Intervention Review

You have free access to this content

Continuous nasogastric milk feeding versus intermittent bolus milk feeding for premature infants less than 1500 grams

  1. Shahirose S Premji1,*,
  2. Lorraine Chessell2

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 9 NOV 2011

Assessed as up-to-date: 3 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD001819.pub2


How to Cite

Premji SS, Chessell L. Continuous nasogastric milk feeding versus intermittent bolus milk feeding for premature infants less than 1500 grams. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD001819. DOI: 10.1002/14651858.CD001819.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Calgary, Faculty of Nursing, Calgary, Alberta, Canada

  2. 2

    McMaster University, Neonatal Unit, Hamilton, Ontario, Canada

*Shahirose S Premji, University of Calgary, Faculty of Nursing, 2500 University Drive NW, Calgary, Alberta, T2N 1N4, Canada. premjis@ucalgary.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 9 NOV 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Milk feedings can be given via nasogastric tube either intermittently, typically over 10 to 20 minutes every two or three hours, or continuously, using an infusion pump. Although theoretical benefits and risks of each method have been proposed, effects on clinically important outcomes remain uncertain.

Objectives

To examine the evidence regarding the effectiveness of continuous versus intermittent bolus nasogastric milk feeding in premature infants less than 1500 grams.

Search methods

Searches were performed of the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library, Issue 3, 2011), MEDLINE, CINAHL and HealthSTAR up to July 2011.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised clinical trials comparing continuous versus intermittent bolus nasogastric milk feeding in premature infants less than 1500 grams.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed all trials for relevance and methodologic quality. The standard methods of the Cochrane Neonatal Review Group were used to extract data.

Main results

Overall, the seven included trials, involving 511 infants, found no differences in time to achieve full enteral feeds between feeding methods (weighted mean difference (WMD) 2 days; 95% CI -0.3 to 3.9) . In the subgroup analysis of those studies comparing continuous nasogastric versus intermittent bolus nasogastric milk feedings the findings remained unchanged (WMD 2 days, 95% CI -0.4 to 4.1). There was no significant difference in somatic growth and incidence of NEC between feeding methods irrespective of tube placement. One study noted a trend toward more apneas during the study period in infants fed by the continuous tube feeding method compared to those fed by intermittent feedings delivered predominantly by orogastric tube placements [mean difference (MD) 14.0 apneas during study period; 95% CI -0.2 to 28.2]. In subgroup analysis based on weight groups, one study suggested that infants less than 1000 grams and 1000 to 1250 grams birth weight gained weight faster when fed by the continuous nasogastric tube feeding method compared to intermittent nasogastric tube feeding method (MD 2.0 g/day; 95% CI 0.5 to 3.5; MD 2.0 g/day; 95% CI 0.2 to 3.8, respectively). A trend toward earlier discharge for infants less than 1000 grams birth weight fed by the continuous tube feeding method compared to intermittent nasogastric tube feeding method (MD -11 days; 95% CI -21.8 to -0.2).

Authors' conclusions

Small sample sizes, methodologic limitations, inconsistencies in controlling variables that may affect outcomes, and conflicting results of the studies to date make it difficult to make universal recommendations regarding the best tube feeding method for premature infants less than 1500 grams. The clinical benefits and risks of continuous versus intermittent nasogastric tube milk feeding cannot be reliably discerned from the limited information available from randomised trials to date.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Continuous nasogastric milk feeding versus intermittent bolus milk feeding for premature infants less than 1500 grams

There is no difference in time to achieve full feedings in low birth weight premature infants fed milk through a tube into the stomach either on a continuous basis or over 10 to 20 minutes every two to three hours. Premature infants born weighing less than 1500 grams are not able to coordinate sucking, swallowing, and breathing. Feeding into the gastrointestinal tract (enteral feeding) helps with gastrointestinal tract development and growth. Therefore, in addition to feeding through a tube into a vein (parenterally), premature infants may be fed milk through a tube placed either up their nose and into the stomach (nasogastric feeding) or through their mouth and into the stomach (orogastric feeding). Usually a set amount of milk is given over 10 to 20 minutes every two to three hours (intermittent bolus gavage feeding). Some clinicians prefer to feed premature infants continuously. Each feeding method has beneficial effects (e.g., achieve full feedings sooner) but can also have harmful effects (destructive inflammation of the gastrointestinal tract or necrotizing enterocolitis. There was no difference in time to achieve full feedings between feeding methods regardless of tube placement. Reports of the incidence of destructive inflammation of the gastrointestinal tract (necrotizing enterocolitis) were similar. However, there is not enough evidence to determine the best feeding method for low birth weight premature infants. More research is required in this area.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Continuous nasogastric milk feeding versus intermittent bolus milk feeding for premature infants less than 1500 grams

Contexte

Le lait peut être administré par sonde nasogastrique soit de façon intermittente, généralement pendant 10 à 20 minutes toutes les deux ou trois heures, soit en continu, à l’aide d’une pompe à perfusion. Bien que les bénéfices et les risques théoriques de chaque méthode aient été avancés, les effets sur les résultats cliniquement importants restent incertains.

Objectifs

Examiner les données sur l’efficacité de l’alimentation au lait par sonde nasogastrique en continu par opposition à l’alimentation au lait par sonde nasogastrique intermittente en bolus chez les prématurés de moins de 1 500 grammes.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches ont été menées dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 3, 2011), MEDLINE, CINAHL et HealthSTAR jusqu’en juillet 2011.

Critères de sélection

Essais cliniques randomisés et quasi-randomisés comparant l’alimentation au lait par sonde nasogastrique en continu et l’alimentation au lait par sonde nasogastrique intermittente en bolus chez les prématurés de moins de 1 500 grammes.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont évalué la pertinence et la qualité méthodologique de tous les essais de manière indépendante. Les méthodes standard du groupe de revue Cochrane néonatal ont été suivies pour extraire les données.

Résultats principaux

Globalement, les sept essais inclus, qui portaient sur 511 nourrissons, n’ont trouvé aucune différence entre les méthodes d’alimentation pour ce qui est du temps nécessaire aux nourrissons pour arriver à une alimentation complète par voie entérale (différence moyenne pondérée (DMP) 2 jours ; IC à 95 % -0,3 à 3,9). Les résultats sont restés inchangés dans l’analyse en sous-groupe de ces études comparant l’alimentation au lait par sonde nasogastrique en continu et l'alimentation au lait par sonde nasogastrique intermittente en bolus (DMP 2 jours, IC à 95 %, -0,4 à 4,1). Aucune différence significative n’a été observée concernant la croissance somatique et l’incidence d’entérocolite nécrosante entre les méthodes d’alimentation, indépendamment de la mise en place de la sonde. Une étude a noté une tendance à un nombre plus élevé d’apnées au cours de la période d’étude chez les nourrissons alimentés par sonde en continu par rapport à ceux alimentés par intermittence principalement par sonde oro-gastrique [différence moyenne (DM) 14,0 apnées au cours de la période d’étude ; IC à 95 % -0,2 à 28,2]. Lors d’une analyse en sous-groupe axée sur les groupes de poids, une étude a suggéré que les nourrissons dont le poids de naissance était inférieur à 1 000 grammes et compris entre 1 000 et 1 250 grammes prenaient du poids plus rapidement lorsqu’ils étaient alimentés par sonde nasogastrique en continu par rapport à ceux qui étaient alimentés par sonde nasogastrique par intermittence (DM 2,0 g/jour ; IC à 95 % 0,5 à 3,5 ; DM 2,0 g/jour ; IC à 95 % 0,2 à 3,8, respectivement). Une étude a mentionné une tendance à une sortie de l’hôpital plus précoce chez les nourrissons dont le poids de naissance était inférieur à 1 000 grammes alimentés par sonde en continu par comparaison avec ceux qui étaient alimentés par sonde nasogastrique par intermittence (DM -11 jours ; IC à 95 % -21,8 à -0,2).

Conclusions des auteurs

La petite taille des échantillons, les limitations méthodologiques, les incohérences des variables de contrôle qui sont susceptibles d’avoir une incidence sur les résultats et les résultats contradictoires des études à ce jour rendent difficile la formulation de recommandations universelles sur la meilleure méthode d’alimentation par sonde chez les prématurés de moins de 1 500 grammes. Les bénéfices cliniques et les risques de l’alimentation au lait par sonde nasogastrique en continu par opposition à l’alimentation au lait par sonde nasogastrique intermittente ne peuvent pas être identifiés de manière fiable à partir des informations provenant des essais randomisés disponibles à ce jour, qui sont limitées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Alimentation au lait par sonde nasogastrique en continu par opposition à l’alimentation au lait intermittente en bolus chez les prématurés de moins de 1 500 grammes

Aucune différence n’a été observée quant au temps nécessaire aux prématurés de faible poids de naissance pour arriver à une alimentation au lait complète par une sonde introduite dans l’estomac soit en continu, soit pendant 10 à 20 minutes toutes les deux à trois heures. Les prématurés ayant un poids de naissance inférieur à 1 500 grammes ne sont pas capables de coordonner la succion, la déglutition et la respiration. L’alimentation dans le tractus gastro-intestinal (alimentation entérale) contribue au développement du tractus gastro-intestinal et à la croissance. Par conséquent, en plus d’être alimentés par une sonde introduite dans une veine (voie parentérale), les prématurés peuvent recevoir du lait par une sonde entrant dans le nez et descendant jusqu'à l'estomac (alimentation par sonde nasogastrique) ou passant par la bouche et descendant jusqu’à l’estomac (alimentation par sonde oro-gastrique). Généralement, une quantité donnée de lait est administrée pendant 10 à 20 minutes toutes les deux à trois heures (alimentation par gavage intermittente en bolus). Certains médecins préfèrent alimenter les prématurés en continu. Chaque méthode d’alimentation comporte des effets bénéfiques (par exemple, arriver à une alimentation complète plus tôt), mais elle peut également avoir des effets dangereux (inflammation destructrice du tractus gastro-intestinal ou entérocolite nécrosante). Aucune différence n’a été notée entre les méthodes d’alimentation quant au temps nécessaire aux nourrissons pour parvenir à une alimentation complète, indépendamment de la mise en place de la sonde. Les rapports sur l’incidence de l’inflammation destructrice du tractus gastro-intestinal (entérocolite nécrosante) étaient similaires. Les preuves ne sont toutefois pas suffisantes pour déterminer la meilleure méthode d’alimentation pour les prématurés de faible poids de naissance. Des recherches supplémentaires doivent être menées dans ce domaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français