Intervention Review

Adrenergic drugs for urinary incontinence in adults

  1. Ammar Alhasso1,*,
  2. Cathryn MA Glazener2,
  3. Robert Pickard3,
  4. James MO N'Dow4

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 20 JUL 2005

Assessed as up-to-date: 27 FEB 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD001842.pub2

How to Cite

Alhasso A, Glazener CMA, Pickard R, N'Dow JMO. Adrenergic drugs for urinary incontinence in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 3. Art. No.: CD001842. DOI: 10.1002/14651858.CD001842.pub2.

Author Information

  1. 1

    Western General Hospital, Department of Urology, Edinburgh, UK

  2. 2

    University of Aberdeen, Health Services Research Unit, Aberdeen, Scotland, UK

  3. 3

    Newcastle University, Institute of Cellular Medicine, Newcastle upon Tyne, Tyne and Wear, UK

  4. 4

    Aberdeen Royal Infirmary, NHS Trust, Ward 44, Aberdeen, Scotland, UK

*Ammar Alhasso, Department of Urology, Western General Hospital, Crewe Road South, Edinburgh, EH4 2XU, UK. Ammar.Alhasso@nhs.net.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 20 JUL 2005

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Adrenergic drugs have been used for the treatment of urinary incontinence. However, they have generally been considered to be ineffective or to have side effects which may limit their clinical use.

Objectives

To determine the effectiveness of adrenergic agonists in the treatment of urinary incontinence in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register (searched 15 September 2010) and the reference lists of relevant articles.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials in adults with urinary incontinence which included an adrenergic agonist drug in at least one arm of the trial.

Data collection and analysis

Two reviewers independently assessed eligibility, trial quality and extracted data. Data were processed as described in the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions.

Main results

Twenty-two eligible randomised trials were identified, of which 11 were crossover trials. The trials included 1099 women with 673 receiving an adrenergic drug (phenylpropanolamine in 11 trials, midodrine in two, norepinephrine in three, clenbuterol in another three, terbutaline in one, eskornade in one and Ro 115-1240 in one). No trials included men.

The limited evidence suggested that an adrenergic agonist drug is better than placebo in reducing the number of pad changes and incontinence episodes, as well as improving subjective symptoms. In two small trials, the drugs also appeared to be better than pelvic floor muscle training, possibly reflecting relative acceptability of the treatments to women but perhaps due to differential withdrawal of women from the trial groups. There was not enough evidence to evaluate the use of higher compared to lower doses of adrenergic agonists nor the relative merits of an adrenergic agonist drug compared with oestrogen, whether used alone or in combination.

Over a quarter of women reported adverse effects. There were similar numbers of adverse effects with adrenergics, placebo or alternative drug treatment. However, when these were due to recognised adrenergic stimulation (insomnia, restlessness and vasomotor stimulation) they were only severe enough to stop treatment in 4% of women.

Authors' conclusions

There was weak evidence to suggest that use of an adrenergic agonist was better than placebo treatment. There was not enough evidence to assess the effects of adrenergic agonists when compared to or combined with other treatments. Further larger trials are needed to identify when adrenergics may be useful. Patients using adrenergic agonists may suffer from minor side effects, which sometimes cause them to stop treatment. Rare but serious side effects, such as cardiac arrhythmias and hypertension, have been reported.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Adrenergic drugs for urinary incontinence in adults

Urinary incontinence is the leakage of urine, and when caused by coughing or exercising it is called stress incontinence. It may be caused by damage to muscles either holding up the bladder or holding the bladder neck closed. Adrenergic agonist drugs may help the bladder neck muscle to contract more strongly. This review of 22 trials involving 673 women and seven different adrenergic drugs found weak evidence that adrenergic agonists may help stress urinary incontinence. Side effects do occur but are usually minor. Rarely, more serious adverse effects such as high blood pressure can occur. More evidence is needed to compare adrenergic drugs with other drugs for stress incontinence and also with pelvic floor muscle exercises.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Les médicaments adrénergiques pour l'incontinence urinaire chez l'adulte

Contexte

Les adrénergiques sont utilisés pour traiter l'incontinence urinaire. Pour autant, ils sont généralement considérés comme étant inefficaces ou comme ayant des effets secondaires susceptibles de limiter leur utilisation clinique.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des agonistes adrénergiques dans le traitement de l'incontinence urinaire de l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais spécialisés du groupe Cochrane sur l’incontinence (recherches du 15.09.10) et les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur des adultes souffrant d'incontinence urinaire qui incluaient un agoniste adrénergique dans au moins un bras de l'essai.

Recueil et analyse des données

Deux relecteurs ont évalué l'éligibilité et la qualité des essais et ont extrait les données, de façon indépendante. Les données ont été traitées comme décrit dans le guide Cochrane sur les revues systématiques des interventions (Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions).

Résultats Principaux

Vingt-deux essais randomisés éligibles ont été identifiés, dont 11 étaient des essais croisés. Les essais incluaient 1099 femmes, dont 673 recevaient un médicament adrénergique (phénylpropanolamine dans 11 essais, midodrine dans deux, norépinéphrine dans trois, clenbutérol dans trois autres, terbutaline dans un, eskornade dans un et Ro 115-1240 dans un). Aucun essai n'incluait des hommes.

Les données limitées suggéraient qu'un agoniste adrénergique est mieux qu'un placebo pour réduire le nombre de changements de garnitures et les épisodes d'incontinence, et également pour améliorer les symptômes subjectifs. Dans deux essais de petite taille, les médicaments semblaient également être meilleurs que la rééducation des muscles du plancher pelvien, ce qui reflète vraisemblablement une acceptabilité relative des traitements par les femmes mais peut être en raison de l'abandon différentiel des femmes dans les groupes d'essai. Il n'existait pas suffisamment de données permettant d'évaluer l'utilisation de doses plus élevés par rapport à des doses plus faibles d'agonistes adrénergiques, ni d'évaluer les mérites relatifs d'un agoniste adrénergique par rapport à l'œstrogène, utilisé seul ou en association.

Plus d'un quart des femmes ont mentionné des effets indésirables. Les chiffres étaient similaires avec les adrénergiques, le placebo ou un autre médicament. Toutefois, lorsqu'ils étaient dus à une stimulation adrénergique reconnue (insomnie, instabilité et stimulation vasomotrice), ils étaient suffisamment graves pour interrompre le traitement chez 4 % de femmes.

Conclusions des auteurs

Les données permettant de suggérer que l'utilisation d'un agoniste adrénergique est mieux qu'un placebo sont insuffisantes. Il n'existe pas suffisamment de preuves pour évaluer les effets des agonistes adrénergiques par rapport à ou en association avec d'autres traitements. Des essais à plus grande échelle sont requis pour identifier si les adrénergiques peuvent être utiles. Les patients utilisant des agonistes adrénergiques peuvent rencontrer des effets secondaires mineurs, qui peuvent parfois les amener à interrompre le traitement. Des effets secondaires rares mais graves, comme l'arythmie cardiaque et l'hypertension, ont été mentionnés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Les médicaments adrénergiques pour l'incontinence urinaire chez l'adulte

Les médicaments adrénergiques pour l'incontinence urinaire chez l'adulte

L'incontinence est une fuite urinaire, lorsqu'elle est causée par la toux ou la pratique d'exercice physique, on l'appelle incontinence liée au stress. Elle peut être due à des dommages au niveau des muscles qui soutiennent la vessie ou qui maintiennent le col de la vessie fermé. Les agonistes adrénergiques peuvent aider le muscle du col de la vessie à se contracter plus vigoureusement. Cette revue de 22 essais totalisant 673 femmes et portant sur sept médicaments adrénergiques différents a démontré qu'il n'existait pas beaucoup de données indiquant que les agonistes adrénergiques peuvent aider l'incontinence urinaire liée au stress. Les effets secondaires existent mais ils sont généralement mineurs. A de rares occasions, des effets indésirables plus graves comme une pression sanguine élevée peuvent apparaître. Des données supplémentaires sont requises pour comparer les médicaments adrénergiques à d'autres médicaments pour l'incontinence liée au stress et également à des exercices au niveau des muscles du plancher pelvien.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

擬腎上腺素藥物之於成人尿失禁的效用

擬腎上腺素藥物被用來治療尿失禁已有一段時間。然而,它們在臨床上的使用也因有人認為其對治療尿失禁並無實質上的效果及其副作用而有所限制。

目標

為了確定擬腎上腺素致效劑在治療尿失禁的效用。

搜尋策略

搜尋Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register 及其參考文獻與相關文章。

選擇標準

選擇的標準是以有利用擬腎上腺素藥物治療成人尿失禁為其中一部分治療元素的隨機化或半隨機化的臨床試驗。

資料收集與分析

2名檢閱人分別評估各個試驗的品質和資料收取方式來確保其合格性。當中的資料也必須依照“Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions”的要求來做處理。

主要結論

我們總共回顧了符合標準的22篇隨機試驗,這些試驗總共收取了1099名婦女的資料,而當中有673位婦女是接受擬腎上腺素藥物的治療(有11篇試驗使用phenylpropanolamine,2篇使用midodrine,3篇使用norepinephrine,3篇使用clenbuterol,1篇使用terbutaline,1篇使用eskornade,1篇使用Ro 115 – 1240)。我們並不收納治療男性尿失禁的資料。有一些資料表示使用擬腎上腺素藥物在棉墊更換以及發生尿失禁的頻率上會比安慰劑有較好的效果。在當中兩篇小型試驗表示擬腎上腺素藥物比骨盆底肌肉運動有更好的效果,但這也有可能是因為對於受試著,藥物相對上有較高的可接受度與不同退出試驗比例的影響。我們沒有充分的證據能夠支持較高劑量與較低劑量擬腎上腺素藥物的作用差異,也沒有辦法評估擬腎上腺素藥物單獨使用或是合併使用雌激素的效用差異。有超過四分之一的受試者表示有受到副作用的影響,不過當中在使用擬腎上腺素藥物或是安慰劑或是其他藥物治療的受試者所感受的副作用數目並沒有太大的差異。然而,只有4%的女性受試者會因為無法忍受擬腎上腺素藥物的副作用(諸如失眠、坐立不安…等)而停止參與試驗。

作者結論

並沒有強烈的證據支持使用擬腎上腺素藥物在治療尿失禁這方面比安慰劑會有更好的效果。其中,我們也沒有較充分的證據去評估擬腎上腺素藥物在單方或副方使用時其個別的實際效果。若要確定擬腎上腺素藥物的治療效果則是需要更大型、更進一步的試驗研究。擬腎上腺素藥物的輕微副作用有時會讓病人因不適而停止接受治療。也有些少見但嚴重的副作用諸如心律不整、高血壓曾經被發表過。

翻譯人

本摘要由中國醫藥大學附設醫院蔡宛真翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

擬腎上腺素藥物在治療成人尿失禁這方面主要是被使用在應力性尿失禁(因腹部用力的活動像是咳嗽而有漏尿的情形)這部分。應力性尿失禁的成因被認為是因為膀胱或膀胱頸的肌肉受損而無法有效的維持膀胱體積以及關閉膀胱頸而致。擬腎上腺素藥物被認為在增強膀胱頸擴約肌收縮力應該會有所助益。回顧了22個試驗,總共有673名婦女受試以及7種不同的擬腎上腺素藥物被使用,並沒有強烈證據支持擬腎上腺素藥物對尿失禁會有所幫助。而一些藥物雖然少見但卻嚴重的副作用像是高血壓也被發表出來。我們需要更多的證據來證明擬腎上腺素藥物會比其他的藥物以及骨盆底肌肉運動在治療尿失禁方面來的更有效果。