Intervention Review

Injection sclerotherapy for varicose veins

  1. Paul V Tisi1,*,
  2. Catherine Beverley2,
  3. Angie Rees3

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 18 OCT 2006

Assessed as up-to-date: 30 OCT 2006

DOI: 10.1002/14651858.CD001732.pub2


How to Cite

Tisi PV, Beverley C, Rees A. Injection sclerotherapy for varicose veins. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 4. Art. No.: CD001732. DOI: 10.1002/14651858.CD001732.pub2.

Author Information

  1. 1

    Bedford Hospital, Department of Vascular Surgery, Bedford, Bedfordshire, UK

  2. 2

    Cumbria County Council, Adult Social Care Directorate, Carlisle, UK

  3. 3

    University of Sheffield, School of Health and Related Research, Sheffield, UK

*Paul V Tisi, Department of Vascular Surgery, Bedford Hospital, Kempston Road, Bedford, Bedfordshire, MK42 9DJ, UK. pvtisi@rcsed.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions), comment added to review
  2. Published Online: 18 OCT 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Injection sclerotherapy is widely used for superficial varicose veins. The treatment aims to obliterate the lumen of varicose veins or thread veins. There is limited evidence regarding its efficacy.

Objectives

To determine whether sclerotherapy is effective in improving symptoms and cosmetic appearance and has an acceptable complication rate; to define rates of symptomatic or cosmetic varicose vein recurrence following sclerotherapy.

Search methods

The Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group searched their Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library, Issue 4, 2006), MEDLINE and EMBASE (both inception to October 2006) and reference lists of articles. Manufacturers of sclerosants were contacted for additional trial information.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of injection sclerotherapy versus graduated compression stockings (GCS) or 'observation', or comparing different sclerosants, doses, formulations and post-compression bandaging techniques on people with symptomatic and/or cosmetic varicose veins or thread veins were considered for inclusion in the review.

Data collection and analysis

Data were extracted by authors and Review Group Co-ordinators independently.

Main results

Seventeen studies were included. One study comparing sclerotherapy to GCS in pregnancy found that sclerotherapy improved symptoms and cosmetic appearance. Three studies comparing sodium tetradecyl sulphate (STD) to alternative sclerosants found no significant differences in outcome or complication rates; another study found that sclerotherapy with STD led to improved cosmetic appearance compared with polidocanol, although there was no difference in symptoms. Sclerosant plus local anaesthetic reduced the pain from injection (one study) but had no other effects. Two studies compared foam- to conventional sclerotherapy; one found no difference in failure rate or recurrent varicose veins; a second showed short-term benefit from foam in terms of elimination of venous reflux. The recanalisation rate was no different between the two treatments. One study comparing Molefoam and Sorbo pad pressure dressings found no difference in erythema or successful sclerosis. The degree and duration of elastic compression had no significant effect on varicose vein recurrence rates, cosmetic appearance or symptomatic improvement.

Authors' conclusions

Evidence from RCTs suggests that the choice of sclerosant, dose, formulation (foam versus liquid), local pressure dressing, degree and length of compression have no significant effect on the efficacy of sclerotherapy for varicose veins. The evidence supports the current place of sclerotherapy in modern clinical practice, which is usually limited to treatment of recurrent varicose veins following surgery and thread veins. Surgery versus sclerotherapy is the subject of a further Cochrane Review.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection sclerotherapy for varicose veins

Varicose veins are enlarged, visibly lumpy knotted veins, usually in the legs. They can cause pain, burning discomfort, aching and itching as well as generalised aching, heaviness or swelling in the legs, cramps at night and restless leg syndrome. There is also little correlation between these symptoms and the extent or size of the varicose veins which, like minor venous abnormalities thread veins or venous flares, can be cosmetically unattractive. Wearing graduated compression stockings is one treatment option.

Injection sclerotherapy can be used for superficial varicose veins, residual or recurring varicose veins following surgery and thread veins to obliterate the varicose vein. An irritant liquid such as sodium tetradecyl sulphate (STD) is injected into the faulty blood vessel. Pressure pad dressings at the injection site and compression bandages may then be applied, options including crepe bandaging, proprietary elastic bandaging or compression stockings. Bandaging can cause discomfort and foot swelling and may slip. Possible complications of sclerotherapy include formation of blood clots, skin staining, inflammation, ulcers and tissue damage and reactions to the sclerosing agent.

Seventeen randomised controlled trials involving over 3,300 people were included in the review. One study comparing sclerotherapy to compression stockings in pregnancy found that sclerotherapy improved symptoms and cosmetic appearance. There was no overall benefit from using alternative agents to STD (four trials), or any evidence that a foam is superior to liquid (two trials). Adding local anaesthetic to the sclerosing agent did reduce the pain of injection in one study. Neither the type, nor duration of elastic compression (seven studies) or type of pressure pad (one study) after sclerotherapy had any clear effect on the effectiveness of sclerotherapy, on varicose vein recurrence rates, cosmetic appearance or symptomatic improvement, or on complications. Many of the included studies took place in the 1980s and there is very limited evidence on which to assess the merits of sclerotherapy for treatment of varicose veins or comparing graduated compression stockings to sclerotherapy. There were no controlled trials comparing sclerotherapy for thread veins with either laser treatment or simple observation; hypertonic dextrose had similar efficacy in terms of sclerosis to STD in one study.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sclérothérapie par injection pour les veines variqueuses

Contexte

La sclérothérapie par injection est largement utilisée pour les veines variqueuses superficielles. Le traitement vise à supprimer la lumière des veines variqueuses ou des varicosités. Il existe peu de preuves concernant son efficacité.

Objectifs

Déterminer si la sclérothérapie est efficace pour améliorer les symptômes et l'aspect esthétique et présente un taux de complications acceptable ; définir les taux de récidive des veines variqueuses symptomatiques ou inesthétiques après une sclérothérapie.

Stratégie de recherche documentaire

Le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué une recherche dans son propre registre spécialisé, le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library, numéro 4, 2006), MEDLINE et EMBASE (de l'origine à octobre 2006 pour ces deux dernières bases de données), ainsi que dans les listes bibliographiques d'articles. Les fabricants de sclérosants ont été contactés afin d'obtenir des informations supplémentaires sur des essais.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la sclérothérapie par injection versus bas de contention gradués (BCG) ou « observation », ou comparant différents sclérosants, différentes doses, formulations et techniques de bandage post-compression chez les personnes présentant des veines variqueuses ou des varicosités symptomatiques et/ou inesthétiques, ont été pris en compte pour inclusion dans la revue.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites par les auteurs et les coordinateurs du groupe thématique de façon indépendante.

Résultats Principaux

Dix-sept études ont été incluses. Une étude comparant la sclérothérapie aux BCG durant la grossesse a découvert que la sclérothérapie améliorait les symptômes et l'aspect esthétique. Trois études comparant le tétradécyl sulfate de sodium (TSS) à d'autres sclérosants n'ont découvert aucune différence significative en termes d'issue ou de taux de complications ; une autre étude a découvert que la sclérothérapie avec le TSS conduisait à une amélioration de l'aspect esthétique comparé au polidocanol, bien qu'il n'y ait eu aucune différence concernant les symptômes. L'association sclérosant et anesthésique local a réduit la douleur de l'injection (une étude), mais n'a eu aucun autre effet. Deux études ont comparé la sclérothérapie à la mousse et la sclérothérapie conventionnelle ; une étude n'a trouvé aucune différence concernant le taux d'échec ou la récidive des veines variqueuses ; la deuxième a montré un bénéfice à court terme de la mousse concernant l'élimination du retour veineux. Le taux de recanalisation n'a pas été différent entre les deux traitements. Une étude comparant les pansements compressifs au Molefoam et au Sorbo n'a trouvé aucune différence en termes d'érythème ou de réussite de la sclérose. Le degré et la durée de la contention élastique n'ont eu aucun effet significatif sur les taux de récidive des veines variqueuses, l'aspect esthétique ou l'amélioration des symptômes.

Conclusions des auteurs

Les preuves issues d'ECR suggèrent que le choix du sclérosant, de la dose, de la formulation (mousse versus liquide), du pansement compressif local, du degré et de la longueur de la contention, n'a aucun effet significatif sur l'efficacité de la sclérothérapie pour les veines variqueuses. Les preuves corroborent la place actuelle de la sclérothérapie dans la pratique clinique moderne qui se limite généralement au traitement des veines variqueuses récurrentes après opération et des varicosités. Chirurgie versus sclérothérapie est le thème d'une autre Revue Cochrane.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sclérothérapie par injection pour les veines variqueuses

Sclérothérapie par injection pour les veines variqueuses

Les veines variqueuses sont des veines noueuses, dilatées, visiblement irrégulières, apparaissant généralement dans les jambes. Elles peuvent provoquer des douleurs, des sensations gênantes de brûlure, un endolorissement et des démangeaisons, ainsi qu'un endolorissement généralisé, une lourdeur ou un gonflement des jambes, des crampes nocturnes et un syndrome des jambes sans repos. Il existe par ailleurs peu de corrélation entre ces symptômes et l'étendue ou la taille des veines variqueuses qui, comme les anomalies veineuses mineures telles que les varicosités ou les érythèmes, peuvent être disgracieuses. Le port de bas de contention gradués est une option de traitement.

La sclérothérapie par injection peut être utilisée pour les veines variqueuses superficielles, les veines variqueuses résiduelles ou récurrentes après une opération et les varicosités afin de supprimer la veine variqueuse. Un liquide irritant, tel que le tétradécyl sulfate de sodium (TSS), est injecté dans le vaisseau sanguin défectueux. Des pansements compressifs au point d'injection et des bandages de compression peuvent ensuite être appliqués, les options comprenant des bandes Velpeau, des bandages élastiques brevetés ou des bas de contention. Les bandages peuvent provoquer une gêne et un gonflement des pieds et peuvent glisser. Les complications possibles de la sclérothérapie comprennent la formation de caillots sanguins, la coloration de la peau, l'inflammation, les ulcères et les lésions tissulaires, ainsi que les réactions à l'agent sclérosant.

Dix-sept essais contrôlés randomisés portant sur plus de 3 300 personnes ont été inclus dans la revue. Une étude comparant la sclérothérapie aux bas de contention durant la grossesse a découvert que la sclérothérapie améliorait les symptômes et l'aspect esthétique. Il n'y a eu aucun bénéfice global avec l'utilisation d'agents alternatifs au TSS (quatre essais) ni aucune preuve indiquant qu'une mousse était supérieure à un liquide (deux essais). L'addition d'un anesthésique local à l'agent sclérosant n'a pas réduit la douleur d'injection dans une étude. Ni le type, ni la durée de contention élastique (sept études) ou le type de pansement compressif (une étude) après la sclérothérapie n'ont eu d'effet net sur l'efficacité de la sclérothérapie, le taux de récidive des veines variqueuses, l'aspect esthétique, l'amélioration des symptômes ou les complications. Un grand nombre d'études incluses ont été réalisées dans les années 1980 et il y a peu de preuves à partir desquelles il est possible d'évaluer les bénéfices de la sclérothérapie pour le traitement des veines variqueuses ou pour comparer les bas de contention gradués à la sclérothérapie. Il n'y a eu aucun essai contrôlé comparant la sclérothérapie pour traiter des varicosités soit à un traitement au laser, soit à une simple observation ; le dextrose hypertonique a eu une efficacité en termes de sclérose semblable à celle du TSS dans une étude.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th December, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�