Intervention Review

Skin grafting for venous leg ulcers

  1. June E Jones1,*,
  2. E Andrea Nelson2,
  3. Aws Al-Hity3

Editorial Group: Cochrane Wounds Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 30 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD001737.pub4


How to Cite

Jones JE, Nelson EA, Al-Hity A. Skin grafting for venous leg ulcers. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD001737. DOI: 10.1002/14651858.CD001737.pub4.

Author Information

  1. 1

    Southport, Merseyside, UK

  2. 2

    University of Leeds, School of Healthcare, Leeds, UK

  3. 3

    Bingley, UK

*June E Jones, 82 Bibby Road, Churchtown, Southport, Merseyside, PR9 7PS, UK. jonj@btinternet.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Venous leg ulceration is a recurrent, chronic, disabling condition. It affects up to one in 100 people at some time in their lives. Standard treatments are simple dressings and compression bandages or stockings. Sometimes, despite treatment, ulcers remain open for months or years. Sometimes skin grafts are used to stimulate healing. These may be taken, or grown into a dressing, from the patient's own uninjured skin (autografts), or applied as a sheet of bioengineered skin grown from donor cells (allograft). Preserved skin from other animals, such as pigs, has also been used (xenografts).

Objectives

To assess the effect of skin grafts for treating venous leg ulcers.

Search methods

For this update we modified the search strategies and conducted searches of The Cochrane Wounds Group Specialised Register (searched 27 July 2012); The Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Issue 7); Ovid MEDLINE (2008 to July Week 3 2012); Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations, July 26, 2012); Ovid EMBASE (2008 to 2012 Week 29); and EBSCO CINAHL (2008 to 26 July 2012). We did not apply date or language restrictions.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of skin grafts in the treatment of venous leg ulcers.

Data collection and analysis

Two review authors independently undertook data extraction and assessment of study quality.

Main results

For this update of the review, we identified one new trial, bringing the total to 17 trials (1034 participants) - all of which were generally at moderate or high risk of bias. In 12 trials participants also received compression bandaging.

Eleven trials compared a graft with standard care in which no graft was used. Two of these trials (102 participants) compared a dressing with an autograft; three trials (80 participants) compared frozen allografts with dressings, and two trials (45 participants) compared fresh allografts with dressings. Two trials (345 participants) compared tissue-engineered skin (bilayer artificial skin) with a dressing. In two trials (97 participants) a single-layer dermal replacement was compared with standard care.

Six trials compared alternative skin grafting techniques. The first trial (92 participants) compared autografts with frozen allograft, a second (51 participants) compared a pinch graft (autograft) with porcine dermis (xenograft), the third (110 participants) compared growth-arrested human keratinocytes and fibroblasts with placebo, the fourth (10 participants) compared an autograft delivered on porcine pads with an autograft delivered on porcine gelatin microbeads, the fifth trial (92 participants) compared a meshed graft with a cultured keratinocyte autograft, and the sixth trial (50 participants) compared a frozen keratinocyte allograft with a lyophilised (freeze-dried) keratinocyte allografts.

Significantly more ulcers healed when treated with bilayer artificial skin than with dressings. There was insufficient evidence from the other trials to determine whether other types of skin grafting increased the healing of venous ulcers.

Authors' conclusions

Bilayer artificial skin, used in conjunction with compression bandaging, increases venous ulcer healing compared with a simple dressing plus compression. Further research is needed to assess whether other forms of skin grafts increase ulcer healing.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Skin grafts to improve leg ulcer healing

Approximately 1% of people in industrialised countries have a leg ulcer at some time, mainly caused by poor blood flow back from the legs towards the heart. Skin grafts, either using the patient's own skin, artificial skin or donor skin/cells, have been evaluated to see whether they improve the healing of ulcers. The review of trials found evidence that tissue-engineered skin composed of two layers increases the chance of healing. There was not enough evidence to recommend any other type of graft, and further research is required.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Greffe de peau pour traiter les ulcères de jambe veineux

Contexte

L'ulcération veineuse de la jambe est une affection récurrente, chronique et invalidante. Elle affecte jusqu'à une personne sur 100 à un moment donné de sa vie. Les traitements standard sont les pansements simples et les bandages ou bas de contention. Parfois, malgré le traitement, les ulcères restent ouverts pendant des mois ou des années. Parfois des greffes de peau sont utilisées pour stimuler la cicatrisation. Celles-ci peuvent être prélevées, ou cultivées pour former un pansement, sur la propre peau saine du patient (autogreffes), ou appliquées sous la forme d'une feuille de peau produite par bioingéniérie à partir des cellules d'un donneur (allogreffe). La peau préservée provenant d'autres animaux, tels que les cochons, a également été utilisée (xénogreffes).

Objectifs

Évaluer l’effet des greffes de peau sur le traitement des ulcères de jambe veineux.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour, nous avons modifié les stratégies de recherche et effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (recherche effectuée le 27 juillet 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 7), Ovid MEDLINE (de 2008 à la 3ème semaine de juillet 2012), Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations, le 26 juillet 2012), Ovid EMBASE (de 2008 à la 29ème semaine de 2012) et EBSCO CINAHL (de 2008 au 26 juillet 2012). Nous n’avons appliqué aucune restriction concernant la date ou la langue.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) sur les greffes de peau dans le traitement des ulcères de jambe veineux.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont entrepris l'extraction des données et l'évaluation de la qualité des essais de manière indépendante.

Résultats Principaux

Pour cette mise à jour de la revue, nous avons identifié un nouvel essai, portant le total à 17 essais (1 034 participants) - tous présentant généralement un risque de biais modéré ou élevé. Dans 12 essais, les participants recevaient également des bandages de contention.

Onze essais comparaient une greffe à des soins standard dans lesquels aucune greffe n'était utilisée. Deux de ces essais (102 participants) comparaient un pansement à une autogreffe ; trois essais (80 participants) comparaient des allogreffes congelées à des pansements, et deux essais (45 participants) comparaient des allogreffes fraîches à des pansements. Deux essais (345 participants) comparaient une peau synthétisée à l'aide de tissus (peau artificielle à deux couches) à un pansement. Dans deux essais (97 participants), le remplacement d'une seule couche de peau était comparé aux soins standard.

Six essais comparaient les techniques de greffe de peau alternatives. Le premier essai (92 participants) comparait des autogreffes à une allogreffe congelée, un second (51 participants) comparait une greffe de Davis (autogreffe) à un derme porcin (xénogreffe), le troisième (110 participants) comparait des kératinocytes et des fibroblastes humains dont la croissance avait été arrêtée à un placebo, le quatrième (10 participants) comparait une autogreffe délivrée sur des tampons porcins à une autogreffe délivrée sur des microbilles de gélatine porcine, le cinquième essai (92 participants) comparait une greffe en filet à une autogreffe de kératinocytes issus d'une culture, et le sixième essai (50 participants) comparait une allogreffe congelée de kératinocytes à des allogreffes lyophilisées de kératinocytes.

Un nombre significativement plus important d'ulcères cicatrisaient lorsqu'ils étaient traités à l'aide d'une peau artificielle à deux couches plutôt qu'à l'aide de pansements. Les preuves issues des autres essais étaient insuffisantes pour déterminer si les autres types de greffe de peau amélioraient la cicatrisation des ulcères veineux.

Conclusions des auteurs

La peau artificielle à deux couches, utilisée conjointement avec des bandages de contention, améliore la cicatrisation des ulcères veineux par rapport à un pansement simple associé à une contention. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les autres formes de greffes de peau améliorent la cicatrisation des ulcères.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Greffe de peau pour traiter les ulcères de jambe veineux

Greffes de peau pour améliorer la cicatrisation des ulcères de jambe

Environ 1 % des personnes vivant dans les pays industrialisés ont un ulcère à la jambe à un moment donné, principalement causé par une mauvaise circulation sanguine des jambes vers le cœur. Les greffes de peau, utilisant soit la propre peau du patient, soit une peau artificielle soit la peau/les cellules d'un donneur, ont été évaluées pour déterminer si elles améliorent la cicatrisation des ulcères. Cette revue d'essais a trouvé des preuves attestant que la peau synthétisée à l'aide de tissus composée de deux couches augmente les chances de cicatrisation. Les preuves étaient insuffisantes pour recommander un quelconque autre type de greffe, et des recherches complémentaires sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais