Intervention Review

You have free access to this content

Delayed introduction of progressive enteral feeds to prevent necrotising enterocolitis in very low birth weight infants

  1. Jessie Morgan,
  2. Lauren Young,
  3. William McGuire*

Editorial Group: Cochrane Neonatal Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 26 APR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD001970.pub4

How to Cite

Morgan J, Young L, McGuire W. Delayed introduction of progressive enteral feeds to prevent necrotising enterocolitis in very low birth weight infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD001970. DOI: 10.1002/14651858.CD001970.pub4.

Author Information

  1. Hull York Medical School & Centre for Reviews and Dissemination, University of York, York, UK

*William McGuire, Hull York Medical School & Centre for Reviews and Dissemination, University of York, York, Y010 5DD, UK. William.McGuire@hyms.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The introduction of enteral feeds for very preterm (< 32 weeks) or very low birth weight (< 1500 g) infants is often delayed for several days or longer after birth due to concern that early introduction may not be tolerated and may increase the risk of necrotising enterocolitis (NEC). However, delaying enteral feeding could diminish the functional adaptation of the gastrointestinal tract and prolong the need for parenteral nutrition with its attendant infectious and metabolic risks.

Objectives

To determine the effect of delayed introduction of progressive enteral feeds on the incidence of necrotising enterocolitis, mortality and other morbidities in very preterm or very low birth weight infants.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library, 2013, Issue 3), MEDLINE (1966 to April 2013), EMBASE (1980 to April 2013), CINAHL (1982 to April 2013), conference proceedings, and previous reviews.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials that assessed the effect of delayed (more than four days after birth) versus earlier introduction of progressive enteral feeds on the incidence of NEC, mortality and other morbidities in very preterm or very low birth weight infants.

Data collection and analysis

We extracted data using the standard methods of the Cochrane Neonatal Review Group, with separate evaluation of trial quality and data extraction by two review authors.

Main results

We identified seven randomised controlled trials in which a total of 964 infants participated. Few participants were extremely preterm (< 28 weeks) or extremely low birth weight (< 1000 g). The trials defined delayed introduction as later than five to seven days after birth and early introduction as less than four days after birth. Meta-analyses did not detect statistically significant effects on the risk of NEC (typical risk ratio (RR) 0.92 (95% confidence interval (CI) 0.64 to 1.34) or all-cause mortality (typical RR 1.26 (95% CI 0.78 to 2.01)). Three of the trials restricted participation to growth-restricted infants with Doppler ultrasound evidence of abnormal fetal circulatory distribution or flow. Planned subgroup analyses of these trials did not find any statistically significant effects on the risk of NEC or all-cause mortality. Infants who had delayed introduction of enteral feeds took longer to establish full enteral feeding (reported median difference two to four days).

Authors' conclusions

The evidence available from randomised controlled trials suggests that delaying the introduction of progressive enteral feeds beyond four days after birth does not affect the risk of developing NEC in very preterm or very low birth weight infants, including growth-restricted infants. Delaying the introduction of progressive enteral feeds results in a few days delay in establishing full enteral feeds but the clinical importance of this effect is unclear. The applicability of these findings to extremely preterm or extremely low birth weight is uncertain. Further randomised controlled trials in this population may be warranted.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

No evidence that delayed introduction of progressive enteral feeds prevents necrotising enterocolitis in very low birth weight infants

Very preterm (< 32 weeks) or very low birth weight infants (< 1500 g) are at risk of developing a severe bowel disorder called necrotising enterocolitis. It is thought that one possible way to prevent this condition is to delay the introduction of milk feeds until several days (or longer) after birth. We found seven trials involving 964 infants that assessed the effect of delayed rather than early introduction of milk feeds for very preterm or very low birth weight infants. Data from these trials did not provide any evidence that delaying enteral feeding reduces the risk of necrotising enterocolitis.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Introduction tardive de l'alimentation entérale progressive pour prévenir l'entérocolite nécrosante chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance

Contexte

L'introduction d'une alimentation par voie entérale chez les nouveau-nés très prématurés (< 32 semaines) ou de très faible poids de naissance (< 1500 g) est souvent retardée de quelques jours ou plus après la naissance en raison d'inquiétudes que l'introduction précoce ne soit pas tolérée et accroisse le risque d'entérocolite nécrosante. Cependant, le report de l'alimentation par voie entérale pourrait diminuer l'adaptation fonctionnelle du tractus gastro-intestinal et prolonger le besoin d'alimentation parentérale avec les risques infectieux et métaboliques qui l'accompagnent.

Objectifs

Déterminer l'effet de l'introduction tardive de la nutrition entérale progressive sur l'incidence de l'entérocolite nécrosante, de la mortalité et d'autres pathologies chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, 2013, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à avril 2013), EMBASE (de 1980 à avril 2013), CINAHL (de 1982 à avril 2013), les actes de conférence et les revues antérieures.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés évaluant l'effet de l'introduction tardive (plus de quatre jours après la naissance) de l'alimentation entérale progressive par rapport à son introduction précoce sur l'incidence de la NEC, de la mortalité et d'autres pathologies chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données en utilisant les méthodes standard du Groupe thématique Cochrane sur la néonatologie avec une évaluation de la qualité des essais et une extraction des données réalisées séparément par deux auteurs de la revue.

Résultats Principaux

Nous avons identifié sept essais contrôlés randomisés auxquels ont participé un total de 964 nouveau-nés. Peu de participants étaient des nourrissons extrêmement prématurés (< 28 semaines) ou de poids de naissance extrêmement faible (< 1000 g). Les essais avaient défini l'introduction tardive comme s'opérant plus de cinq à sept jours après la naissance et l'introduction précoce comme réalisée moins de quatre jours après la naissance. Les méta-analyses n'ont pas décelé d'effets statistiquement significatifs sur le risque de ECN (risque relatif (RR) de 0,92 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,64 à 1,34) ou de mortalité toutes causes (RR typique 1,26 ; IC 95% 0,78 à 2,01). Trois des essais avaient limité la participation aux nouveau-nés présentant un retard de croissance et chez qui l'échographie Doppler avait montré une distribution ou un débit anormal de la circulation fœtale. Les analyses en sous-groupes planifiées de ces essais n'ont pas trouvé d'effets statistiquement significatifs sur le risque de ECN ou de mortalité toutes causes. Chez les nourrissons dont l'introduction de l'alimentation entérale avait été retardée, la mise en place d'une pleine alimentation entérale avait pris plus de temps (différence médiane rapportée de deux à quatre jours).

Conclusions des auteurs

Les données disponibles provenant d'essais contrôlés randomisés suggèrent que le fait de retarder l'introduction de l'alimentation entérale progressive au-delà de quatre jours après la naissance n'affecte pas le risque d'ECN pour les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance, y compris chez ceux présentant un retard de croissance. Retarder l'introduction de l'alimentation entérale progressive a pour résultat de retarder de quelques jours l'établissement d'une pleine alimentation entérale, mais l'importance clinique de cet effet n'est pas claire. L'applicabilité de ces résultats aux nouveau-nés extrêmement prématurés ou de poids de naissance extrêmement faible demeure incertaine. Il pourrait être nécessaire de réaliser de nouveaux essais contrôlés randomisés dans cette population.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Introduction tardive de l'alimentation entérale progressive pour prévenir l'entérocolite nécrosante chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance

Il n'y a pas de preuve que l'introduction tardive de l'alimentation entérale progressive prévienne l'entérocolite nécrosante chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance

Les nouveau-nés très prématurés (< 32 semaines) ou de très faible poids de naissance (< 1500 g) sont exposés au risque de développer une maladie intestinale grave appelée entérocolite nécrosante. On pense qu'une façon possible de prévenir cette affection est de n'introduire l'alimentation au lait que quelques jours (ou plus) après la naissance. Nous avons trouvé sept essais, impliquant au total 964 nouveau-nés, qui avaient évalué l'effet de l'introduction tardive plutôt que précoce de l'alimentation au lait chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance. Les données de ces essais n'ont fourni aucune preuve que le report de l'alimentation entérale réduise le risque d'entérocolite nécrosante.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.