Intervention Review

You have free access to this content

Chest physiotherapy compared to no chest physiotherapy for cystic fibrosis

  1. Louise Warnock1,*,
  2. Alison Gates1,
  3. Cees P van der Schans2

Editorial Group: Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group

Published Online: 4 SEP 2013

Assessed as up-to-date: 5 AUG 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD001401.pub2


How to Cite

Warnock L, Gates A, van der Schans CP. Chest physiotherapy compared to no chest physiotherapy for cystic fibrosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 9. Art. No.: CD001401. DOI: 10.1002/14651858.CD001401.pub2.

Author Information

  1. 1

    Oxford Centre for Respiratory Medicine, The Churchill Hospital, Oxford Adult Cystic Fibrosis Centre, Oxford, UK

  2. 2

    Hanze University Groningen, Groningen, Netherlands

*Louise Warnock, Oxford Adult Cystic Fibrosis Centre, Oxford Centre for Respiratory Medicine, The Churchill Hospital, Old Road, Headington, Oxford, OX3 7LJ, UK. louise.warnock@ouh.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 4 SEP 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chest physiotherapy is widely used in people with cystic fibrosis in order to clear mucus from the airways.

Objectives

To determine the effectiveness and acceptability of chest physiotherapy compared to no treatment or spontaneous cough alone to improve mucus clearance in cystic fibrosis.

Search methods

We searched the Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group Trials Register which comprises references identified from comprehensive electronic database searches and handsearches of relevant journals and abstract books of conference proceedings.

Date of the most recent search of the Group's Cystic Fibrosis Trials Register: 04 February 2013.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised clinical studies in which a form of chest physiotherapy (airway clearance technique) were taken for consideration in people with cystic fibrosis compared with either no physiotherapy treatment or spontaneous cough alone.

Data collection and analysis

Both authors independently assessed study eligibility, extracted data and assessed study quality. There was heterogeneity in the published outcomes, with variable reporting which meant pooling of the data for meta-analysis was not possible.

Main results

The searches identified 144 studies, of which eight cross-over studies (data from 96 participants) met the inclusion criteria. There were differences between studies in the way that interventions were delivered, with several of the intervention groups combining more than one treatment modality. One included study looked at autogenic drainage, six considered conventional chest physiotherapy, three considered oscillating positive expiratory pressure, seven considered positive expiratory pressure and one considered high pressure positive expiratory pressure. Of the eight studies, six were single-treatment studies and in two, the treatment intervention was performed over two consecutive days (once daily in one, twice daily in the other). This enormous heterogeneity in the treatment interventions prevented any meta-analyses from being performed.

Four studies, involving 28 participants, reported a higher amount of expectorated secretions during chest physiotherapy as compared to a control. One study, involving 18 participants, reported no significant differences in sputum weight. In five studies radioactive tracer clearance was used as an outcome variable. In three of these (28 participants) it was reported that chest physiotherapy, including coughing, increased radioactive tracer clearance as compared to the control period. One study (12 participants) reported increased radioactive tracer clearance associated with all interventions compared to control, although this was only reported to have reached significance for postural drainage with percussion and vibrations; and the remaining study (eight participants) reported no significant difference in radioactive tracer clearance between chest physiotherapy, without coughing, compared to the control period. Three studies, involving 42 participants reported no significant effect on pulmonary function variables following intervention; but one further study did report significant improvement in pulmonary function following the intervention in some of the treatment groups.

Authors' conclusions

The results of this review show that airway clearance techniques have short-term effects in the terms of increasing mucus transport. No evidence was found on which to draw conclusions concerning the long-term effects.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chest physiotherapy compared to no chest physiotherapy for cystic fibrosis

The lungs of people with cystic fibrosis produce excess mucus. This leads to repeated infection and tissue damage in the lungs. It is important to clear the mucus using drugs and chest physiotherapy. Physiotherapy clears mucus by different techniques or by using mechanical devices or both. Daily physiotherapy takes a lot of time and trouble. We searched for randomised or quasi-randomised controlled studies and included eight in the review. All the studies were very different and some looked at multiple treatments so we could not perform any statistical analysis of the results. Summarising the findings of these eight studies, we found that methods of clearing the airways have short-term benefits for moving mucus. Three studies measured sputum which had been coughed up and found a higher amount with chest physiotherapy; four studies measured radioactive tracer clearance and found increased clearance with chest physiotherapy. Only one study reported an improvement in lung function in some of the treatment groups; but three other studies who reported this outcome did not find any significant effect from chest physiotherapy. At present there is no clear evidence of long-term effects in chest clearance, quality of life or survival with chest physiotherapy.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La kinésithérapie respiratoire par rapport à l'absence de kinésithérapie respiratoire pour la mucoviscidose

Contexte

La kinésithérapie respiratoire est couramment utilisée chez les personnes atteintes de mucoviscidose afin de dégager le mucus dans les voies respiratoires.

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'acceptabilité de la kinésithérapie respiratoire par rapport à l'absence de traitement ou de la toux spontanée seule pour améliorer l'élimination du mucus dans les cas de mucoviscidose.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué de références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de fascicules de résumés d'actes de congrès.

Date de la recherche la plus récente effectuée dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose: 04 février 2013.

Critères de sélection

Des études cliniques randomisées ou quasi-randomisées dans lesquelles une forme de kinésithérapie respiratoire (technique de dégagement des voies respiratoires) a été prise en compte chez des personnes atteintes de mucoviscidose, en comparaison avec l'absence de traitement ou la toux spontanée seule.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité des études, extrait les données et évalué la qualité méthodologique des études. Il y avait de l'hétérogénéité dans les résultats publiés, avec des consignations variables rendant impossible le regroupement des données pour la méta-analyse.

Résultats Principaux

Les recherches ont identifié 144 études, dont huit études croisées (données issues de 96 participants) remplissaient les critères d'inclusion. Il y avait des différences entre les études dans la manière dont les interventions ont été réalisées, avec plusieurs des groupes d'intervention associant plus d'une modalité de traitement. Une étude incluse a examiné le drainage autogène, six ont examiné la kinésithérapie respiratoire conventionnelle, trois ont pris en compte la pression expiratoire positive oscillante, sept la pression expiratoire positive et une la haute pression expiratoire positive. Des huit études, six étudiaient un seul traitement et dans deux études, l'intervention thérapeutique a été réalisé sur deux jours consécutifs (une fois par jour dans une, deux fois par jour dans l'autre). Cette énorme hétérogénéité dans les interventions thérapeutiques a empêché la réalisation de toute méta-analyse.

Quatre études, portant sur 28 participants, rapportaient une plus grande quantité de sécrétions expectorées au cours de la kinésithérapie respiratoire par rapport au groupe témoin. Une étude, portant sur 18 participants, n'a rapporté aucune différence significative dans la masse des expectorations. Dans cinq études la clairance d'un traceur radioactif a été utilisée en tant que variable de résultat. Dans trois de ces études (28 participants), il a été rapporté que la kinésithérapie respiratoire, y compris la toux, augmentait la clairance du traceur radioactif par rapport à la période de contrôle. Une étude (12 participants) a rapporté une augmentation de la clairance du traceur radioactif associée à toutes les interventions par rapport au groupe témoin, bien que l'atteinte de la significativité n'était rapportée qu'avec le drainage postural avec percussion et vibrations et la dernière étude (huit participants) ne rapportait aucune différence significative en terme de clairance du traceur radioactif entre la kinésithérapie respiratoire, sans la toux, par rapport à la période de contrôle. Trois études, portant sur 42 participants ne rapportaient aucun effet significatif sur les variables de la fonction pulmonaire après l'intervention; mais une étude supplémentaire a rapporté une amélioration significative de la fonction pulmonaire après l'intervention dans certains groupes de traitement.

Conclusions des auteurs

Les résultats de cette revue montrent que les techniques de dégagement des voies respiratoires ont des effets à court terme en termes d'augmentation de transport du mucus. Aucune preuve n'a été trouvée pour tirer des conclusions concernant les effets à long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La kinésithérapie respiratoire par rapport à l'absence de kinésithérapie respiratoire pour la mucoviscidose

La kinésithérapie respiratoire par rapport à l'absence de kinésithérapie respiratoire pour la mucoviscidose

Les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose produisent un surplus de mucus. Cela conduit à des infections répétées et à des lésions tissulaires dans les poumons. Il est important de dégager le mucus par l'utilisation de médicaments et par la kinésithérapie respiratoire. La kinésithérapie nettoie le mucus par différentes techniques ou par l'utilisation de dispositifs mécaniques ou les deux. Lutilisation quotidienne de la kinésithérapie prend beaucoup de temps et occasionne des difficultés. Nous avons recherché des études contrôlées randomisées ou quasi-randomisées et en avons inclus huit dans la revue. Toutes les études étaient très différentes et certaines étudiaient des traitements multiples de sorte que nous n'avons pas pu réaliser une analyse statistique des résultats. En résumant les résultats de ces huit études, nous avons trouvé que les méthodes de dégagement des voies respiratoires ont des effets bénéfiques à court terme pour mobiliser le mucus. Trois études mesuraient l'expectoration qui avait été évacuée et ont trouvé une quantité plus élevée avec la kinésithérapie respiratoire; quatre études ont mesuré la clairance d'un traceur radioactif et en ont observé l'augmentation avec la kinésithérapie respiratoire. Une seule étude rapportait une amélioration de la fonction pulmonaire chez certains groupes de traitement; mais trois autres études qui rapportaient ce critère de jugement n'ont trouvé aucun effet significatif de la kinésithérapie respiratoire. À l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve solide d'effets à long terme dans le désencombrement pulmonaire, la qualité de vie ou la survie avec la kinésithérapie respiratoire.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th December, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�