Get access

Single dose oral dextropropoxyphene, alone and with paracetamol (acetaminophen), for postoperative pain

  • Review
  • Intervention

Authors


Maura Moore, Pain Research and Nuffield Department of Anaesthetics, University of Oxford, West Wing (Level 6), John Radcliffe Hospital, Oxford, Oxfordshire, OX3 9DU, UK. maura.moore@pru.ox.ac.uk.

Abstract

Background

This is an updated version of the original Cochrane review published in Issue 1, 1999. Patient surveys have shown that postoperative pain is often not managed well, and there is a need to assess the efficacy and safety of commonly used analgesics as newer treatments become available. Dextropropoxyphene is one example of an opioid analgesic that used to be widely prescribed for pain relief in combination with paracetamol under names such as Co-proxamol and Distalgesic. This drug is now only available on a named patient basis in the UK. For this group there is a provision for the supply of unlicensed co-proxamol on the responsibility of the prescriber.

Objectives

To determine the analgesic efficacy and adverse effects of single dose oral dextropropoxyphene alone and in combination with paracetamol (acetaminophen) for moderate to severe postoperative pain.

Search methods

Published studies were identified from: MEDLINE, EMBASE, Cochrane CENTRAL up to December 2007, and the Oxford Pain Relief Database (1954 to 1994).

Selection criteria

The inclusion criteria used were: full journal publication, postoperative pain, postoperative oral administration, adult participants, baseline pain of moderate to severe intensity, double-blind design, and random allocation to treatment groups which included dextropropoxyphene and placebo or a combination of dextropropoxyphene plus paracetamol and placebo.

Data collection and analysis

Data were extracted by two review authors, and studies were quality scored.

Summed pain intensity and pain relief data were extracted and converted into dichotomous information to yield the number of participants with at least 50% pain relief. This was used to calculate the relative benefit and number-needed-to-treat-to-benefit (NNT) for one participant to achieve at least 50% pain relief.

Main results

Eleven studies met the inclusion criteria. Six studies (440 participants) compared dextropropoxyphene with placebo, four studies (325 participants) and one individual patient meta-analysis (638 participant) compared dextropropoxyphene plus paracetamol 650 mg with placebo.

For a single dose of dextropropoxyphene 65 mg in postoperative pain the NNT for at least 50% pain relief was 7.7 (95% confidence interval (CI) 4.6 to 22) when compared with placebo over four to six hours. There was no significant difference between the proportion of participants remedicating within four to eight hours with dextroporpoxyphene 65 mg (35%) and placebo (43%), relative risk 0.8 (0.7 to 1.03).

For the equivalent dose of dextropropoxyphene combined with paracetamol 650 mg the NNT was 4.4 (3.5 to 5.6) when compared with placebo. These results were compared with those for other analgesics obtained from equivalent systematic reviews. Significantly fewer participants remedicated within four to eight hours with dextropropoxyphene 65 mg combined with paracetamol 650 mg (34%) than with placebo (57%), relative risk 0.7 (0.5 to 0.8).

Pooled data showed increased incidence of central nervous system adverse effects for dextropropoxyphene plus paracetamol compared with placebo.

Authors' conclusions

Since the last version of this review no new relevant studies have been identified. The combination of dextropropoxyphene 65 mg with paracetamol 650 mg shows similar efficacy to tramadol 100 mg for single dose studies in postoperative pain but with a lower incidence of adverse effects. The same dose of paracetamol combined with 60 mg codeine appears more effective but, with the slight overlap in the 95% CI, this conclusion is not robust. Adverse effects of both combinations were similar.

Ibuprofen 400 mg has a lower (better) NNT than both dextropropoxyphene 65 mg plus paracetamol 650 mg and tramadol 100 mg.

Résumé scientifique

Dose unique de dextropropoxyphène oral, seul et avec du paracétamol (acétaminophène) contre la douleur postopératoire

Contexte

Cette revue est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 1, 1999. Des enquêtes auprès de patients ont montré que la douleur postopératoire n'est souvent pas bien prise en charge. Il est donc nécessaire d'évaluer l'efficacité et l'innocuité d'analgésiques couramment utilisés à mesure que de nouveaux traitements sont disponibles. Le dextropropoxyphène est un exemple d'analgésique opioïde qui était largement prescrit pour soulager la douleur, en association à du paracétamol, sous des noms tels que Co-proxamol et Distalgesic. Ce médicament est aujourd'hui disponible sur ordonnance nominative  au Royaume-Uni. Pour ce groupe, il existe une clause pour la fourniture de co-proxamol non breveté sous la responsabilité du médecin prescripteur.

Objectifs

Déterminer l'efficacité analgésique et les effets indésirables du dextropropoxyphène oral en dose unique, seul et en association à du paracétamol (acétaminophène), contre la douleur postopératoire modérée à sévère.

Stratégie de recherche documentaire

Des études publiées ont été identifiées dans : MEDLINE, EMBASE, le registre CENTRAL Cochrane jusqu'en décembre 2007 et dans l'Oxford Pain Relief Database (de 1954 à 1994).

Critères de sélection

Les critères d'inclusion utilisés étaient : publication intégrale de la revue, douleur postopératoire, administration orale postopératoire, participants adultes, douleur à l'inclusion d'intensité modérée à sévère, plan d'étude en double aveugle et assignation aléatoire dans les groupes de traitement qui incluaient du dextropropoxyphène et un placebo ou une association de dextropropoxyphène plus paracétamol et placebo.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait les données et noté la qualité des études.

Les données d'intensité de la douleur et de soulagement de la douleur additionnées ont été extraites et transformées en information dichotomique pour produire le nombre de participants ayant ressenti un soulagement de la douleur d'au moins 50 %. Cette donnée a été utilisée pour calculer le bénéfice relatif et le nombre de sujets à traiter pour obtenir un bénéfice du traitement (NST), pour qu'un participant obtienne un soulagement de la douleur d'au moins 50 %.

Résultats principaux

Onze études étaient conformes aux critères d'inclusion. Six études (440 participants) comparaient le dextropropoxyphène à un placebo et quatre études (325 participants) et une méta-analyse de données individuelles (638 participants) comparaient le dextropropoxyphène plus 650 mg de paracétamol à un placebo.

Pour une dose unique de 65 mg de dextropropoxyphène contre la douleur postopératoire, le NST pour qu'un patient atteigne un soulagement de la douleur d'au moins 50 % était de 7,7 (intervalle de confiance (IC) de 95 % entre 4,6 et 22) par rapport au placebo pendant quatre à six heures. Aucune différence significative n'a été observée entre la proportion de participants prenant une nouvelle dose de médicament quatre à huit heures plus tard avec 65 mg de dextropropoxyphène (35 %) et avec le placebo (43 %), risque relatif 0,8 (0,7 à 1,03).

Pour une dose équivalente de dextropropoxyphène associée à 650 mg de paracétamol, le NST était de 4,4 (3,5 à 5,6) par rapport au placebo. Ces résultats ont été comparés avec ceux d'autres analgésiques obtenus dans des revues systématiques équivalentes. Significativement moins de participants ont pris une nouvelle dose de médicament quatre à huit heures plus tard avec 65 mg de dextropropoxyphène plus 650 mg de paracétamol (34 %) qu'avec un placebo (57 %), risque relatif 0,7 (0,5 à 0,8).

Les données combinées révèlent une augmentation de l'incidence des effets indésirables du système nerveux central pour le dextropropoxyphène plus le paracétamol par rapport au placebo.

Conclusions des auteurs

Depuis la dernière version de cette revue aucune étude pertinente n'a été identifiée. L'association de 65 mg de dextropropoxyphène à 650 mg de paracétamol s'avère aussi efficace que 100 mg de tramadol pour les études de dose unique, en douleur postopératoire, mais avec une incidence moindre d'effets indésirables. La même dose de paracétamol associée à 60 mg de codéine semble être plus efficace, mais avec le léger chevauchement de l'IC à 95 %, cette conclusion n'est pas solide. Les effets indésirables des deux associations étaient similaires.

400 mg d'ibuprofène donne un NST plus faible (meilleur) que 65 mg de dextropropoxyphène plus 650 mg de paracétamol et que 100 mg de tramadol.

Plain language summary

Dextropropoxyphene in a single dose taken on its own and also with paracetamol to treat postoperative pain

This review assessed the analgesic efficacy and adverse effects that single dose oral dextropropoxyphene taken alone or in combination with paracetamol had in treating moderate to severe postoperative pain. The combination of dextropropoxyphene 65 mg with paracetamol 650 mg showed similar efficacy to that of tramadol 100 mg for single dose studies in postoperative pain but with a lower incidence of side effects. This review also highlighted that Ibuprofen 400 mg was yet more effective than both tramadol 100 mg and dextropropoxyphene 65 mg.

Résumé simplifié

Le dextropropoxyphène en dose unique pris seul et avec du paracétamol pour traiter la douleur postopératoire

Cette revue analysait l'efficacité analgésique et les effets indésirables du dextropropoxyphène en dose unique pris seul ou avec du paracétamol pour traiter la douleur postopératoire modérée à sévère. L'association de 65 mg de dextropropoxyphène à 650 mg de paracétamol s'est avérée aussi efficace que 100 mg de tramadol, pour les études de dose unique, contre la douleur postopératoire, mais avec une incidence moindre d'effets secondaires. Cette revue a également mis en évidence que 400 mg d'ibuprofène était encore plus efficace que 100 mg de tramadol et que 65 mg de dextropropoxyphène.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français