Intervention Review

You have free access to this content

Group-based parent training programmes for improving parental psychosocial health

  1. Jane Barlow1,*,
  2. Nadja Smailagic2,
  3. Nick Huband3,
  4. Verena Roloff4,
  5. Cathy Bennett5

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 17 MAY 2014

Assessed as up-to-date: 14 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD002020.pub4


How to Cite

Barlow J, Smailagic N, Huband N, Roloff V, Bennett C. Group-based parent training programmes for improving parental psychosocial health. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 5. Art. No.: CD002020. DOI: 10.1002/14651858.CD002020.pub4.

Author Information

  1. 1

    Warwick Medical School, Division of Mental Health and Wellbeing, Coventry, UK

  2. 2

    University of Cambridge, Institute of Public Health, Cambridge, UK

  3. 3

    University of Nottingham, Institute of Mental Health, Nottingham, UK

  4. 4

    MRC Biostatistics Unit, Cambridge, UK

  5. 5

    Plymouth University Peninsula Schools of Medicine and Dentistry, Plymouth, UK

*Jane Barlow, Division of Mental Health and Wellbeing, Warwick Medical School, University of Warwick, Gibbett Hill Road, Coventry, CV4 7LF, UK. jane.barlow@warwick.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 17 MAY 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Background

Parental psychosocial health can have a significant effect on the parent-child relationship, with consequences for the later psychological health of the child. Parenting programmes have been shown to have an impact on the emotional and behavioural adjustment of children, but there have been no reviews to date of their impact on parental psychosocial wellbeing.

Objectives

To address whether group-based parenting programmes are effective in improving parental psychosocial wellbeing (for example, anxiety, depression, guilt, confidence).

Search methods

We searched the following databases on 5 December 2011: CENTRAL (2011, Issue 4), MEDLINE (1950 to November 2011), EMBASE (1980 to week 48, 2011), BIOSIS (1970 to 2 December 2011), CINAHL (1982 to November 2011), PsycINFO (1970 to November week 5, 2011), ERIC (1966 to November 2011), Sociological Abstracts (1952 to November 2011), Social Science Citation Index (1970 to 2 December 2011), metaRegister of Controlled Trials (5 December 2011), NSPCC Library (5 December 2011). We searched ASSIA (1980 to current) on 10 November 2012 and the National Research Register was last searched in 2005.

Selection criteria

We included randomised controlled trials that compared a group-based parenting programme with a control condition and used at least one standardised measure of parental psychosocial health. Control conditions could be waiting-list, no treatment, treatment as usual or a placebo.

Data collection and analysis

At least two review authors extracted data independently and assessed the risk of bias in each study. We examined the studies for any information on adverse effects. We contacted authors where information was missing from trial reports. We standardised the treatment effect for each outcome in each study by dividing the mean difference in post-intervention scores between the intervention and control groups by the pooled standard deviation.

Main results

We included 48 studies that involved 4937 participants and covered three types of programme: behavioural, cognitive-behavioural and multimodal. Overall, we found that group-based parenting programmes led to statistically significant short-term improvements in depression (standardised mean difference (SMD) -0.17, 95% confidence interval (CI) -0.28 to -0.07), anxiety (SMD -0.22, 95% CI -0.43 to -0.01), stress (SMD -0.29, 95% CI -0.42 to -0.15), anger (SMD -0.60, 95% CI -1.00 to -0.20), guilt (SMD -0.79, 95% CI -1.18 to -0.41), confidence (SMD -0.34, 95% CI -0.51 to -0.17) and satisfaction with the partner relationship (SMD -0.28, 95% CI -0.47 to -0.09). However, only stress and confidence continued to be statistically significant at six month follow-up, and none were significant at one year. There was no evidence of any effect on self-esteem (SMD -0.01, 95% CI -0.45 to 0.42). None of the trials reported on aggression or adverse effects.

The limited data that explicitly focused on outcomes for fathers showed a statistically significant short-term improvement in paternal stress (SMD -0.43, 95% CI -0.79 to -0.06). We were unable to combine data for other outcomes and individual study results were inconclusive in terms of any effect on depressive symptoms, confidence or partner satisfaction.

Authors' conclusions

The findings of this review support the use of parenting programmes to improve the short-term psychosocial wellbeing of parents. Further input may be required to ensure that these results are maintained. More research is needed that explicitly addresses the benefits for fathers, and that examines the comparative effectiveness of different types of programme along with the mechanisms by which such programmes bring about improvements in parental psychosocial functioning.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Parent training for improving parental psychosocial health

Parental psychosocial health can have a significant effect on the parent-child relationship, with consequences for the later psychological health of the child. Some parenting programmes aim to improve aspects of parental wellbeing and this review specifically looked at whether group-based parenting programmes are effective in improving any aspects of parental psychosocial health (for example, anxiety, depression, guilt, confidence).

We searched electronic databases for randomised controlled trials in which participants had been allocated to an experimental or a control group, and which reported results from at least one scientifically standardised measure of parental psychosocial health.

We included a total of 48 studies that involved 4937 participants and covered three types of programme: behavioural, cognitive-behavioural and multimodal. Overall, the results suggested statistically significant improvements in the short-term for parental depression, anxiety, stress, anger, guilt, confidence and satisfaction with the partner relationship. However, only stress and confidence continued to be statistically significant at six month follow-up, and none were significant at one year. There was no evidence of effectiveness for self-esteem at any time point. None of the studies reported aggression or adverse outcomes.

Only four studies reported the outcomes for fathers separately. These limited data showed a statistically significant short-term improvement in paternal stress but did not show whether the parenting programmes were helpful in terms of improving depressive symptoms, confidence or partner satisfaction.

This review shows evidence of the short-term benefits of parenting programmes on depression, anxiety, stress, anger, guilt, confidence and satisfaction with the partner relationship. The findings suggest that further input may be needed to support parents to maintain these benefits. However, more research is needed that explicitly addresses the benefits for fathers, and that provides evidence of the comparative effectiveness of different types of programme and identifies the mechanisms involved in bringing about change.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Programmes de groupes de soutien à la parentalité et amélioration de la santé psychosociale des parents

Contexte

La santé psychosociale des parents peut avoir un effet significatif sur la relation parent-enfant, avec des conséquences sur la santé psychologique ultérieure de l'enfant. Il est démontré que les programmes de soutien à la parentalité ont un impact sur l'ajustement émotionnel et comportemental des enfants, mais il n'y a eu aucune revue à ce jour concernant leur impact sur le bien-être psychosocial des parents.

Objectifs

Déterminer si les programmes de groupes de soutien à la parentalité sont efficaces pour améliorer le bien-être psychosocial des parents (par exemple l'anxiété, la dépression, la culpabilité, la confiance en soi).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes le 5 décembre 2012 : CENTRAL (2011, numéro 4), MEDLINE (de 1950 à novembre 2011), EMBASE (de 1980 à la semaine 48 de 2011), BIOSIS (de 1970 au 2 décembre 2011), CINAHL (de 1982 à novembre 2011), PsycINFO (de 1970 à la semaine 5 de novembre 2011), ERIC (de 1966 à novembre 2011), Sociological Abstracts (de 1952 à novembre 2011), Social Science Citation Index (de 1970 au 2 décembre 2011), le méta-registre des essais contrôlés (5 décembre 2011), NSPCC Library (5 décembre 2011). Nous avons effectué une recherche dans Assia (de 1980 à aujourd’hui) le 10 novembre 2012 et la dernière recherche dans le National Research Register en 2005.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés qui comparaient un programme de groupes de soutien à la parentalité à une situation témoin et utilisaient au moins une mesure normalisée de la santé psychosociale des parents. Les situations témoins pouvaient être l'inscription sur liste d'attente, l'absence de traitement, un traitement standard ou un placebo.

Recueil et analyse des données

Au moins deux auteurs de la revue ont extrait les données de façon indépendante et évalué le risque de biais dans chaque étude. Nous avons examiné les études à la recherche de toute information sur les effets indésirables. Nous avons contacté les auteurs lorsque des informations manquaient dans les comptes-rendus d'essais. Nous avons standardisé l'effet du traitement pour chaque critère de jugement dans chaque étude en divisant la différence moyenne des scores post-intervention entre les groupes d'intervention et les groupes témoins par l'écart-type combiné.

Résultats principaux

Nous avons inclus 48 études portant sur 4 937 participants et qui couvraient trois types de programmes : comportementaux, cognitivo-comportementaux et multimodaux. Globalement, nous avons constaté que les programmes de groupes de soutien à la parentalité conduisaient à des améliorations à court terme statistiquement significatives en ce qui concerne la dépression (différence moyenne standardisée (DMS) -0,17, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,28 à -0,07), l'anxiété (DMS -0,22, IC à 95 % de -0,43 à -0,01), le stress (DMS -0,29, IC à 95 % de -0,42 à -0,15), la colère (DMS -0,60, IC à 95 % de -1,00 à -0,20), la culpabilité (DMS -0,79, IC à 95 % de -1,18 à -0,41), la confiance en soi (DMS -0,34, IC à 95 % de -0,51 à -0,17) et la satisfaction dans la relation entre les conjoints (DMS -0,28, IC à 95 % de -0,47 à -0,09). Toutefois, seuls le stress et la confiance en soi étaient encore statistiquement significatifs au bout de six mois de suivi, et aucun critère n'était significatif au bout d'un an. Aucune preuve n'a été établie quant à un effet sur l'estime de soi (DMS -0,01, IC à 95 % de -0,45 à 0,42). Aucun des essais n'a donné lieu à des observations d'agressivité ou d’issues négatives.

Les données explicitement axées sur les résultats des pères, peu abondantes, montrent une amélioration à court terme statistiquement significative du stress paternel (DMS -0,43, IC à 95 % de -0,79 à -0,06). Nous n'avons pas pu combiner les données pour d'autres critères de jugement et les résultats des différentes études n'étaient pas concluants en ce qui concerne un possible effet sur les symptômes dépressifs, la confiance en soi ou la satisfaction envers la relation.

Conclusions des auteurs

Les résultats de cette revue confirment l’intérêt des programmes de soutien à la parentalité pour améliorer le bien-être psychosocial des parents à court terme. Des contributions supplémentaires sont peut-être nécessaires pour pérenniser ces résultats. Il est nécessaire d'effectuer d'autres recherches qui traitent explicitement des bénéfices pour les pères, d’une part, et qui examinent, d’autre part, l'efficacité comparée de différents types de programme, ainsi que les mécanismes par lesquels ces programmes apportent des améliorations dans le fonctionnement psychosocial des parents.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Le soutien à la parentalité pour l'amélioration de la santé psychosociale des parents

La santé psychosociale des parents peut avoir un effet significatif sur la relation parent-enfant, avec des conséquences sur la santé psychologique ultérieure de l'enfant. Certains programmes de soutien à la parentalité visent à améliorer des aspects du bien-être des parents : nous avons ici cherché à savoir si les programmes de groupes de soutien à la parentalité étaient efficaces pour améliorer certains des aspects de la santé psychosociale des parents (par exemple l'anxiété, la dépression, la culpabilité, la confiance en soi).

Nous avons effectué une recherche dans des bases de données électroniques pour trouver des essais contrôlés randomisés dans lesquels les participants ont été assignés à un groupe expérimental ou un groupe témoin, et qui rendaient compte de résultats d'au moins une mesure normalisée scientifiquement de la santé psychosociale des parents.

Nous avons inclus un total de 48 études portant sur 4937 participants et qui couvraient trois types de programmes : comportementaux, cognitivo-comportementaux et multimodaux. Globalement, les résultats suggéraient des améliorations statistiquement significatives à court terme pour les parents en ce qui concerne la dépression, l'anxiété, le stress, la colère, la culpabilité, la confiance en soi et la satisfaction dans la relation entre les conjoints. Toutefois, seuls le stress et la confiance en soi étaient encore statistiquement significatifs au bout de six mois de suivi, et aucun des critères n'était significatif au bout d'un an. À aucun moment il n'y a eu de preuve d'une efficacité pour l'estime de soi. Aucune des études n'a constaté d'agressivité ou d’issues défavorables.

Seules quatre études ont rendu compte séparément des résultats pour les pères. Ces données limitées ont montré une amélioration à court terme statistiquement significative du stress paternel, mais elles n'indiquaient pas si les programmes de soutien à la parentalité étaient utiles en termes d'amélioration des symptômes dépressifs, de la confiance en soi ou de la satisfaction des conjoints.

Cette revue apporte des preuves des bénéfices à court terme des programmes de soutien à la parentalité sur la dépression, l'anxiété, le stress, la colère, la culpabilité, la confiance en soi ainsi que sur la satisfaction dans la relation entre les conjoints. Ses résultats suggèrent qu'un apport supplémentaire serait peut-être nécessaire pour aider les parents à pérenniser ces bénéfices. Cependant, il est nécessaire d'effectuer des recherches supplémentaires traitant explicitement des bénéfices pour les pères, fournissant des preuves de l'efficacité comparée des différents types de programmes et identifiant les mécanismes mis en œuvre dans les changements.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Laienverständliche Zusammenfassung

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Elterntraining zur Verbesserung der psychosozialen Gesundheit von Eltern

Die psychosoziale Gesundheit der Eltern kann die Eltern-Kind-Beziehung signifikant beeinflussen und Folgen für die spätere psychische Gesundheit des Kindes haben. Manche Elternkurse versuchen, bestimmte Aspekte des elterlichen Wohlbefindens zu verbessern und in diesem Review wurde speziell überprüft, ob Elternkurse in der Gruppe bestimmte Aspekte (z. B. Angstgefühle, Depression, Schuldgefühle, Selbstvertrauen) effektiv verbessern.

Wir durchsuchten elektronische Datenbanken nach randomisierten kontrollierten Studien, in denen die Teilnehmer einer Versuchsgruppe oder einer Kontrollgruppe zugewiesen wurden, und die über mindestens eine wissenschaftlich standardisierte Messgröße für die psychosoziale Gesundheit von Eltern berichten.

Insgesamt schlossen wir 48 Studien mit 4937 Teilnehmern ein, die sich auf drei Arten von Programmen bezogen: verhaltenstherapeutisch, kognitiv-verhaltenstherapeutisch und multimodal. Insgesamt legten die Ergebnisse statistisch signifikante kurzfristige Verbesserungen in Bezug auf elterliche Depression, Angstgefühle, Stress, Wut, Schuldgefühle, Selbstvertrauen und Zufriedenheit in der Partnerbeziehung nahe. Bei der Nachbeobachtung nach sechs Monaten waren jedoch nur noch Stress und Selbstvertrauen statistisch signifikant; nach einem Jahr war dies nicht mehr der Fall. Zu keinem Zeitpunkt gab es Evidenz für eine Wirkung auf das Selbstwertgefühl. Keine der Studien berichtete über Aggression oder unerwünschte Folgen.

Nur vier Studien berichteten gesondert über die Ergebnisse für die Väter. Diese begrenzten Daten zeigten eine statistisch signifikante kurzfristige Verbesserung des väterlichen Stresses, sagten aber nichts darüber aus, ob die Elternkurse hinsichtlich einer Verbesserung von depressiven Symptomen, Selbstvertrauen oder Partnerzufriedenheit hilfreich waren.

Dieser Review zeigt Evidenz für einen kurzzeitigen Nutzen von Elternkursen im Hinblick auf Depression, Angstgefühle, Stress, Wut, Schuldgefühle, Selbstvertrauen und die Zufriedenheit in der Partnerbeziehung. Die Ergebnisse legen nahe, dass vielleicht mehr nötig ist, um den Eltern zu helfen, diesen Nutzen zu erhalten. Allerdings sind weitere Forschungsarbeiten notwendig, die ausdrücklich den Nutzen für Väter untersuchen und Evidenz hinsichtlich der vergleichenden Alltagswirksamkeit verschiedener Arten von Programmen liefern sowie die Mechanismen identifizieren, die zu Veränderungen beitragen.

Anmerkungen zur Übersetzung

Koordination durch Cochrane Schweiz