Tiagabine add-on for drug-resistant partial epilepsy

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Jennifer Pulman,

    Corresponding author
    1. Institute of Translational Medicine, University of Liverpool, Department of Molecular and Clinical Pharmacology, Liverpool, Merseyside, UK
    • Jennifer Pulman, Department of Molecular and Clinical Pharmacology, Institute of Translational Medicine, University of Liverpool, Clinical Sciences Centre for Research and Education, Lower Lane, Fazakerley, Liverpool, Merseyside, L9 7LJ, UK. jennifer.pulman@liv.ac.uk.

    Search for more papers by this author
  • Jane L Hutton,

    1. University of Warwick, Department of Statistics, Coventry, UK
    Search for more papers by this author
  • Anthony G Marson

    1. Institute of Translational Medicine, University of Liverpool, Department of Molecular and Clinical Pharmacology, Liverpool, Merseyside, UK
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Epilepsy is a common neurological condition that affects almost 0.5% to 1% of the population. Nearly 30% of people with epilepsy are resistant to currently available drugs. Tiagabine is one of the newer antiepileptic drugs; its effects as an adjunct (add-on) to standard drugs are assessed in this review.

Objectives

To evaluate the effects of add-on treatment with tiagabine on seizures, adverse effects, cognition and quality of life for people with drug-resistant localisation-related seizures.

Search methods

This is an updated version of the original Cochrane review published in 2012 (Issue 5). We searched the Cochrane Epilepsy Group Specialised Register (November 2013), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, 2013, Issue 10) and MEDLINE (1946 to November 2013). No language restrictions were imposed. We also contacted the manufacturers of tiagabine and experts in the field to seek any ongoing or unpublished studies.

Selection criteria

Randomised placebo-controlled add-on trials of people of any age with localisation-related seizures in which an adequate method of concealment of randomisation was used were included. The studies could be double-blind, single-blind or unblinded and of parallel or cross-over design. They had to have a minimum treatment period of eight weeks. Trials using an active drug control group were also included.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion and extracted data. Disagreements were resolved by discussion. Outcomes investigated included 50% or greater reduction in seizure frequency, treatment withdrawal, adverse effects, effects on cognition and quality of life. The primary analyses were performed by intention-to-treat. Worst-case and best-case analyses were calculated for seizure outcomes. Dose response was evaluated in regression models. Risk of bias in each study was assessed by two review authors using the Cochrane 'Risk of bias' tool.

Main results

Four parallel-group and two cross-over group trials were included. The overall risk ratio (RR) with 95% confidence intervals (CIs) for a 50% or greater reduction in seizure frequency (tiagabine vs placebo) was 3.16 (95% CI 1.97 to 5.07). Because of differences in response rates among trials, regression models were unable to provide reliable estimates of response to individual doses. The RR for treatment withdrawal was 1.81 (95% CI 1.25 to 2.62). The 99% CIs for the adverse effects of dizziness, fatigue, nervousness and tremor did not include unity, indicating that they are significantly associated with tiagabine. For cognitive and quality of life outcomes, the limited available data suggested no significant effects on cognition and mood and adjustment. Two of the five studies were judged as having low risk of bias, three studies unclear risk of bias and one study high risk of bias. Overall study quality was rated as high using the GRADE approach.

Authors' conclusions

Tiagabine reduces seizure frequency but is associated with some adverse effects when used as an add-on treatment for people with drug-resistant localisation-related seizures.

Résumé scientifique

Tiagabine en traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments

Contexte

L'épilepsie est un trouble neurologique courant affectant presque entre 0,5 % et 1 % de la population. Près de 30 % des patients épileptiques présentent une résistance aux médicaments actuellement disponibles. La tiagabine fait partie des antiépileptiques les plus récents ; cette revue évalue ses effets en tant que traitement complémentaire (d'appoint) aux médicaments standard.

Objectifs

Évaluer les effets de la tiagabine en traitement d'appoint sur les crises, les effets indésirables, la cognition et la qualité de vie des patients présentant des crises focales résistantes aux médicaments.

Stratégie de recherche documentaire

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée en 2012 (numéro 5). Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (novembre 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2013, numéro 10) et MEDLINE (de 1946 à novembre 2013). Aucune restriction de langue n'a été imposée. Nous avons également contacté les fabricants de tiagabine et des experts de ce domaine afin d'identifier d'éventuelles études en cours ou non publiées.

Critères de sélection

Les essais contrôlés par placebo portant sur un traitement d'appoint chez des patients de tous âges présentant des crises focales utilisant une méthode d'assignation secrète adéquate ont été inclus. Les études pouvaient être en double aveugle, en simple aveugle ou ouvertes, et de conception parallèle ou croisée. Elles devaient avoir une période minimale de huit semaines de traitement. Les essais utilisant un groupe témoin sous traitement actif ont également été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure et extrait des données de façon indépendante. Les désaccords ont été résolus par la discussion. Les critères de jugement examinés étaient une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises, l'arrêt prématuré du traitement, les effets indésirables, les effets sur la cognition et la qualité de vie. Les analyses principales ont été réalisées en intention de traiter. Des analyses de cas le plus défavorable/favorable ont également été effectuées pour le critère des crises épileptiques. La relation dose-réponse a été évaluée au moyen de modèles de régression. Le risque de biais de chaque étude a été évalué par deux auteurs de la revue à l'aide de l'outil Cochrane « Risque de biais ».

Résultats principaux

Quatre essais en groupes parallèles et deux essais croisés ont été inclus. Le risque relatif (RR) global avec intervalles de confiance (IC) à 95 % pour une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises (tiagabine versus placebo) était de 3,16 (IC à 95 % 1,97 à 5,07). En raison de différences dans les taux de réponse entre les essais, les modèles de régression n'ont pas permis d'obtenir des estimations fiables des réponses aux doses individuelles. Le RR de l'arrêt prématuré du traitement était de 1,81 (IC à 95 % 1,25 à 2,62). Les IC à 99 % pour les effets indésirables des étourdissements, de la fatigue, de la nervosité et des tremblements n'incluaient pas la valeur 1, indiquant qu'ils sont significativement associés à la tiagabine. Concernant les critères de jugement de la cognition et de la qualité de vie, les données disponibles limitées suggéraient une absence d'effet significatif sur la cognition, l'humeur et l'adaptation. Deux des six études ont été considérées comme présentant un faible risque de biais, trois un risque incertain et une étude un risque élevé de biais. La qualité globale des études a été évaluée comme étant élevée en utilisant l'approche GRADE.

Conclusions des auteurs

La tiagabine réduit la fréquence des crises mais est associée à certains effets indésirables lorsqu'elle est utilisée en traitement d'appoint chez des patients présentant des crises épileptiques focales résistantes aux médicaments.

Plain language summary

Tiagabine add-on for drug-resistant partial epilepsy

Epilepsy is a disorder in which recurrent seizures are caused by abnormal electrical discharges from the brain. Most seizures can be controlled by a single antiepileptic drug (AED); this approach is known as monotherapy. Unfortunately, some people require more than one antiepileptic drug to control their seizures, especially if these originate from one area of the brain (partial epilepsy), instead of being generalised.

Tiagabine is a newer antiepileptic drug that has been used as an additional AED to monotherapy. This review looks at the evidence about how effective tiagabine is in reducing seizures, as well as the side effects that may be associated with its use.

A search of databases was carried out on 11 November 2013. Six trials were found that included 900 people with partial epilepsy. These trials were all randomised controlled trials (RCTs) that compared the antiepileptic drug topiramate versus a placebo drug or a different AED for a period of up to 24 weeks. By taking all evidence from the trials into account, the review found that tiagabine is effective when used with other drugs to reduce the number of seizures in drug-resistant partial epilepsy. However, adding tiagabine to the usual treatment is associated with an increase in side effects such as dizziness, fatigue, nervousness and tremor.

Trials were assessed with regards to bias and quality, and overall, the quality of evidence for the outcome of seizure reduction was rated as high. The trials included in this review did not examine the long-term effects of topiramate as an add-on treatment. Future research is needed to determine how this drug performs in comparison with other newer antiepileptic drugs.

Résumé simplifié

Tiagabine en traitement d'appoint dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. La plupart des crises épileptiques peuvent être contrôlées par un seul médicament antiépileptique (AE) ; cette approche est appelée monothérapie. Malheureusement, certaines personnes ont besoin de plus d'un médicament antiépileptique pour contrôler leurs crises, en particulier si celles-ci ont leur origine dans une région du cerveau (épilepsie partielle), au lieu d'être généralisées.

La tiagabine est un médicament antiépileptique plutôt récent qui a été utilisé comme AE complémentaire à la monothérapie. Cette revue examine les preuves concernant l'efficacité de la tiagabine pour réduire les crises convulsives, ainsi que les effets secondaires qui peuvent être associés à son utilisation.

Une recherche dans les bases de données a été effectuée le 11 novembre 2013. Six essais ont été trouvés qui incluaient 900 personnes souffrant d'épilepsie partielle. Ces essais étaient tous des essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient le médicament antiépileptique topiramate par rapport à un médicament placebo ou à un autre AE pendant une période allant jusqu'à 24 semaines. En prenant en compte toutes les preuves issues de ces essais, la revue a constaté que la tiagabine est efficace lorsqu'elle est utilisée avec d'autres médicaments pour réduire le nombre de crises dans l'épilepsie partielle résistante aux médicaments. Cependant, l'ajout de la tiagabine au traitement habituel est associé à une augmentation des effets secondaires, tels que les étourdissements, la fatigue, la nervosité et les tremblements.

Les essais ont été évalués en termes de biais et de qualité, et dans l'ensemble, la qualité des preuves pour le critère de jugement de la réduction des crises a été considérée comme élevée. Les essais inclus dans cette revue n'ont pas examiné les effets à long terme du topiramate en tant que traitement d'appoint. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer l'efficacité de ce médicament par rapport à d'autres antiépileptiques plus récents.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé