計算相對危險性(RR)、95%信賴區間(CI)、如果適切的話,也計算了益一需治數(NNT)。針對連續性資料,我們計算加權平均差異(WMD)


最新的更新搜尋並未顯示有任何更進一步的研究符合我們納入的標準. 所以我們納入研究的數量仍為10而隨機受試者的數量仍為258。一個將carbamazepine當成精神分裂症單一治療與安慰劑做比較的研究因三個月的高復發率而提早終止(31個受試者有26個在三個月內復發)。 而因兩組復發率並無差異(1 RCT n = 31, RR 4.1 CI 0.8 to 1.5)顯示carbamazepine並無效果。另一個比較carbamazepine與抗精神藥物作為治療精神分裂症的單一藥物的研究。以精神狀況的BPRS分數減少50%做比較並無差異(1 RCT n = 38, RR 1.2 CI 0.8 to 1.9)。當較多接受抗精神病藥物(perphenazine)的人有巴金森症時, carbamazepine效果較佔有優勢(1 RCT n = 38, RR 0.03 CI 0.00 to 0.04, NNH 1 CI 0.9 to 1.4)。有8個比較附加carbamazepine和附加安慰劑的研究。附加carbamazepine到抗精神病的治療和附加安慰劑一樣都是可被接受的,因為並未發現這兩組離開試驗的受試者人數有不同(8 RCTs n = 182, RR 0.5 CI 0.2 to 1.4)。附加Carbamazepine在比較整體改善是比單獨使用抗精神物還好但受試者人數是少的(2RCTs n = 38, RR 0.6 CI 0.4 to 0.9, NNT 2 CI 1 to 5)。以BPRS減少50%來看精神狀態的結果並無差異 (6 RCTs n = 147, RR 0.9 CI 0.7 to 1.1)。附加carbamazepine那組比單獨使用haloperidol有較少的人有運動性疾患(1 RCT n = 20, RR 0.4 CI 0.1 to 1.0)。並沒有資料可以顯示carbamazepine在精神分裂症之亞型、攻擊行為、負性症狀或是腦波圖異常或是伴隨有情感性精神分裂症上的效果


根據目前可用的隨機試驗所得到的證據,無法建議carbamazepine作為精神分裂症臨床上常規治療或是附加於抗精神病藥作為治療. 目前來說,大型,簡單而設計良好和被發表的研究是需要的,特別是那些針對暴力發作或是有分裂情感性疾病的病人或是精神分裂症並有腦波圖不正常的病人



此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌