Get access

Individual psychodynamic psychotherapy and psychoanalysis for schizophrenia and severe mental illness

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

People with schizophrenia and severe mental illness may require considerable support from health care professionals, in most cases over a long period of time. Research on the effects of psychotherapy for schizophrenia has shown mixed results. Although pharmacological interventions remain the treatment of choice, the effects of treatments focusing on psychosocial factors affecting schizophrenia are important.

Objectives

To review the effects of psychodynamic psychotherapy, psychoanalysis, or both, for people with schizophrenia or severe mental illness.

Search methods

For the updated review, we searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (June 2008) which is based on regular searches of BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO.

Selection criteria

We sought all randomised trials of individual psychodynamic psychotherapy or psychoanalysis for people with schizophrenia or severe mental illness.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data we calculated relative risks (RR) and their 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat basis using a fixed-effect model. We calculated numbers needed to treat/harm (NNT/NNH) where appropriate. For continuous data, we calculated mean differences (MD) and weighted mean differences (WMD) using a fixed-effect model.

Main results

We included four randomised trials (total 528 participants, 5 comparisons). All used a psychodynamic approach and reported limited data.

For individual psychodynamic therapy versus medication alone we found significantly more participants in the therapy group were unable to be discharged (n=92, RR 8.35 CI 2.0 to 34.3, NNH 3 CI 2 to 6). We found no significant difference between groups in the number of participants who were re-hospitalised (n=24, RR 0.63 CI 0.3 to 1.4) during long-term analyses. At 12 months, fewer participants in the psychotherapy groups needed additional medications compared with those who did receive medication (n=74, RR 0.64 CI 0.5 to 0.8, NNT 3 CI 3 to 6), and also at three years follow up (n=87, RR 0.85 CI 0.8 to 1.0, NNT 7 CI 5 to 26).

For individual psychodynamic therapy plus medication versus medication alone we found no significant difference in suicide (n=92, RR 0.16 CI 0.01 to 2.9) or suitability for discharge (n=92, RR 1.09 CI 0.2 to 7.4). Also, we found re-hospitalisation rates in long-term analyses were equivocal (n=24, RR 1.00 CI 0.4 to 2.6). For insight-orientated psychodynamic psychotherapy versus reality adaptive psychotherapy we found no significant difference in re-hospitalisation rates (n=164, RR 1.20 CI 0.9 to 1.6), but we found study attrition favoured the insight-orientated psychodynamic psychotherapy group at 12 months (n=164, RR 0.46 CI 0.3 to 0.6, NNT 2 CI 2 to 4). For individual psychodynamic psychotherapy versus group psychotherapy we found no significant difference in global state 'not improved' (n=100, RR 1.27 CI 1.0 to 1.7). For individual psychodynamic therapy plus medication versus individual psychodynamic therapy we found rates of re-hospitalisation during long-term analyses were equivocal (n=24, RR 1.00 CI 0.4 to 2.6). There is no clear evidence of any positive effect of psychodynamic therapy and the possibility of adverse effects seems never to have been considered. We did not identify any trials using a psychoanalytic approach.

Authors' conclusions

Current data do not support the use of psychodynamic psychotherapy techniques for hospitalised people with schizophrenia. If psychoanalytic therapy is being used for people with schizophrenia there is an urgent need for trials.

摘要

背景

精神分裂症與嚴重精神疾患的個別心理動力治療和精神分析治療

精神分裂症和嚴重的精神病患者,需要從專業的健康照護方面獲得相當大的支持,多數情況下需要相當長的時間。研究精神分裂症者的心理治療的療效結果是混雜的。雖然藥物治療仍然是治療精神分裂症患者的選擇,但側重影響精神分裂患者的心理社會因素的治療方法,也是需要認真研究療效

目標

審查精神分裂症或嚴重精神疾病患者,其個別心理動力療法及/或精神分析治療的有效性

搜尋策略

搜尋以下電子期刊:Biological Abstracts (1985 – 1999), CINAHL (1982 – 1999), The Cochrane Library CENTRAL (Issue 1, 1999), The Cochrane Schizophrenia Group's Register (2000), Dissertation Abstracts On Disc (1866 – 1999), EMBASE (1980 – 1999), MEDLINE (1966 – 1999), National Research Register (2000), PsycLIT (1974 – 1999), and Sociofile (1974 – 1998)。作者聯繫取得進一步的研究資料並納入

選擇標準

選定所有針對精神分裂症或嚴重精神疾病患者(無論如何定義)採用個別心理動力心理治療或心理分析治療的隨機取樣研究

資料收集與分析

由至少兩位審查者獨立抽取數據。對於名義變項資料採用風險值(RR)計算,對連續性資料以加權平均異(WMD)計算組別間的差異

主要結論

沒有一個心理分析取向的研究被採納。在所有的比較數據都很零散,包括心理動力取向。沒有證據顯示心理動力治療有任何正面的效果,也沒被考量過可能的負面效果。心理動力取向比更認知的現實適應療法更能夠被民眾接受

作者結論

目前的數據不支持用心理動力的心理治療方式,治療住院期間的精神分裂患者。如果用精神分析療法治療精神分裂患者,迫切需要研究

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院陳美貴翻譯

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

心理動力治療是一種歸類為談話性治療的介入措施。尋求治療的人們與治療者之間的關係是治療的主要要件。除了三個在70年代與80年代的研究以外,它單獨用來治療精神分裂患者而不用藥物,並沒有獲得很好的評價。從有限的可用研究清楚地發現,藥物對任何治療精神疾病患者都是重要的一部分,並應搭配任何談話治療

Résumé scientifique

Psychothérapie psychodynamique individuelle et psychanalyse dans la schizophrénie et les troubles mentaux sévères

Contexte

Les patients atteints de schizophrénie et de troubles mentaux sévères peuvent avoir besoin d'un soutien considérable de la part des professionnels de la santé, souvent pour de longues périodes. Les recherches sur les effets de la psychothérapie dans la schizophrénie ont rapporté des résultats contrastés. Bien que les interventions pharmacologiques demeurent le traitement de choix, les traitements ciblant les facteurs psychosociaux qui affectent la schizophrénie ont des effets importants.

Objectifs

Examiner les effets de la psychothérapie psychodynamique, de la psychanalyse ou des deux chez les patients atteints de schizophrénie ou de troubles mentaux sévères.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour, nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (juin 2008), issu de recherches régulières dans BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO.

Critères de sélection

Nous avons recherché tous les essais randomisés portant sur une psychothérapie psychodynamique individuelle ou une psychanalyse chez des patients atteints de schizophrénie ou de troubles mentaux sévères.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de manière indépendante. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'intention de traiter à l'aide d'un modèle à effets fixes. Le cas échéant, le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice/effet nuisible du traitement (NST/NNN) a également été calculé. Pour les données continues, nous avons calculé les différences moyennes (DM) et les différences moyennes pondérées (DMP) à l'aide d'un modèle à effets fixes.

Résultats principaux

Nous avons inclus quatre essais randomisés (528 participants au total, 5 comparaisons). Tous utilisaient une approche psychodynamique et rapportaient des données limitées.

Pour la thérapie psychodynamique individuelle par rapport aux médicaments seuls, nous avons observé qu'un nombre significativement supérieur de participants du groupe de la thérapie n'étaient pas en état de sortir de l'hôpital (n = 92, RR de 8,35, IC entre 2,0 et 34,3, NNN de 3, IC entre 2 et 6). Nous n'avons observé aucune différence significative entre les groupes concernant le nombre de participants réhospitalisés (n = 24, RR de 0,63, IC entre 0,3 et 1,4) au cours d'analyses de long terme. À 12 mois, moins de participants des groupes de la psychothérapie avaient besoin de médicaments supplémentaires par rapport au groupe recevant des médicaments (n = 74, RR de 0,64, IC entre 0,5 et 0,8, NST de 3, IC entre 3 et 6), de même que lors d'un suivi à trois ans (n = 87, RR de 0,85, IC entre 0,8 et 1,0, NST de 7, IC entre 5 et 26).

Pour la thérapie psychodynamique + médicaments par rapport aux médicaments seuls, nous n'avons observé aucune différence significative en termes de suicide (n = 92, RR de 0,16, IC entre 0,01 et 2,9) ou de sortie d'hôpital (n = 92, RR de 1,09, IC entre 0,2 et 7,4). De plus, les taux de réhospitalisation au cours d'analyses de long terme étaient équivoques (n = 24, RR de 1,00, IC entre 0,4 et 2,6). Pour la psychothérapie psychodynamique orientée vers l'insight par rapport à la psychothérapie d'adaptation à la réalité, nous n'avons observé aucune différence significative concernant les taux de réhospitalisation (n = 164, RR de 1,20, IC entre 0,9 et 1,6), mais le taux d'attrition était favorable au groupe de la psychothérapie psychodynamique orientée vers l'insight à 12 mois (n = 164, RR de 0,46, IC entre 0,3 et 0,6, NST de 2, IC entre 2 et 4). Pour la psychothérapie psychodynamique individuelle par rapport à la psychothérapie de groupe, nous n'avons observé aucune différence significative en termes d'état global sans amélioration  (n = 100, RR de 1,27, IC entre 1,0 et 1,7). Pour la thérapie psychodynamique individuelle + médicaments par rapport à la thérapie psychodynamique individuelle seule, les taux de réhospitalisation au cours d'analyses de long terme étaient équivoques (n = 24, RR de 1,00, IC entre 0,4 et 2,6). Il n'existe aucune preuve solide d'effets positifs de la thérapie psychodynamique, et la possibilité d'effets indésirables semble n'avoir jamais été considérée. Nous n'avons identifié aucun essai utilisant une approche psychanalytique.

Conclusions des auteurs

Les données actuelles ne permettent pas de recommander les techniques de psychothérapie psychodynamique chez les patients hospitalisés pour cause de schizophrénie. Si un traitement psychanalytique est utilisé chez des patients schizophrènes, des essais sont nécessaires dans les plus brefs délais.

Plain language summary

Individual psychodynamic psychotherapy and psychoanalysis for schizophrenia and severe mental illness

Psychodynamic treatment is an intervention that can be classed as one of the 'talking' therapies. The relationship between the person seeking therapy and the therapist form the main component of the therapy. Its use for people with schizophrenia as a sole treatment, without medication, has not been evaluated very well, apart from four studies in the early 1970s and 1980s. It is clear from the limited studies available that medication is an important part of any treatment for people with psychotic illnesses and should be used in conjunction with any talking treatments.

Résumé simplifié

Psychothérapie psychodynamique individuelle et psychanalyse dans la schizophrénie et les troubles mentaux sévères

Le traitement psychodynamique est une intervention pouvant être considérée comme une forme de thérapie par la parole. La relation entre la personne sollicitant la thérapie et le thérapeute constitue le composant principal de la thérapie. Son utilisation en tant que traitement unique sans prise de médicaments chez les patients schizophrènes n'a pas été bien évaluée, à l'exception de quatre études réalisées au début des années 1970 et 1980. Les rares études disponibles indiquent clairement que les médicaments constituent une part importante de tout traitement des troubles psychotiques et qu'ils devraient être utilisés en association avec toute thérapie par la parole.

Notes de traduction

Cette revue a été soumise à une évaluation externe par les pairs et une évaluation éditoriale interne.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary