Intervention Review

You have free access to this content

Postnatal phenobarbital for the prevention of intraventricular haemorrhage in preterm infants

  1. Elisa Smit1,
  2. David Odd2,*,
  3. Andrew Whitelaw1

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 13 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 17 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001691.pub3


How to Cite

Smit E, Odd D, Whitelaw A. Postnatal phenobarbital for the prevention of intraventricular haemorrhage in preterm infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD001691. DOI: 10.1002/14651858.CD001691.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Bristol, Neonatal Neuroscience, Bristol, UK

  2. 2

    University of Bristol Medical School, Neonatal Intensive Care Unit, Bristol, UK

*David Odd, Neonatal Intensive Care Unit, University of Bristol Medical School, Southmead Hospital, Bristol, BS10 5NB, UK. davidodd@doctors.org.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 13 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Intraventricular haemorrhage (IVH) is a major complication of preterm birth. Large haemorrhages are associated with a high risk of disability and hydrocephalus. Instability of blood pressure and cerebral blood flow are postulated as causative factors. Another mechanism may involve reperfusion damage from oxygen free radicals. Phenobarbital has been suggested as a safe treatment that stabilises blood pressure and may protect against free radicals.

Objectives

To determine the effect of postnatal administration of phenobarbital on the risk of IVH, neurodevelopmental impairment or death in preterm infants.

Search methods

We used the search strategy of the Neonatal Collaborative Review Group. The original review author (A Whitelaw) was an active trialist in this area and had personal contact with many groups in this field. He handsearched journals from 1976 (when cranial computed tomography (CT) scanning started) to October 2000; these included: Pediatrics, Journal of Pediatrics, Archives of Disease in Childhood, Pediatric Research, Developmental Medicine and Child Neurology, Acta Paediatrica, European Journal of Pediatrics, Neuropediatrics, New England Journal of Medicine, Lancet and British Medical Journal. We searched the National Library of Medicine (USA) database (via PubMed) and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, 2012, Issue 10) through to 31 October 2012. We did not limit the searches to the English language, as long as the article included an English abstract. We read identified articles in the original language or translated.

Selection criteria

We included randomised or quasi-randomised controlled trials in which phenobarbital was given to preterm infants identified as being at risk of IVH because of gestational age below 34 weeks, birthweight below 1500 g or respiratory failure. Adequate determination of IVH by ultrasound or CT was also required.

Data collection and analysis

In addition to details of patient selection and control of bias, we extracted the details of the administration of phenobarbital. We searched for the following endpoints: IVH (with grading), posthaemorrhagic ventricular dilation or hydrocephalus, neurodevelopmental impairment and death. In addition, we searched for possible adverse effects of phenobarbitone, for example hypotension, mechanical ventilation, pneumothorax, hypercapnia and acidosis.

Main results

We included 12 controlled trials that recruited 982 infants. There was heterogeneity between trials for the outcome IVH, with three trials finding a significant decrease in IVH and one trial finding an increase in IVH in the group receiving phenobarbital. Meta-analysis showed no difference between the phenobarbital-treated group and the control group in either all IVH (typical risk ratio (RR) 0.91; 95% CI 0.77 to 1.08), severe IVH (typical RR 0.77; 95% CI 0.58 to 1.04), posthaemorrhagic ventricular dilation (typical RR 0.89; 95% CI 0.38 to 2.08), severe neurodevelopmental impairment (typical RR 1.44; 95% CI 0.41 to 5.04) or death before hospital discharge (typical RR 0.88; 95% CI 0.64 to 1.21). There was a consistent trend in the trials towards increased use of mechanical ventilation in the phenobarbital-treated group, which was supported by the meta-analysis (typical RR 1.18; 95% CI 1.06 to 1.32; typical risk difference 0.129; 95% CI 0.04 to 0.21), but there was no significant difference in pneumothorax, acidosis or hypercapnia.

Authors' conclusions

Postnatal administration of phenobarbital cannot be recommended as prophylaxis to prevent IVH in preterm infants and is associated with an increased need for mechanical ventilation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Postnatal phenobarbital for the prevention of intraventricular haemorrhage in preterm infants

Large bleeds in the centre of the brain can cause disability or death in preterm babies. Unstable blood pressure and blood flow to the brain are believed to cause intraventricular haemorrhage (IVH) (bleeding into the fluid-filled cavities of the brain (ventricles). The drug phenobarbital is believed to stabilise blood pressure and, therefore, potentially help prevent IVH. The review of trials found that there was not enough evidence that postnatal phenobarbital is effective in preventing IVH. Furthermore, phenobarbital suppresses breathing in infants who are breathing spontaneously, causing a need for mechanical ventilation.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Phénobarbital postnatal pour la prévention de l'hémorragie intraventriculaire chez les nouveau-nés prématurés

Contexte

L'hémorragie intraventriculaire (HIV) est une complication majeure de l'accouchement prématuré. Les hémorragies importantes sont associées à un risque élevé d'invalidité et d'hydrocéphalie. L'instabilité de la tension artérielle et de la circulation sanguine cérébrale est avancée comme un facteur de causalité. Un autre mécanisme peut mettre en jeu des dommages de reperfusion provoqués par des radicaux libres oxygénés. Il a été suggéré que le phénobarbital était un traitement sûr stabilisant la tension artérielle et pouvant protéger contre les radicaux libres.

Objectifs

Déterminer l'effet de l'administration postnatale de phénobarbital sur le risque de HIV, de trouble du développement neurologique ou de décès chez les prématurés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons utilisé la stratégie de recherche du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie. L'auteur de la revue initiale (A. Whitelaw) était un investigateur actif dans ce secteur et avait des contacts personnels avec de nombreux groupes dans ce domaine. Il a effectué des recherches dans des revues de 1976 (aux débuts de la tomodensitométrie (TDM) crânienne) jusqu'en octobre 2000 ; celles-ci ont inclus : Pediatrics, Journal of Pediatrics, Archives of Disease in Childhood, Pediatric Research, Developmental Medicine and Child Neurology, Acta Paediatrica, European Journal of Pediatrics, Neuropediatrics, New England Journal of Medicine, Lancet et British Medical Journal. Nous avons effectué des recherches dans la base de données de la National Library of Medicine (États-Unis) (via PubMed) et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2012, numéro 10) jusqu'au 31 octobre 2012. Nous n'avons pas limité ces recherches à la langue anglaise dans la mesure où l'article incluait un résumé en anglais. Nous avons lu les articles trouvés dans la langue originale ou traduits.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés dans lesquels du phénobarbital était administré à des prématurés identifiés comme présentant un risque de HIV en raison d'un âge gestationnel inférieur à 34 semaines, d'un poids de naissance de moins de 1 500 g ou d'une insuffisance respiratoire. Une détermination adéquate de la HIV par échographie ou TDM était également requise.

Recueil et analyse des données

Outre les détails relatifs à la sélection des patients et au contrôle du biais, nous avons extraits les détails concernant l'administration de phénobarbital. Nous avons effectué des recherches concernant les critères de jugement suivants : HIV (avec notation), dilatation ventriculaire post-hémorragique ou hydrocéphalie, trouble du développement neurologique et décès. De plus, nous avons recherché les éventuels effets indésirables du phénobarbital, tels que l'hypotension, la ventilation mécanique, le pneumothorax, l'hypercapnie et l'acidose.

Résultats principaux

Nous avons inclus 12 essais contrôlés ayant recruté 982 nouveau-nés. On a observé une hétérogénéité entre les essais concernant le critère de jugement de la HIV, avec trois essais trouvant une baisse significative de la HIV et un essai trouvant une augmentation de la HIV dans le groupe recevant du phénobarbital. La méta-analyse n'a montré aucune différence entre le groupe traité au phénobarbital et le groupe témoin concernant toutes les HIV (risque relatif (RR) type 0,91 ; IC à 95 % 0,77 à 1,08), la HIV grave (RR type 0,77 ; IC à 95 % 0,58 à 1,04), la dilatation ventriculaire post-hémorragique (RR type 0,89 ; IC à 95 % 0,38 à 2,08), le trouble grave du développement neurologique (RR type 1,44 ; IC à 95 % 0,41 à 5,04) ou le décès avant la sortie d'hôpital (RR type 0,88 ; IC à 95 % 0,64 à 1,21). Les essais ont montré une tendance régulière à l'utilisation d'une ventilation mécanique dans le groupe traité au phénobarbital, laquelle a été soutenue par la méta-analyse (RR type 1,18 ; IC à 95 % 1,06 à 1,32 ; différence de risque type 0,129 ; IC à 95 % 0,04 à 0,21), mais il n'y avait aucune différence significative en termes de pneumothorax, d'acidose ou d'hypercapnie.

Conclusions des auteurs

L'administration postnatale de phénobarbital ne peut pas être recommandée en tant que prophylaxie pour prévenir la HIV chez les prématurés et est associée à l'augmentation de la nécessité d'une ventilation mécanique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Phénobarbital postnatal pour la prévention de l'hémorragie intraventriculaire chez les nouveau-nés prématurés

D'importants saignements au centre du cerveau peuvent provoquer une invalidité ou le décès chez les bébés prématurés. Une tension artérielle et une circulation sanguine instables provoqueraient une hémorragie intraventriculaire (HIV) (saignement dans les cavités du cerveau remplies de liquide (ventricules)). Le médicament phénobarbital stabiliserait la tension artérielle et, par conséquent, pourrait aider à prévenir la HIV. La revue d'essais a découvert qu'il n'existait pas suffisamment de preuves indiquant que le phénobarbital postnatal était efficace pour prévenir la HIV. De plus, le phénobarbital supprime la respiration chez les nourrissons qui respirent spontanément, entraînant la nécessité d'une ventilation mécanique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th September, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.