Intervention Review

Carbamazepine for schizophrenia

  1. Stefan Leucht1,*,
  2. Bartosz Helfer2,
  3. Markus Dold3,
  4. Werner Kissling3,
  5. John McGrath4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 2 MAY 2014

Assessed as up-to-date: 6 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001258.pub3


How to Cite

Leucht S, Helfer B, Dold M, Kissling W, McGrath J. Carbamazepine for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 5. Art. No.: CD001258. DOI: 10.1002/14651858.CD001258.pub3.

Author Information

  1. 1

    Technische Universität München, Department of Psychiatry and Psychotherapy, München, Germany

  2. 2

    Technische Universität München, Klinik für Psychiatrie und Psychotherapie, München, Bayern, Germany

  3. 3

    Technische Universität München Klinikum rechts der Isar, Klinik und Poliklinik für Psychiatrie und Psychotherapie, München, Germany

  4. 4

    The University of Queensland, Epidemiology and Developmental Neurobiology, Brisbane, Queensland, Australia

*Stefan Leucht, Department of Psychiatry and Psychotherapy, Technische Universität München, Ismaningerstrasse 22, München, 81675, Germany. Stefan.Leucht@lrz.tum.de.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 2 MAY 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Many people with schizophrenia do not achieve a satisfactory treatment response with just antipsychotic drug treatment and various adjunct medications are used to promote additional response. The antiepileptic carbamazepine is one such drug.

Objectives

To examine whether carbamazepine or oxcarbazepine alone is an effective treatment for schizophrenia and schizoaffective psychoses and whether carbamazepine or oxcarbazepine augmentation of neuroleptic medication is an effective treatment for the same illnesses.

Search methods

For the original version we searched The Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials (December 2001), The Cochrane Library (Issue 3, 2001), MEDLINE (1966-2001), EMBASE (1980-2001), Biological Abstracts (1980-2001), PsycLIT (1886-2001) and PSYNDEX (1974-2001). For the most recent update we searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register of Trials in July 2012. We also inspected references of all identified studies for further trials and contacted relevant pharmaceutical companies and authors for additional data.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) comparing carbamazepine or compounds of the carbamazepine family with placebo or no intervention, whether as sole treatment or as an adjunct to antipsychotic medication for the treatment of schizophrenia and/or schizoaffective psychoses.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For homogenous dichotomous data we calculated fixed-effect, risk ratio (RR), with 95% confidence intervals (CIs) on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated mean differences (MD). We assessed the risk of bias for included studies and created a 'Summary of findings' table using GRADE.

Main results

The updated search did not reveal any further studies that met our inclusion criteria. The number of included studies therefore remains at 10 with the number of participants randomised still 283.

One study comparing carbamazepine with placebo as the sole treatment for schizophrenia was abandoned early due to high relapse rate with 26 out of 31 participants relapsing by three months. No effect of carbamazepine was evident with no difference in relapse between the two groups (1 RCT n = 31, RR 1.07 CI 0.78 to 1.45). Another study compared carbamazepine with antipsychotics as the sole treatment for schizophrenia. No differences in terms of mental state were found when comparing 50% reduction in Brief Psychiatric Rating Scale (BPRS) scores (1 RCT n = 38, RR 1.23 CI 0.78 to 1.92). A favourable effect for carbamazepine was found when more people who received the antipsychotic (perphenazine) had parkinsonism (1 RCT n = 38, RR 0.03 CI 0.00 to 0.043). Eight studies compared adjunctive carbamazepine versus adjunctive placebo, we were able use GRADE for quality of evidence for these results. Adding carbamazepine to antipsychotic treatment was as acceptable as adding placebo with no difference between the numbers leaving the study early from each group (8 RCTs n = 182, RR 0.47 CI 0.16 to 1.35, very low quality evidence). Carbamazepine augmentation was superior compared with antipsychotics alone in terms of overall global improvement, but participant numbers were low (2 RCTs n = 38, RR 0.57 CI 0.37 to 0.88). There were no differences for the mental state outcome of 50% reduction in BPRS scores (6 RCTs n = 147, RR 0.86 CI 0.67 to 1.12, low quality evidence). Less people in the carbamazepine augmentation group had movement disorders than those taking haloperidol alone (1 RCT n = 20, RR 0.38 CI 0.14 to 1.02). No data were available for the effects of carbamazepine on subgroups of people with schizophrenia and aggressive behaviour, negative symptoms or EEG abnormalities or with schizoaffective disorder.

Authors' conclusions

Based on currently available randomised trial-derived evidence, carbamazepine cannot be recommended for routine clinical use for treatment or augmentation of antipsychotic treatment of schizophrenia. At present large, simple well-designed and reported trials are justified - especially if focusing on people with violent episodes and people with schizoaffective disorders or those with both schizophrenia and EEG abnormalities.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Carbamazepine for schizophrenia

People with schizophrenia will often hear voices or see things (hallucinations) and have strange beliefs (delusions). They may also experience apathy, tiredness, lack of drive and disorganised thoughts and behaviour. These symptoms make schizophrenia a severe illness that affects many people throughout their life.

The main treatment for schizophrenia is antipsychotic medication. However, although this medication is successful in treating the majority of people, 5% to 15% will continue to suffer from debilitating symptoms. For these people, several treatment options are available: changing the dose of medication; switching to another antipsychotic drug; or taking additional drugs that are not antipsychotics. Carbamazepine is a drug first used to treat epilepsy in the 1950s. It is also used as a mood stabiliser when people change between ‘high’ and ‘low’ moods (for example bi-polar affective disorder). Side effects of carbamazepine include: poor coordination, headaches and drowsiness.

This review focuses on the effectiveness of carbamazepine for people with schizophrenia. A search of the Cochrane Schizophrenia Group's trials register was carried out July 2012. Ten studies were found with 283 people. Carbamazepine was compared with no active medication (‘dummy’ or placebo treatment), versus an antipsychotic or when taken in addition to an antipsychotic. However, all of the 10 studies were small and information in them was of a poor standard. There is therefore a lack of evidence whether carbamazepine reduces symptoms and side effects in people with schizophrenia or similar mental health problems. Larger well-designed trials are necessary to provide stronger evidence before carbamazepine can be recommended as a treatment for people with schizophrenia.

This plain language summary has been written by a consumer Ben Gray: Service User and Service User Expert. Rethink Mental Illness.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La carbamazépine dans le traitement de la schizophrénie

Contexte

De nombreux patients schizophrènes ne répondent pas suffisamment bien au traitement antipsychotique seul et divers médicaments complémentaires sont utilisés pour susciter une réponse supplémentaire, notamment la carbamazépine (un anticonvulsivant).

Objectifs

Examiner si la carbamazépine ou l'oxcarbazépine seule est efficace dans le traitement de la schizophrénie et des psychoses schizo-affectives et si l’adjonction de la carbamazépine ou de l'oxcarbazépine aux neuroleptiques est un traitement efficace pour ces mêmes maladies.

Stratégie de recherche documentaire

Pour la version originale, nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2001), Bibliothèque Cochrane (numéro 3, 2001), MEDLINE (de 1966 à 2001), EMBASE (de 1980 à 2001), Biological Abstracts (1980-2001), PsycLIT (1886-2001) et PSYNDEX (1974-2001). Pour la mise à jour la plus récente, nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie en juillet 2012. Nous avons également examiné les références bibliographiques de toutes les études pertinentes afin d'identifier d'autres essais et contacté les sociétés pharmaceutiques concernées et les auteurs afin d'obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant la carbamazépine ou des composés de la famille de la carbamazépine, en monothérapie ou combinés à un médicament antipsychotique, à un placebo ou à l’absence d'intervention dans le traitement de la schizophrénie et/ou des psychoses schizo-affectives.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, nous avons calculé les effets fixes, le risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % en intention de traiter. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes (DM). Nous avons évalué le risque de biais des études incluses et créé un tableau « Résumé des résultats » en utilisant le système GRADE.

Résultats Principaux

La mise à jour n'a pas permis d'identifier d'autres études remplissant nos critères d'inclusion. Le nombre d'études incluses est donc toujours de 10, avec 283 participants randomisés.

Une étude comparant la carbamazépine à un placebo en monothérapie dans la schizophrénie a été rapidement abandonnée en raison d'un taux de rechute élevé, avec 26 participants sur 31 en récidive à trois mois. La carbamazépine n'a eu aucun effet notable et aucune différence n'a été observée entre les deux groupes en termes de récidive (1 ECR, n = 31, RR de 1,07, IC entre 0,78 et 1,45). Une autre étude comparait la carbamazépine à des antipsychotiques en monothérapie dans le traitement de la schizophrénie. Aucune différence en termes d'état mental n’a été relevée en comparant la réduction de 50 % du score BPRS (Brief Psychiatric Rating Scale) (1 ECR n = 38, RR de 1,23, IC entre 0,78 et 1,92). Un effet favorable de la carbamazépine a été observé lorsqu’un plus grand nombre de patients recevant l'antipsychotique (perphénazine) étaient atteints d’un syndrome parkinsonien (1 ECR, n = 38, RR de 0,03, IC entre 0,043 et de 0,00). Huit études comparaient la carbamazépine en complément à un placebo en complément ; nous avons pu utiliser la méthode GRADE pour évaluer la qualité de preuve de ces résultats. L'ajout de carbamazépine au traitement antipsychotique était aussi acceptable que l'ajout d'un placebo, sans aucune différence en termes de nombre de patients abandonnant prématurément l’étude dans chaque groupe (8 ECR, n = 182, RR de 0,47, IC entre 0,16 et 1,35, preuves de très faible qualité). L'ajout de carbamazépine donnait de meilleurs résultats que les antipsychotiques seuls en termes d'amélioration globale générale, mais les effectifs étaient limités (2 ECR, n = 38, RR de 0,57, IC entre 0,37 et 0,88). Aucune différence n'a été observée concernant le critère de jugement de l'état mental évalué par une réduction de 50 % des scores BPRS (6 ECR, n = 147, RR de 0,86, IC entre 0,67 et 1,12, preuves de faible qualité). Les patients du groupe avec carbamazépine ajoutée étaient moins nombreux à présenter des troubles moteurs que ceux recevant uniquement de l'halopéridol (1 ECR, n = 20, RR de 0,38, IC entre 0,14 et 1,02). Aucune donnée n'était disponible concernant les effets de la carbamazépine chez les sous-groupes de patients présentant une schizophrénie et un comportement agressif, des symptômes négatifs, des anomalies à l'EEG ou un trouble schizo-affectif.

Conclusions des auteurs

Sur la base des preuves issues d'essais randomisés actuellement disponibles, il n’est pas possible de préconiser une utilisation clinique systématique de la carbamazépine dans le traitement de la schizophrénie ou en complément du traitement antipsychotique de la schizophrénie. À l'heure actuelle, des essais à grande échelle, simples, bien planifiés et documentés sont justifiés, en particulier chez les personnes présentant des épisodes de violence, des troubles schizo-affectifs ou une schizophrénie associée à des anomalies de l'EEG.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La carbamazépine dans le traitement de la schizophrénie

La carbamazépine dans le traitement de la schizophrénie

Les personnes atteintes de schizophrénie « entendent des voix » ou ont des visions (hallucinations) et entretiennent d’étranges croyances (idées délirantes). Elles peuvent aussi se montrer apathiques, fatiguées, manquer de tonus et manifester une désorganisation de la pensée et du comportement. Ces symptômes font de la schizophrénie une maladie grave, qui dure souvent toute la vie.

La schizophrénie se traite principalement au moyen de médicaments antipsychotiques. Toutefois, bien que ces médicaments soient efficaces pour la majorité des patients, 5 % à 15 % de ceux-ci continuent de souffrir de symptômes débilitants. Pour ceux-là, il existe plusieurs options de traitement : ajustement de la dose, changement du médicament antipsychotique ou prise de médicaments supplémentaires qui ne sont pas des antipsychotiques. La carbamazépine est une molécule qui a d’abord été utilisée pour traiter l'épilepsie, dans les années 1950. Elle est également utilisée comme stabilisateur de l'humeur chez les patients alternant des états « à haute et basse énergie » (par exemple dans les troubles bipolaires). La carbamazépine peut avoir pour effets secondaires des troubles de la coordination, des céphalées et des étourdissements.

Cette revue se concentre sur l'efficacité de la carbamazépine chez les personnes atteintes de schizophrénie. Une recherche dans le registre d’essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie a été effectuée en juillet 2012. Dix études ont été identifiées, totalisant 283 personnes. La carbamazépine était comparée à l'absence de médicament actif (traitement factice ou placebo), à un antipsychotique ou à sa prise en plus d'un antipsychotique. Cela dit, ces 10 études étaient toutes de petite taille et leurs informations de qualité médiocre. Il n'existe donc pas de preuves que la carbamazépine réduise les symptômes et les effets secondaires chez les personnes atteintes de schizophrénie ou d’un problème de santé mentale similaire. Des essais plus étendus et bien planifiés sont nécessaires pour fournir des preuves plus solides avant que l’on puisse préconiser la carbamazépine pour le traitement des personnes atteintes de schizophrénie.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur : Benjamin Gray, Bénéficiaire du service et Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2014
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux