Intervention Review

Bronchodilators for bronchiolitis

  1. Anne M Gadomski1,*,
  2. Melissa B Scribani2

Editorial Group: Cochrane Acute Respiratory Infections Group

Published Online: 17 JUN 2014

Assessed as up-to-date: 20 JAN 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD001266.pub4


How to Cite

Gadomski AM, Scribani MB. Bronchodilators for bronchiolitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 6. Art. No.: CD001266. DOI: 10.1002/14651858.CD001266.pub4.

Author Information

  1. 1

    Bassett Medical Center, Research Institute, Cooperstown, New York, USA

  2. 2

    Bassett Medical Center, Computing Center, Cooperstown, New York, USA

*Anne M Gadomski, Research Institute, Bassett Medical Center, 1 Atwell Road, Cooperstown, New York, 13326, USA. gadomski@usa.net. anne.gadomski@bassett.org.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 17 JUN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Bronchiolitis is an acute, viral lower respiratory tract infection affecting infants and is sometimes treated with bronchodilators.

Objectives

To assess the effects of bronchodilators on clinical outcomes in infants (0 to 12 months) with acute bronchiolitis.

Search methods

We searched CENTRAL 2013, Issue 12, MEDLINE (1966 to January Week 2, 2014) and EMBASE (1998 to January 2014).

Selection criteria

Randomized controlled trials (RCTs) comparing bronchodilators (other than epinephrine) with placebo for bronchiolitis.

Data collection and analysis

Two authors assessed trial quality and extracted data. We obtained unpublished data from trial authors.

Main results

We included 30 trials (35 data sets) representing 1992 infants with bronchiolitis. In 11 inpatient and 10 outpatient studies, oxygen saturation did not improve with bronchodilators (mean difference (MD) -0.43, 95% confidence interval (CI) -0.92 to 0.06, n = 1242). Outpatient bronchodilator treatment did not reduce the rate of hospitalization (11.9% in bronchodilator group versus 15.9% in placebo group, odds ratio (OR) 0.75, 95% CI 0.46 to 1.21, n = 710). Inpatient bronchodilator treatment did not reduce the duration of hospitalization (MD 0.06, 95% CI -0.27 to 0.39, n = 349).

Effect estimates for inpatients (MD -0.62, 95% CI -1.40 to 0.16) were slightly larger than for outpatients (MD -0.25, 95% CI -0.61 to 0.11) for oximetry. Oximetry outcomes showed significant heterogeneity (I2 statistic = 81%). Including only studies with low risk of bias had little impact on the overall effect size of oximetry (MD -0.38, 95% CI -0.75 to 0.00) but results were close to statistical significance.

In eight inpatient studies, there was no change in average clinical score (standardized MD (SMD) -0.14, 95% CI -0.41 to 0.12) with bronchodilators. In nine outpatient studies, the average clinical score decreased slightly with bronchodilators (SMD -0.42, 95% CI -0.79 to -0.06), a statistically significant finding of questionable clinical importance. The clinical score outcome showed significant heterogeneity (I2 statistic = 73%). Including only studies with low risk of bias reduced the heterogeneity but had little impact on the overall effect size of average clinical score (SMD -0.22, 95% CI -0.41 to -0.03).

Sub-analyses limited to nebulized albuterol or salbutamol among outpatients (nine studies) showed no effect on oxygen saturation (MD -0.19, 95% CI -0.59 to 0.21, n = 572), average clinical score (SMD -0.36, 95% CI -0.83 to 0.11, n = 532) or hospital admission after treatment (OR 0.77, 95% CI 0.44 to 1.33, n = 404).

Adverse effects included tachycardia, oxygen desaturation and tremors.

Authors' conclusions

Bronchodilators such as albuterol or salbutamol do not improve oxygen saturation, do not reduce hospital admission after outpatient treatment, do not shorten the duration of hospitalization and do not reduce the time to resolution of illness at home. Given the adverse side effects and the expense associated with these treatments, bronchodilators are not effective in the routine management of bronchiolitis. This meta-analysis continues to be limited by the small sample sizes and the lack of standardized study design and validated outcomes across the studies. Future trials with large sample sizes, standardized methodology across clinical sites and consistent assessment methods are needed to answer completely the question of efficacy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Bronchodilators for bronchiolitis for infants with first-time wheezing

What is bronchiolitis?

Bronchiolitis is an acute, highly contagious, viral infection of the lungs that is common in infants 0 to 12 months of age. It occurs every year in the winter months. It causes the small airways in the lungs to become inflamed and fill with debris. The airways are narrowed and this leads to blocking of the free passage of air. The infant has a harsh cough, runny nose and usually a fever. S/he can become breathless, wheezy and short of oxygen.

Why review bronchodilators?

Bronchodilators are drugs often used as aerosols to widen the air passages by relaxing the bronchial muscle. They are effective in helping older children and adults with asthma. However, unlike asthmatics, infants with bronchiolitis are usually wheezing for the first time. They are wheezing for a different reason, that is to say, because their airways are clogged with debris. Therefore, infants with bronchiolitis are less likely to respond to bronchodilators.

Study characteristics

We reviewed the evidence about the effect of bronchodilators in infants with bronchiolitis. We found 30 trials that included a total of 1922 infants, in several countries. The evidence is current up to January 2014. We analyzed studies done in outpatient and inpatient settings separately. All bronchodilators were included in the review except for epinephrine because it is reviewed in another Cochrane review. Albuterol (otherwise known as salbutamol) is commonly used in studies, so we also reviewed this bronchodilator as a subgroup.

Key results

We found no effect of bronchodilators on oxygen saturation. Infants hospitalized for bronchiolitis showed no significant benefit of bronchodilator treatment. This review also found that bronchodilators do not reduce the need for hospitalization, do not shorten the length of stay in hospital and do not shorten the length of the illness at home. Reviewing the subgroup of studies using albuterol (salbutamol), we found no effect of this bronchodilator on oxygen saturation or clinical scores. Side effects of bronchodilators include rapid heart beat, decrease in oxygen and shakiness. Given these side effects, little evidence that they are effective and the expense associated with these treatments, bronchodilators are not helpful in the management of bronchiolitis.

Quality of the evidence

This review is limited by the small number of studies that use the same measures and methods. For example, only 22 studies included only infants wheezing for the first time. Older studies included children who had wheezed before and may have had asthma. Thus these older studies favor the use of bronchodilators. Newer studies that excluded infants with prior wheezing and had a better study design do not show a benefit of bronchodilators. This review is also limited by the small number of infants included in each study. Lastly, clinical scores used to measure the effect of the bronchodilators in some studies may vary from one observer to the next, making this measure unreliable. Studies that include more infants, use better measures and have a stronger study design are needed to define the effectiveness of these medications.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Bronchodilatateurs pour la bronchiolite

Contexte

La bronchiolite est une infection aiguë virale des voies respiratoires inférieures touchant les nourrissons, et elle est parfois traitée par des bronchodilatateurs.

Objectifs

Évaluer les effets des bronchodilatateurs sur les résultats cliniques chez les nourrissons (de 0 à 12 mois) atteints de bronchiolite aiguë.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL 2013, numéro 12, MEDLINE (de 1966 à la 2ème semaine de janvier 2014) et EMBASE (de 1998 à janvier 2014).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les bronchodilatateurs (autres que l'adrénaline) avec un placebo pour le traitement de la bronchiolite.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et ont extrait les données. Les données non publiées ont été obtenues auprès des auteurs des essais.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 30 essais (35 ensembles de données) portant sur 1 992 nourrissons atteints de bronchiolite. Dans 11 études portant sur des malades hospitalisés et dix études sur des malades externes, la saturation en oxygène ne s'améliorait pas avec les bronchodilatateurs (différence moyenne (DM) -0,43, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,92 à 0,06, n = 1 242). Le traitement par bronchodilatateurs ne réduisait pas le taux d'hospitalisation des malades externes (11,9 % dans le groupe sous bronchodilatateurs contre 15,9 % dans le groupe sous placebo, rapport des cotes (RC) 0,75, IC à 95 % entre 0,46 et 1,21, n = 710). Pour les malades hospitalisés, le traitement par bronchodilatateurs ne diminuait pas la durée d'hospitalisation (DM 0,06, IC à 95 % entre -0,27 et 0,39, n =349).

Les estimations de l’effet pour les patients hospitalisés (DM -0,62, IC à 95 % -1,40 à 0,16) étaient légèrement plus importantes que pour les patients externes (DM -0,25, IC à 95 % -0,61 à 0,11) pour l'oxymétrie. Les résultats d’oxymétrie ont montré une hétérogénéité significative (I2 statistique = 81 %). Inclure uniquement des études à faible risque de biais avait peu d'impact sur la taille d'effet global de l'oxymétrie (DM -0,38, IC à 95 % -0,75 à 0,00), mais les résultats étaient proches de la signification statistique.

Dans huit études sur des patients hospitalisés, il n'y avait aucun changement dans le score clinique moyen (DM standardisée (DMS) -0,14, IC à 95 % -0,41 à 0,12) avec les bronchodilatateurs. Dans neuf études sur des malades externes, la moyenne du score clinique diminuait légèrement avec les bronchodilatateurs (DMS -0,42, IC à 95 % -0,79 à -0,06) ; ce résultat statistiquement significatif est d’une importance clinique discutable. Les résultats du score clinique ont montré une hétérogénéité significative (I 2 statistique = 73 %). Inclure uniquement les études à faible risque de biais réduisait l'hétérogénéité, mais avait peu d'impact sur la taille d'effet global de la moyenne du score clinique (DMS -0,22, IC à 95 % -0,41 à -0,03).

Les sous-analyses limitées aux formes nébulisées de salbutamol (albutérol) parmi les malades externes (neuf études) n’ont montré aucun effet sur la saturation en oxygène (DM -0,19, IC à 95 % -0,59 à 0,21, n = 572), le score clinique moyen (DMS -0,36, IC à 95 % -0,83 à 0,11, n = 532) ou l'admission à l'hôpital après traitement (RC 0,77, IC à 95 % 0,44 à 1,33, n = 404).

Les effets indésirables comprenaient de la tachycardie, une désaturation et des tremblements.

Conclusions des auteurs

Les bronchodilatateurs tels que le salbutamol et l’albutérol n'améliorent pas la saturation en oxygène, ne réduisent pas le nombre d'admissions après traitement en consultation externe, n'abrègent pas la durée d'hospitalisation et ne diminuent pas le temps nécessaire à la guérison à domicile. Étant donné les effets secondaires indésirables et le coût associés à ces traitements, les bronchodilatateurs ne sont pas efficaces dans la prise en charge systématique de la bronchiolite. Cette méta-analyse est toujours limitée par la petite taille des échantillons et le manque de plan d'étude standardisé et de résultats homologués dans les études. De nouveaux essais avec de grands effectifs, une méthodologie standardisée entre les sites cliniques et des méthodes d'évaluation cohérentes sont nécessaires pour répondre complètement à la question de l’efficacité.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Bronchodilatateurs pour la bronchiolite

Bronchodilatateurs pour la bronchiolite chez les nourrissons atteints de respiration sifflante pour la première fois

Qu’est-ce que la bronchiolite ?

La bronchiolite est une infection virale aiguë des poumons, très contagieuse, qui est courante chez les nourrissons de 0 à 12 mois d'âge. Elle survient chaque année en hiver. Elle est responsable d’une inflammation des petites voies respiratoires dans les poumons et de leur obstruction par des débris. Les voies respiratoires sont rétrécies et cela entraîne une gêne de la circulation de l'air. Le nourrisson a une forte toux, un écoulement nasal et généralement de la fièvre. L'enfant peut devenir essoufflé, avoir une respiration sifflante et manquer d’oxygène.

Pourquoi faire une revue des bronchodilatateurs ?

Les bronchodilatateurs sont des médicaments souvent utilisés sous forme d'aérosols pour accroître le passage de l'air en relâchant le muscle bronchique. Ils sont efficaces pour aider les enfants plus âgés et les adultes asthmatiques. Cependant, contrairement aux asthmatiques, les nourrissons atteints de bronchiolite respirent généralement bruyamment pour la première fois. Leur respiration sifflante est due à une autre cause, à savoir, parce que leurs voies respiratoires sont obstruées par des débris. Par conséquent, les nourrissons atteints d'une bronchiolite sont moins susceptibles de réagir aux bronchodilatateurs.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons examiné les preuves concernant l'effet des bronchodilatateurs chez les nourrissons atteints de bronchiolite. Nous avons trouvé 30 essais qui incluaient un total de 1 922 nourrissons, dans plusieurs pays. Les preuves sont à jour jusqu'en janvier 2014. Nous avons analysé séparément les études réalisées sur des patients externes et des patients hospitalisés. Tous les bronchodilatateurs ont été inclus dans la revue, sauf l'adrénaline, car elle est examinée dans une autre revue Cochrane. Le salbutamol (également connu sous le nom d’albutérol) est couramment utilisé dans les études, de sorte que nous avons également examiné ce bronchodilatateur comme un sous-groupe.

Résultats principaux

Nous n'avons trouvé aucun effet des bronchodilatateurs sur la saturation en oxygène. Les nourrissons hospitalisés pour bronchiolite n'ont montré aucun bénéfice significatif du traitement par bronchodilatateur. Cette étude a également révélé que les bronchodilatateurs ne réduisent pas le besoin d'hospitalisation, la durée du séjour à l'hôpital et ne permettent pas de réduire la durée de la maladie à domicile. En examinant le sous-groupe des études utilisant le salbutamol (l’albutérol), nous n'avons trouvé aucun effet de ce bronchodilatateur sur la saturation en oxygène ou les scores cliniques. Les effets secondaires des bronchodilatateurs comprennent une accélération du rythme cardiaque, une diminution de l’oxygène et des tremblements. Compte tenu de ces effets secondaires, du peu de preuves indiquant qu'ils sont efficaces et du coût associé à ces traitements, les bronchodilatateurs ne sont pas utiles dans la prise en charge de la bronchiolite.

Qualité des preuves

Cette revue est limitée par le faible nombre d'études utilisant les mêmes mesures et méthodes d'évaluation. Par exemple, seulement 22 études incluaient uniquement des nourrissons atteints de respiration sifflante pour la première fois. Les études plus anciennes incluaient des nourrissons ayant des antécédents de respiration sifflante et qui auraient pu être atteints d’asthme. Par conséquent, ces études plus anciennes étayent l'utilisation de bronchodilatateurs. Les études plus récentes qui excluent les nourrissons ayant des antécédents de respiration sifflante et étaient mieux conçues ne montrent pas de bénéfice des bronchodilatateurs. Cette revue est également limitée par le petit nombre de nourrissons inclus dans chaque étude. Pour finir, les scores cliniques utilisés pour mesurer l'effet des bronchodilatateurs dans certaines études peuvent varier d'un observateur à l’autre, ce qui rend cette mesure peu fiable. Des études qui incluent davantage de nourrissons, utilisent de meilleures mesures et ont un plan d'étude plus robuste sont nécessaires pour définir l'efficacité de ces médicaments.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd August, 2014
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux