Intervention Review

Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia

  1. James Tacklind1,*,
  2. Roderick MacDonald2,
  3. Indy Rutks3,
  4. Judith U Stanke4,
  5. Timothy J Wilt2

Editorial Group: Cochrane Prostatic Diseases and Urologic Cancers Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 27 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001423.pub3


How to Cite

Tacklind J, MacDonald R, Rutks I, Stanke JU, Wilt TJ. Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD001423. DOI: 10.1002/14651858.CD001423.pub3.

Author Information

  1. 1

    Minneapolis Veterans Affairs Medical Center, Center for Chronic Disease Outcomes Research (111-0), Minneapolis, MN, USA

  2. 2

    VAMC, General Internal Medicine (111-0), Minneapolis, MN, USA

  3. 3

    VAMC, Department of Internal Medicine (111-0), Minneapolis, Minnesota, USA

  4. 4

    University of Minnesota, Bio-Medical Library, Minneapolis, Minnesota, USA

*James Tacklind, Center for Chronic Disease Outcomes Research (111-0), Minneapolis Veterans Affairs Medical Center, One Veterans Drive, Minneapolis, MN, 55417, USA. james.tacklind@va.gov. tackl001@umn.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Benign prostatic hyperplasia (BPH) is a nonmalignant enlargement of the prostate, which can lead to obstructive and irritative lower urinary tract symptoms (LUTS). The pharmacologic use of plants and herbs (phytotherapy) for the treatment of LUTS associated with BPH is common. The extract of the berry of the American saw palmetto, or dwarf palm plant, Serenoa repens (SR), which is also known by its botanical name of Sabal serrulatum, is one of several phytotherapeutic agents available for the treatment of BPH.

Objectives

This systematic review aimed to assess the effects and harms of Serenoa repens in the treatment of men with LUTS consistent with BPH.

Search methods

We searched for trials in general and in specialized databases, including the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE®, EMBASE, CINAHL®, Web of Science, SCOPUS, BIOSIS Previews®, LILACS, ClinicalTrials.gov, Controlled-Trials.com, World Health Organization (WHO), and Google Scholar. We also handsearched systematic reviews, references, and clinical practice guidelines. There were no language restrictions.

Selection criteria

Trials were eligible if they randomized men with symptomatic BPH to receive preparations of SR (alone or in combination) for at least four weeks in comparison with placebo or other interventions, and included clinical outcomes, such as urologic symptom scales, symptoms, and urodynamic measurements. Eligibility was assessed by at least two independent observers (JT, RM).

Data collection and analysis

One review author (JT) extracted Information on patients, interventions, and outcomes which was then checked by another review author (RM). The main outcome measure for comparing the effectiveness of SR with active or inert controls was change in urologic symptom-scale scores, with validated scores taking precedence over non validated ones. Secondary outcomes included changes in nocturia and urodynamic measures. The main outcome measure for harms was the number of men reporting side effects.

Main results

In a meta-analysis of two high quality long-term trials (n = 582), Serenoa repens therapy was not superior to placebo in reducing LUTS based on the AUA (mean difference (MD) 0.25 points, 95% confidence interval (CI) -0.58 to 1.07). A 72 week trial with high quality evidence, using the American Urological Association Symptom Score Index, reported that SR was not superior to placebo at double and triple doses. In the same trial the proportions of clinical responders (≥ three-point improvement) were nearly identical (42.6% and 44.2% for SR and placebo, respectively), and not significant (RR 0.96, 95% CI 0.76 to 1.22).

This update, which did not change our previous conclusions, included two new trials with 444 additional men, an 8.5% (5666/5222) increase from our 2009 updated review, and a 28.8% (1988/1544) increase for our main comparison, SR monotherapy versus placebo control (17 trials). Overall, 5666 men were assessed from 32 randomized, controlled trials, with trial lengths from four to 72 weeks. Twenty-seven trials were double blinded and treatment allocation concealment was adequate in 14.

In a trial of high quality evidence (N = 369), versus placebo, SR did not significantly decrease nightly urination on the AUA Nocturia scale (range zero to five) at 72 weeks follow-up (one-sided P = 0.19).

The three high quality, moderate-to-long term trials found peak urine flow was not improved with Serenoa repens compared with placebo (MD 0.40 mL/s, 95% CI -0.30 to 1.09).

Comparing prostate size (mean change from baseline), one high quality 12-month trial (N = 225) reported no significant difference between SR and placebo (MD -1.22 cc, 95% CI -3.91 to 1.47).

Authors' conclusions

Serenoa repens, at double and triple doses, did not improve urinary flow measures or prostate size in men with lower urinary tract symptoms consistent with BPH.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia

Benign prostatic hyperplasia (BPH) is the nonmalignant enlargement of the prostate gland that is caused by an increase in volume of epithelial (top layer of tissue that line cavities and surfaces of the body) and stromal (connective tissue) cells. This increase in cells can, over time, create fairly large, discrete nodules in the periurethral region of the prostate, and in turn can restrict the urethral canal causing partial or complete blockage.

The use of plants and herbs (phytotherapy) for the treatment of lower urinary tract symptoms associated with BPH is common and has been growing steadily in most Western countries. The extract of the berry of the American saw palmetto, or dwarf palm plant, Serenoa repens (SR), which is also known by its botanical name of Sabal serrulatum, is one of several phytotherapeutic agents available for the treatment of BPH.

The update of this review included 32 randomized controlled trials involving 5666 men.

Compared with placebo, Serenoa repens, at double and triple the usual dose, provides no improvement for nocturia, peak urine flow, and symptom scores for men with benign prostatic hyperplasia.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Serenoa repens pour l'hypertrophie bénigne de la prostate

Contexte

L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une augmentation non cancéreuse du volume de la prostate, susceptible d'entraîner des symptômes obstructifs et irritatifs des voies urinaires inférieures (LUTS). L'utilisation pharmacologique des plantes et fines herbes (phytothérapie) pour le traitement des symptômes obstructifs et irritatifs des voies urinaires inférieures (LUTS) liés à une HBP est courante. L'extrait de baie du chou palmiste ou palmier nain Serenoa repens (SR), qui est également connu sous le nom botanique de Sabal serrulatum, est l'un des agents phytothérapeutiques disponibles pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

Objectifs

Cette revue systématique avait pour objectif d'évaluer les effets bénéfiques et délétères du Serenoa repens dans le traitement des hommes présentant des symptômes obstructifs et irritatifs des voies urinaires inférieures (LUTS) correspondant à une HBP.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons recherché des essais dans les bases de données générales et dans les bases de données spécialisées, notamment dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE®, EMBASE, CINAHL®, Web of Science, SCOPUS, BIOSIS Previews®, LILACS, ClinicalTrials.gov, Controlled-Trials.com, Organisation mondiale de la santé (OMS), et Google Scholar. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans des revues systématiques, des bibliographies et dans les recommandations pour la pratique clinique. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Les essais étaient éligibles s'ils randomisaient des hommes atteints d'une HBP symptomatique afin de leur administrer des préparations de SR (seule ou en association) pendant au moins quatre semaines comparativement à un placebo ou à d'autres interventions, et s'ils comportaient des critères de jugement cliniques, tels que des échelles de symptômes urologiques, les symptômes et les mesures urodynamiques. Au moins deux observateurs indépendants (JT, RM) ont évalué l'éligibilité.

Recueil et analyse des données

Un auteur de la revue (JT) a extrait les informations concernant les patients, les interventions et les résultats qui ont ensuite été vérifiées par un autre auteur de la revue (RM). Le critère de jugement principal pour comparer l'efficacité de SR avec des témoins actifs ou inertes était une modification des scores obtenus avec l'échelle des symptômes urologiques, les scores validés prévalant sur les scores non validés. Les critères de jugement secondaires étaient notamment les modifications de la nycturie et les mesures urodynamiques. Le critère de jugement principal en ce qui concerne les effets délétères était le nombre d'hommes ayant signalé des effets secondaires.

Résultats Principaux

Dans une méta-analyse de deux essais à long terme de qualité élevée (n = 582), le traitement par Serenoa repens n'a pas fait preuve de supériorité comparativement au placebo pour réduire les symptômes LUTS, d'après les scores de l'Association américaine d'urologie (AUA) (différence moyenne (DM) = 0,25 points, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,58 à 1,07). Un essai de 72 semaines comportant des preuves de qualité élevée avec utilisation de l'indice de scores des symptômes de l'Association américaine d'urologie a montré que le SR n'était pas supérieur au placebo à des doses doubles et triples. Dans le même essai, les proportions de répondeurs cliniques (amélioration ≥ trois points) étaient presque identiques (42,6 % et 44,2 % pour SR et placebo, respectivement), et non significatifs (RR = 0,96, IC à 95 % de 0,76 à 1,22).

Cette mise à jour, qui n'a pas modifié nos précédentes conclusions, comprenait deux nouveaux essais avec 444 hommes supplémentaires, soit une augmentation de 8,5 % (5666/5222) par rapport à notre revue mise à jour en 2009 et une augmentation de 28,8 % (1988/1544) pour notre comparaison principale, SR en monothérapie versus placebo (17 essais). Dans l'ensemble, 5 666 hommes ont été évalués dans 32 essais contrôlés randomisés, d'une durée allant de quatre à 72 semaines. Vingt-sept essais étaient en double aveugle et l'assignation secrète du traitement était adéquate dans 14 d'entre eux.

Dans un essai comportant des preuves de qualité élevée (N = 369), versus placebo, le SR n'a pas entraîné de diminution significative des mictions nocturnes sur l'échelle d'évaluation de la nycturie de l'AUA (échelle de zéro à cinq) à 72 semaines de suivi (P unilatéral = 0,19).

Les trois essais de qualité élevée, sur une durée à moyen terme ou à long terme n'ont pas trouvé d'amélioration du débit urinaire maximal avec Serenoa repens comparativement au placebo (DM = 0,40 ml/s, IC à 95 % de -0,30 à 1,09).

En ce qui concerne la comparaison du volume de la prostate (variation moyenne par rapport au départ), un essai de qualité élevée sur 12 mois (N = 225) n'a rapporté aucune différence significative entre le SR et le placebo (DM = -1,22 cc, IC à 95 % de -3,91 à 1,47).

Conclusions des auteurs

Le Serenoa repens, à des doses doubles et triples, n'a pas amélioré les mesures du débit urinaire ou du volume de la prostate chez les hommes présentant des symptômes des voies urinaires inférieures correspondant à une HBP.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Serenoa repens pour l'hypertrophie bénigne de la prostate

Serenoa repens pour l'hypertrophie bénigne de la prostate

L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une augmentation non cancéreuse du volume de la prostate provoquée par une augmentation du volume des cellules épithéliales (couche supérieure de tissu qui tapisse les cavités de l'organisme et recouvre la surface du corps) et des cellules stromales (tissu conjonctif). Au fil du temps, cette augmentation de cellules peut créer dans la région péri-urétrale de la prostate des nodules isolés assez grands, qui à leur tour, sont susceptibles d'induire un rétrécissement du canal de l'urètre provoquant une obstruction partielle ou complète.

L'utilisation de plantes et de fines herbes (phytothérapie) pour le traitement des symptômes des voies urinaires inférieures associés à une HBP est courante et n'a cessé de croître dans la plupart des pays occidentaux. L'extrait de baie du chou palmiste ou palmier nain Serenoa repens (SR), qui est également connu sous le nom botanique de Sabal serrulatum, est l'un des agents phytothérapeutiques disponibles pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

La mise à jour de cette revue a inclus 32 essais contrôlés randomisés portant sur 5 666 hommes.

Comparativement au placebo, le Serenoa repens, administré une dose deux à trois fois supérieures à la dose habituelle, n'apporte aucune amélioration de la nycturie, du débit urinaire maximal, et des scores de symptômes chez les hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�