Intervention Review

Routine ultrasound in late pregnancy (after 24 weeks' gestation)

  1. Leanne Bricker1,*,
  2. James P Neilson2,
  3. Therese Dowswell3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 8 OCT 2008

Assessed as up-to-date: 27 MAY 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD001451.pub3


How to Cite

Bricker L, Neilson JP, Dowswell T. Routine ultrasound in late pregnancy (after 24 weeks' gestation). Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 4. Art. No.: CD001451. DOI: 10.1002/14651858.CD001451.pub3.

Author Information

  1. 1

    Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Liverpool, UK

  2. 2

    The University of Liverpool, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

  3. 3

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

*Leanne Bricker, Liverpool Women's NHS Foundation Trust, Crown Street, Liverpool, L8 7SS, UK. leanne.bricker@lwh.nhs.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 OCT 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Diagnostic ultrasound is used selectively in late pregnancy where there are specific clinical indications. However, the value of routine late pregnancy ultrasound screening in unselected populations is controversial. The rationale for such screening would be the detection of clinical conditions which place the fetus or mother at high risk, which would not necessarily have been detected by other means such as clinical examination, and for which subsequent management would improve perinatal outcome.

Objectives

To assess the effects on obstetric practice and pregnancy outcome of routine late pregnancy ultrasound, defined as greater than 24 weeks' gestation, in women with either unselected or low-risk pregnancies.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (February 2008).

Selection criteria

All acceptably controlled trials of routine ultrasound in late pregnancy (defined as after 24 weeks).

Data collection and analysis

All three review authors were involved in assessing trial quality and data extraction.

Main results

Eight trials recruiting 27,024 women were included. The quality of trials overall was satisfactory. There was no difference in antenatal, obstetric and neonatal intervention or morbidity in screened versus control groups. There was a slightly higher caesarean section rate in the screened group, but this difference did not reach statistical significance. Routine late pregnancy ultrasound was not associated with improvements in overall perinatal mortality. Placental grading as an adjunct to third trimester examination scan was associated with a significant reduction in the stillbirth rate in the one trial that assessed it. There is little information on long-term substantive outcomes such as neurodevelopment. There is a lack of data on maternal psychological effects.

Authors' conclusions

Based on existing evidence, routine late pregnancy ultrasound in low-risk or unselected populations does not confer benefit on mother or baby. It may be associated with a small increase in caesarean section rates. There is a lack of data about the potential psychological effects of routine ultrasound in late pregnancy, and limited data about its effects on both short- and long-term neonatal and childhood outcome. Placental grading in the third trimester may be valuable, but whether reported results are reproducible remains to be seen, and future research of late pregnancy ultrasound should include evaluation of placental textural assessment.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Routine ultrasound in late pregnancy (after 24 weeks' gestation)

Ultrasound can be used in late pregnancy to assess the baby's condition when there are complications, but carrying out scans on all women is controversial. Scans can be used in late pregnancy to detect problems which may not otherwise be apparent, such as abnormalities in the placenta, in the fluid surrounding the baby, or in the baby's growth. If such problems are identified this may lead to changes in care and improved outcome for babies. At the same time, screening all women may mean that interventions are increased without benefit to mothers or babies. Scans are popular, but women may not fully understand the purpose of their scan and may be either falsely reassured or unprepared for adverse findings. Based on existing evidence, routine ultrasound, after 24 weeks gestation, in low-risk or unselected women does not provide any benefit for mother or baby. Eight studies that randomised 27,024 women to screening or a control group (no or selective ultrasound, or ultrasound with concealed results) contributed to the review. The quality of trials was satisfactory. There were no differences between groups in the rates of women having additional scans, antenatal admissions, preterm delivery, induction of labour, or instrumental deliveries although the rate of caesarean section increased slightly with screening. For babies, birthweight, condition at birth, interventions such as resuscitation, and admission to special care were similar between groups. Infant survival, with or without congenital abnormalities, was no different with and without routine screening, and childhood development at eight to nine years was similar in the three trials that measured it. None of the trials reported on psychological effects for mothers of routine ultrasound in late pregnancy.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

L'échographie de routine en fin de grossesse (après 24 semaines de gestation)

Contexte

L'échographie diagnostique est utilisée de façon sélective en fin de grossesse quand il y a des indications cliniques précises. Toutefois, la valeur de l'échographie de routine en fin de grossesse dans les populations non sélectionnées est controversée. La raison pour un tel dépistage serait la détection d'états cliniques présentant un risque élevé pour le fœtus ou la mère, qui n'auraient pas nécessairement été détectés par d'autres moyens tels que l'examen clinique et pour lesquels la prise en charge ultérieure permettrait d'améliorer les résultats périnataux.

Objectifs

Évaluer les effets de l'échographie de routine en fin de grossesse, c.-à-d à plus de 24 semaines de gestation, sur la pratique obstétricale et l'issue de la grossesse chez les femmes non sélectionnées ou à faible risque.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (février 2008).

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés de façon acceptable sur l'échographie de routine en fin de grossesse (c.-à-d après 24 semaines).

Recueil et analyse des données

Les trois auteurs de la revue ont été impliqués dans l'évaluation de la qualité des essais et l'extraction des données.

Résultats Principaux

Huit essais impliquant 27 024 participants ont été inclus. Dans l'ensemble, la qualité des essais était satisfaisante. Il n'y avait pas de différence quant aux interventions ou à la morbidité prénatales, obstétricales et néonatales, entre les groupes de dépistage et de contrôle. Il y avait un taux légèrement supérieur de césariennes dans le groupe de dépistage, mais cette différence n'atteignait pas un niveau statistiquement significatif. L'échographie de routine en fin de grossesse n'était pas associée à des améliorations de la mortalité périnatale globale. La classification placentaire en complément de l'échographie du trimestre troisième était associée à une réduction significative du taux de mortinatalité dans le seul essai qui l'avait évaluée. Il y a peu d'informations sur les critères importants de long terme tels que le développement neurologique. Nous avons constaté un manque de données sur les effets psychologiques au niveau de la mère.

Conclusions des auteurs

D'après les données existantes, l'échographie de routine en fin de grossesse dans les populations non sélectionnées ou à faible risque ne confère aucun bénéfice à la mère ou au bébé. Elle peut être associée à une légère augmentation des taux de césariennes. On manque de données sur les éventuels effets psychologiques de l'échographie de routine en fin de grossesse, et les données sont limitées concernant ses conséquences à court et long terme, à la naissance et durant l'enfance. Le classement placentaire dans le troisième trimestre pourrait être utile, mais il faudra voir si les résultats rapportés sont reproductibles, et la recherche future sur l'échographie en fin de grossesse devrait inclure l'évaluation de la texture placentaire.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

L'échographie de routine en fin de grossesse (après 24 semaines de gestation)

L'échographie de routine en fin de grossesse (après 24 semaines de gestation)

L'échographie peut être utilisée en fin de grossesse afin d'évaluer l'état du bébé quand il y a des complications, mais son utilisation pour toutes les femmes est controversée. L'échographie peut être utilisée en fin de grossesse pour détecter des problèmes qui autrement ne seraient pas perçus, tels que des anomalies au niveau du placenta, du liquide amniotique ou de la croissance du bébé. Si de tels problèmes sont identifiés, cela peut conduire à des changements dans les soins et à une amélioration des résultats pour le bébé. D'un autre côté, le dépistage appliqué à toutes les femmes signifie une augmentation des interventions qui pourrait être sans bénéfice pour les mères ou les bébés. L'échographie est populaire, mais les femmes ne comprennent pas forcément complètement le but de l'examen et risquent d'être soit faussement rassurées, soit mal préparées à des résultats défavorables. D'après les données existantes, l'échographie de routine, après 24 semaines de grossesse, chez les femmes non sélectionnées ou à faible risque n'est d'aucun bénéfice pour la mère ou le bébé. Huit études ayant randomisé 27 024 femmes entre dépistage et groupe témoin (pas d'échographie, échographie sélective ou échographie avec résultats cachés) ont contribué à la revue. La qualité des essais était satisfaisante. Il n'y avait pas de différences entre les groupes quant aux taux de femmes ayant fait l'objet d'examens échographiques supplémentaires, aux admissions prénatales, aux accouchements prématurés, aux inductions du travail ou aux accouchements instrumentaux, bien que le taux de césarienne ait légèrement augmenté avec le dépistage. Pour les bébés, le poids de naissance, l'état ​​à la naissance, les interventions comme la réanimation et l'admission en soins spécialisés étaient similaires entre les groupes. La survie infantile, avec ou sans anomalies congénitales, n'était pas différente avec et sans dépistage systématique, et l'état de développement à huit à neuf ans était similaire dans les trois essais qui l'avaient mesuré. Aucun des essais n'avait rendu compte des effets psychologiques pour la mère de l'échographie de routine en fin de grossesse.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

懷孕後期(妊娠24週之後)的例行性超音波

懷孕後期有特定臨床狀況時,可選擇性使用診斷式超音波。不過,對於所有對象進行懷孕後期例行性超音波的價值有所爭議。這類篩檢的理論在於偵測一些無法由其他臨床檢查所發現之高風險的母親或胎兒,以協助後續處置改善生產前後的預後

目標

了評估非特定或低風險孕婦,懷孕後期(定義是妊娠24週之後 進行例行性超音波的產科實務和懷孕結果的預後

搜尋策略

我們搜尋Cochrane Pregnancy和Childbirth Group's Trials Register (2008年2月)

選擇標準

懷孕後期(定義是妊娠24週之後)進行例行性超音波的可接受之控制試驗

資料收集與分析

3位回顧作者參與評估試驗品質與摘錄資料

主要結論

納入8篇試驗、27,024名婦女,整體試驗品質是滿意的。篩檢組與對照組相比,在產前介入、產科介入、新生兒介入、或發病率之間並無差異。篩檢組的剖腹產率略高,但是未達統計上有意義的差異。懷孕後期進行例行性超音波並不會改善整體的生產前後死亡率。有一篇試驗提到,於第3懷孕期例行性超音波掃描時輔助使用胎盤分級(Placental grading)可顯著降低死產之機會。有關長期預後(例如神經發展)的資料極少。缺乏有關母親心理影響的資料

作者結論

根據現有之證據,低風險或非特定對象在懷孕後期進行例行性超音波並不會對母親或嬰兒有所幫助,且和剖腹產率略為增加有關。缺乏懷孕後期進行例行性超音波對於母親心理面的影響的資料,對於新生兒和孩童之短期與長期預後的資料有限。第3懷孕期使用胎盤分級或許有其價值,但是,是否有如同報告的結果還有待觀察,未來關於懷孕後期進行例行性超音波的研究應該包括評估胎盤品質

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

懷孕後期可以使用超音波評估胎兒的併發症等狀況,但是,對所有婦女皆進行掃描則有所爭議。用於懷孕後期的掃描有助於偵測其他方式未察覺的問題,例如胎盤上的異常、羊水或胎兒生長問題等。如果發現這些問題,則可進行適當照護並改善嬰兒的結果,同時,對所有婦女皆進行篩檢並不會增加母親或嬰兒的好處。掃描相當普遍,但是婦女們可能未充分瞭解掃描之目的,也未確定可能有偽陽性或未準備好面對不良結果。根據現有的證據,妊娠24週之後對所有婦女進行例行性超音波,對母親或嬰兒並不會有幫助。8篇試驗、27,024名婦女,篩檢組與對照組(沒有超音波檢查、或選擇性超音波檢查、或進行超音波檢查但未告知結果)納入分析。試驗品質令人滿意。兩組在接受額外掃描、產前住院、早產、引產、或器械生產方面並無差異,不過篩檢組的剖腹產率略高。對於嬰兒而言,生出體重、出生時狀況、復甦等介入、住進特殊照護病房等,在兩組之間差不多。嬰兒存活率(不論有無先天異常)在有無例行性篩檢之間並無差異,有3篇試驗檢視8 – 9歲時的孩童期發展,發現結果無差異。沒有試驗提及懷孕後期使用超音波對於母親心理面的影響