Intervention Review

Bromperidol decanoate (depot) for schizophrenia

  1. Marianna Purgato1,*,
  2. Clive E Adams2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 5 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001719.pub4


How to Cite

Purgato M, Adams CE. Bromperidol decanoate (depot) for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD001719. DOI: 10.1002/14651858.CD001719.pub4.

Author Information

  1. 1

    University of Verona, Department of Public Health and Community Medicine, Section of Psychiatry, Verona, Italy

  2. 2

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

*Marianna Purgato, Department of Public Health and Community Medicine, Section of Psychiatry, University of Verona, Policlinico "G.B.Rossi", Pzz.le L.A. Scuro, 10, Verona, 37134, Italy. marianna.purgato@univr.it.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Antipsychotic drugs are the mainstay treatment for schizophrenia. Long-acting depot injections of drugs such as bromperidol decanoate are extensively used as a means of long-term maintenance treatment.

Objectives

To assess the effects of depot bromperidol versus placebo, oral antipsychotics and other depot antipsychotic preparations for people with schizophrenia in terms of clinical, social and economic outcomes.

Search methods

For this 2012 update we searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (February 2012).

Selection criteria

We sought all randomised trials focusing on people with schizophrenia where depot bromperidol, oral antipsychotics or other depot preparations. Primary outcomes were clinically significant change in global function, service utilisation outcomes (hospital admission, days in hospital), relapse.

Data collection and analysis

For the 2011 update MP independently extracted data, CEA carried out the reliability check. We calculated fixed-effect risk ratios (RR) and 95% confidence intervals (CI) for dichotomous data, and calculated weighted or standardised means for continuous data. Where possible, we calculated the number needed to treat statistic (NNT). Analysis was by intention-to-treat.

For the 2012 update, data collection and analysis was not carried out as no new studies were found.

Main results

The 2012 search found no new studies, we have therefore included no new trials in this 2012 update. The number of included trials remain 4 RCTs, total n = 117. A single, small study of six months' duration compared bromperidol decanoate with placebo injection. Similar numbers left the study before completion (n = 20, 1 RCT, RR 0.4 CI 0.1 to 1.6) and there were no clear differences between bromperidol decanoate and placebo for a list of adverse effects (n = 20, 1 RCT, RR akathisia 2.0 CI 0.21 to 18.69, RR increased weight 3.0 CI 0.14 to 65.9, RR tremor 0.33 CI 0.04 to 2.69). When bromperidol decanoate was compared with fluphenazine depot, we found no important change on global outcome (n = 30, RR no clinical important improvement 1.50 CI 0.29 to 7.73). People allocated to fluphenazine decanoate and haloperidol decanoate had fewer relapses than those given bromperidol decanoate (n = 77, RR 3.92 Cl 1.05 to 14.60, NNH 6 CI 2 to 341). People allocated bromperidol decanoate required additional antipsychotic medication somewhat more frequently than those taking fluphenazine decanoate and haloperidol decanoate, but the results did not reach conventional levels of statistical significance (n = 77, 2 RCTs, RR 1.72 CI 0.7 to 4.2). The use of benzodiazepine drugs was very similar in both groups (n = 77, 2 RCTs, RR 1.08 CI 0.68 to 1.70). People left the bromperidol decanoate group more frequent than those taking other depot preparation due to any cause (n = 97, 3 RCTs, RR 2.17 CI 1.00 to 4.73). Anticholinergic adverse effects were equally common between bromperidol and other depots (n = 47, RR 3.13 CI 0.7 to 14.0) and additional anticholinergic medication was needed with equal frequency in both depot groups, although results did tend to favour the bromperidol decanoate group (n = 97, 3 RCTs, RR 0.80 CI 0.64 to 1.01). The incidence of movement disorders was similar in both depot groups (n = 77, 2 RCTs, RR 0.74 CI 0.47 to 1.17).

Authors' conclusions

Minimal poorly reported trial data suggests that bromperidol decanoate may be better than placebo injection but less valuable than fluphenazine or haloperidol decanoate. If bromperidol decanoate is available it may be a viable choice, especially when there are reasons not to use fluphenazine or haloperidol decanoate. Well-conducted and reported randomised trials are needed to inform practice.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Depot bromperidol decanoate for schizophrenia

Bromperidol decanoate is used as a long-acting antipsychotic medication in at least Belgium, Germany, Italy and the Netherlands. The preparation seems to be less potent than other depot antipsychotics (such as fluphenazine and haloperidol decanoate) and better than placebo injection. However, this older antipsychotic preparation has very few data from good quality studies and new trials are needed to fully understand the effects of this preparation.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Décanoate de brompéridol (dépôt) pour le traitement de la schizophrénie

Contexte

Les médicaments antipsychotiques représentent le traitement de base de la schizophrénie. Les injections de dépôt à action prolongée de médicaments, tels que le décanoate de brompéridol, sont largement utilisées comme moyen de traitement d'entretien à long terme.

Objectifs

Evaluer les effets du dépôt de brompéridol versus placebo, antipsychotiques oraux et autres préparations antipsychotiques sous forme de dépôt pour les personnes atteintes de schizophrénie en termes de critères de jugement cliniques, sociaux et économiques.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour de 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (février 2012).

Critères de sélection

Nous avons recherché tous les essais randomisés se concentrant sur les personnes atteintes de schizophrénie et dans lesquels un dépôt de brompéridol, des antipsychotiques oraux ou d'autres préparations sous forme de dépôt étaient utilisés. Les critères de jugement principaux étaient le changement cliniquement significatif de la fonction globale, les critères de jugement d'utilisation des services (hospitalisation, nombre de jours d'hospitalisation), les rechutes.

Recueil et analyse des données

Pour la mise à jour de 2011, MP a extrait les données de façon indépendante, CEA a effectué le contrôle de fiabilité. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) à effet fixe avec intervalle de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques et nous avons calculé les moyennes pondérées ou standardisées pour les données continues. Lorsque cela a été possible, nous avons calculé la statistique du nombre de sujets à traiter (NST). L'analyse a été réalisée en intention de traiter.

Pour la mise à jour de 2012, le recueil et l'analyse des données n'ont pas été réalisés, car aucune nouvelle étude n'a été trouvée.

Résultats Principaux

La recherche de 2012 n'a permis de découvrir aucune nouvelle étude, nous n'avons par conséquent inclus aucun nouvel essai dans cette mise à jour de 2012. Le nombre d'essais inclus reste de 4 ECR, n total = 117. Une seule étude, réalisée à petite échelle sur une durée de six mois, comparait le décanoate de brompéridol à l'injection de placebo. Un nombre semblable de participants ont quitté l'étude avant son terme (n = 20, 1 ECR, RR 0,4 IC 0,1 à 1,6) et aucune différence nette n'a été observée entre le décanoate de brompéridol et le placebo concernant une liste d'effets indésirables (n = 20, 1 ECR, RR d'acathisie 2,0 IC 0,21 à 18,69, RR de prise de poids accrue 3,0 IC 0,14 à 65,9, RR de tremblements 0,33 IC 0,04 à 2,69). Lorsque le décanoate de brompéridol a été comparé au dépôt de fluphénazine, nous n'avons trouvé aucun changement important concernant le résultat global (n = 30, RR d'absence d'amélioration clinique importante 1,50 IC 0,29 à 7,73). Les personnes assignées au groupe du décanoate de fluphénazine et du décanoate d'halopéridol ont eu moins de rechutes que celles recevant du décanoate de brompéridol (n = 77, RR 3,92 IC 1,05 à 14,60, NNN 6 IC 2 à 341). Les personnes assignées au groupe du décanoate de brompéridol ont nécessité des médicaments antipsychotiques supplémentaires un peu plus fréquemment que celles prenant du décanoate de fluphénazine et du décanoate d'halopéridol, mais les résultats n'ont pas atteint les niveaux conventionnels de signification statistique (n = 77, 2 ECR, RR 1,72 IC 0,7 à 4,2). L'utilisation de benzodiazépines a été très proche dans les deux groupes (n = 77, 2 ECR, RR 1,08 IC 0,68 à 1,70). Les abandons toutes causes confondues ont été plus fréquents dans le groupe du décanoate de brompéridol que pour les autres préparations sous forme de dépôt (n = 97, 3 ECR, RR 2,17 IC 1,00 à 4,73). Les effets indésirables des anticholinergiques ont été aussi courants avec le brompéridol qu'avec les autres dépôts (n = 47, RR 3,13 IC 0,7 à 14,0) et des médicaments anticholinergiques supplémentaires ont été aussi souvent nécessaires dans les deux groupes de dépôt, bien que les résultats aient eu tendance à être en faveur du groupe de décanoate de brompéridol (n = 97, 3 ECR, RR 0,80 IC 0,64 à 1,01). L'incidence des mouvements anormaux a été semblable dans les deux groupes de dépôt (n = 77, 2 ECR, RR 0,74 IC 0,47 à 1,17).

Conclusions des auteurs

Un petit nombre de données issues d'essais, mal rapportées, suggèrent que le décanoate de brompéridol peut être plus efficace que l'injection de placebo, mais moins utile que le décanoate de fluphénazine ou d'halopéridol. Si du décanoate de brompéridol est disponible, il peut être un choix viable, en particulier lorsqu'il existe des raisons de ne pas utiliser du décanoate de fluphénazine ou d'halopéridol. Des essais randomisés bien menés, avec une bonne notification, sont nécessaires pour éclairer la pratique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Décanoate de brompéridol (dépôt) pour le traitement de la schizophrénie

Décanoate de brompéridol sous forme de dépôt pour le traitement de la schizophrénie

Le décanoate de brompéridol est utilisé comme médicament antipsychotique à action prolongée au moins en Belgique, en Allemagne, en Italie et aux Pays-Bas. La préparation semble être moins puissante que d'autres antipsychotiques sous forme dépôt (tels que le décanoate de fluphénazine et d'halopéridol) et plus efficace que l'injection de placebo. Cependant, cette préparation antipsychotique ancienne possède très peu de données issues d'études de bonne qualité et de nouveaux essais sont nécessaires pour en comprendre totalement les effets.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�