Interventions for smoking cessation in hospitalised patients

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors

  • Nancy A Rigotti,

    Corresponding author
    1. Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School, Tobacco Research and Treatment Center, Department of Medicine, Boston, Massachusetts, USA
    • Nancy A Rigotti, Tobacco Research and Treatment Center, Department of Medicine, Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School, S50-9, Boston, Massachusetts, 02114, USA. nrigotti@partners.org.

    Search for more papers by this author
  • Carole Clair,

    1. University of Lausanne, Department of Ambulatory Care and Community Medicine, Lausanne, Switzerland
    2. Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School, Tobacco Research and Treatment Center, Boston, Massachusetts, USA
    Search for more papers by this author
  • Marcus R Munafò,

    1. University of Bristol, Department of Experimental Psychology, Bristol, UK
    Search for more papers by this author
  • Lindsay F Stead

    1. University of Oxford, Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Smoking contributes to reasons for hospitalisation, and the period of hospitalisation may be a good time to provide help with quitting.

Objectives

To determine the effectiveness of interventions for smoking cessation that are initiated for hospitalised patients.

Search methods

We searched the Cochrane Tobacco Addiction Group register which includes papers identified from CENTRAL, MEDLINE, EMBASE and PsycINFO in December 2011 for studies of interventions for smoking cessation in hospitalised patients, using terms including (hospital and patient*) or hospitali* or inpatient* or admission* or admitted.

Selection criteria

Randomized and quasi-randomized trials of behavioural, pharmacological or multicomponent interventions to help patients stop smoking, conducted with hospitalised patients who were current smokers or recent quitters (defined as having quit more than one month before hospital admission). The intervention had to start in the hospital but could continue after hospital discharge. We excluded studies of patients admitted to facilities that primarily treat psychiatric disorders or substance abuse, studies that did not report abstinence rates and studies with follow-up of less than six months. Both acute care hospitals and rehabilitation hospitals were included in this update, with separate analyses done for each type of hospital.

Data collection and analysis

Two authors extracted data independently for each paper, with disagreements resolved by consensus.

Main results

Fifty trials met the inclusion criteria. Intensive counselling interventions that began during the hospital stay and continued with supportive contacts for at least one month after discharge increased smoking cessation rates after discharge (risk ratio (RR) 1.37, 95% confidence interval (CI) 1.27 to 1.48; 25 trials). A specific benefit for post-discharge contact compared with usual care was found in a subset of trials in which all participants received a counselling intervention in the hospital and were randomly assigned to post-discharge contact or usual care. No statistically significant benefit was found for less intensive counselling interventions. Adding nicotine replacement therapy (NRT) to an intensive counselling intervention increased smoking cessation rates compared with intensive counselling alone (RR 1.54, 95% CI 1.34 to 1.79, six trials). Adding varenicline to intensive counselling had a non-significant effect in two trials (RR 1.28, 95% CI 0.95 to 1.74). Adding bupropion did not produce a statistically significant increase in cessation over intensive counselling alone (RR 1.04, 95% CI 0.75 to 1.45, three trials). A similar pattern of results was observed in a subgroup of smokers admitted to hospital because of cardiovascular disease (CVD). In this subgroup, intensive intervention with follow-up support increased the rate of smoking cessation (RR 1.42, 95% CI 1.29 to 1.56), but less intensive interventions did not. One trial of intensive intervention including counselling and pharmacotherapy for smokers admitted with CVD assessed clinical and health care utilization endpoints, and found significant reductions in all-cause mortality and hospital readmission rates over a two-year follow-up period. These trials were all conducted in acute care hospitals. A comparable increase in smoking cessation rates was observed in a separate pooled analysis of intensive counselling interventions in rehabilitation hospitals (RR 1.71, 95% CI 1.37 to 2.14, three trials).

Authors' conclusions

High intensity behavioural interventions that begin during a hospital stay and include at least one month of supportive contact after discharge promote smoking cessation among hospitalised patients. The effect of these interventions was independent of the patient's admitting diagnosis and was found in rehabilitation settings as well as acute care hospitals. There was no evidence of effect for interventions of lower intensity or shorter duration. This update found that adding NRT to intensive counselling significantly increases cessation rates over counselling alone. There is insufficient direct evidence to conclude that adding bupropion or varenicline to intensive counselling increases cessation rates over what is achieved by counselling alone.

摘要

背景

住院病人的戒菸介入處置

住院提供了幫助患者成功戒菸的機會。在感覺到自己的脆弱性時,人們比較願意接受協助,在一個吸菸是受限制或被禁止的環境也可能比較容易戒菸。在住院期間提供戒菸服務可能可以協助更多人決定並維持戒菸的嘗試

目標

評估對住院病人提供戒菸治療的效果

搜尋策略

我們搜尋了Cochrane Tobacco Addiction Group,此資料庫包含了來自於CENTRAL、MEDLINE、EMBASE與PSYCINFO(2007年1月)與CINAHL(2006年8月)中對於住院病人提供戒菸介入處置的研究,使用(hospital與patient∗)或hospitali∗或inpatient∗或admission∗或admitted來搜尋

選擇標準

對目前有吸菸或最近戒菸(定義為在入院前已戒菸超過一個月)的住院病人,以行為、藥物或多元介入處置協助病人戒菸的隨機試驗及類隨機試驗。介入處置在住院期間開始,但可以在出院後仍持續。我們排除因精神疾病或物質濫用而住院的病人,以及沒有呈現戒菸率、追蹤期短於六個月的研究

資料收集與分析

兩位作者獨立地從各個文獻擷取資料,若有不同的意見則取得共識來解決

主要結論

33個試驗符合納入的標準。在住院期間進行密集的諮商並在出院後至少給予一個月的支持性接觸,會增加出院後的戒菸率(勝算比 (OR) 1.65, 95% 信賴區間 (CI) 1.44 to 1.90; 17個試驗)。較不密集的諮商介入則沒有統計上顯著的效果。有一個研究檢驗住院期間一次簡短(小於15分鐘)的會談並沒有效果(OR 1.16, 95% CI 0.80 to 1.67)。住院期間較長時間的諮商與較高的戒菸率並沒有關連(OR 1.08, 95% CI 0.89 to 1.29, 8個試驗)。即使在住院期間開始進行諮商,而在出院後的支持性接觸少於一個月,也沒有顯著的成效(OR 1.09, 95% CI 0.91 to 1.31,6個試驗)。加上尼古丁替代治療(NRT)的戒菸率,並沒有比單獨進行密集性諮商的戒菸率,要有統計上顯著的增加(OR 1.47, 95% CI 0.92 to 2.35, 5個研究)。有一個研究檢驗了在密集諮商之外再加上bupropion,也沒有顯著的增加效果(OR 1.56, 95% CI 0.79 to 3.06)。對於因為心血管疾病(CVD)而住院的吸菸者也有相類似的結果。在這一群次團體中,密集的諮商再加上追蹤的支持增加戒菸率(OR 1.81, 95% CI 1.54 to 2.15, 11個試驗),但較不密集的諮商則沒有效果。有1個研究是對因CVD住院的吸菸者,進行包括諮商與藥物治療的密集治療,評估臨床與健康照護的利用終點,發現在兩年的追蹤期間,各種原因的死亡率以及再住院率都顯著的降低

作者結論

在住院期間開始高密集性的行為治療並包括出院後至少一個月的支持性接觸會促使住院病人戒菸。這些介入是有效的,不論病人的住院診斷為何。密集度較低或時間較短的介入並沒有顯示出成效。沒有足夠的直接證據來支持在密集性諮商加上尼古丁替代療法(NRT)或bupropion,會比單獨進行諮商要增加戒菸率,但在這次的更新中,NRT的療效的證據被強化,而點估計與其他的研究是一致的,顯示NRT與bupropion是有效的

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院陳美雀翻譯

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌

總結

在住院期間開始進行戒菸介入處置可協助病人戒菸。吸菸會導致許多健康問題,包括癌症、心血管疾病與肺部疾病。吸菸也會增加因開刀住院的機率。因吸菸相關疾病住院的人會比較願意接受戒菸的協助。我們對研究的回顧發現在住院期間開始戒菸介入處置,且包含出院後至少一個月的追蹤支持是有效的。這樣的治療對於所有住院的吸菸者都是有效的,不論住院診斷為何,也包括因為心血管疾病住院的吸菸者

Résumé scientifique

Interventions de sevrage tabagique destinées aux patients hospitalisés

Contexte

Le tabagisme fait partie des motifs d'hospitalisation et la période d'hospitalisation peut être mise à profit pour proposer une aide au sevrage tabagique.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des interventions de sevrage tabagique proposées aux patients hospitalisés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur le tabagisme qui comprend des articles issus de CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et PSYCINFO en décembre 2011 concernant des études sur des interventions de sevrage tabagique auprès de patients hospitalisés, en utilisant des termes comme hospital et patient* ou hospitali* ou inpatient* ou admission* ou encore admitted.

Critères de sélection

Des essais randomisés et quasi randomisés concernant des interventions comportementales, pharmacologiques ou à composantes multiples pour aider les patients à arrêter de fumer, menées sur des patients fumeurs hospitalisés ou ayant arrêté de fumer depuis peu (plus d'un mois avant leur admission à l'hôpital). L'intervention devait débuter à l'hôpital mais pouvait se poursuivre après la sortie. Nous avons exclu les études portant sur des patients admis à l'hôpital qui examinaient principalement les troubles psychiatriques ou la consommation abusive de substances, ainsi que celles qui ne mentionnaient pas les taux d'abstinence et celles avec un suivi de moins de six mois. Les hôpitaux de soins actifs et les hôpitaux de réadaptation étaient inclus dans cette mise à jour, avec des analyses distinctes réalisées pour chaque type d'hôpital.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données pour chaque article, les désaccords étant résolus par consensus.

Résultats principaux

Cinquante essais répondaient aux critères d'inclusion. Les interventions de conseils intensifs initiées pendant l'hospitalisation et poursuivies avec des contacts de soutien pendant au moins un mois après la sortie d'hôpital ont augmenté les taux de sevrage tabagique après la sortie d'hôpital (risque relatif (RR) 1,37, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,27 à 1,48 ; 25 essais). Un effet bénéfique spécifique des contacts après la sortie comparés à des soins standard a été observé dans un sous-ensemble d'essais dans lesquels tous les participants bénéficiaient d'une intervention de conseils à l'hôpital et étaient affectés de façon aléatoire à un contact après sortie ou à des soins standard. Aucun effet bénéfique statistiquement significatif n'a été observé pour les interventions de conseils moins intensifs. L'ajout d'un traitement de substitution nicotinique (TSN) à une intervention de conseils intensifs augmentait les taux de sevrage tabagique par rapport aux conseils intensifs seuls (RR 1,54, IC à 95 % 1,34 à 1,79, six essais). L'ajout de varénicline à une intervention de conseils intensifs n'avait aucun effet significatif dans deux essais (RR 1,28, IC à 95 % 0,95 à 1,74). L'ajout de bupropion n'a pas entraîné d'augmentation statistiquement significative du sevrage tabagique par rapport à une intervention de conseils intensifs seule (RR 1,04, IC à 95 % 0,75 à 1,45, trois essais). Un profil de résultats similaire a été observé dans un sous-groupe de fumeurs admis à l'hôpital pour cause de maladie cardiovasculaire (MCV). Dans ce sous-groupe, l'intervention intensive avec soutien de suivi a augmenté les taux de sevrage tabagique (RR 1,42, IC à 95 % 1,29 à 1,56), contrairement aux interventions moins intensives. Un essai portant sur une intervention intensive comprenant des séances de conseils et une pharmacothérapie pour les fumeurs admis en raison d'une MCV a évalué les critères cliniques ou de soins et a révélé des diminutions significatives de la mortalité toutes causes confondues et des taux de réadmission sur une période de suivi de deux ans. Ces essais ont tous été réalisés dans des hôpitaux de soins actifs. Une augmentation comparable des taux de sevrage tabagique a été observée dans une analyse combinée distincte des interventions de conseils intensifs dans des hôpitaux de réadaptation (RR 1,71, IC à 95 % 1,37 à 2,14, trois essais).

Conclusions des auteurs

Les interventions comportementales de haute intensité qui débutent pendant l'hospitalisation et incluent au moins un mois de contacts de soutien après la sortie d'hôpital facilitent le sevrage tabagique des patients hospitalisés. Les effets de ces interventions étaient indépendants du diagnostic d'hospitalisation du patient et étaient observés dans les milieux de réadaptation, ainsi que dans les hôpitaux de soins actifs. Il n'y avait aucune preuve d'effets concernant des interventions d'intensité inférieure ou de brève durée. Cette mise à jour a observé que l'ajout d'une TSN à une intervention de conseils intensifs augmente de façon significative les taux de sevrage par rapport à une intervention de conseils seule. Les preuves directes sont insuffisantes pour conclure que l'ajout de bupropion ou de varénicline à une intervention de conseils intensifs augmente les taux de sevrage tabagique par rapport à une intervention de conseils seule.

Plain language summary

Interventions started during hospitalisation to help people to stop smoking

Smoking contributes to many health problems including cancers, cardiovascular disease and lung diseases. Smoking also increases the risk associated with hospitalisation for surgery. People who are in hospital because of a smoking-related illness are likely to be more receptive to help to give up smoking. Our review of fifty trials found that effective programmes to stop smoking are those that begin during a hospital stay and include counselling with follow-up support for at least one month after discharge. Such programmes are effective when administered to all hospitalised smokers, regardless of the reason why they were admitted to hospital, and in the subset of smokers who are admitted to hospital with cardiovascular disease. Adding nicotine replacement therapy to a counselling program increases the success rate of a program for hospitalised smokers.

Résumé simplifié

Interventions initiées pendant l'hospitalisation pour aider les patients à arrêter de fumer

Le tabagisme contribue à de nombreux problèmes de santé, notamment les cancers et les maladies cardiovasculaires et pulmonaires. Le tabagisme augmente également les risques associés à l'hospitalisation chirurgicale. Les patients hospitalisés pour des maladies liées au tabagisme sont susceptibles d'être plus réceptifs aux interventions de sevrage tabagique proposées. Notre revue portant sur cinquante essais a observé que les programmes de sevrage tabagique efficaces sont ceux ayant débuté lors d'un séjour à l'hôpital et comprenant un soutien avec suivi d'au moins un mois après la sortie d'hôpital. Ces programmes sont efficaces lorsqu'ils sont administrés à tous les fumeurs hospitalisés, quel que soit le motif de leur hospitalisation, et au sous-groupe de fumeurs qui sont admis à l'hôpital en raison d'une maladie cardiovasculaire. L'ajout d'un traitement de substitution nicotinique à un programme de conseils augmente le taux de réussite d'un programme destiné aux fumeurs hospitalisés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Streszczenie prostym językiem

Interwencje, których celem była pomoc w rzuceniu palenia rozpoczynane w trakcie hospitalizacji

Palenie tytoniu przyczynia się do powstawania wielu problemów zdrowotnych, w tym nowotworów, chorób układu sercowo-naczyniowego i chorób płuc. Palenie zwiększa także ryzyko związane z hospitalizacją z powodu zabiegu operacyjnego. Osoby przebywające w szpitalu z powodu choroby związanej z paleniem tytoniu mogą być bardziej otwarte na przyjęcie pomocy w zerwaniu z nałogiem. W niniejszym przeglądzie obejmującym 50 badań stwierdzono, że programy antynikotynowe, które rozpoczynają się w trakcie pobytu chorego w szpitalu i obejmują poradnictwo antynikotynowe i dalsze wspomaganie przez co najmniej 1 miesiąc od wypisania ze szpitala są skuteczne. Tego typu programy są skuteczne u wszystkich hospitalizowanych palaczy, bez względu na przyczynę przyjęcia do szpitala, a także w podgrupie palaczy przyjętych do szpitala z powodu choroby sercowo-naczyniowej. Zastosowanie nikotynowej terapii zastępczej łącznie z programem poradnictwa antynikotynowego zwiększa skuteczność takiego programu u hospitalizowanych palaczy.

Uwagi do tłumaczenia

Tłumaczenie Bartłomiej Matulewicz Redakcja Karolina Moćko

Ancillary