Intervention Review

Phenytoin versus valproate monotherapy for partial onset seizures and generalised onset tonic-clonic seizures

  1. Sarah J Nolan1,*,
  2. Anthony G Marson2,
  3. Jennifer Pulman2,
  4. Catrin Tudur Smith1

Editorial Group: Cochrane Epilepsy Group

Published Online: 23 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 16 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD001769.pub2

How to Cite

Nolan SJ, Marson AG, Pulman J, Tudur Smith C. Phenytoin versus valproate monotherapy for partial onset seizures and generalised onset tonic-clonic seizures. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD001769. DOI: 10.1002/14651858.CD001769.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Liverpool, Department of Biostatistics, Liverpool, UK

  2. 2

    Institute of Translational Medicine, University of Liverpool, Department of Molecular and Clinical Pharmacology, Liverpool, Merseyside, UK

*Sarah J Nolan, Department of Biostatistics, University of Liverpool, Shelley's Cottage, Brownlow Street, Liverpool, L69 3GS, UK. sarah.nolan@liv.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

This is an updated version of the previously published Cochrane review (Issue 4, 2009)

Worldwide, phenytoin and valproate are commonly used antiepileptic drugs. It is generally believed that phenytoin is more effective for partial onset seizures, and that valproate is more effective for generalised onset tonic-clonic seizures with or without other generalised seizure types.

Objectives

To review the best evidence comparing phenytoin and valproate when used as monotherapy in individuals with partial onset seizures or generalised onset tonic-clonic seizures with or without other generalised seizure types.

Search methods

We searched the Cochrane Epilepsy Group's Specialised Register (19 February 2013), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, Issue 1, The Cochrane Library, January 2013), MEDLINE (1946 to 18 February 2013), SCOPUS (19 February 2013), ClinicalTrials.gov (19 February 2013), and WHO International Clinical Trials Registry Platform ICTRP (19 February 2013). We handsearched relevant journals, contacted pharmaceutical companies, original trial investigators and experts in the field.

Selection criteria

Randomised controlled trials in children or adults with partial onset seizures or generalised onset tonic-clonic seizures with a comparison of valproate monotherapy versus phenytoin monotherapy.

Data collection and analysis

This was an individual patient data review. Outcomes were time to (a) treatment withdrawal (b) 12-month remission (c) six-month remission and (d) first seizure post randomisation. Cox proportional hazards regression models were used to obtain study-specific estimates of hazard ratios (HRs) with 95% confidence intervals (CIs) with the generic inverse variance method used to obtain the overall pooled HR and 95% CI.

Main results

Individual patient data were available for 669 individuals out of 1119 eligible individuals from five out of 11 trials, 60% of the potential data. Results apply to generalised tonic-clonic seizures, but not absence or myoclonus seizure types. For remission outcomes, HR > 1 indicates an advantage for phenytoin and for first seizure and withdrawal outcomes HR > 1 indicates an advantage for valproate

The main overall results (pooled HR adjusted for seizure type, 95% CI) were time to (a) withdrawal of allocated treatment 1.09 (0.76 to 1.55); (b) 12-month remission 0.98 (0.78 to 1.23); (c) six-month remission 0.95 (0.78 to 1.15) and (d) first seizure 0.93 (0.75 to 1.14). The results suggest no overall difference between the drugs for these outcomes. No statistical interaction between treatment and seizure type (partial versus generalised) was found, but misclassification of seizure type may have confounded the results of this review.

Authors' conclusions

We have not found evidence that a significant difference exists between phenytoin and valproate for the outcomes examined in this review. However misclassification of seizure type may have confounded the results of this review. Results do not apply to absence or myoclonus seizure types. No outright evidence was found to support or refute current treatment policies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Phenytoin versus valproate monotherapy for partial onset seizures and generalised onset tonic-clonic seizures

Epilepsy is a disorder in which recurrent seizures are caused by abnormal electrical discharges from the brain. We studied two seizure types in this review; generalised onset seizures in which electrical discharges begin in one part of the brain and move throughout the brain, and partial onset seizures in which the seizure is generated in and affects one part of the brain (the whole hemisphere of the brain or part of a lobe of the brain). Most seizures can be controlled by a single antiepileptic drug. Worldwide, phenytoin and valproate are commonly used antiepileptic drugs. This review of trials found no difference between these two drugs for the seizure types studied.The review also found no evidence to support or refute the policy of using valproate for generalised onset tonic-clonic seizures and phenytoin for partial onset seizures. However, up to 49% of people within the trials classified as having generalised seizures may have had their seizure type wrongly diagnosed, and this misclassification may have influenced the results of this review. We were unable to address the issue of preferring valproate for generalised onset seizure types other than tonic-clonic.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Comparaison entre la phénytoïne et le valproate en monothérapie pour traiter les crises d'épilepsie partielle et les crises toniques-cloniques généralisées

Contexte

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane publiée dans le numéro 4 en 2009.

Dans le monde entier, la phénytoïne et le valproate sont des antiépileptiques couramment utilisés. On considère généralement que la phénytoïne est plus efficace pour les crises d'épilepsie partielle, et que le valproate est plus efficace pour les crises toniques-cloniques généralisées avec ou sans autres types de crises généralisées.

Objectifs

Évaluer les meilleures données comparant la phénytoïne et le valproate lorsqu'ils sont utilisés en monothérapie chez les participants souffrant de crises d'épilepsie partielle ou de crises toniques-cloniques généralisées, avec ou sans autres types de crises généralisées.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (mardi 19 février 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 1, The Cochrane Library janvier 2013), MEDLINE (de 1946 au 18 février 2013), SCOPUS (19.02.13), ClinicalTrials.gov (19.02.13), et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) (19.02.13). Nous avons effectué des recherches manuelles dans des journaux pertinents, contacté des laboratoires pharmaceutiques, les investigateurs des essais originaux et des experts du domaine.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés chez les enfants ou les adultes souffrant de crises d'épilepsie partielle ou de crises toniques-cloniques généralisées utilisant une comparaison entre la monothérapie au valproate et la monothérapie à la phénytoïne.

Recueil et analyse des données

Il s'agissait d'une revue portant sur des données individuelles des participants (DIP). Les critères étaient le temps jusqu'à (a) l'arrêt du traitement (b) une rémission de 12 mois (c) une rémission de six mois et (d) la première crise après la randomisation. Des modèles de régression à risques proportionnels de Cox ont été utilisés pour obtenir les estimations spécifiques aux études des hazard ratios (HR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %, la méthode générique de l'inverse de la variance étant utilisée pour obtenir l'estimation regroupée globale des HR et des IC à 95 %.

Résultats Principaux

Les données individuelles des participants étaient disponibles pour 669 patients sur les 1 119 personnes éligibles dans cinq essais sur les onze, soit 60 % des données potentielles. Les résultats s'appliquent aux crises toniques-cloniques généralisées, mais pas à l'absence de crise ou aux types de crises myocloniques. Pour les résultats de rémission, HR > 1 indique un avantage pour la phénytoïne, et pour les résultats de délai jusqu'à la première crise et jusqu'à l'arrêt du traitement, HR > 1 indique un avantage pour le valproate

Les principaux résultats globaux (HR regroupé ajusté pour le type de crise, IC à 95 %) étaient (a) le temps jusqu'à l'arrêt du traitement attribué 1,09 (0,76 à 1,55) ; (b) le temps jusqu'à l'obtention d'une rémission à 12 mois 0,98 (0,78 à 1,23) ; (c) le temps jusqu'à l'obtention d'une rémission à six mois 0,95 (0,78 à 1,15) et (d) le temps jusqu'à la première crise 0,93 (0,75 à 1,14). Les résultats suggèrent qu'il n'y a pas de différence globale entre les médicaments pour ces critères. Aucune interaction statistique n'a été détectée entre le traitement et le type de crises (partielle comparée à généralisée), mais des erreurs de classification dans le type de crise ont pu fausser les résultats de cette revue.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant qu'il existe une différence significative entre la phénytoïne et le valproate pour les critères examinés dans cette revue. Toutefois, l'erreur de classification du type de crise a pu fausser les résultats de cette revue. Les résultats ne s'appliquent pas à l'absence de crise ou aux types de crises myocloniques. Aucune preuve irréfutable n'a été identifiée pour confirmer ou récuser les stratégies thérapeutiques actuelles.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Comparaison entre la phénytoïne et le valproate en monothérapie pour traiter les crises d'épilepsie partielle et les crises toniques-cloniques généralisées

Comparaison entre la phénytoïne et le valproate en monothérapie pour traiter les crises d'épilepsie partielle et les crises toniques-cloniques généralisées

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. Nous avons étudié deux types de crises dans cette revue : les crises d'épilepsie généralisées dans lesquelles les décharges électriques commencent dans une partie du cerveau et se déplacent dans l'ensemble du cerveau, et les crises d'épilepsie partielle dans lesquelles la crise est générée dans et affecte une partie du cerveau (l'hémisphère entier du cerveau ou une partie d'un lobe du cerveau). La plupart des crises peuvent être maîtrisées par un médicament antiépileptique unique. Dans le monde entier, la phénytoïne et le valproate sont des antiépileptiques couramment utilisés. Cette revue d'essais n'a trouvé aucune différence entre ces deux médicaments pour les types de crises étudiés.De même, la revue n'a pas trouvé de preuves pour confirmer ou récuser la stratégie d'utilisation du valproate pour les crises toniques-cloniques généralisées et de la phénytoïne pour les crises d'épilepsie partielle. Toutefois, il est possible que le type de crise diagnostiqué ait été incorrect chez jusqu'à 49 % des personnes incluses dans les essais et classées dans la catégorie des crises généralisées, et que cette erreur de classification puisse avoir influencé les résultats de cette revue. Nous n'avons pas été en mesure de trancher la question de la préférence du valproate pour les crises généralisées autres que les crises toniques-cloniques.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th October, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.