Get access

Low protein diets for chronic kidney disease in non diabetic adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

For more than fifty years, low protein diets have been proposed to patients with kidney failure. However, the effects of these diets in preventing severe kidney failure and the need for maintenance dialysis have not been resolved.

Objectives

To determine the efficacy of low protein diets in delaying the need to start maintenance dialysis.

Search methods

Cochrane Renal Group studies register, the Cochrane Central Register of Controlled studies, MEDLINE, and EMBASE. Congress abstracts (American Society of Nephrology since 1990, European Dialysis Transplant Association since 1985, International Society of Nephrology since 1987). Direct contacts with investigators.

Selection criteria

Randomised studies comparing two different levels of protein intake in adult patients suffering from moderate to severe kidney failure, followed for at least one year.

Data collection and analysis

Two authors independently selected studies and extracted data. Statistical analyses were performed using the random effects model and the results expressed as risk ratio (RR) for dichotomous outcomes with 95% confidence intervals (CI). Collection of the number of "renal deaths" defined as the need for starting dialysis, the death of a patient or a kidney transplant during the study.

Main results

Ten studies were identified from over 40 studies. A total of 2000 patients were analysed, 1002 had received reduced protein intake and 998 a higher protein intake. There were 281 renal deaths recorded, 113 in the low protein diet and 168 in the higher protein diet group (RR 0.68, 95% CI 0.55 to 0.84, P = 0.0002). To avoid one renal death, 2 to 56 patients need to be treated with a low protein diet during one year.

Authors' conclusions

Reducing protein intake in patients with chronic kidney disease reduces the occurrence of renal death by 32% as compared with higher or unrestricted protein intake. The optimal level of protein intake cannot be confirmed from these studies.

摘要

背景

低蛋白飲食對於非糖尿病成人的慢性腎疾病之影響

五十多年以來,低蛋白飲食被認為對於腎臟衰竭的病患有所幫助。然而,這些低蛋白飲食在預防腎臟衰竭及長期透析患者的效果還未被證實。

目標

評估低蛋白飲食在於延緩開始長期透析治療的效果。

搜尋策略

Cochrane Renal Group 試驗登錄 (trials register), CENTRAL, MEDLINE 及 EMBASE等資料庫。會議摘要 (美國腎臟醫學會1990年起,歐洲透析移植協會1985年起,國際腎臟醫學會1987年起) 。或直接與研究者聯絡。最近一次搜尋日期:2004年12月

選擇標準

隨機實驗在中度到重度腎衰竭的成年病患中,比較了兩種不同程度的蛋白質攝取,並至少追蹤一年。

資料收集與分析

兩位研究者個別分開選擇研究並蒐集數據。統計分析使用隨機效果模式 (random effects model) 且結果以相對風險 (RR) 在95% 信賴區間 (CI) 分成兩組結果。研究中「腎臟死亡」的數量,定義為在實驗中需要開始接受透析治療、病患死亡或接受腎臟移植的個案數。

主要結論

從40項研究中搜尋出八項試驗。共有1524位病患接受分析,763位接受低蛋白飲食,761位接受高蛋白飲食。有251個腎臟死亡,其中103位吃低蛋白飲食,148位接受高蛋白飲食 (RR 0.69, 95% CI 0.56 – 0.86, P = 0.0007) 。每2 – 56位病患在一年之內接受低蛋白飲食治療,可避免腎臟衰竭的發生。

作者結論

相較於較高或不受限制的蛋白質攝取,慢性腎疾病的病患若減少蛋白質的攝取,可減少31% 腎臟衰竭的機會。但是這些研究並無法確定最理想的蛋白質攝取量為何。

翻譯人

本摘要由馬偕醫院賴傳才翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

低蛋白飲食可減緩非糖尿病患者因慢性腎功能不良導致腎衰竭的速度。因此,一些學者嘗試用低蛋白飲食來減緩腎功能衰竭的速度。由於尿素氮是所有蛋白質的分解產物,故可藉由偵測尿素氮來評估患者低蛋白飲食是否有達到要求。假使測得的尿素氮變少的話,其他毒素的累積量也會跟著變少。因此,根據本篇文獻發現,低蛋白飲食可減緩非糖尿病患者腎衰竭的速度。

Résumé scientifique

Régimes pauvres en protéines pour la néphropathie chronique chez les adultes non diabétiques

Contexte

Pendant plus de cinquante ans, les régimes pauvres en protéines ont été proposés aux patients souffrant d'une insuffisance rénale. Cependant, les effets de ces régimes dans la prévention d'une insuffisance rénale sévère et dans la nécessité d'une dialyse d'entretien n'ont pas été déterminés.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des régimes pauvres en protéines pour retarder la nécessité de débuter une dialyse d'entretien.

Stratégie de recherche documentaire

Registre des études du groupe Cochrane sur le rein, registre Cochrane Central des études contrôlées, MEDLINE et EMBASE. Résumés de congrès (American Society of Nephrology depuis 1990, European Dialysis Transplant Association depuis 1985, International Society of Nephrology depuis 1987). Contacts directs avec des chercheurs.

Critères de sélection

Essais randomisés comparant deux différents taux d'apport en protéines chez des patients adultes souffrant d'insuffisance rénale de modérée à sévère, avec un suivi d'au moins un an.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les études et extrait les données de manière indépendante. Les analyses statistiques ont été réalisées à l'aide d'un modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous forme de risque relatif (RR) pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Recueil du nombre de morts rénales définies comme la nécessité de débuter une dialyse, la mort d'un patient ou une transplantation rénale au cours de l'essai.

Résultats principaux

Dix études ont été identifiées à partir de plus de 40 études. Au total, 2 000 patients ont été analysés, 1 002 ont reçu un apport en protéines réduit et 998 un apport en protéines plus élevé. 281 morts rénales ont été enregistrées, 113 dans le groupe suivant le régime pauvre en protéines et 168 dans le groupe suivant le régime plus riche en protéines (RR 0,68, IC à 95 % entre 0,55 et 0,84, P = 0,0002). Afin d'éviter une mort rénale, il convient de traiter entre 2 et 56 patients par un régime pauvre en protéines pendant un an.

Conclusions des auteurs

La réduction de l'apport en protéines chez les patients atteints de néphropathie chronique diminue les cas de mort rénale de 32 % par rapport à l'apport en protéines plus élevé ou à l'absence de restriction. Le niveau optimal d'apport en protéines ne peut pas être confirmé à partir de ces études.

Plain language summary

Low protein diets can delay kidney failure in people with kidney disease (diabetic kidney disease excluded)

Kidney disease (nephropathy) can lead to kidney failure (end-stage kidney disease). A diet low in protein is sometimes recommended to try to slow the progression of kidney disease. Monitoring compliance with a protein-restricted diet is possible by determining urea production since urea is a byproduct of the degradation of all proteins. If urea production is reduced then the accumulation of toxins will be limited.The review of studies for people with kidney disease (diabetic kidney disease excluded) found that low protein diets can delay end-stage kidney disease.

Résumé simplifié

Les régimes pauvres en protéines peuvent ralentir l'insuffisance rénale chez les personnes atteintes d'une néphropathie (maladie rénale diabétique exclue)

La maladie du rein (néphropathie) peut entraîner une insuffisance rénale (insuffisance rénale chronique terminale). Un régime pauvre en protéine est parfois recommandé pour tenter de ralentir la progression de la maladie rénale. Surveiller l'observance d'un régime restreint en protéines est possible en déterminant la production d'urée étant donné que l'urée est un sous-produit de la dégradation de toutes les protéines. En réduisant la production d'urée, on limite l'accumulation de toxines. La revue d'études pour des personnes souffrant d'une maladie rénale (maladie rénale diabétique exclue) a démontré que les régimes pauvres en protéines peuvent retarder l'insuffisance rénale chronique terminale.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Get access to the full text of this article

Ancillary