Pimozide for schizophrenia or related psychoses

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Pimozide, formulated in the 1960s, continues to be marketed for the care of people with schizophrenia or related psychoses such as delusional disorder. It has been associated with cardiotoxicity and sudden unexplained deaths. Electrocardiogram monitoring is now required before and during use.

Objectives

To assess the clinical effects of pimozide for people with schizophrenia, non-affective psychotic mental illness and delusional disorder.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (July 2005).

Selection criteria

We sought all relevant randomised clinical trials comparing pimozide with other treatments.

Data collection and analysis

Working independently, we inspected citations, ordered papers, and then re-inspected and quality assessed the studies and extracted data. For homogeneous dichotomous data, we calculated the relative risk (RR), 95% confidence interval (CI), and, where appropriate, the number needed to treat (NNT) and the number needed to harm (NNH), on an intention-to-treat basis. We calculated weighted mean differences (WMD) for continuous data. We excluded data if loss to follow-up was greater than 50%.

Main results

We found 35 relevant studies (total n=1348), all including people with schizophrenia but none with delusional disorder. 123 people were randomised to pimozide versus placebo. Data suggest that pimozide prevents relapse (2 RCTs, n=66, RR 0.45 CI 0.2 to 0.9, NNT 4 CI 3 to 22). Compared with typical antipsychotic drugs, pimozide has similar efficacy for outcomes of change in global functioning, mental state, relapse and leaving the study early. People allocated to pimozide did not have a higher mortality than those taking other antipsychotic drugs. Pimozide was more likely than typical antipsychotic drugs to cause tremor in the short-term (6 RCTs, n=192, RR 1.6 CI 1.1 to 2.3, NNH 6 CI 3 to 44) and lead to need for antiparkinsonian medication (4 RCTs, n=124, RR 1.8 CI 1.2 to 2.6, NNH 3 CI 2 to 5) than other drugs. In the medium-term, however, pimozide was less likely to cause sedation (5 RCTs, n=231, RR 0.6 CI 0.5 to 0.9, NNH 6 CI 4 to 16).

Authors' conclusions

Although there are shortcomings in the data, there is enough overall consistency over different outcomes and time scales to confirm that pimozide is a drug with similar efficacy to other more commonly used antipsychotic drugs such as chlorpromazine for people with schizophrenia. There are no data to support or refute its use for those with delusional disorder.

摘要

背景

Pimozide對精神分裂症或相關精神疾病的治療

Pimozide於1960年代研發製造出來,之後便一直被拿來使用在精神分裂症或相關精神病例如妄想症的治療上. 由於此藥的使用跟心臟毒性以及突發性無法解釋的死亡有關,因此,目前在使用前及使用中都需要心電圖的監測

目標

評估pimozide對精神分裂症,非情感性精神病以及妄想症的臨床療效

搜尋策略

我們搜尋了 Cochrane Schizophrenia Group's Register (July 2005).

選擇標準

我們收尋了所有相關比較pimozide與其它治療的隨機對照試驗(randomised controlled trials;RCTs)

資料收集與分析

我們獨立地檢視引用文獻,將文獻排序,然後重新對這些文獻進行品質評估與摘錄資料。對於同質性二分法的數據,且在治療意向(intentiontotreat)的基礎上,我們計算其相對風險(RR), 95 %的信賴區間(CI),並在適當情況下算出「益一需治數」(NNT)和「害一需治數」(NNH)。針對連續性的數據,我們計算其加權平均差異(WMD)。我們排除超過50 %失去追蹤的數據。

主要結論

我們找到了35篇相關的文章(個案數1348個),所有的患者都是精神分裂患者,沒有妄想症患者。其中有123人被隨機分配到pimozide或placebo組;數據顯示pimozide可以預防復發(有2個隨機對照試驗,個案數66人, RR:0.45;CI:0.2 – 0.9;NNT:4 CI:3 – 22);與典型抗精神病藥物比較, pimozide在整體功能,精神狀態,復發率,及提早離開研究這幾個向度上的效果類似,此外,使用pimozide的患者死亡率並沒有比較高。短期使用下, pimozide比較會產生震顫(6個隨機對照試驗,個案數192人, RR:1.6;CI:1.1 – 2.3;NNH:6 CI:3 – 44)而且導致需要加上抗巴金森氏症藥物(4個隨機對照試驗,個案數124人, RR:1.8;CI:1.2 – 2.6;NNH:3 CI:2 – 5),不過使用到中期時, Pimozide比較不會導致鎮靜(5個隨機對照試驗,個案數231人, RR:0.6;CI:0.5 – 0.9;NNH:6 CI:4 – 16).

作者結論

對精神分裂症患者而言,雖然在數據上有缺點,但在不同的結果與時間測量中,有足夠的整體一致性來確認pimozide與其他較常用的抗精神病藥物(如chlorpromazine)具有類似效果。沒有數據來支持或駁斥其使用在妄想症患者上。

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院李謙益翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

Pimozide是一種發展在1960年代用於治療精神分裂症或相關精神病如妄想症的藥物。最早,Pimozid一直被認為比較適合用於治療妄想症,特別是單獨慮病性精神病(monosymptomatic hypochondriacal psychosis)這一個亞型,同時也被認為對於冷漠(apathy)、意志缺失以及遲緩和貧乏思考等症狀有幫助。我們有系統地搜尋所有已知的比較Pimozide與其他抗精神病藥物、安慰劑或不治療在處理精神分裂症或相關精神病的隨機對照試驗,結果顯示,與其他常用的典型抗精神病藥物比較, pimozide在精神狀態的改善、復發率、提早離開研究以及整體功能這幾個向度上可能是差不多的。另外,因為沒有針對妄想症患者的相關研究,所以我們無法評論Pimozide在這些患者身上的療效。對於以往擔心的有關心臟方面的副作用,此次文獻回顧的證據並不支持這樣的說法,雖然這有可能是因為研究個案數少且時間短,同時大多數受試者都沒有服用超過建議劑量上限的緣故。比起典型的抗精神病藥物,Pimozide雖然比較不容易造成嗜睡,但卻較容易引起震顫的現象,這在治療上要一起納入考量。 因為有些數據無法在此回顧中使用,因此較難呈現完整的治療結果評估;此外,大型的研究結果往往使用 ‘最後觀察值轉入(LOCF)’ 的方式來處理,這種方法效果如何還不得而知,不過卻有可能會造成數據上的偏誤。另一個問題是, ‘復發’ 這個名詞經常沒有明確的定義。

Résumé

Pimozide dans la schizophrénie ou les psychoses de même nature

Contexte

Le pimozide, formulé dans les années 1960, continue d'être commercialisé pour la prise en charge des patients atteints de schizophrénie ou de psychoses de même nature, telles que le trouble délirant. Il a été associé à une cardiotoxicité et des morts subites inexpliquées. Une surveillance par électrocardiogramme est désormais obligatoire avant et pendant son utilisation.

Objectifs

Évaluer les effets cliniques du pimozide chez les patients atteints de schizophrénie, de trouble mental psychotique non affectif et de trouble délirant.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (juillet 2005).

Critères de sélection

Nous avons recherché tous les essais cliniques randomisés pertinents comparant du pimozide à d'autres traitements.

Recueil et analyse des données

Nous avons examiné les références bibliographiques, obtenu les articles, réinspecté les études, évalué leur qualité et extrait les données de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95 % et, le cas échéant, le nombre de sujets à traiter (NST) ou le nombre nécessaire pour nuire (NNN) ont été calculés sur la base de l'intention de traiter. Les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées pour les données continues. Les données ont été exclues lorsque la perte de suivi était supérieure à 50 %.

Résultats Principaux

Nous avons identifié 35 études pertinentes (n total = 1 348), qui recrutaient toutes des patients atteints de schizophrénie mais aucun atteint de trouble délirant. 123 participants étaient randomisés pour du pimozide par rapport à un placebo. Les données suggèrent que le pimozide prévient les rechutes (2 ECR, n = 66, RR de 0,45, IC entre 0,2 et 0,9, NST de 4, IC entre 3 et 22). Le pimozide présente une efficacité similaire à celle des médicaments antipsychotiques typiques pour les critères de jugement du changement du fonctionnement global, de l'état mental, des rechutes et des arrêts prématurés. Les patients du groupe du pimozide ne présentaient pas de mortalité supérieure par rapport aux participants recevant d'autres médicaments antipsychotiques. Le pimozide était plus susceptible que les médicaments antipsychotiques typiques d'entraîner des tremblements à court terme (6 ECR, n = 192, RR de 1,6, IC entre 1,1 et 2,3, NNN de 6, IC entre 3 et 44) et un recours à des antiparkinsoniens (4 ECR, n = 124, RR de 1,8, IC entre 1,2 et 2,6, NNN de 3, IC entre 2 et 5). À moyen terme, cependant, le pimozide était moins susceptible d'entraîner une sédation (5 ECR, n = 231, RR de 0,6, IC entre 0,5 et 0,9, NNN de 6, IC entre 4 et 16).

Conclusions des auteurs

Bien que les données présentent des lacunes, la cohérence globale pour différents critères de jugement et échelles de temps est suffisante pour confirmer que l'efficacité du pimozide est similaire à celle d'autres médicaments antipsychotiques plus couramment utilisés, tels que la chlorpromazine, chez les patients schizophrènes. Aucune donnée ne permet de recommander ou de déconseiller son utilisation chez les patients atteints de trouble délirant.

Plain language summary

Pimozide for schizophrenia or related psychoses

Pimozide is a drug developed in the 1960s for the treatment of schizophrenia or related psychoses such as delusional disorder. Previously, pimozide has been advocated as the preferred drug treatment for people with delusional disorder and it has been claimed to be particularly effective for one subtype; mono-symptomatic hypochondriacal psychosis. It has also been claimed that pimozide can help symptoms such as apathy, poor volition and slow and 'impoverished' thinking.

We systematically searched for all known randomised controlled trials comparing pimozide with other antipsychotic drugs, placebo or no treatment for people with schizophrenia or related psychoses. Results suggest pimozide is probably as effective as other commonly used typical antipsychotic treatments based on the outcomes of mental state, relapse, leaving the study early and global functioning. No studies included people with a specific diagnosis of delusional disorders and therefore we cannot comment on pimozide's efficacy for this group of people. Previous concerns regarding adverse effects on the heart were not supported by data from this review, although this may be because the studies were small and short, and the majority of participants did not receive doses above present recommended limits. Pimozide may also be less prone to cause sleepiness than typical antipsychotic drugs, although this benefit has to be balanced against its greater propensity to cause tremor.

Outcome data were often poorly reported with the result that some data could not be utilised in this review. Furthermore, global state outcomes were often reported using 'last observation carried forward' and the effect of this method is unknown but does introduce a risk of a biased data set. Another problem was that 'relapse' was reported quite often without clear definition.

Résumé simplifié

Pimozide dans la schizophrénie ou les psychoses de même nature

Pimozide dans la schizophrénie ou les psychoses de même nature

Le pimozide est un médicament développé dans les années 1960 pour le traitement de la schizophrénie et des psychoses de même nature, telles que le trouble délirant. Le pimozide était précédemment recommandé en tant que traitement médicamenteux de premier choix chez les patients atteints de trouble délirant, et considéré comme particulièrement efficace dans l'un de ses sous-types : la psychose hypocondriaque monosymptomatique. Il a également été affirmé que le pimozide pouvait améliorer des symptômes tels que l'apathie, le manque de volonté et la pensée lente et appauvrie.

Nous avons recherché de manière systématique tous les essais contrôlés randomisés connus comparant du pimozide à d'autres médicaments antipsychotiques, un placebo ou une absence de traitement chez des patients atteints de schizophrénie ou de psychoses de même nature. Les résultats suggèrent que le pimozide est probablement aussi efficace que d'autres traitements antipsychotiques typiques couramment utilisés, sur la base des critères de jugement de l'état mental, des rechutes, des arrêts prématurés et du fonctionnement global. Aucune étude ne recrutait de participants présentant un diagnostic spécifique de trouble délirant et nous ne pouvons donc émettre aucun commentaire concernant l'efficacité du pimozide chez ce groupe de patients. Les préoccupations suscitées par les effets cardiaques indésirables n'étaient pas confirmées par les données de cette revue, mais cela pourrait être dû au fait que les études étaient petites et de courte durée, et que la plupart des participants ne recevaient pas de doses dépassant les limites actuellement recommandées. Le pimozide pourrait également être moins susceptible d'entraîner une somnolence que les médicaments antipsychotiques typiques, mais ce bénéfice doit être mis en rapport avec un risque supérieur de tremblements.

Les données de résultats étaient souvent mal documentées et certaines n'ont pas pu être utilisées dans cette revue. De plus, les critères de jugement de l'état global étaient souvent documentés à l'aide de la méthode d'analyse LOCF (last observation carried forward soit dernière observation rapportée) ; l'effet de cette méthode est inconnue mais introduit un risque de biais pour l'ensemble des données. Nous avons également observé que des rechutes étaient rapportées assez fréquemment sans être clairement définies.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary