Mucolytic agents for chronic bronchitis or chronic obstructive pulmonary disease

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Individuals with chronic bronchitis or chronic obstructive pulmonary disease (COPD) may suffer recurrent exacerbations with an increase in volume or purulence of sputum, or both. Because of the personal and healthcare costs associated with exacerbations, any therapy that reduces the number of exacerbations is useful. There is a marked difference among countries in terms of prescribing of mucolytics depending on whether or not they are perceived to be effective.

Objectives

Primary objective: to determine if treatment with mucolytics reduces the frequency of exacerbations, days of disability, or both, in participants with chronic bronchitis or chronic obstructive pulmonary disease, or both.

Secondary objectives: to determine if mucolytics lead to an improvement in lung function or quality of life and to determine the frequency of adverse effects associated with mucolytics.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group Specialised Register and reference lists of articles on ten separate occasions, the most recent being in July 2012.

Selection criteria

We included randomised studies that compared oral mucolytic therapy with placebo for at least two months in adults with chronic bronchitis or COPD. We excluded studies of people with asthma and cystic fibrosis.

Data collection and analysis

The review analysed summary data only, the majority from published studies. For earlier versions, one author extracted data, which was rechecked in subsequent updates. In later versions, we double-checked data extraction. We then entered data into RevMan for analysis.

Main results

Two further trials have been added to the review for the 2012 update. There are now 30 trials in the review, recruiting a total of 7436 participants. Allocation concealment was not clearly described in the early trials, and selection bias may have inflated the results, which reduces our confidence in the findings of these trials.

The likelihood of being exacerbation-free during the study period (22 trials in 4886 participants with a mean duration of 10 months) was greater in the mucolytic group for the double-blind trials (Peto odds ratio (OR) 1.84; 95% confidence interval (CI) 1.63 to 2.07). However, the more recent trials show less benefit of treatment than the earlier trials included in this review. The overall number needed to treat with mucolytics to keep an additional participant free from exacerbations over 10 months was seven (NNTB 7; 95% CI 6 to 9). The use of mucolytics was associated with a reduction of 0.04 exacerbations per participant per month (95% CI -0.04 to -0.03) compared with placebo; that is about 0.48 per year, or one exacerbation every two years. There was very high heterogeneity in this outcome (I2 = 87%) so results need to be interpreted with caution.

The number of days of disability per month also fell (mean difference (MD) -0.48; 95% CI -0.65 to -0.30) in 12 trials on 2305 participants. There was no clinically important improvement in lung function or consistent impact on quality of life with mucolytics. Mucolytic treatment was not associated with any significant increase in adverse effects, including mortality (Peto OR 0.75; 95% CI 0.35 to 1.64) in six trials on 1821 participants.

Authors' conclusions

In participants with chronic bronchitis or COPD, treatment with a mucolytic may produce a small reduction in acute exacerbations, but may have little or no effect on the overall quality of life. The effects on exacerbations shown in early trials were larger than those found in the more recent studies. This may be because the earlier smaller trials were at higher risk of selection or publication bias, so the benefits of treatment may not be as large as suggested by the previous evidence.

Résumé scientifique

Agents mucolytiques dans une bronchite chronique ou une maladie pulmonaire obstructive chronique

Contexte

Les personnes atteintes de bronchite chronique ou d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) peuvent être exposées à des exacerbations récurrentes avec une augmentation du volume et/ou de la purulence des sécrétions. En raison des frais personnels et médicaux liés à ces exacerbations, tout traitement réduisant le nombre d'exacerbations est utile. Il existe une différence significative entre les pays en termes de prescription de mucolytiques selon qu'ils sont considérés comme étant efficaces ou pas.

Objectifs

Objectif principal : Déterminer si un traitement par mucolytiques réduit la fréquence des exacerbations et/ou les jours d'invalidité chez les participants atteints d'une bronchite chronique et/ou d'une maladie pulmonaire obstructive chronique.

Objectifs secondaires : Déterminer si les mucolytiques améliorent la fonction pulmonaire ou la qualité de vie et déterminer la fréquence des effets indésirables liés aux mucolytiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et les bibliographies des articles à dix reprises, la recherche la plus récente s'étant déroulée en juillet 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus des études randomisées comparant un traitement mucolytique oral à un placebo pendant une durée d'au moins deux mois chez des adultes atteints d'une bronchite chronique ou d'une MPOC. Nous avons exclu les études réalisées chez des personnes asthmatiques et atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données

La présente revue a uniquement analysé des données récapitulatives issues, pour la plupart, d'études publiées. Pour les versions antérieures, un auteur a extrait des données qui ont été revérifiées dans les mises à jour suivantes. Dans les dernières versions, nous avons vérifié à deux reprises l'extraction des données. Nous avons ensuite saisi les données dans RevMan pour les analyser.

Résultats principaux

Deux autres essais ont été ajoutés à la revue pour la mise à jour de l'année 2012. La revue compte désormais 30 essais totalisant 7 436 participants. L'assignation secrète n'était pas clairement décrite dans les premiers essais et un biais de sélection peut avoir influencé les résultats, ce qui fragilise la confiance que nous avons placée dans les résultats de ces essais.

Les probabilités d'être débarrassé des exacerbations pendant la durée de l'étude (22 essais, totalisant 4 886 participants, d'une durée moyenne de 10 mois) étaient supérieures dans le groupe traité par mucolytiques dont les essais ont été réalisés en double aveugle (odds ratio (OR) de Peto 1,84 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,63 à 2,07). Toutefois, les essais les plus récents montrent moins d'effets bénéfiques du traitement que les premiers essais inclus dans cette revue. Le nombre global de sujets à traiter par mucolytiques pour qu'un participant supplémentaire n'ait plus d'exacerbations au bout d'une période de 10 mois était de sept (NST 7 ; IC à 95 % 6 à 9). L'administration de mucolytiques était liée à une baisse de 0,04 exacerbations par participant et par mois (IC à 95 % - 0,04 à - 0,03) par rapport à un placebo ; soit environ 0,48 par an ou une exacerbation tous les deux ans. Il y avait une hétérogénéité très élevée pour ce résultat (I2 = 87 %). Par conséquent, les résultats doivent être interprétés avec prudence.

La durée de l'invalidité par mois a également chuté (différence moyenne (DM) - 0,48 ; IC à 95 % - 0,65 à - 0,30) dans 12 essais réalisés chez 2 305 participants. Les mucolytiques ne présentaient aucune amélioration cliniquement importante de la fonction pulmonaire ou aucun impact évident sur la qualité de vie. Le traitement mucolytique n'était associé à aucune augmentation significative des effets indésirables, y compris la mortalité (OR Peto 0,75 ; IC à 95 % 0,35 à 1,64) dans six essais réalisés sur 1 821 participants.

Conclusions des auteurs

Chez les participants atteints d'une bronchite chronique ou d'une MPOC, un traitement par mucolytiques peut légèrement diminuer le nombre d'exacerbations aiguës, mais peut avoir peu ou pas d'effets sur la qualité de vie globale. Les effets sur les exacerbations mentionnés dans les premiers essais étaient plus significatifs que ceux identifiés dans les études les plus récentes. Ceci peut s'expliquer par le fait que les premiers essais de taille plus petite étaient plus exposés à des risques de biais de sélection ou de publication. Par conséquent, les effets bénéfiques du traitement risquent de ne pas être aussi significatifs que ceux suggérés par des preuves antérieures.

Plain language summary

Mucolytic agents for chronic bronchitis or chronic obstructive pulmonary disease

Mucolytics are a group of medications used in the treatment of people with chronic obstructive pulmonary disease (COPD) or chronic bronchitis. This review assessed how effective they were in these patients. Mucolytic medications are intended to break up or loosen sputum (or both) and make it easier to cough up. The review authors looked at 30 studies with a total of 7436 patients. The results showed that if the medication was taken on a regular basis there could be a small reduction in the number of exacerbations (worsening of disease/symptoms) experienced by the patient. The number was approximately one less patient exacerbating for every seven treated with a mucolytic over 10 months. However, the studies included in the review were a mix of small older ones and large newer ones with the newer ones not showing as much benefit. This fact reduces our confidence in the results found. The medicines appear to be safe and well-tolerated but they do not slow the worsening of lung function in people with COPD.

Résumé simplifié

Agents mucolytiques dans une bronchite chronique ou une maladie pulmonaire obstructive chronique

Les mucolytiques sont un groupe de médicaments administrés pour traiter des patients atteints d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou d'une bronchite chronique. La présente revue a évalué leur efficacité chez ces patients. Les médicaments mucolytiques permettent de décongestionner et/ou de fluidifier les sécrétions et de faciliter la toux. Les auteurs de la revue ont examiné 30 études totalisant 7 436 patients. Les résultats ont montré qu'en cas de prise régulière de ces médicaments, on pouvait noter une légère diminution du nombre d'exacerbations (aggravation de la maladie/des symptômes) chez le patient. Leur nombre était d'environ un patient en moins souffrant d'une exacerbation pour sept patients traités par un mucolytique sur une période de 10 mois. Toutefois, les études incluses dans la revue mélangeaient des anciennes études de petite taille et des nouvelles de taille plus grande dans lesquelles ces dernières ne montraient pas autant d'effets bénéfiques. Par conséquent, la confiance que nous avons placée dans les résultats trouvés est quelque peu ébranlée. Ces médicaments semblent être sans danger et bien tolérés, mais ils ne ralentissent pas l'aggravation de la fonction pulmonaire chez les patients atteints d'une MPOC.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français